www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Juin 2024

Convoi MSF attaqué à Gaza : tous les éléments pointent la responsabilité de l'armée israélienne

Auteur : Doctors Without Borders (Canada) | Editeur : Walt | Mercredi, 06 Déc. 2023 - 21h59

Le 18 novembre 2023, un convoi d'évacuation de MSF a essuyé des tirs dans la ville de Gaza. Deux personnes ont été tuées dans ce qui a immédiatement semblé être une attaque délibérée contre des voitures MSF clairement identifiées. Tous deux étaient des membres de la famille du personnel MSF, l'un d'eux était également un volontaire soutenant les équipes médicales MSF à l'hôpital d'Al-Shifa.

Deux semaines plus tard, après avoir recueilli les témoignages du personnel MSF présent ce jour-là dans le convoi, MSF considère que tous les éléments pointent vers la responsabilité de l'armée israélienne dans cette attaque.

MSF a également recueilli des témoignages sur la destruction de cinq véhicules MSF et les graves dégâts causés à la clinique MSF de la ville de Gaza, tous clairement identifiés par le logo de l'organisation, le 20 novembre, qui peuvent également être attribués à l'intervention d'un bulldozer israélien et un véhicule militaire lourd. Ces véhicules constituaient des preuves potentielles, en cas d'enquête indépendante sur l'attaque du convoi MSF. Des tirs ont visé les locaux de MSF où se réfugiaient ces collègues, laissant des impacts de balles dans les murs intérieurs. Le 24 novembre, le personnel de MSF a également été témoin de la destruction d'un minibus, également clairement identifié par le logo de l'organisation, par un char israélien. Ce minibus avait été envoyé par l'équipe MSF au sud de Gaza, suite à la destruction des véhicules quelques jours auparavant, pour faciliter l'évacuation des collègues du nord.

MSF condamne à nouveau dans les termes les plus fermes l'attaque de son convoi et présente à nouveau ses condoléances aux familles des victimes. MSF a demandé une explication formelle sur cette attaque aux autorités israéliennes et réclame une enquête indépendante pour établir les faits et les responsabilités.

Le personnel et les membres de leurs familles qui ont vécu cette épreuve ont été coincés dans les installations de MSF au milieu de violents combats, sans électricité et avec un accès limité à la nourriture et à l'eau, pendant près de deux semaines, avant de pouvoir être évacués vers le sud de la bande de Gaza. le 24 novembre. Ce sont leurs propos, enregistrés entre le 26 et le 29 novembre.

CHRONOLOGIE

18 NOVEMBRE : UN VOLONTAIRE MSF ET UN AUTRE MEMBRE DE LA FAMILLE D'UN EMPLOYÉ TUÉS PAR LES FORCES ISRAÉLIENNES

« Le 18 novembre, le bureau MSF à Jérusalem a obtenu l'autorisation d'évacuer le bureau, la clinique et la maison d'hôtes de Gaza vers le sud de la bande de Gaza. Nous avons récupéré nos affaires et tout le monde est monté dans les voitures, prêt à partir vers le sud le long de la rue Salah al Din.

Membre du personnel MSF 1

« Nous sommes arrivés au poste de contrôle de la rue Salah al Din. rue. J'étais dans la quatrième camionnette. Il y avait des troupes israéliennes là-bas et elles nous ont demandé de retourner d’où nous venions, car il n’y avait aucune autorisation ».

Membre du personnel MSF 2

Le 18 novembre, un convoi MSF composé de cinq voitures, toutes clairement identifiées par les logos MSF, a quitté les locaux de MSF (maison d'hôtes, bureau et clinique externe) en direction du sud de Gaza pour rejoindre un endroit plus sûr. Depuis le 11 novembre, ils étaient piégés par les combats incessants autour d'eux et depuis lors, MSF avait appelé à plusieurs reprises pour les évacuer en toute sécurité. 

MSF avait informé les deux parties au conflit de ce mouvement d'évacuation. Le convoi a suivi l'itinéraire indiqué par l'armée israélienne et a atteint la rue Salah Al-Deen, en compagnie d'autres civils qui tentaient de quitter la zone.

Le convoi a atteint le dernier point de contrôle près de Wadi Gaza, qui était alors surpeuplé en raison du contrôle approfondi des Palestiniens par les forces israéliennes. Malgré l'autorisation préalable des autorités israéliennes, le convoi n'a pas été autorisé à franchir le poste de contrôle et a dû attendre des heures. Des coups de feu ont ensuite été entendus par nos collaborateurs qui, effrayés, ont décidé de regagner les locaux de MSF, à environ 7 kilomètres au nord du checkpoint.

