www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Juin 2024

Le président des Nations unies approuve la déclaration de pandémie: les experts en protection de la vie privée mettent en garde contre le « goulag numérique »

Auteur : Michael Nevradakis | Editeur : Walt | Mardi, 03 Oct. 2023 - 20h12

Malgré les objections de 11 pays, le président de l'Assemblée générale des Nations unies a approuvé une déclaration sur la prévention des pandémies qui vise à créer une autorité mondiale de lutte contre les pandémies. Les critiques ont déclaré que la déclaration soutient des restrictions de type Covid-19, y compris "fermer des d'écoles et pousser disproportionnellement les femmes hors du marché du travail et dans la pauvreté".

Le président de l’Assemblée générale des Nations unies (AGNU) a approuvé la déclaration non contraignante des Nations unies sur la prévention, la préparation et l’intervention en cas de pandémie (PPPR), sans vote de l’ensemble de l’assemblée et en dépit des objections de 11 pays.

Les critiques ont qualifié d'”hypocrisie” et de “déséquilibre” cette déclaration, qui vise à créer une autorité mondiale de lutte contre les pandémies ayant le pouvoir d’imposer le confinement, la vaccination universelle et la censure des “fausses informations”.

L’approbation est intervenue dans le cadre d’une réunion de haut niveau sur le PPPR. Mais que signifie la déclaration dans la pratique ?

Pour les partisans de cette déclaration, il s’agit d’une étape clé vers une coordination mondiale en matière de prévention des pandémies et de santé publique.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), elle “offre l’occasion … de prévenir les pandémies et leurs conséquences et de s’y préparer, en utilisant une approche qui implique tous les secteurs gouvernementaux”.

L’OMS a également déclaré que le PPPR vise à “appliquer les leçons tirées de la pandémie de Covid-19 ” et “intervient alors que le monde est confronté à de multiples crises humanitaires et climatiques qui menacent des vies et des moyens de subsistance dans le monde entier”.

Dans une déclaration, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré : “Si le Covid-19 nous a appris une chose, c’est que lorsque la santé est en danger, tout est en danger”. Il a établi un lien entre le PPPR et les objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies, affirmant que les dirigeants mondiaux devraient “montrer qu’ils ont tiré les leçons douloureuses de la pandémie”.

Avocat Lawrence Gostin, directeur du Centre de collaboration de l’OMS de l’Université de Georgetown – un personnage clé “jouant un rôle clé en coulisses dans les négociations” pour le projet de “traité sur la pandémie” et modifications du Règlement sanitaire international (2005 ) (RSI) – a déclaré que la réunion de haut niveau “est notre meilleure chance d’obtenir le soutien et l’engagement profond des chefs d’État et de gouvernement”.

Un accord “sans précédent” au détriment de la souveraineté nationale

D’autres experts ont adopté un point de vue différent. L’auteur et podcasteur Frank Gaffney, fondateur et président de l’association Centre for Security Policy (Centre pour la politique de sécurité), a déclaré au Defender qu’il est “très inquiétant” que l’ONU et l’OMS “encouragent davantage, voire autorisent, le type de capacité ou d’autorité permanente de leur part à dicter essentiellement ce qui constitue des situations d’urgence”.

“Il ne faut pas oublier que cela se fera au détriment de la souveraineté des différentes nations qui seront ensuite informées de l’existence d’une situation d’urgence et de ce qu’elles doivent faire pour y remédier”, a-t-il ajouté. “C’est sans précédent”.

M. Gostin a déclaré que “les négociateurs ne savent pas comment équilibrer la responsabilité et la souveraineté lors de la mise en œuvre d’instruments tels que le PPPR, le RSI ou le “traité sur les pandémies”.

David Bell, médecin spécialiste de la santé publique, consultant en biotechnologie et ancien directeur des technologies de santé mondiale chez Intellectual Ventures Global Good Fund, a déclaré que “l’objectif principal” du PPPR “est de soutenir” le “traité sur les pandémies” et les amendements au RSI actuellement en cours de négociation par les États membres de l’OMS.

