www.zejournal.mobi
Mercredi, 24 Juill. 2024

Quand le Parlement canadien applaudit un ancien waffen SS ! Le révisionnisme historique n’a plus de limites, les Polonais vont apprécier

Auteur : Patrice Gibertie | Editeur : Walt | Lundi, 25 Sept. 2023 - 20h05

C’est vraiment incroyable. Ce vétéran de la division SS Galicia a également été qualifié de «héros ukrainien» et de «héros canadien» par le président du Parlement canadien et remercié «pour son service». Quelqu’un au Parlement a-t-il réalisé qu’il servait dans la division Waffen SS responsable de génocide, de massacres d’enfants juifs ? Une division qui a combattu les Soviétiques pendant deux mois, juin 44, avril 45 et le reste du temps les résistants

Le révisionnisme historique confond soviétiques et russes, les victimes du stalinisme deviennent les victimes des Russes. Pourtant les Russes furent autant victimes que les autres du stalinisme et faut-il rappeler que Staline était géorgien, Khroutchev et Brejnev… ukrainiens. La répression en Ukraine, la famine furent organisées par Lazare Kaganovitch issu d’une famille juive des environs de Kiev.

Les nazis exploitèrent le nationalisme ukrainien et mobilisèrent des troupes ukrainiennes pour combattre les soviétiques et massacrer les juifs.

La vidéo témoignage

 

La division SS Galicia honorée par l’Occident fut une des pires divisions SS.

Le premier engagement a lieu à la mi-février 1944. Le Kampfgruppe «Beyersdorff» est mis sur pied et envoyé à Zamo?? dans le sud-est de la Pologne contre des partisans polonais.

L’institut polonais de la mémoire estime quant à lui, via une analyse publiée le 18 novembre 2003, que ce sont bien des hommes du 4e régiment de la division Galicie qui ont commis le massacre des 1000 habitants du village polonais de Huta Pieniacka.

Les Ukrainiens ne combattent pas que les Soviétiques et les partisans polonais mais également les Tchèques, les Slovaques et les Slovènes.

Je pense comprendre ce que ressentaient les citoyens allemands opposés au nazisme avant la Seconde Guerre mondiale. Le fait que les élites suivent fièrement les traces d’Hitler ne laisse guère de doute sur la direction que prend le monde.

I. Katchanovski
Les témoignages de résidents locaux, les documents d’archives et le redéploiement urgent de cette unité de la région de Kremenets vers le village de Pidhaitsi, près de Lutsk, la veille d’un massacre, indiquent son implication probable dans le meurtre de 20 résidents ukrainiens de Pidhaitsi, dont la moitié étaient des enfants, le 3 décembre 1943. Les mêmes sources indiquent que ses unités ont exécuté près de 200 prisonniers de Lutsk et des juifs à Pidhaitsi en janvier 1944.

«Un commandant en chef d’une unité nazie dirigée par les SS, accusé d’avoir brûlé des villages remplis de femmes et d’enfants, a menti aux services d’immigration américains pour entrer aux États-Unis et vit dans le Minnesota depuis peu de temps après la Seconde Guerre mondiale, selon des éléments de preuve découverts par l’Associated Press.

Michael Karkoc, 94 ans, a déclaré aux autorités américaines en 1949 qu’il n’avait effectué aucun service militaire pendant la Seconde Guerre mondiale, dissimulant son travail en tant qu’officier et membre fondateur de la Légion d’autodéfense ukrainienne dirigée par les SS, puis en tant qu’officier de la Division SS de Galicie, selon des documents obtenus par l’AP à la suite d’une demande au titre de la loi sur la liberté d’information (Freedom of Information Act). La Division Galicienne et une organisation nationaliste ukrainienne dans laquelle il a servi figuraient toutes deux sur une liste noire secrète du gouvernement américain des organisations dont les membres étaient interdits d’entrée aux États-Unis à l’époque».

