www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Juin 2024

La Turquie se rallie à Erdogan

Auteur : M.K. Bhadrakumar | Editeur : Walt | Vendredi, 19 Mai 2023 - 21h51

Il n’est pas surprenant que les États-Unis et l’Union européenne n’aient pas eu le courage de saluer la performance de Recep Erdogan et de son parti lors des élections présidentielles et législatives qui se sont déroulées dimanche en Turquie. Les résultats des élections ne servent pas les intérêts géopolitiques des États-Unis et de leurs alliés européens. Il est évident que les supplications et la gestion médiatique qui ont précédé le scrutin sont restées lettre morte.

Les puissances occidentales espéraient un gouvernement faible et instable et s’inquiètent au contraire de voir un Erdogan survolté, disposant d’une majorité écrasante au parlement, présider un gouvernement fort et ne pas se laisser marcher sur les pieds.

C’est ainsi qu’a commencé la mise en place d’un système d’épinglage. La légitimité de la victoire d’Erdogan sur son rival de l’opposition, Kemal Kilicdaroglu, soutenu par l’Occident, est remise en question. Un rapport en temps réel des conclusions préliminaires de la mission d’observation électorale de l’OSCE est venu à point nommé, alléguant des tentatives de remaniement des résultats de l’élection.

Le rapport accuse Erdogan de bénéficier d’un « avantage injustifié » et de recourir à une « utilisation abusive des ressources administratives », et la commission électorale d’un « manque de transparence, de communication » et d’indépendance.

Dans une attaque directe contre Erdogan, le rapport de la mission de l’OSCE indique que « le président n’est pas explicitement soumis aux mêmes restrictions pendant la période de campagne » et qu’« il a profité indûment de son statut de président sortant… (et) a brouillé la frontière entre le parti et l’État, en contradiction avec le document de Copenhague de 1990 » (qui contient des engagements spécifiques en matière d’élections).

Le rapport indique que l’administration électorale, les organes chargés de l’application de la loi et les tribunaux n’ont pas bénéficié de la confiance de l’opposition pour résoudre les griefs électoraux de manière « impartiale et efficace ». Le secret du vote n’a pas toujours été garanti ; le vote familial et le vote de groupe étaient fréquents ; et des personnes non autorisées ont participé au dépouillement, « ce qui a suscité des inquiétudes quant à son intégrité ». Au cours du dépouillement, « plusieurs erreurs de procédure importantes ont été signalées ».

Le département d’État des États-Unis a rapidement exhorté les autorités turques à mener « la prochaine phase de l’élection présidentielle en conformité avec les lois du pays et d’une manière qui soit compatible avec ses engagements envers l’OSCE ainsi qu’en tant qu’allié de l’OTAN ».

Le principal porte-parole adjoint du département d’État, Vedant Patel, a déclaré lundi que l’administration Biden « continuait à suivre de près le processus électoral en cours dans le pays ». Il a ajouté que « nous félicitons le peuple turc pour avoir exprimé pacifiquement sa volonté dans les urnes, et nous félicitons également le parlement nouvellement élu ».

Patel a réitéré la position déclarée des États-Unis selon laquelle « nous continuerons à travailler avec le gouvernement choisi par le peuple turc, quel qu’il soit, afin d’approfondir notre coopération et nos priorités communes ».

Mais il a également précisé que « le processus électoral se poursuit, tout comme le travail de la mission d’observation électorale de l’OSCE, qui, comme vous le savez, a publié des conclusions préliminaires… Mais je ne vais pas prédire quoi que ce soit d’autre à partir de maintenant ». Patel a confirmé que des observateurs des États-Unis étaient représentés dans l’équipe de l’OSCE.

S’inspirant peut-être de Patel, le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, s’est montré direct dans une déclaration publiée à Bruxelles mardi. Il a déclaré : « Nous prenons note des résultats et conclusions préliminaires de la mission internationale d’observation des élections de l’OSCE et du Conseil de l’Europe, et appelons les autorités turques à remédier aux lacunes identifiées ».