M. Bell a indiqué qu’une “procédure de silence” était en place, “ce qui signifie que les États qui ne répondront pas seront considérés comme des partisans du texte”. Selon lui, le texte est “clairement contradictoire, parfois fallacieux, et souvent tout à fait dénué de sens” et vise à centraliser le pouvoir de l’OMS.

La déclaration n’a pas été rédigée avec une intention sérieuse, mais est essentiellement une rhétorique vide qui promeut une centralisation continue du contrôle que l’ONU et l’OMS recherchent ouvertement, au détriment de la démocratie, des droits de l’homme et de l’égalité”, a déclaré M. Bell au Defender.

Francis Boyle, J.D., Ph.D., expert en armes biologiques et professeur de droit international à l’université de l’Illinois, qui a rédigé le Biological Weapons Anti-Terrorism Act (loi antiterroriste sur les armes biologiques) de 1989, partage cet avis. “Les mêmes personnes qui ont rédigé le traité sur la pandémie et les amendements au RSI ont rédigé le document sur le PPPR”, a déclaré M. Bell au Défender.

“Il s’agit d’une pression totale pour que l’ensemble de l’Organisation des Nations unies, ses agences spécialisées et ses organisations affiliées, soutiennent et appuient leur projet d’État policier médical et scientifique totalitaire mondial de l’OMS”, a-t-il déclaré.

La réunion de haut niveau d’aujourd’hui comprend les discours prévus de 158 représentants nationaux, dont les présidents ou les premiers ministres de 34 pays et, représentant les États-Unis, le secrétaire d’État Anthony Blinken.

Les panélistes incluent Karl Lauterbach, ministre allemand de la santé, et des représentants de l’Organisation pour l’innovation en biotechnologie.

Que signifie la déclaration pour vous ?

Le texte final de la déclaration politique du PPPR, daté du 1er septembre, comprend des déclarations et des propositions couvrant une série de questions, allant de la vaccination à la “désinformation”.

Selon la déclaration, “les pandémies exigent un leadership opportun, urgent et continu, une solidarité mondiale, une coopération internationale accrue et un engagement multilatéral … pour mettre en œuvre des actions nationales, régionales et mondiales cohérentes et solides, fondées sur la science … pour renforcer la prévention, la préparation et l’intervention en cas de pandémie”.

Affirmant que “la santé est une condition préalable pour tous” et un indicateur du “développement durable”, la déclaration appelle à:

  • La Vaccination universelle : La déclaration se dit “profondément préoccupée” par la baisse des taux de vaccination dans le monde et s’engage à soutenir “la recherche et le développement de vaccins et de médicaments, ainsi que de mesures préventives et de traitements pour les maladies transmissibles et non transmissibles”.

“La vaccination systématique est l’une des interventions de santé publique les plus efficaces et les plus rentables, dont la portée est la plus grande et les résultats sanitaires les plus probants”, affirme la déclaration, tout en soulignant le “rôle important du secteur privé dans la recherche et le développement de médicaments innovateurs”, y compris les vaccins.

Elle appelle à l’amélioration des “capacités d’immunisation systématique, de vaccination et de sensibilisation, notamment en fournissant des informations factuelles sur la promotion de la confiance, de l’assimilation et de la demande” et à “étendre la couverture vaccinale sur le site[ing] pour prévenir les épidémies ainsi que la propagation et la réémergence des maladies transmissibles”.

  • Rend permanents les pouvoirs “temporaires” de COVID-19 : La déclaration se dit “préoccupée par l’émergence et la réémergence continues de maladies à tendance épidémique” et affirme “la nécessité … de s’appuyer sur les enseignements tirés et les meilleures pratiques de la pandémie de COVID-19”, notamment “en transformant, le cas échéant, les capacités temporairement renforcées” développées pendant la pandémie “en capacités permanentes d’une manière durable”.
  • Elle appelle à une surveillance accrue et à la mise en place de documents de santé numériques, tels que les passeports vaccinaux : La déclaration “reconnaît […] le potentiel des technologies de santé numériques” pour “mettre en œuvre et soutenir les mesures de santé et renforcer les efforts de réponse nationaux” aux pandémies et aux urgences sanitaires.