L’idée de transformer ces bêtes en forme humaine avec une étoile rouge sur le front est devenue réalité. Le temps et les événements ont dit que c’était au tour de ma génération de suivre les traces de ses prédécesseurs. Et cela a été fait pour le bien de l’idée de la Cathédrale d’Ukraine. Nos routes étaient différentes – parce que tel était le sort de nos apatrides. À l’appel de l’OUN, beaucoup ont rejoint les rangs de l’UPA. D’autres, à l’appel de du Comité central ukrainien, se sont portés volontaires pour la division «Galichyna». En deux semaines, quatre-vingt mille volontaires se sont portés volontaires pour rejoindre la division, dont de nombreux étudiants du gymnase Berezhan. Aucun de nous n’a demandé quelle serait notre récompense, quelle serait notre provision, ou même quel serait notre avenir. Nous avons ressenti notre devoir envers notre terre natale – et sommes partis !

De nombreux étudiants du gymnase de Berezhansk sont morts d’une mort héroïque dans les rangs de l’UPA, dans la division «Galichyna». Je ne veux pas que le lecteur comprenne que toute ma génération était idéologiquement motivée et spirituellement consciente. «Dans un sac de pommes saines , il y en a aussi des pourris». Cela dépendra du rapport entre ces deux qualités de pommes au cours d’une génération donnée.

Le dernier jour de la guerre, la division «Galichyna» a rompu le contact avec la République tchèque en Styrie (Autriche) et s’est rendue à l’armée britannique.

Dans un camp de prisonniers de guerre en Italie, j’ai rencontré de nombreux garçons de divers villages dans la région de Berezhan. Je me souviens qu’il y avait là Yaroslav Babunyak du gymnase de Berezhansk, Stepan Kukuruza, Yaroslav Lototskyi, Lev Baglai, Volodymyr Bilyk, Ostap Sokolskyi, Lev Babii, Yaroslav Ivakhiv.

Je pense que c’était la volonté de Dieu que nous puissions voyager à travers le monde comme la tribu d’Israël, parler au monde de l’Ukraine et, quarante-cinq ans plus tard, y venir avec de l’aide. Notre mission était difficile, parce que le monde savait très peu de choses sur nous, et ce qu’il savait, il était faussement présenté par nos voisins. Pour un Occidental, de Varsovie jusqu’au Japon, c’était une «Russie» solitaire. Lentement, grâce à un travail acharné, des contacts personnels et un comportement culturel, nous avons attiré l’opinion générale des peuples occidentaux vers «notre côté».

 

***

Canada : Le Parlement ovationne le nazi ukrainien

par Alex Dhaliwal

Pas moins de 2000 soldats de la Waffen SS d’origine ukrainienne, dont Yaroslav Hunka, ont changé d’identité et se sont fait passer pour des «réfugiés» avant d’être capturés pour se réfugier au Canada dans les années 1950.

Le Parlement s’est levé vendredi à la Chambre des communes pour faire l’éloge d’un «réfugié» ukrainien ayant des liens avec une division SS nazie antisoviétique.

Le président de la Chambre, Anthony Rota, a rendu hommage à Yaroslav Hunka, 98 ans, pour son service dans la «première division» de l’armée nationale ukrainienne avant d’immigrer au Canada.

Le Premier ministre Justin Trudeau l’a accueilli en tant qu’invité d’honneur dans le cadre de la visite du président ukrainien Volodymyr Zelensky au Canada.

«Nous avons avec nous dans l’hémicycle aujourd’hui un vétéran ukraino-canadien de la Seconde Guerre mondiale qui s’est battu pour l’indépendance de l’Ukraine contre les Russes et qui continue à soutenir les troupes aujourd’hui», a déclaré M. Rota.

Tous les partis de la Chambre, les groupes du Sénat et les dignitaires étrangers ont ovationné Hunka pour ses efforts contre les Russes à l’époque et aujourd’hui.

«C’est un héros ukrainien, un héros canadien, et nous le remercions pour tous les services qu’il a rendus», a conclu M. Rota.