« Nous sommes restés là environ trois heures, il commençait à faire nuit. Des centaines de personnes attendaient et certaines d’entre elles ont décidé de repartir vers le nord car le poste de contrôle ne leur permettait pas de passer.
Mes collègues dans les voitures m'ont dit : "Rentrons, notre seul abri est le bureau MSF à Gaza". Nous avons contacté Paul [ un collègue MSF à Jérusalem ] pour l'informer que nous repartirions car nous n'avions pas le droit de passer le checkpoint. Il a dit qu’il demanderait l’autorisation pour que nous puissions rentrer.

Membre du personnel MSF 1

Sur le chemin du retour, entre 15h30 et 16h00, heure locale, le convoi a été attaqué dans la rue Al-Wahida, près du carrefour de la rue Said Al-A'as, à proximité du bureau de MSF. Deux des voitures de MSF ont été délibérément heurtées, tuant une infirmière volontaire dans les équipes MSF et blessant un membre de la famille d'un autre, qui est également décédé des suites de ses blessures.

« Lorsque nous sommes arrivés dans la rue Al Wahida, qui est proche de notre bureau, de notre maison d'hôtes et de notre clinique, j'ai vu des chars et des tireurs d'élite au sommet des bâtiments. J'ai été terrifié quand j'ai vu que les tireurs d'élite et les chars pointaient leurs armes sur nous, surtout sur la quatrième et la cinquième camionnette [du convoi].
Ils ont commencé à ouvrir le feu sur nous et lorsqu’une balle m’a effleuré le front, j’ai été légèrement blessé. La balle a touché mon collègue Alaa à la tête, il était assis à côté de moi. Il a été gravement blessé à la tête et a commencé à saigner abondamment.
Sa tête est tombée sur la direction et j'ai immédiatement repris le contrôle de la direction pour me diriger vers la droite de la rue.

Membre du personnel MSF 2

« Nous sommes arrivés à la clinique et nous avons commencé à essayer de maintenir Alaa en vie, en essayant d'arrêter le saignement de sa tête. Nous ne pouvions rien faire. Il est mort alors que nous essayions de (le soutenir et) de lui sauver la vie.

Membre du personnel MSF 2

« Je me suis arrêté à l'entrée de la clinique et j'ai attendu l'arrivée des deux derniers fourgons ; les gens disaient que l’un de nous avait été tué et qu’il s’appelait Alaa al Shawa.

Membre du personnel MSF 1

« Nous nous sommes levés, juste choqués par sa mort et tout ce qui nous était arrivé. J'étais sans voix et je n'étais tout simplement pas capable de réfléchir. Mes enfants pleuraient et les gens discutaient de la manière d'enterrer notre collègue.
Et nous avons eu une autre personne blessée à l’abdomen.

Membre du personnel MSF 2

« J'ai décidé de m'abriter dans la maison d'hôtes avec une cinquantaine d'autres personnes car je me sentais plus en sécurité qu'à la clinique. [Mon collègue] Mohammad, sa famille et d'autres familles ont décidé de rester à la clinique.
Les voitures étaient garées devant la clinique. La plupart des biens des gens sont restés dans les voitures.
Nous avons réussi à rester en contact avec les gens de la clinique. Ils nous ont dit qu’ils avaient enterré Alaa al Shawa.

Membre du personnel MSF 1

20 NOVEMBRE : CINQ VÉHICULES MSF DÉTRUITS PAR LES FORCES ISRAÉLIENNES

« Deux jours plus tard, après l'attaque du convoi, un bulldozer ouvrant la voie aux chars israéliens est arrivé et a endommagé nos voitures et les a projetées du côté droit et gauche de la rue.
J’étais témoin de cela depuis la fenêtre de l’étage de la clinique de Gaza. »

Membre du personnel MSF 2

Le 20 novembre, cinq véhicules MSF garés devant notre clinique de la ville de Gaza ont été détruits par l'intervention des forces israéliennes. La clinique a également été endommagée et une partie du bâtiment a été ravagée par le feu pendant quelques heures. Les voitures et la clinique étaient clairement identifiées avec le logo MSF. Cela s'est produit alors que 21 personnes, dont un employé de MSF et des membres de sa famille, étaient hébergées dans la clinique et plus de 50 autres dans la maison d'hôtes de l'autre côté de la rue : heureusement, elles ont survécu indemnes. Les voitures détruites étaient celles utilisées lors de l'évacuation avortée de notre personnel et de leurs proches le 18 novembre, entraînant la mort de deux personnes. Certains membres du personnel réfugiés dans les locaux de MSF ce jour-là ont été témoins de l'incident.

« Par la fenêtre de l’escalier, nous avons vu un bulldozer israélien, un tank à côté. Et derrière, il y avait 4 ou 5 véhicules, des chars et des véhicules à chenilles. Ils bougeaient et tiraient et les tirs étaient violents.

