www.zejournal.mobi
Dimanche, 25 Févr. 2024

De la Covid-19 au changement climatique : Les véhicules de l’autoritarisme global

Auteur : Brandon Smith | Editeur : Walt | Mardi, 12 Sept. 2023 - 18h23

Comme je l’ai indiqué par le passé, le monde occidental a été à deux doigts d’être complètement assujetti et placé sous une tyrannie médicale perpétuelle par une coalition de responsables gouvernementaux, d’intérêts globalistes et d’entreprises partenaires. Les analystes du mouvement pour la liberté ont souvent parlé de «conspiration ouverte», mais ce n’est qu’avec la réponse à la pandémie que nous avons vraiment vu le masque tomber et l’ordre du jour se révéler.

Il y a à peine cinq ans, les sceptiques rétorquaient le plus souvent qu’une telle conspiration était «impossible» parce qu’elle était «trop élaborée pour être organisée». Aujourd’hui, ces personnes ont l’air plutôt stupides. Il est indéniable qu’il existe une cabale des élites au pouvoir, qu’elles sont fortement organisées autour de l’idéologie globaliste et qu’elles veulent un contrôle centralisé total de la société. C’est un fait immuable, étayé par des preuves infinies. Le débat est clos. La réponse Covid y a mis fin.

La liste des crimes contre les libertés civiles est longue. L’establishment et la gauche politique (avec l’aide d’une poignée de néoconservateurs) ont tenté de mettre en œuvre des mesures autoritaires sans précédent, allant de la fermeture des entreprises et des églises au port forcé de masques (les études montrent que les masques sont inutiles), en passant par la vaccination forcée à l’aide de produits expérimentaux à base d’ARNm qui n’ont fait l’objet d’aucun test de sécurité à long terme. Dans certains pays (dont la Nouvelle-Zélande et l’Australie), des camps Covid ont été construits pour emprisonner non seulement les citoyens voyageant à l’étranger, mais aussi ceux qui ne voyagent pas. La législation relative à la construction de tels camps a été proposée aux États-Unis.

Dans les sondages, un grand nombre de démocrates ont soutenu des politiques encore plus extrêmes :

  • 55% des démocrates souhaitaient que des amendes soient infligées aux Américains non vaccinés.
  • 59% des démocrates souhaitent que les personnes non vaccinées soient confinées de force à leur domicile.
  • 48% des démocrates souhaitent que toute personne remettant en cause les vaccins soit condamnée à une peine de prison.
  • 47% des démocrates sont favorables à un suivi gouvernemental des personnes non vaccinées.
  • 29% des démocrates sont favorables à ce que les enfants soient retirés aux personnes non vaccinées.

Donc, si quelqu’un vous dit qu’il n’y a pas de camp et que le conflit est une illusion créée par le «faux paradigme gauche/droite», vous savez qu’il est plein de fumier. Il y a bel et bien des camps et les globalistes ne sont pas notre seule préoccupation. Et bien qu’il y ait toujours des nuances à prendre en considération, les exceptions à la règle ne changent pas la règle.

Comme de nombreux gauchistes l’ont ouvertement admis pendant les confinements, l’objectif était de rendre la vie si misérable aux personnes non vaccinées qu’elles finiraient par s’y conformer pour survivre. De cette manière, les élites de l’establishment et les gauchistes pouvaient prétendre que les gens étaient «volontaires» pour les vaccins et que personne n’avait été forcé. Ce qu’ils voulaient dire en réalité, c’est que personne n’a été forcé sous la menace d’une arme, mais nous savions tous que cette menace viendrait ensuite.

