www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Juin 2024

À l’intérieur de l’opération Paperclip, le programme secret américain qui a employé 1600 scientifiques nazis dans ses laboratoires

Auteur : Marco Margaritoff | Editeur : Walt | Samedi, 22 Août 2020 - 07h47

Pendant l’opération Paperclip, les dossiers des principaux scientifiques allemands ont été effacés afin qu’ils puissent secrètement travailler dans les laboratoires américains pour donner aux États-Unis un avantage sur les Soviétiques pendant la guerre froide.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les Alliés ont été largement vénérés pour leur rôle dans la fin du règne du Troisième Reich. Mais les puissances alliées ont également pris des décisions controversées en secret qui ont été gardées secrètes pendant des décennies.

Leur action la plus controversée a peut-être été la création de l’opération Paperclip, un projet de renseignement secret qui a amené plus de 1 600 scientifiques nazis aux États-Unis pour y faire des recherches.

À la fin de la guerre, les Alliés se sont empressés de collecter des renseignements et des technologies allemands qui, autrement, pourraient tomber entre les mains de l’Union soviétique. Alors qu’une guerre froide imminente menaçait de détruire la paix durement gagnée, les États-Unis ont accordé à une foule de scientifiques nazis l’immunité pour leurs crimes de guerre afin qu’ils puissent travailler dans leurs laboratoires plutôt que dans ceux des Russes.

Bien que ces scientifiques soient responsables d’événements aussi importants que l’alunissage d’Apollo 11, l’Amérique était-elle justifiée dans sa décision de gracier les criminels de guerre en échange d’un avantage politique ?

La liste d’Osenberg et la profondeur des recherches nazies

Malgré de nombreux efforts coûteux, du siège de Leningrad à la bataille de Stalingrad, l’Allemagne nazie n’a pas réussi à battre l’URSS à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Alors que les ressources du Reich s’épuisent, l’Allemagne cherche désespérément une nouvelle approche stratégique contre l’Armée rouge.

Ainsi, en 1943, l’Allemagne nazie rassembla ses ressources les plus précieuses – scientifiques, mathématiciens, ingénieurs, techniciens et 4 000 spécialistes des fusées – et les stationna toutes ensemble dans le port maritime baltique de Peenemünde, dans le nord de l’Allemagne, pour développer une stratégie de défense technologique contre les Russes.

Kurt H. Debus, un ancien spécialiste des fusées V-2 devenu directeur de la NASA, entre le président américain John F. Kennedy et le vice-président américain Lyndon B. Johnson.

Werner Osenberg, le chef de la Wehrforschungsgemeinschaft (ou Association de recherche sur la défense) allemande, était chargé de déterminer quels scientifiques recruter en créant une liste exhaustive et bien documentée. Pour être invités, les scientifiques devaient être considérés comme sympathisants ou au moins conformes à l’idéologie nazie. Naturellement, cet index a été connu sous le nom de liste d’Osenberg.

Entre-temps, les États-Unis étaient de plus en plus conscients du programme secret d’armement biologique des nazis et, selon le livre Operation Paperclip d’Annie Jacobsen, publié en 2014, la découverte de ces efforts scientifiques a choqué les États-Unis dans l’action.

Le président Truman signe la loi sur l’énergie atomique en 1946. Entre-temps, 1 600 scientifiques nazis étaient recrutés aux États-Unis.

« Ils n’avaient aucune idée qu’Hitler avait créé tout cet arsenal d’agents neurotoxiques », explique Jacobsen.

« Ils n’avaient aucune idée qu’Hitler travaillait sur une arme contre la peste bubonique. C’est vraiment là que Paperclip a commencé, et c’est là que le Pentagone a soudain réalisé : “Attendez une minute, nous avons besoin de ces armes pour nous” ».

En 1945, alors que les Alliés commençaient à reconquérir des territoires dans toute l’Europe, ils ont également commencé à confisquer les renseignements et la technologie allemands pour eux-mêmes. Puis, en mars de cette année-là, un technicien de laboratoire polonais a découvert des morceaux de la liste d’Osenberg, empaquetés à la hâte dans les toilettes de l’université de Bonn et remis aux services de renseignement américains.

Mise en place de l’opération Paperclip

Au début, les États-Unis se sont contentés de capturer et d’interroger les scientifiques identifiés sur la liste d’Osenberg dans le cadre d’une mission appelée « Operation Overcast ». Mais lorsque les États-Unis ont découvert l’étendue de la technologie nazie, ce plan a rapidement changé.

Au lieu de cela, les États-Unis allaient rassembler et recruter ces hommes ainsi que leurs familles pour poursuivre leurs recherches pour le gouvernement américain.

Ainsi, le 22 mai 1945, les troupes alliées envahirent Peenemünde et capturèrent les hommes qui y travaillaient dur sur la fusée V-2, qui fut le premier missile balistique guidé à longue portée au monde.

Un lancement d’essai de fusée V-2 à Peenemünde, en Allemagne, en 1943.