Hunka a été présenté au Parlement comme un soldat de 98 ans
«qui s’est battu… contre les Russes… un héros».

Cependant, David Pugliese, le plus grand journaliste canadien spécialisé dans les affaires militaires, a écrit un article en 2020 qui affirme que cette «première division» n’a pas existé pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les membres de la division ont servi la 14e division Waffen SS d’Adolf Hitler en Galicie – une organisation criminelle désignée, selon le tribunal des crimes de guerre de Nuremberg, a rapporté la revue militaire Esprit de corps.

Jusqu’à 2000 soldats de la Waffen SS d’origine ukrainienne, dont Hunka, auraient changé d’identité et se seraient fait passer pour des «réfugiés» avant d’être capturés pour se réfugier au Canada dans les années 1950.

À l’époque, quelque 30 000 réfugiés ukrainiens ont fui l’Europe pour se rendre au Canada.

Avant de se rendre aux forces alliées, les membres de l’unité ont caché leurs liens avec les SS dans les derniers jours de la guerre en se rebaptisant «Première division de l’armée nationale ukrainienne».

Pugliese a déclaré que les Ukrainiens avaient volontairement servi la machine de guerre nazie et qu’ils avaient «signé avec empressement» pour rejoindre la Waffen SS.

 

Voici ce que Pugliese a écrit dans le journal militaire, Esprite de Corps :
Dans une tentative de cacher la connexion avec les SS, l’unité a changé son nom
dans les derniers jours de la guerre pour devenir la Première Division ukrainienne.

Le lieutenant Bohdan Panchuk, membre de l’Armée de l’air royale canadienne (ARC) et membre fondateur de l’Ukrainian Canadian Servicemen’s Association (UCSA), a mis en avant un «récit positif» décrivant les anciens Galiciens comme une unité «antisoviétique» de l’armée allemande.

Cependant, la division galicienne «s’est engagée en faveur de la victoire allemande, du nouvel ordre européen et d’Adolf Hitler personnellement», a expliqué Per Anders Rudling, historien de l’histoire de l’Europe de l’Est et professeur associé au département d’histoire de l’université de Lund, en Suède.

Si les fonctionnaires canadiens de l’immigration n’ont pas suffisamment examiné les 2000 «réfugiés» SS, leurs homologues britanniques connaissaient exactement leurs origines et étaient plus qu’heureux de les débarquer au Canada.

«La division était une division SS et, techniquement, tous ses officiers et sous-officiers supérieurs sont susceptibles d’être jugés en tant que criminels de guerre», note un rapport du sous-secrétaire d’État britannique.

La Waffen SS a combattu l’armée intérieure polonaise pendant la Seconde Guerre mondiale, a écrasé le soulèvement national slovaque et a traqué les partisans antinazis en Slovénie.

 

Les nazis faisaient partie de la 14e division Waffen SS d’Hitler en Galicie.
Selon l’historien militaire et journaliste David Pugliese, ils ont pu se faufiler
au Canada en changeant de nom et en cachant leur passé.

«Le peu que nous savons de leurs antécédents de guerre est mauvais», écrit Beryl Hughes, qui s’occupe des vérifications sommaires des antécédents pour le ministère de l’Intérieur britannique.

«Nous espérons toujours nous débarrasser des prisonniers de guerre ukrainiens les moins désirables en les envoyant en Allemagne ou au Canada», a-t-il ajouté dans une autre note datant de 1948.

Hughes écrit également à un collègue que Panchuk sait qu’il a affaire à des «individus peu recommandables», mais que cela ne l’incite pas à s’installer au Canada.

Certains Ukrainiens-Canadiens connaissaient également leurs origines et s’opposaient fermement à ce qu’ils s’installent au Canada.

«Il est clair que M. Panchuk et son association oublient les faits, qu’aucun Canadien ne peut oublier, ou estiment que les Canadiens ont déjà oublié leurs fils tombés sur les champs de bataille en Europe», a déclaré l’Association des Ukrainiens unis du Canada.