Les technologies numériques telles que les passeports vaccinaux sont un élément clé des amendements au RSI en cours de négociation. La déclaration souligne également la nécessité de mettre en place des “systèmes d’alerte précoce” et une “approche intégrée de l’initiative “Une seule santé”, afin de “réagir le plus rapidement et le plus adéquatement possible” aux pandémies et aux situations d’urgence sanitaire.

  • La censure potentielle des médias sociaux : La déclaration se dit “préoccupée par le fait que la désinformation liée à la santé a eu un impact négatif sur les services de vaccination de routine dans le monde”.

En conséquence, la déclaration appelle à “des mesures pour contrer et traiter les impacts négatifs de la désinformation liée à la santé, de la désinformation, des discours de haine et de la stigmatisation, en particulier sur les plateformes de médias sociaux … y compris pour contrer l’hésitation vaccinale … et pour favoriser la confiance dans les systèmes et les autorités de santé publique”.

  • Appel à la finalisation du “traité sur la pandémie” et des amendements au RSI : La déclaration “encourage” la conclusion des négociations sur les amendements au RSI et le “traité sur la pandémie”, suggérant que cela garantira “l’accès durable, abordable, juste, équitable, efficace, efficient et opportun aux contre-mesures médicales”, y compris les vaccins.
  • Vous paierez pour cela : La déclaration “salue le lancement du Fonds de lutte contre la pandémie” destiné à “financer des investissements essentiels” pour la préparation et la réponse aux pandémies, pour un coût de 30 milliards de dollars par an. Ce prix comprend un “déficit estimé à 10 milliards de dollars de nouveaux financements externes par an en dehors des niveaux actuels de l’aide publique au développement” – à savoir les cotisations payées par les États membres de l’OMS.

Selon M. Bell, “l’OMS a noté en 2019 que les pandémies sont rares et insignifiantes en termes de mortalité globale au cours du siècle dernier”, mais “l’OMS et l’ensemble du système des Nations unies considèrent désormais les pandémies comme une menace existentielle et imminente”.

Il a déclaré que cela était important, car “ils demandent beaucoup plus d’argent que ce qui est dépensé pour tout autre programme international de santé”, ce qui “apportera une grande richesse à certaines personnes” et de grands pouvoirs aux gouvernements, qui peuvent être utilisés pour “réimposer les réponses mêmes qui viennent de causer la pire croissance de la pauvreté et de la maladie de toute notre vie”.

“Logiquement, les pandémies ne deviendront plus fréquentes que si quelqu’un a l’intention de les rendre telles (nous devrions donc nous demander ce qui se passe)”, écrit Bell.

M. Bell a déclaré que, bien que la déclaration fasse l’éloge de questions telles que les droits des femmes et l’éducation, elle se contredit elle-même en soutenant des restrictions de type Covid-19, y compris “fermer des d’écoles et pousser disproportionnellement les femmes du marché du travail et dans la pauvreté”.

Le journaliste indépendant James Roguski a déclaré à The Defender : “Les vastes préjudices causés par des produits thérapeutiques et des injections approuvés rendent l’hypocrisie” des appels de la déclaration en faveur d’un “meilleur accès” aux vaccins “absolument stupéfiante”.

“Si l’OMS avait encore pour objectif d’améliorer la santé générale, elle ne serait évidemment pas impliquée dans cette affaire, car cela va à l’encontre d’une bonne politique de santé publique”, a déclaré M. Bell.

M. Gostin a déclaré que la désinformation “constitue une grave menace pour la santé, notamment en ce qui concerne la distribution des vaccins”, ajoutant que “l’équilibre entre la liberté d’expression et la lutte contre la désinformation est difficile à trouver” et que “l’OMS peut diriger des partenariats entre les experts scientifiques et les diffuseurs d’informations afin de garantir que des informations crédibles parviennent au public”.

