www.zejournal.mobi
Vendredi, 24 Mai 2024

Les personnes vaccinées présentent des symptômes de type longs-COVID avec des protéines de pointe détectables

Auteur : Marina Zhang | Editeur : Walt | Mercredi, 03 Avr. 2024 - 14h25

Les résultats indiquent que la persistance des protéines de pointe était probablement à l’origine des symptômes du long COVID et du syndrome post-vaccin.

La protéine Spike pourrait rester dans les cellules immunitaires pendant plus de 245 jours après la vaccination, selon une prépublication récente. L’étude a évalué 50 patients qui ont développé de longs symptômes de type COVID après le vaccin contre le COVID-19 ; aucun n’avait été infecté par le virus.
Les auteurs ont extrait les cellules immunitaires de 14 patients post-vaccinés et ont découvert que 13 d’entre eux présentaient une protéine de pointe dans leurs cellules immunitaires. Les personnes vaccinées asymptomatiques ne présentaient aucun pic.

Des chercheurs d’InCellDx, une société de recherche qui produit des panels et des protocoles permettant de tester et de traiter le syndrome long COVID et post-vaccin, sont les auteurs de l’article.

Leur étude précédente publiée en 2022 a montré que les patients non vaccinés atteints d’un long COVID pourraient voir la protéine de pointe persister dans leurs cellules immunitaires pendant 15 mois.
Dans les deux articles, les protéines Spike ont été détectées dans les monocytes, des cellules immunitaires qui circulent dans le corps.

Ces résultats indiquent que la persistance de ces protéines de pointe était probablement à l’origine des symptômes du long COVID et du syndrome post-vaccin, a déclaré à Epoch Times le fondateur d’InCellDx et auteur principal de l’étude, le Dr Bruce Patterson.

« Ces cellules se lient aux vaisseaux sanguins. Ils provoquent une endothéliite (inflammation de l’endothélium) et une inflammation vasculaire, qui, je pense, ont maintenant été corroborées par beaucoup comme étant probablement l’un des mécanismes pathogènes les plus importants du long COVID », a déclaré le Dr Patterson.

Réservoirs de protéines Spike

"Les monocytes sont des cellules charognardes du système immunitaire", a déclaré le Dr Patterson. Les monocytes fonctionnent de la même manière que le personnage du jeu vidéo Pac-Man : ils parcourent le corps et engloutissent les protéines qu'ils rencontrent sur leur chemin.

Lors d’un long COVID, les monocytes engloutissent les protéines de pointe, les débris viraux du virus. Dans le syndrome post-vaccin, les monocytes engloutissent les protéines de pointe, que le corps fabrique à partir du vaccin COVID-19.

Ces protéines de pointe sont ensuite stockées à l’intérieur des monocytes, ce qui fait que les cellules vivent plus longtemps qu’elles ne le devraient. La longévité prolongée peut provoquer une inflammation, entraînant divers symptômes durables.

Dans l’étude, le Dr Patterson et son équipe ont observé que les patients post-vaccinés présentaient des taux de monocytes significativement plus élevés que ceux ne présentant aucun symptôme post-vaccin. Les patients symptomatiques post-vaccinés présentaient également une nette élévation des biomarqueurs inflammatoires, contrairement aux patients asymptomatiques.

Le Dr Patterson estime qu’au moment de l’étude, la réplication virale ou la production de protéines de pointe à partir des vaccinations ne se produisaient plus. Au lieu de cela, les protéines de pointe ont persisté pendant des mois parce qu’elles étaient stockées.

Il a estimé qu’une fois que les monocytes ont englouti les protéines de pointe, la pointe a détourné le programme de mort cellulaire des cellules, désactivant la mort cellulaire « pour qu’elles deviennent des cellules à longue durée de vie ».

Un phénomène similaire se produit avec les virus du VIH et de l’hépatite C.

Les cellules monocytes peuvent provoquer une inflammation. En particulier, les monocytes non classiques, qui traversent les vaisseaux sanguins, peuvent entraîner une inflammation et des lésions du système vasculaire sanguin.

Plusieurs études ont identifié un système vasculaire enflammé et endommagé comme caractéristique centrale des symptômes d’une longue COVID. Ces patients présentent un niveau élevé de produits chimiques inflammatoires, qui peuvent favoriser la fatigue, la coagulation sanguine, la dérégulation du système immunitaire et nerveux, etc.

Long COVID contre « Long Vax »

La récente prépublication montre également combien de temps le COVID et le syndrome post-vaccin peuvent être différenciés.

Bien que la même chose – la persistance des protéines de pointe – soit probablement à l’origine des deux affections, celles-ci ont des profils chimiques légèrement différents, notamment en ce qui concerne le niveau d’interleukine-8, ou IL-8.

L'IL-8 est un type de cytokine qui aide à attirer les cellules immunitaires vers les zones d'inflammation, a expliqué le Dr Patterson.

Il a déclaré que les médicaments qui bloquent ces différentes cytokines devraient résoudre les symptômes. Par exemple, son équipe a découvert que le facteur de nécrose tumorale alpha (TNF-alpha) est une cytokine qui, lorsqu’elle est élevée, induit de la fatigue. Par conséquent, réduire cette cytokine peut aider à diminuer la fatigue.

D’autres cytokines partagées entre le long COVID et la maladie surnommée « long vax » comprennent sCD40L et CCR5, qui conduisent à l’inflammation vasculaire. Une autre cytokine, l'IL-6, signale une inflammation systémique.

Dr. Patterson explained that the two conditions’ distinct chemical profiles may be due to their different delivery mechanisms: Viral infection causes long COVID, while inoculation causes post-vaccine syndrome.

Treatment Protocol

Dr. Patterson uses the same protocol for treating long COVID and post-vaccine syndrome. Both treatments entail curbing inflammation in the blood vessels and throughout the body.

His protocol includes using maraviroc, an HIV drug, and atorvastatin, a type of statin, to target vasculature inflammation.

Maraviroc blocks CCR5, a type of inflammatory cytokine that causes blood vessel inflammation, while statins can bind to the receptors inside the blood vessels, blocking them from binding to inflammatory monocytes.

Many doctors have found successes with ivermectin, N-acetylcysteine (NAC), and nattokinase, all of which are drugs and nutraceuticals that help break down outside spike protein. However, Dr. Patterson reported the opposite in his practice. He explained that the drugs cannot target the spike protein stored inside cells.

In February, the U.S. Food and Drug Administration (FDA) approved Dr. Patterson’s clinical trial to test a maraviroc and statin combination for treating long COVID.

Long Vax Masked as Long COVID

The study findings imply that some people diagnosed with long COVID may actually be suffering from post-vaccination symptoms.

“Evidence they blame vaccine injury on ’long covid’?,” Dr. Lynn Flynn, a virology and infectious disease expert, wrote on X, citing the preprint.

Dr. Patterson said that the symptoms being reported in these post-vaccine patients “were almost identical to the symptoms in long COVID,” with the predominant symptoms being fatigue, neuropathy, brain fog, and headache. Long-COVID patients in another cohort also reported these symptoms.

“[Long vax] has a very low prevalence, but because billions of [people] are vaccinated, there’s a great number of individuals who have long vax,” he added.

Apart from post-vaccine syndrome, Dr. Patterson said that patients with an exacerbation of Lyme disease and myalgic encephalomyelitis (chronic fatigue syndrome) have also been labeled as long-COVID patients due to a symptoms-based diagnosis.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...