www.zejournal.mobi
Mercredi, 24 Juill. 2024

Les données montrent que le niveau de la mer baisse depuis plus de 100 ans en Scandinavie

Auteur : Chris Morrison | Editeur : Walt | Mardi, 23 Mai 2023 - 20h29

Depuis plus d’un siècle, les villes d’Oslo, de Stockholm et d’Helsinki, en Europe du Nord, ne cessent de s’élever, sans que rien ne laisse supposer que le niveau local de la mer ne continuera pas à baisser de quelques millimètres par an. Jusqu’en 2020, date à laquelle le nouvel outil de projection du niveau de la mer du GIEC (AR6) a soudainement annoncé des hausses substantielles du niveau de la mer sur l’ensemble du territoire. Cette découverte semble déconcerter Ole Humlum, professeur émérite de géographie physique à l’université d’Oslo. Il semble que cet outil n’ait pas été produit pour tester la validité d’une idée scientifique. Il s’agit plutôt d’une tentative pour « alarmer l’utilisateur », a-t-il déclaré.

Et il l’a fait. Depuis que ce modèle informatique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a été rendu public pour la première fois en 2020, les médias grand public ont publié une multitude d’articles non contrôlés sur les « inondations ». Le Daily Sceptic a fait état des activités d’une opération d’agit-prop verte basée aux États-Unis, appelée Climate Central, qui est soutenue par des fondations milliardaires et qui utilise les données du GIEC pour promouvoir des histoires d’inondations catastrophiques sur mesure dans les médias locaux. Récemment, le Mirror a rapporté qu’une grande partie de Londres pourrait disparaître d’ici 80 ans, tandis que de vastes zones le long de la Humber et des Midlands pourraient également disparaître sous les vagues. Les politiciens locaux, comme le maire de Londres Sadiq Khan, reprennent ces histoires fantastiques et les utilisent pour justifier des politiques « climatiques » dures, y compris un assaut contre le transport privé. 

C’est ce que M. Humlum a découvert lorsqu’il a interrogé le nouveau modèle informatique de projection de l’évolution du niveau de la mer du GIEC pour la ville côtière d’Oslo. La capitale norvégienne, comme d’autres villes scandinaves, a été ensevelie sous une énorme couche de glace qui n’a commencé à se soulever qu’il y a 20 000 ans. Aujourd’hui encore, la région subit une élévation « isostatique » continue de plusieurs millimètres par an, à mesure qu’elle rebondit sur les couches sous-jacentes. Le rythme observé de la baisse du niveau de la mer est indiqué en violet dans le graphique ci-dessus. Si la tendance observée depuis plus de 100 ans se poursuit, le niveau de la mer baissera de 28 cm d’ici la fin du siècle. Le modèle du GIEC prévoit une augmentation du niveau de la mer de 17 cm d’ici à 2100. M. Humlum a trouvé des schémas et des déconnexions similaires pour les capitales de la Suède et de la Finlande. Copenhague se trouvait à la limite de la calotte glaciaire, et une très faible augmentation annuelle s’est transformée en une hausse substantielle de 45 cm d’ici 2100.

Il est « extrêmement surprenant », observe M. Humlum, que ce changement modélisé apparaisse pour la première fois en 2020 sous la forme d’un changement progressif assez marqué du niveau relatif de la mer. Humlum suggère que si les modélisateurs avaient produit des données remontant à 1950, « le conflit entre les données mesurées et modélisées serait immédiatement devenu évident ». Selon M. Humlum, « il est extrêmement décevant qu’un contrôle de qualité aussi simple – ou un contrôle de santé – n’ait apparemment jamais été demandé ou effectué par le GIEC ».