Il ne faut pas oublier que toutes ces mesures ont été rationalisées au nom de la nécessité de «sauver des vies». Aucune vie n’a été sauvée par ces mandats. Le taux médian officiel de létalité de l’infection par la Covid-19 est de seulement 0,23%. En d’autres termes, toutes ces violations constitutionnelles ont été tentées pour un virus que 99,8% des gens allaient inévitablement attraper et auquel ils allaient facilement survivre. Je continue de penser que les autorités s’attendaient à ce que la Covid-19 tue beaucoup plus de personnes qu’il ne l’a fait. Lorsque des maladies créées en laboratoire se répandent dans la nature, elles changent rapidement, évoluant généralement pour devenir plus infectieuses mais moins mortelles.

La cabale n’est pas toute puissante et certainement pas infaillible. Elle commet souvent des erreurs. Le programme Covid reposait sur de multiples facteurs disjoints, difficiles à prévoir et dont la plupart devaient fonctionner en tandem. L’un de ces facteurs était la dépendance à l’égard de la gauche politique (un groupe de faibles) pour jouer le rôle d’idiots utiles et d’exécutants de la foule. Franchement, les gauchistes ne sont pas assez effrayants pour inspirer la conformité.

Un autre facteur a été l’hypothèse selon laquelle la réaction des conservateurs et des libres penseurs indépendants serait limitée et facile à contrôler. Enfin, la plupart des gouvernements des États américains, sinon tous, ont dû appliquer les obligations pendant toute leur durée.

Les globalistes semblent avoir largement sous-estimé la résistance potentielle à leur programme, en particulier aux États-Unis où plus de 50 millions de citoyens armés étaient prêts à entrer en guerre contre les restrictions draconiennes. Je pense que les passeports vaccinaux étaient la clé du système ; les passeports vaccinaux auraient permis à l’establishment de dominer entièrement l’économie, les gens étant incapables d’obtenir un emploi ou d’acheter des produits de première nécessité sans se soumettre aux obligations.

C’est là que de nombreux conservateurs, indépendants et des dizaines d’États rouges (à ma grande surprise) ont pris position, et soudain, comme par magie, l’hystérie Covid s’est évanouie. La campagne de propagande médiatique s’est calmée (par rapport aux deux années précédentes) et les obligations ont été abandonnés dans la plupart des pays du monde. Les globalistes n’étaient pas prêts à prendre le risque de se battre contre une insurrection massive.

Il a été suggéré que l’agenda Covid était sur le point de faire son retour avec une nouvelle souche du virus. Si tel est le cas, la tentative se heurtera à un mur. Avec encore plus d’Américains conscients de l’inutilité des obligations et des masques, il est peu probable qu’elle gagne beaucoup de terrain. Bien entendu, tant que les personnes à l’origine de ces projets resteront impunies, elles seront libres d’essayer encore et encore jusqu’à ce que quelque chose colle.

Les agences gouvernementales et les fonctionnaires comme Anthony Fauci restent impunis pour leurs nombreux mensonges Covids. Joe Biden reste impuni pour ses tentatives de supplanter la Déclaration des droits. Les grands médias et les grandes entreprises technologiques restent impunis pour leur collusion dans les efforts de propagande et de censure.

Et ne passons pas sous silence le fait que Donald Trump a promu les programmes de vaccins à ARNm accélérés (j’admets qu’à ma connaissance, il n’a jamais appelé à ce que les gens soient contraints de s’y conformer).

Il a également placé de nombreux technocrates et globalistes au sein de son propre cabinet, qui contribueront plus tard à instaurer des politiques autoritaires. La question de savoir dans quelle mesure ces personnes l’ont influencé ou lui ont menti est à débattre, mais les poursuites dont il fait actuellement l’objet ne remettent pas en cause le rôle qu’il a joué dans la mise en place des fermetures. S’il y a une élection en 2024 et que Trump réintègre la Maison-Blanche, rappelez-vous qu’aucun président ne nous sauvera de ce combat, nous devons nous sauver nous-mêmes.

