www.zejournal.mobi
Vendredi, 12 Juill. 2024

La révolution de la voiture électrique s’effondre

Auteur : Ross Clark | Editeur : Walt | Mardi, 28 Mai 2024 - 13h15

Le marché des voitures électriques subventionnées par l’État s’est effondré en Chine et le pays tente de se débarrasser des véhicules sur le marché occidental, mais la même chose est en train de se produire ici aussi. Pour les constructeurs, ce sera un bain de sang. Ross Clark donne les détails dans le Spectator.

"La Chine est souvent considérée comme un imitateur en matière d’industrie et de technologie, mais d’une certaine manière, elle s’est révélée être un pionnier. C’est la Chine qui a connu le premier boom des voitures électriques – et c’est elle qui a été la première à souffrir de l’effondrement de la demande. Les vastes cimetières de véhicules invendus que l’on trouve à Hangzhou et dans d’autres villes chinoises sont le résultat d’un énorme effort subventionné de fabrication de véhicules électriques, dont la demande n’a jamais rattrapé l’offre. Les services de covoiturage ont acheté les véhicules – dans une réédition du grand fiasco du covoiturage de 2018, qui a conduit à des piles de vélos inutilisés et non désirés. Mais les acheteurs privés ont été nettement moins enthousiastes.

Lorsque la Chine prend les devants, le reste du monde semble condamné à suivre. Les constructeurs chinois ayant du mal à vendre leurs voitures électriques dans leur pays, ils ont commencé l’année dernière à les expédier en grand nombre vers l’Europe, où elles s’accumulent désormais dans les ports de Rotterdam et d’Anvers. Le délai pour les vendre pourrait s’avérer court, car l’Union européenne envisage des mesures pour empêcher le “dumping” de voitures chinoises bon marché en Europe. L’administration Biden a déjà pris des mesures en augmentant les droits de douane sur les voitures importées de Chine de 25 % à 100 %. Si cette mesure peut mettre un terme aux importations chinoises, elle ne contribuera en rien à réduire les stocks invendus de voitures électriques fabriquées aux États-Unis. La grande révolution électrique promise il y a trois ans à peine est déjà en train d’échouer, et elle entraînera les constructeurs automobiles dans sa chute.

S’il y a jamais eu une démonstration concrète du vieux proverbe « on peut mener un cheval à l’eau… », c’est bien celle des voitures électriques. Le travail visionnaire d’Elon Musk avec Tesla a fait paniquer les anciennes entreprises de moteurs à combustion, qui se sont fixé des objectifs ambitieux pour éliminer complètement l’essence : Fiat, Ford, Jeep, Nissan et Lexus d’ici 2030, Vauxhall d’ici 2028, Jaguar d’ici 2025. L’une des annonces les plus spectaculaires a été faite il y a trois ans lorsque Hertz a déclaré qu’un quart de sa flotte de location serait électrique d’ici 2025. « Le nouveau Hertz va montrer la voie en tant qu’entreprise de mobilité », a déclaré la société. Il est certain qu’elle a ouvert la voie – et qu’elle s’est enfoncée dans la fuite en avant.

À l’époque, Hertz a signé un accord de 4 milliards de dollars avec Tesla et a annoncé son intention d’acheter 175 000 VE à General Motors. En janvier, l’entreprise a fait marche arrière et a déclaré qu’elle commencerait plutôt à vendre 20 000 VE (chiffre qui a ensuite été porté à 30 000). Elle s’est engagée à « réinvestir une partie du produit de la vente des VE dans l’achat de véhicules à moteur à combustion interne ». Le cours de son action (en baisse de 80 % depuis l’annonce de Tesla) en a fait un cas d’école.

En Grande-Bretagne, la situation n’est guère plus réjouissante. Le ralentissement de la dynamique des VE a conduit Rishi Sunak à abandonner son objectif d’interdire les ventes de nouvelles voitures à essence d’ici 2030 et à le repousser à 2035. Le nombre de voitures électriques vendues à des conducteurs (et non à des entreprises) a chuté de 20 % le mois dernier. Au Royaume-Uni, le marché des VE est soutenu par les sociétés de flotte qui, encouragées par les mesures d’incitation du gouvernement, achètent aujourd’hui cinq VE sur six".

Ils ne sont même pas rentables, affirme M. Clark : « Non seulement les VE sont 40 % plus chers à l’achat que les voitures à essence, mais ils sont également plus coûteux à faire fonctionner. Le coût moyen du ravitaillement à un chargeur rapide est de 22 pence par kilomètre, contre 17 pence pour l’essence ».

Ravitaillement en carburant : coût en pence par kilomètre

Le prix de l’électricité est basé sur le coût des chargeurs rapides publics (23-99kW) – la recharge à domicile est moins chère (environ 8 pence par mile).

Rendement supposé de la voiture électrique : 3,5 miles par kWh. Essence : 40 miles par gallon. Les chiffres pour l’essence sont bimensuels, jusqu’au 1er mai. Pour les voitures électriques, les chiffres sont mensuels jusqu’en mars.

Graphique : The Spectator (Tbfi0)Source : RAC Fuel Watch & Price Watch, Office for Zero Emission Vehicles, Spectator calculations. Créé avec Datawrapper

L’article mérite d’être lu dans son intégralité.

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...