Borrell a ajouté : « L’UE attache la plus grande importance à la nécessité d’organiser des élections transparentes, inclusives et crédibles, dans des conditions équitables ». Borrell s’est également félicité des élections en tant que telles et a noté que le taux de participation élevé était un signe clair de l’engagement du peuple turc à exercer son droit de vote démocratique.

L’intérêt de ces remarques réside dans l’allusion subtile de Patel et de Borrell au fait que tout n’est pas encore perdu et que la victoire d’Erdogan n’est pas encore acquise. (Il est intéressant de noter que le ministère turc des Affaires étrangères a souligné qu’un total de 489 observateurs internationaux ont suivi les élections du 14 mai en Turquie et qu’il est également « reflété dans les rapports de ces délégations que les élections se sont déroulées conformément aux normes d’élections démocratiques libres et avec une participation exemplaire dans la géographie de l’OSCE et du Conseil de l’Europe »).

Cela dit, les calculs occidentaux doivent maintenant avoir compris qu’Erdogan a conservé son électorat de base, qui n’a pas souffert de l’érosion, et que son charisme ne peut être égalé par Kilicdaroglu. En termes « systémiques », les mondialistes ne peuvent pas non plus rivaliser avec le programme nationaliste d’Erdogan.

Erdogan est pratiquement certain de remporter le second tour. La grande question concerne le troisième candidat, Sinan Ogan, qui a obtenu 5,2% des voix lors du premier tour de dimanche et qui se retire maintenant de la course. Où iront ses partisans au second tour ? Il ne fait aucun doute que cela affectera le « rapport de force » au second tour et fera pencher la balance de manière décisive. 

Il y a fort à parier que Kilicdaroglu obtiendra la majeure partie des votes « anti-Erdogan » d’Ogan, mais cela suffira-t-il pour l’emporter au second tour ? Il se peut que ce ne soit pas le cas. En d’autres termes, Ogan ne sera pas en mesure de remettre l’ensemble de son électorat à Kilicdaroglu.

Il est clair que si Erdogan parvient à conserver sa base électorale, qui dépasse les 49,5%, et à obtenir ne serait-ce qu’un quart des voix obtenues par Ogan, il sortira vainqueur du second tour. Il est fort probable qu’Erdogan l’emporte.

Le fait que l’AKP ait obtenu une majorité confortable aux élections législatives – contre toute attente – crée également une nouvelle dynamique. Le succès de l’AKP montre que les électeurs turcs recherchent un gouvernement stable à Ankara alors que l’environnement extérieur devient extrêmement dangereux pour le pays et que la crise économique exige une attention particulière. Or, le type de coalition arc-en-ciel que Kilicdaroglu dirige a été le fléau de la politique turque pendant plusieurs décennies, avant l’ère Erdogan, et une recette pour l’instabilité. De même, il faut tenir compte du fait que la vague de fond de l’opinion publique turque reste farouchement anti-occidentale.

S’il gagne, ce sera le dernier mandat d’Erdogan. Et il s’agira d’un « mandat d’héritage ». Erdogan cherchera sans aucun doute à faire de la Turquie une plaque tournante régionale dans les domaines de l’énergie, de l’alimentation, de la connectivité et du transit. Il y aura des percées dans l’industrie nucléaire, l’industrie de la défense, les projets d’infrastructure, etc. avec la participation de la Russie.

Il est tout à fait concevable que, dans l’atmosphère politique très polarisée qui règne dans le pays, des manifestations soient organisées par l’opposition si Erdogan l’emporte au second tour le 28 mai. Mais cela ne constituera pas un défi sérieux pour Erdogan.

La Turquie n’est pas mûre pour une révolution colorée. Le fait est que, contrairement à Edouard Chevardnadze en Géorgie ou à Viktor Ianoukovytch en Ukraine, Erdogan est un homme politique de terrain qui dispose d’une solide base de masse et la politique qu’il pratique est en phase avec l’esprit du temps dans la région.

Traduction Réseau International


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...