L’objectif des globalistes sera de passer rapidement à d’autres événements de crise, qu’ils soient réels ou fabriqués, pour mettre la population au pas. C’est le cas aujourd’hui avec l’hystérie du changement climatique…

L’agenda Covid et l’agenda du changement climatique sont très similaires en ce sens qu’ils reposent sur une erreur fondamentale. Le mensonge consiste à dire que ces événements sont en fait dictés par le comportement humain, et que ce comportement doit donc être contrôlé au nom du «plus grand bien». L’idée va cependant plus loin, dans le domaine du collectivisme, car les globalistes et les gauchistes affirment que chaque action individuelle affecte la vie du reste de la population au sein d’une grande ruche qui ne s’ennuie pas. Par conséquent, l’État doit micro-gérer la vie de chaque personne afin d’éviter une sorte de réaction en chaîne qui conduirait à une catastrophe pour la précieuse colonie d’insectes.

C’est ce que l’on a prétendu lors de la farce Covid, et c’est également ce que l’on prétend pour le changement climatique et les restrictions en matière de carbone. Ils ont inventé une nouvelle excuse pour éliminer les libertés individuelles. Pour la crise Covid, c’était l’air que nous respirons tous qui était censé détruire la santé publique, et pour le changement climatique, c’est à nouveau l’air que nous respirons qui est censé détruire le monde. Une coïncidence ? Je ne crois pas.

Pendant les confinements, de nombreux globalistes et chercheurs en climatologie liés aux globalistes ont publiquement exprimé leur joie à l’idée que les confinements climatiques pourraient être utiles pour réduire les émissions de carbone. L’expression «confinement climatique» a commencé à circuler dans les grandes conférences et dans diverses études financées par les globalistes.

Ces études montrent évidemment une chute précipitée des émissions de carbone d’origine humaine pendant les périodes de blocage, mais ne fournissent toujours pas de preuve que les émissions d’origine humaine sont réellement à l’origine des changements climatiques. Cela reste l’escroquerie sous-jacente de l’histoire du climat – les chercheurs en climatologie ayant accès à des milliards de dollars de fonds gouvernementaux et de fonds de groupes de réflexion travaillent volontiers sur l’HYPOTHÈSE que les émissions causent le réchauffement, alors qu’ils n’ont en fait aucune preuve pour étayer cette position. Corrélation n’est pas causalité.

Cet été, les médias ont inlassablement battu le tambour de la propagande climatique à un degré qui imite la propagande Covid d’il y a quelques années. Les rapports nihilistes sur l’imminence d’une «ébullition globale» reposent sur un château de cartes. Presque toutes les affirmations relatives à la crise climatique sont fondées sur des données datant d’un peu plus de 100 ans. L’histoire du climat de la Terre est vaste et il y a eu de nombreuses périodes de réchauffement beaucoup plus chaudes qu’aujourd’hui. Tous ces réchauffements se sont produits à des périodes où la vie animale et végétale était abondante et où l’industrie humaine n’avait rien à se reprocher.

 

Le croque-mitaine du climat n’est rien d’autre qu’une nouvelle fraude Covid, un moyen de s’emparer du pouvoir et d’effacer nos libertés. Il n’y a pas de menace, et même s’il y en avait une, les êtres humains ne pourraient rien y faire puisque nous n’avons aucune influence sur l’évolution des températures de la Terre. Le climat de la planète change depuis des millions d’années et il n’y a aucune différence entre les changements d’aujourd’hui et ceux du passé.

Les globalistes savent que pour parvenir au «nouvel ordre mondial» ou à la «grande remise à zéro» qu’ils appellent de leurs vœux, un large pourcentage de la population doit être acquis à leur cause. Et comme la plupart des gens ont une certaine conscience et un intérêt personnel, leur asservissement doit être présenté comme un élément positif. Il faut leur faire croire qu’en adoptant l’esclavage, ils sauvent la planète et la vie des autres.

Rien de tout cela n’est vrai, bien sûr, mais tant que la population pense faire le bien, elle peut souvent être manipulée pour soutenir un mal immense.

Traduit par Hervé pour Le Saker Francophone


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...