M. Bell n’est cependant pas d’accord avec ce point de vue, écrivant que “l’OMS a récemment qualifié publiquement les personnes qui discutent des effets indésirables des vaccins Covid et remettent en question les politiques de l’OMS d'”extrême droite”, d'”agresseurs anti-scientifiques” et de “force meurtrière””, ajoutant que “c’est de l’acharnement. C’est le dénigrement et le discours de haine qu’utilisent les régimes fascistes”.

Cependant, pour Gostin, la déclaration du PPPR n’est pas suffisante. “Elle est tout à fait insuffisante en ce qui concerne les actions concrètes, telles que les promesses de financement des systèmes de santé”, a-t-il déclaré, ajoutant que “la coopération entre l’ONU et l’OMS a été trop faible”.

11 pays se sont opposés à la déclaration

Le consensus sur le PPPR n’est pas universel. Dans une lettre adressée le 17 septembre à Denis Francis, président de l’Assemblée générale des Nations unies, et cosignée par les représentants de 11 pays, les “préoccupations légitimes” d’un grand nombre de pays en développement ont été ignorées.

Ces 11 pays sont le Bélarus, la Bolivie, Cuba, la République populaire démocratique de Corée, l’Érythrée, la République islamique d’Iran, le Nicaragua, la Fédération de Russie, la République arabe syrienne, le Venezuela et le Zimbabwe.

Leur lettre rompt la “procédure du silence” en déclarant : “Nos délégations sont convaincues que ce n’est pas une façon de traiter des négociations multilatérales et intergouvernementales sur des questions de grande importance pour la communauté internationale, en particulier pour les pays en développement”.

La lettre ajoute qu'”aucun consensus n’a été atteint sur l’un ou l’autre de ces processus”. Toutefois, la lettre ne contient pas d’objections spécifiques au contenu de la déclaration PPPR.

Selon M. Boyle, les objections des 11 nations devraient “empêcher que cette déclaration soit adoptée par consensus et qu’elle devienne ainsi partie intégrante du droit international coutumier, ce qui est l’intention de ceux qui sont à l’origine de cette déclaration”.

“Ils n’ont pas pu la faire passer par l’Assemblée générale des Nations unies en tant que résolution de consensus en raison des 11 États qui s’y opposaient”, a déclaré M. Boyle. “Ils essaient de la déformer la représenter faussement en la faisant approuver par le président de l’AGNU, et non par l’AGNU.

Une organisation soutenue par Gates a poussé à la déclaration de la PPPR

Outre les représentants nationaux, des organisations telles que Gavi, l’Alliance du vaccin – reconnue comme partie prenante et “observateur” par l’OMS – ont également participé à la réunion d’aujourd’hui.

Gavi proclame sa mission de “sauver des vies et protéger la santé des populations” et déclare qu’il “aide à vacciner près de la moitié des enfants du monde contre des maladies infectieuses mortelles et débilitantes”.

La Fondation Bill & Melinda Gates est un partenaire de Gavi et occupe un siège permanent à son conseil d’administration, tout comme l’OMS, l’UNICEF et la Banque mondiale.

Gavi a décrit l’ l’assemblée générale des Nations unies de cette année comme “une étape importante” sur la voie de la réalisation de la date butoir de 2030 pour les objectifs de développement durables, et a déclaré que la réunion de haut niveau est “une occasion unique et historique pour les dirigeants d’adopter une approche globale de l’ensemble du gouvernement et de la société pour faire face aux menaces de pandémie”.

“En tirant les leçons de la phase aiguë de la pandémie, le moment est venu de façonner un système plus réactif et plus résilient”, a déclaré Gavi, ajoutant qu'”une action urgente est nécessaire pour atteindre les cibles de l’ODD 3 [health and well-being] et atteindre tous les enfants avec des vaccins qui sauvent la vie.”