La nouvelle agence Joint Intelligence Objectives Agency (JIOA) et le Bureau des services stratégiques (OSS), qui a finalement été rebaptisé CIA, ont été chargés de mettre en œuvre le programme maintenant officiellement appelé Opération Paperclip. Cependant, même si le président Truman avait sanctionné le projet, il avait également ordonné que le programme ne puisse recruter aucun nazi avéré. Mais lorsque la JIOA a réalisé que beaucoup des hommes qu’il voulait faire retirer de la liste d’Osenberg étaient des sympathisants nazis, il a trouvé un moyen de contourner la loi.

La JIOA a donc choisi de ne pas contrôler les chercheurs avant qu’ils ne soient amenés aux États-Unis et seulement une fois qu’ils étaient arrivés. Ils ont également blanchi ou effacé les preuves incriminantes de leurs dossiers.

Les scientifiques nazis derrière le projet

Parmi les scientifiques qui ont été recrutés dans le cadre de l’opération Paperclip se trouvait le premier spécialiste allemand des fusées, Wernher von Braun, qui a également forcé les prisonniers du camp de concentration de Buchenwald à travailler sur son programme de fusées. Beaucoup d’entre eux sont morts de surmenage ou de faim, mais Braun allait devenir le directeur du Marshall Space Flight Center de la NASA.

Wernher von Braun utilisait les prisonniers du camp de concentration de Buchenwald comme esclaves.

« Lorsqu’ils manquaient de bons techniciens, Wernher von Braun lui-même se rendait dans le camp de concentration de Buchenwald, où il choisissait des esclaves pour travailler pour lui », ajoute Jacobsen.

« Il est un excellent exemple, car on se demande où le pacte avec le diable s’est réellement passé par rapport à son passé blanchi », a déclaré Jacobsen. « Le gouvernement américain, la NASA en particulier, a été si complice pour garder son passé caché ».

Pour reprendre les propos de Jacobsen, Wernher von Braun a failli recevoir la Médaille présidentielle de la liberté sous le gouvernement Ford. Seules les objections d’un conseiller supérieur ont fait reconsidérer Ford.

À son arrivée aux États-Unis en 1945, von Braun travaille sur la fuséologie à l’armée américaine à Fort Bliss, au Texas. Là, il supervise le lancement de plusieurs vols d’essai de V-2.

Von Braun a été transféré à la NASA en 1960 où il a aidé l’agence à lancer ses premiers satellites en orbite le 20 juillet 1969, dans le cadre de l’effort américain pour gagner la course à l’espace. À ce moment-là, il avait été accepté par les responsables américains comme un esprit inestimable et il a vécu le reste de ses jours en paix jusqu’à ce qu’il meure d’un cancer du pancréas en 1977.

Bien qu’il ait été le plus célèbre des scientifiques allemands, presque tous les départements clés du Centre de vols spatiaux Marshall étaient remplis d’anciens nazis. Kurt Debus – un ancien membre de la SS pour l’Allemagne nazie – dirigeait le site de lancement aujourd’hui connu sous le nom de Centre spatial Kennedy.

D’autres, comme Otto Ambros – le chimiste préféré d’Adolf Hitler – ont été jugés à Nuremberg pour meurtre de masse et esclavage, mais ont bénéficié de la clémence afin d’aider l’effort d’exploration spatiale de l’Amérique. Plus tard, l’homme a même obtenu un contrat avec le ministère américain de l’énergie.

Dans le sillage du projet Paperclip

Une grande partie de l’histoire de l’opération Paperclip reste inconnue, mais l’ouvrage le plus récent et le plus instructif sur le sujet est le livre d’Annie Jacobsen sur l’année 2014.

Tout au long de la dernière partie du siècle dernier, les journalistes ont tenté d’en savoir plus sur l’opération Paperclip, mais leurs demandes de documentation se sont souvent heurtées à des poursuites judiciaires. Lorsque quelques demandes ont finalement été honorées, d’innombrables documents ont disparu.

Beaucoup de chercheurs allemands dont les atrocités liées à l’Holocauste ont été simplement effacées par la JIOA ont ensuite travaillé sur MK Ultra, un programme top secret soutenu par la CIA dont l’objectif principal était de générer une drogue de contrôle des esprits à utiliser contre les Russes.

Les apologistes de l’opération Paperclip pourraient prétendre que la JIOA n’a cherché qu’à faire venir des scientifiques inoffensifs, mais cela est manifestement faux. En 2005, le groupe de travail inter-agences établi par Bill Clinton a déterminé dans son rapport final au Congrès que « l’idée qu’ils [l’armée américaine et la CIA] n’ont employé que quelques “mauvaises pommes” ne résistera pas à la nouvelle documentation ».

Le scientifique nazi devenu directeur de la NASA Kurt H. Debus (à droite) fait visiter le Centre spatial Kennedy au président français George Pompidou (au centre) en 1970.

La menace de la guerre froide a peut-être convaincu certaines puissances américaines que l’octroi de la clémence aux scientifiques nazis était acceptable, mais l’opération Paperclip était-elle en fait l’un des plus grands défauts de l’histoire américaine – ou une décision difficile qui devait être prise au nom du progrès ?

Lire aussi : 8 complots scientifiques qui se sont révélés vrais

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...