Le travail de M. Humlum figure dans le rapport Clintel récemment publié – « The Frozen Climate Views of the IPCC » – et fait partie d’un examen détaillé et critique du sixième rapport d’évaluation (AR6) de l’organisation des Nations unies. Comme nous l’avons noté récemment, les auteurs scientifiques sont très critiques à l’égard d’une grande partie du travail du GIEC. En plus de mettre l’accent sur les scénarios les plus pessimistes, il réécrit l’histoire du climat, a un « énorme » biais en faveur des mauvaises nouvelles, et écarte les bonnes nouvelles du résumé à l’intention des décideurs politiques, largement diffusé. Le scénario le plus pessimiste est appelé SSP5-8.5 et suppose que les températures augmenteront de 5°C en moins de 80 ans. Étant donné que les températures ont augmenté d’à peine 0,1°C au cours des deux premières décennies de ce siècle, presque personne ne croit que ces scénarios sont un tant soit peu plausibles. Néanmoins, M. Clintel note que 43% des prévisions du GIEC concernant un changement climatique radical et préjudiciable, et environ la moitié de la littérature scientifique sur le climat, sont basées sur ces scénarios.

Le graphique de Humlum n’utilise qu’un scénario modéré SSP2-4,5. Les scénarios les plus extrêmes sont disponibles sur l’outil du GIEC, ce qui pourrait expliquer comment, avec l’aide de Climate Central, le Wilshire Times a rapporté l’année dernière que d’ici 2050, les eaux pourraient clapoter autour de la cathédrale de Gloucester, située à une altitude de 19 mètres. Pour sa part, Climate Central indique qu’il fournit « des informations faisant autorité pour aider le public et les décideurs politiques à prendre des décisions avisées sur le changement climatique et l’énergie ».

Le niveau de la mer est très difficile à mesurer et, malgré les progrès récents de l’altimétrie satellitaire, les marégraphes offrent toujours un enregistrement cohérent. M. Humlum a noté que ces marégraphes situés dans le monde entier indiquent une élévation moyenne du niveau de la mer de 1 à 2 mm par an. De récentes tentatives de modélisation intégrant les mesures satellitaires aboutissent à une élévation qui serait supérieure à 3 mm. Le GIEC affirme que l’élévation du niveau de la mer s’est récemment accélérée, mais M. Humlum estime que les preuves de cette accélération sont « minces ». Les enregistrements des marégraphes montreraient « un comportement remarquablement linéaire depuis plus d’un siècle ».

Selon M. Humlum, il est probable que le GIEC confonde ce qu’il considère comme une « accélération » récente du niveau de la mer avec la variabilité multidécennale des océans. « Cela devrait être clair dans les 10 à 20 prochaines années », écrit-il. « Pour l’instant, il est très préliminaire d’affirmer qu’il y a une accélération de l’élévation du niveau de la mer ».

Le point de départ des travaux du GIEC est l’hypothèse selon laquelle tout réchauffement depuis 1850 environ est dû à l’utilisation de combustibles fossiles par l’homme. Ses principes fondateurs de 1988 lui demandent de déterminer la « base scientifique du risque de changement climatique induit par l’homme ». Compte tenu de ce dogme, la CIPV est devenue particulièrement inadaptée à l’examen de tous les aspects du changement climatique, qu’il soit dû aux activités humaines ou à des causes naturelles. Depuis 1988, les forces naturelles à l’origine du changement climatique sont beaucoup mieux comprises. M. Humlum estime que l’aveuglement du GIEC a pu conduire à ses dernières erreurs dans la modélisation du niveau de la mer. « La conclusion fondamentale du GIEC selon laquelle les variations naturelles n’ont pas eu d’influence significative depuis 1850 environ devrait donc être réexaminée », affirme-t-il.

Les plus cyniques noteront que l’objectif premier du GIEC est de promouvoir l’idée que l’activité humaine est la seule cause du réchauffement de la planète depuis 1850. Tout écart par rapport à cette ligne de conduite entraînera des difficultés financières considérables et un chômage généralisé dans la communauté des scientifiques du climat.

Traduction: Marie-Claire Tellier


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...