Gavi s’est également attribué un rôle dans ce processus, en déclarant : “Les agences spécialisées telles que Gavi devraient également jouer un rôle de premier plan, en s’appuyant sur l’expertise technique et les leçons tirées de la réponse à la pandémie de Covid-19 pour parvenir à l’équité en matière de santé”.

Selon M. Bell, Gavi est un exemple d’organisation qui n’a pas été “affectée négativement” par la catastrophe du Covid-19. “Les personnes et entreprises qui financent une grande partie des travaux de l’OMS en matière d’urgences sanitaires, ainsi que ceux de ses organisations sœurs telles que la CEPI (Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies),Gaviet Unitaid,s’en sont fort bien tirées grâce aux politiques qu’elles ont défendues avec tant d’ardeur”, a-t-il écrit.

Le PPPR envisage un “goulag numérique”, négocié dans le “secret”.

Gaffney, qui organise un séminaire en ligne aujourd’hui concernant les propositions visant à étendre les passeports vaccinaux et à accorder plus de pouvoir à l’OMS, a déclaré que le PPPR s’inscrivait dans le cadre d’une prise de pouvoir plus large de l’OMS et de l’ONU, y compris des propositions qui devaient être discutées à l’ONU en septembre 2024, pour accorder au secrétaire général des Nations unies des pouvoirs d’urgence d’une durée indéterminée.

“L’ONU et l’OMS envisagent toutes deux ce genre de goulag numérique comme un mécanisme permettant d’exercer ce type d’autorité, et en particulier la capacité de ces entités à dicter ce qui doit être fait en réponse à ce qu’elles décident comme étant une crise, liée à la santé ou autre”, a déclaré M. Gaffney. “C’est ce qui m’inquiète le plus”.

Le Dr Michel Kazatchkine, médecin et diplomate français, membre de l’équipe qui a rédigé la déclaration du PPPR, a déclaré que la déclaration et la proposition d’accorder des pouvoirs d’urgence au secrétaire général de l’ONU sont liées.

Selon M. Roguski,la déclaration de la PPPR est l’une des “quatre pistes auxquelles il est important de prêter attention en ce moment”, avec les Amendements au RSI adoptés en mai 2022qui, selon lui, “doivent être rejetés d’ici la fin du mois de novembre”, les nouveaux amendements au RSI et le “traité sur les pandémies” (officiellement appelé WHO CA+ Framework Convention (convention-cadre CA+ de l’OMS).

M. Roguski a déclaré au Defender que la date butoir de mai 2024 pour l’adoption des amendements au RSI et du “traité sur les pandémies” à l’Assemblée mondiale de la santé de l’OMS est compromise en raison des nations qui s’y opposent – un point de vue partagé par M. Gostin, qui a déclaré que la date butoir de mai 2024 serait “difficile à atteindre”, mais a fait remarquer que “la raison de la rapidité est impérieuse”.

M. Roguski a déclaré que les négociations sur le PPPR avaient été menées dans le “secret” et a noté que la déclaration du PPPR “ne dit rien” des efforts visant à développer un réseau mondial de certification numérique en matière de santé, qui établirait un cadre mondial pour la mise en œuvre de “passeports vaccinaux” et d’autres types de certificats de santé.

M. Roguski a déclaré qu’au lieu de demander l’arrêt de la recherche sur le gain de fonction, le PPPR soutient le financement des efforts de l’OMS “pour mettre en œuvre un système d’accès aux agents pathogènes et de partage des avantages“. Selon lui, cela “augmente le risque de propagation d’agents pathogènes mortels, et ce de manière délibérée”.

Selon la déclaration du PPPR, une réunion de haut niveau examinant les progrès réalisés dans la mise en œuvre du PPPR se tiendra à New York en 2026. D’autres réunions de haut niveau sur la santé organisées cette semaine par l’Assemblée générale des Nations unies sont consacrées à la couverture sanitaire universelle et à la tuberculose.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...