Membre du personnel MSF 3

Le 20 novembre, cinq véhicules MSF garés devant notre clinique de la ville de Gaza ont été détruits par l'intervention des forces israéliennes. La clinique a également été endommagée et une partie du bâtiment a été ravagée par le feu pendant quelques heures. Les voitures et la clinique étaient clairement identifiées avec le logo MSF. Cela s'est produit alors que 21 personnes, dont un employé de MSF et des membres de sa famille, étaient hébergées dans la clinique et plus de 50 autres dans la maison d'hôtes de l'autre côté de la rue : heureusement, elles ont survécu indemnes. Les voitures détruites étaient celles utilisées lors de l'évacuation avortée de notre personnel et de leurs proches le 18 novembre, entraînant la mort de deux personnes. Certains membres du personnel réfugiés dans les locaux de MSF ce jour-là ont été témoins de l'incident.

« Nous avons entendu un bruit étrange, comme des voitures écrasées et des coups de feu. J'ai regardé par la fenêtre et j'ai vu.
Les voitures ont été poussées sur le côté et un incendie s'est déclaré.
Une fois les chars éloignés un peu, j'ai commencé à filmer, même si j'avais peur. C'était un spectacle terrible et effrayant.
Mes collègues étaient à la clinique et j'avais peur que le feu puisse les atteindre. Le feu s'est propagé le long des arbres [près de la clinique]. Le câblage électrique a également pris feu, c’était une scène horrible.

Membre du personnel MSF 1

Le 20 novembre, cinq véhicules MSF garés devant notre clinique de la ville de Gaza ont été détruits par l'intervention des forces israéliennes. La clinique a également été endommagée et une partie du bâtiment a été ravagée par le feu pendant quelques heures. Les voitures et la clinique étaient clairement identifiées avec le logo MSF. Cela s'est produit alors que 21 personnes, dont un employé de MSF et des membres de sa famille, étaient hébergées dans la clinique et plus de 50 autres dans la maison d'hôtes de l'autre côté de la rue : heureusement, elles ont survécu indemnes. Les voitures détruites étaient celles utilisées lors de l'évacuation avortée de notre personnel et de leurs proches le 18 novembre, entraînant la mort de deux personnes. Certains membres du personnel réfugiés dans les locaux de MSF ce jour-là ont été témoins de l'incident.

« Lorsque [le bulldozer] a écarté les voitures, le mur ouest de la clinique s'est effondré. Puis le char est arrivé et a ouvert le feu sur les voitures et camionnettes de MSF.
Les fourgons MSF ont pris feu.
J'étais à la clinique, le feu et la fumée sont entrés à l'intérieur. Nous sommes restés là, réfléchissant à la manière d'arrêter le feu. Nous avons donc transféré les enfants et les femmes par les portes arrière vers l’autre bâtiment, où MSF possède le service de physiothérapie  ».

Membre du personnel MSF 2

« Nous avons fermé les portes, les portes de la clinique, et sommes entrés. Donc les chars étaient dans la rue devant la clinique, ils ont continué à faire des allers-retours pendant quatre jours.

Membre du personnel MSF 2

« Le lendemain matin, vers 10 heures, nous avons commencé à crier, pour vérifier [nos collègues], pour savoir s'ils étaient vivants ou morts… Je ne savais pas.
Dieu merci, quelqu’un a répondu et a dit qu’il n’était pas blessé et qu’il s’inquiétait également pour nous.

Membre du personnel MSF 1

24 NOVEMBRE : DAVANTAGE DE VÉHICULES MSF DÉTRUITS

« Avant, nous prenions l’électricité et l’électricité des générateurs des maisons d’hôtes. Mais après cet incendie, les lignes ont toutes été endommagées et nous n’avons pas eu d’électricité pendant trois jours. Pendant ces trois jours et avant la trêve, nous n’avions ni électricité, ni nourriture, ni eau potable.
Le premier jour de la trêve, à 4h30 du matin, un char israélien a détruit le minibus et les voitures de MSF qui nous avaient été envoyés [du sud de Gaza] pour notre évacuation également ».

Membre du personnel MSF 2

Les seuls véhicules à la disposition du personnel et des membres de leurs familles ayant été détruits, nos équipes basées au sud de la bande de Gaza ont envoyé davantage de véhicules vers la ville de Gaza pour tenter une nouvelle évacuation. Cependant, ils ont également été touchés par des balles alors qu'ils s'approchaient de la clinique MSF et le mouvement a été annulé. Plus tard, eux aussi ont été détruits par les forces israéliennes – aux premières heures du 24 novembre. Finalement, nos collègues et leurs familles ont pu rejoindre le sud une fois la trêve entrée en vigueur le 24 novembre au matin, grâce aux véhicules d'autres civils évacués.

MSF a demandé une explication formelle sur cette attaque aux autorités israéliennes et réclame une enquête indépendante pour établir les faits et les responsabilités.  

Nous présentons à nouveau nos plus sincères condoléances aux familles des victimes. 


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...