www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Juin 2024

L’effondrement de SVB renforcera l’économie russe

Auteur : Peter Yermelin | Editeur : Walt | Mardi, 14 Mars 2023 - 20h42

La Silicon Valley Bank était au service des start-ups, moteur du progrès mondial. Son effondrement sape l’influence du système bancaire américain dans le monde. La Russie peut tirer parti de la situation.

La meilleure banque des États-Unis fait faillite

Le boom de l’hélicoptère pandémique et les mois qui ont suivi ont été l’une des meilleures périodes commerciales de l’histoire de la Silicon Valley Bank (SVB, 200 milliards de dollars d’actifs). La banque a utilisé l’argent des dépôts pour acheter principalement des obligations du Trésor à long terme et a triplé ses actifs.

Moins d’un mois avant l’effondrement, le magazine Forbes l’a reconnue comme l’une des meilleures banques des États-Unis sur la base de facteurs tels que la stabilité et la rentabilité.

Les autorités de régulation américaines ont fermé la SVB vendredi, car la banque n’était pas en mesure de s’acquitter de ses obligations en raison d’un manque de liquidités.

L’erreur de calcul de la Fed : Combattre l’inflation ou la stabilité des banques

Le manque de liquidités est dû au fait que la banque a perdu 1,8 milliard de dollars dans la vente d’obligations d’État, dont la valeur a chuté en raison de l’augmentation du taux d’actualisation.

Après la pandémie, la Réserve fédérale a commencé à relever le taux d’escompte pour lutter contre l’inflation monétaire excessive. Une obligation qui coûtait, relativement parlant, 100 dollars est tombée à 80 dollars. La SVB était censée signaler les pertes, mais elle manipulait les données pour faire croire à tout le monde qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter.

Jeudi, les actions de la SVB ont chuté de 60% après que la banque a fait état d’une situation difficile.

De nombreux fonds de capital-risque ont ordonné aux entreprises de leur portefeuille de retirer leurs fonds de la SVB. D’autres déposants ont également commencé à s’inquiéter et ont organisé la classique ruée sur les banques, retirant 42 milliards de dollars en une journée.

Le vendredi, la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC, régulateur américain responsable de la stabilité des banques) a ordonné la fermeture de la SVB. Les transactions boursières ont également été interrompues.

Tout le monde panique !

La Signature Bank de New York s’effondre le lendemain. Deux autres banques peuvent être les prochaines sur la liste. La FDIC peut garantir les dépôts dans deux banques, mais il y a plus de 23 000 milliards de dollars de dépôts dans le système bancaire.

Il faudra des années à l’économie américaine pour se remettre des conséquences du fiasco de SVB. En 2022, les portefeuilles de prêts des petites banques américaines avaient atteint la même taille que ceux des grandes banques.

La Fed a annoncé qu’elle ne relèverait plus son taux d’intérêt. Cela pourrait signifier un nouveau cycle d’inflation. Il faut soit lutter contre l’inflation, soit fournir des liquidités aux banques. Il semble que le secteur bancaire américain soit pris au piège dans un cercle vicieux.

Ce que l’effondrement des banques de la Silicon Valley signifie pour la Russie

Les start-ups de la Silicon Valley ont été ruinées alors que les États-Unis ont besoin d’innovations dans leur compétition avec la Russie et la Chine dans le domaine de la défense et de la logistique ;

Janet Yellen, secrétaire au Trésor américain, était plus préoccupée par le sauvetage de l’Ukraine que par celui du système bancaire américain. Elle doit maintenant s’atteler à la tâche, faute de quoi elle perdra confiance. Le système bancaire américain n’a jamais été soumis à un test de stabilité avec une hausse des taux d’intérêt. Les prêts bon marché représentent tout pour l’Amérique, et ils ont sombré dans l’oubli ;

De nombreux pays dans le monde entier perdront confiance dans le système financier américain. Le nombre d’entreprises ayant ouvert des lignes de crédit auprès de la SVB était élevé ;

La Fed devra relancer la planche à billets, ce qui n’est pas un bon facteur pour la crédibilité du dollar.

Si le système financier américain s’effondre, la Russie ne sera guère affectée, car les ventes spéculatives des investisseurs étrangers sur le marché russe sont désormais impossibles, et le système financier russe libère progressivement sa monnaie de l’ancrage au dollar.

***

SVB : faillite d’une banque, ou du schwabisme ?

On ne sait pas encore très bien à qui profite le krach bancaire actuellement en cours outre-Atlantique, ni jusqu’où il peut s’étendre – mais on sait déjà d’où il est parti, et ce que cela signifie pour l’avenir du Great Reset de Klaus Schwab, et de sa fumeuse théorie de la « 4e Révolution Industrielle ».

A force qu’on se gargarise dans toutes les facultés d’économie du monde des idées (au demeurant, intéressantes) de l’allemand Schumpeter – et notamment de sa destruction créatrice –, il était fatal que, tôt ou tard, un charlatan vienne s’en emparer pour leur faire dire ce que Schumpeter n’a jamais dit – en transformant sa théorie en un plan d’abolition du capitalisme.

C’est Klaus Schwab, arpète de H. Kissinger, qui s’y est collé, surfant sur l’idolâtrie occidentale de la technologie, avec son bla-bla de la 4e Révolution Industrielle : l’économie futuriste qui, au lieu de satisfaire les besoins de l’humanité (comme la si surannée « économie carbone »), les transforme – un peu comme la collectivisation stalinienne avait transformé les besoins de si nombreux paysans soviétiques, en les transformant en cadavres soviétiques.

SVB : ci-gît Davos

Or, curieusement, en-dehors de pays pré-soviétisés comme la France – où l’État, représentant plus de 50% du PIB, décide à notre place de ce dont nous avons besoin – cette économie New Age – symbolisée par cette Silicon Valley de Bill Gates dont feu SVB était la banque of choice – ne trouve pas vraiment preneur : pays assez différents en termes de régime politique et d’alignement géopolitique, la Chine populaire et l’Indonésie, en plein Great Reset, investissent massivement… dans des centrales au charbon.

Du coup, la classe capitaliste occidentale, victime d’une illusion religieuse New Age, a finalement réussi à faire pire que les Princes rouges en termes d’allocation erronée du capital.

Voilà ce qu’on fait à présent mine de découvrir, pendant que divers hauts-lieux des finances US (incluant la Fed et la JP Morgan) expriment des doutes de moins en moins feutrés concernant le projet des crypto-monnaies de banque centrale et celui des objectifs ESG (système « vert et inclusif » de taxation dissimulée des entreprises insuffisamment soumises au Politburo de Davos), sans lesquels le Great Reset va bientôt se résumer à un simple projet de fliquage à la chinoise des sans-dents occidentaux. Tout ça pour ça.

Modeste Schwartz - Le Courrier des Stratèges


- Source : Pravda (Russie)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...