«La division ukrainienne (Galicie) faisait partie intégrante de l’armée hitlérienne. Nos fils canadiens se sont battus contre eux sur les champs de bataille d’Italie. De nombreux fils canadiens sont restés là-bas, abattus par ceux-là mêmes que M. Panchuk voudrait que votre ministère fasse venir au Canada», ont-ils ajouté.

source : Rebel News via Marie-Claire Tellier

***

Anthony Rota s’excuse d’avoir invité un vieux soldat ukrainien nazi de la division SS Galicie au parlement

par Andrei Martyanov

Oh, s’il vous plaît !

Oui, crétin, tu «ne savais pas». Dans le même ordre d’idées, je suis le pape.

«Le président de la Chambre des communes du Canada, Anthony Rota, s’est excusé d’avoir invité un vieux soldat ukrainien de la division SS Galicie au parlement et de l’avoir honoré lors de la visite de Volodymyr Zelensky. Un certain Yaroslav Hunka, présenté par l’orateur comme un vétéran de la lutte contre les Russes pendant la Seconde Guerre mondiale, a été ovationné vendredi lors d’une réunion solennelle du Parlement à l’occasion de la visite de Volodymyr Zelensky. L’agence américaine Associated Press a publié une photo avec la légende suivante : «Zelensky et (le Premier ministre canadien Justin – ndlr) Trudeau saluent Yaroslav Hunk, présent au parlement, qui a servi dans la première division ukrainienne pendant la Seconde Guerre mondiale». Il s’est avéré que Hunka était membre de la 14e division de volontaires «Galicie» des troupes SS, qui a non seulement combattu l’Armée rouge, mais s’est également distinguée par ses atrocités contre les juifs, les Polonais, les Biélorusses et les Slovaques. «Plus tard, j’ai pris connaissance d’informations supplémentaires qui m’ont fait regretter cette décision… Je tiens tout d’abord à présenter mes plus sincères excuses aux communautés juives du Canada et du monde entier. J’accepte l’entière responsabilité de mes actes», a déclaré Rota. Il insiste sur le fait qu’il a personnellement pris la décision d’inviter Hunka au Parlement et que personne, y compris les membres de la délégation ukrainienne, ne savait qui ils allaient honorer».

Il est trop tard. Les demandes de l’opposition pour que Trudeau présente des excuses au monde entier et aux vétérans canadiens de la Seconde Guerre mondiale n’ont aucun sens. Le monde l’a vu et le Canada, par l’intermédiaire de son principal organe législatif, a simplement confirmé ce que tout le monde savait depuis toujours : Le Canada est un foyer du banderisme et de la russophobie. Permettez-moi de vous rappeler quelque chose qui s’est passé bien plus tôt au Canada. Vous vous souvenez ?

«Comme cela était le cas avec l’Union soviétique dans le passé, la Russie moderne devrait rester dans l’esprit occidental de masse un endroit sinistre, sombre et sans espoir ou, comme l’a déclaré le «spécialiste» américano-canadien de la Russie, John Robson, titulaire d’un doctorat en histoire américaine, dans un éditorial du Ottawa Citizen en 2000 : La normalité pour la Russie est sale, corrompue, menaçante et creuse. Il ne s’y est rien passé de bon et il ne s’y passera rien de bon. La Russie est un tas de fumier enveloppé dans une feuille de chou cachée dans des toilettes extérieures. La Russie est condamnée par son histoire et sa culture. Elle pue, au sens propre comme au sens figuré, et ce depuis toujours. Les gens n’ont pas de manières. […] En résumé, la Russie était nulle, elle est nulle et elle le restera».

Demandez au Ottawa Citizen où est passé cet article. Mais c’est ainsi qu’ils considèrent la Russie et les Russes au sein des «élites» canadiennes, dont la plupart sont des partisans tacites du nazisme et de sa branche banderiste.

source : Reminiscence of the Future


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...