www.zejournal.mobi
Vendredi, 12 Juill. 2024

Bombe : 3 millions de décès excédentaires dans 47 pays

Auteur : Sonia Elijah | Editeur : Walt | Mercredi, 05 Juin 2024 - 11h58

Des chercheurs néerlandais soulignent que les vaccins contre le COVID-19 pourraient en être la cause

Source : Surmortalité dans les pays du monde occidental depuis la pandémie de COVID-19 : estimations « Our World in Data » de janvier 2020 à décembre 2022


Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Une étude explosive a été récemment publiée dans BMJ Public Health par un groupe de chercheurs (Mostert et al.) de la Vrije Universiteit d'Amsterdam. Les conclusions du groupe ont été partagées dans les grands médias, le Telegraph ayant osé écrire : « Les vaccins Covid ont peut-être contribué à alimenter l'augmentation des décès excessifs ».

Les chercheurs des Pays-Bas ont analysé les rapports de mortalité toutes causes confondues extraits de 47 pays à l'aide de la base de données « Our World in Data ». Seuls les pays disposant de rapports de mortalité toutes causes confondues pour les trois années consécutives (2020-2022) ont été inclus. Pour calculer la référence des décès attendus, un modèle d'estimation de Karlinsky et Kobak a été utilisé. Ce modèle utilise des données historiques sur les décès dans un pays de 2015 à 2019 et tient compte des variations saisonnières et des tendances annuelles de la mortalité.

Les résultats alarmants ont révélé :

"Le nombre total de décès excédentaires dans 47 pays du monde occidental était de 3 098 456 entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2022. En 2020, année de l’apparition de la pandémie de COVID-19 et de la mise en œuvre des mesures de confinement, les records présentent 1 033 122 décès excédentaires. En 2021, année au cours de laquelle les mesures de confinement et les vaccins contre la COVID-19 ont été utilisés pour lutter contre la propagation et l’infection du virus, le plus grand nombre de décès excédentaires a été signalé : 1 256 942 décès excédentaires. En 2022, lorsque la plupart des mesures de confinement ont été levées et que les vaccins contre la COVID-19 se sont poursuivis, les données préliminaires font état d’un excédent de décès de 808 392".

Les auteurs ont poursuivi en déclarant :

"En 2021, lorsque non seulement les mesures de confinement mais aussi les vaccins contre la COVID-19 ont été utilisés pour lutter contre la propagation et l’infection du virus, le plus grand nombre de décès excédentaires a été enregistré : 1 256 942 décès supplémentaires. Il n’existe actuellement aucun consensus scientifique concernant l’efficacité des interventions non pharmaceutiques pour réduire la transmission virale.

En 2022, lorsque la plupart des mesures d’atténuation ont été annulées et que les vaccins contre la COVID-19 ont été maintenus, les données préliminaires disponibles font état de 808 392 décès supplémentaires".

Les chercheurs ont souligné de manière importante :

"Bien que des vaccins contre le Covid-19 aient été fournis pour protéger les civils de la morbidité et de la mortalité dues au virus Covid-19, des événements indésirables suspectés ont également été documentés .

Les professionnels de la santé et les citoyens ont signalé des blessures graves et des décès suite à la vaccination dans diverses bases de données officielles du monde occidental".

Leur étude est l’une des rares à examiner la surmortalité à l’échelle mondiale – un phénomène récent et inquiétant qui a pratiquement été ignoré par les gouvernements et les grands médias.

J'ai abordé le sujet de la surmortalité ici ici et ici .

En outre, il est l’un des rares à oser pointer du doigt l’énorme éléphant dans la pièce : les « vaccins » expérimentaux contre le COVID-19 qui ont été présentés comme « sûrs et efficaces ». Les tirs qui auraient « sauvé plus de 20 millions de vies » – cette affirmation était bien entendu basée sur une modélisation mathématique.

Les auteurs ont repéré des études documentant les événements indésirables suspectés suite à la vaccination. Par exemple, Fraiman et al. étude qui a présenté une analyse secondaire des essais cliniques randomisés de phase III, contrôlés par placebo, sur les vaccins à ARNm contre la COVID-19. Les résultats ont montré que l’ essai Pfizer présentait un risque 36 % plus élevé d’événements indésirables graves dans le groupe vacciné. L’essai Moderna présentait un risque 6 % plus élevé d’événements indésirables graves chez les vaccinés.

Ils ont souligné une étude comparant les rapports d’événements indésirables au VAERS et à EudraVigilance suite aux vaccins à ARNm COVID-19 par rapport aux vaccins contre la grippe. Un risque plus élevé d’effets indésirables graves a été observé pour les vaccins contre la COVID-19 par rapport aux vaccins contre la grippe. Ces réactions comprenaient des maladies cardiovasculaires, de la coagulation, des hémorragies, des événements gastro-intestinaux et des thromboses.

En outre, ils ont évoqué une étude importante qui a révélé que la surmortalité n’a été observée en Allemagne qu’« à partir d’avril 2021 ». Les auteurs allemands ont poursuivi en déclarant : « Ces résultats indiquent que quelque chose a dû se produire au printemps 2021 qui a conduit à une augmentation soudaine et durable de la mortalité ».

Oui, qu’aurait-il pu se passer au printemps 2021 ?

Serait-ce le premier et le plus grand déploiement d’injections génétiques expérimentales au monde ?

Mostert et coll. conclusion saillante :

"La surmortalité est restée élevée dans le monde occidental pendant trois années consécutives, malgré la mise en œuvre de mesures de confinement et de vaccins contre la COVID-19. Cette situation est sans précédent et suscite de sérieuses inquiétudes. Pendant la pandémie, les politiciens et les médias ont souligné quotidiennement que chaque décès dû au COVID-19 comptait et que chaque vie méritait d’être protégée par des mesures de confinement et des vaccins contre le COVID-19. Au lendemain de la pandémie, le même moral devrait s’appliquer. Chaque décès doit être reconnu et justifié, quelle que soit son origine".

Je ne pourrais être plus d’accord : chaque décès compte, y compris les décès liés au vaccin COVID-19 qui ont été systématiquement supprimés et censurés.

Lire aussi: Les vaccins Covid ont peut-être contribué à alimenter l’augmentation des décès excessifs - The Telegraph


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...