www.zejournal.mobi
Lundi, 17 Juin 2024

« Une idée épouvantable »: le premier vaccin pour le contrôle des naissances fait l’objet d’essais cliniques

Auteur : Brenda Baletti | Editeur : Walt | Lundi, 15 Mai 2023 - 18h30

Le premier vaccin contraceptif de l’humanité fait déjà l’objet d’essais cliniques, selon un article publié cette semaine dans The Atlantic.

La journaliste Katherine J. Wu, Ph.D. , a décrit le vaccin, tel qu’il a été conçu par le professeur Gursaran Pran Talwar, en précisant qu’il s’agirait d’une :

“Nouvelle forme de contraception qui pourrait bloquer la grossesse sans les compromis habituels; une intervention à longue durée d’action mais réversible; bon marché, discrète et facile à administrer; moins invasive qu’un dispositif intra-utérin et plus pratique qu’une pilule quotidienne.

“Il permettrait d’éviter les effets secondaires gênants, parfois dangereux, tels que la prise de poids, les sautes d’humeur et les caillots sanguins et accidents vasculaires cérébraux, rares mais risqués. Il incarnerait le type du modèle “on le met et on l’oublie” qui est devenu la norme en matière de santé.

Plutôt que de perturber le cycle menstruel, comme le font les formes hormonales de contrôle des naissances, le vaccin utilise le système immunitaire pour prévenir la grossesse en bloquant la fécondation.

M. Talwar a mis au point le premier vaccin et en a breveté une version au début des années 1990. Cette version, censée être efficace pendant deux ans avant qu’un rappel ne soit nécessaire, a été déclarée “efficace à près de 100%“.

M. Talwar, ancien directeur de l’Institut national d’immunologie de l’Inde, a expliqué à Wu qu’il avait mis au point ce vaccin parce qu’il connaissait des femmes indiennes qui s’efforçaient de nourrir des familles nombreuses, mais qui n’étaient pas satisfaites des formes de contraception existantes.

Il a donc créé un vaccin qui neutraliserait l’hormone gonadotrophine chorionique humaine (hCG), connue sous le nom d’”hormone de la grossesse” parce qu’elle est nécessaire à l’implantation des ovules fécondés.

Mais Brian Hooker, docteur en sciences et ingénieur, directeur scientifique de Children’s Health Defense, estime qu’un tel vaccin ne pose pas seulement des problèmes, “c’est une idée absolument horrible”.

M. Hooker a déclaré au Defender:

“L’immunisation d’une femme avec de l’hCG identique à l’hormone qu’elle produit, ou celle d’un homme avec des protéines spermatiques qui attaquent ses propres spermatozoïdes sur le site de production, peut entraîner de nombreux problèmes.

La grande question qui vient à l’esprit est celle de la “réversibilité”. Il est très difficile d’arrêter une réponse immunitaire complète avec des cellules mémoires B une fois qu’elle a été activée. Je crains que ce type de vaccin ne rende de nombreuses personnes définitivement stériles.

“En outre, les problèmes posés par cette technologie en ce qui concerne l’auto-immunité sont innombrables.

“Essentiellement, en incitant l’organisme à attaquer les protéines humaines, vous placez également les tissus humains, y compris les organes reproducteurs vitaux, dans la ligne de tir de nombreux processus inflammatoires sévères associés à une réponse immunitaire.

“C’est une mauvaise idée !”

Mary Lou Singleton, sage-femme et infirmière praticienne, a également soulevé des questions de sécurité. Elle a dit à The Defender :

“Il s’agirait du premier vaccin conçu pour provoquer une réponse immunitaire contre un processus corporel normal et sain.

“Comme tous les organismes vivants qui se reproduisent sexuellement, le corps humain est organisé autour de notre potentiel reproductif.

“Nous n’avons aucune idée des conséquences à long terme de la programmation du système immunitaire pour qu’il s’attaque à la partie de notre corps qui soutient les débuts de la grossesse, mais nous savons que l’histoire de la médecine est pleine de conséquences involontaires”.

L’article de The Atlantic n’a pas mis l’accent sur les risques éventuels pour la santé. Au contraire, il vante les mérites de l’essai clinique du vaccin réalisé par Talwar et al. en 1994, au cours duquel une seule des 119 femmes participant à l’étude est tombée enceinte.

Les limites [de l’étude], selon Mme Wu, résident dans le fait que, bien qu’elles ne soient pas tombées enceintes, environ 20 % des femmes n’ont pas produit la quantité d’anticorps nécessaire pour que l’essai soit réussi. Ce résultat serait considéré comme suffisamment efficace pour un vaccin ordinaire, a écrit Mme.Wu, mais pour la contraception, les attentes sont plus élevées.

Une autre limite qu’elle a relevée est qu’une série de trois injections pourrait être “encombrante”.

Mais, écrit-elle, “il y a des raisons de penser que ces questions ne sont pas insurmontables”, car les immunocontraceptifs sont utilisés depuis des décennies par les scientifiques de la faune sauvage pour prévenir les grossesses “comme une alternative plus humaine à l’abattage”.

L’immunocontraception a été principalement utilisée sur des animaux en captivité, mais aussi pour contrôler la population de certaines espèces sauvages telles que le cerf de Virginie, le cheval sauvage, le bison et l’éléphant, selon la Humane Society of the United States (Société protectrice des animaux des États-Unis).

Le Dr Julie Levy, spécialiste des maladies infectieuses félines à l’université de Floride, qui a travaillé sur les immunocontraceptifs chez les animaux, a décrit le défi que représente la création d’un vaccin contraceptif efficace comme une “tentative d’immunisation d’un animal contre lui-même”.

Mme Wu a également mentionné que le vaccin hCG a “rencontré quelques problèmes de tolérance”, dans la mesure où certaines femmes développent des “nodules indolores mais proéminents”, ce qui, selon elle, indique que les adjuvants du vaccin “excitent un peu trop le système immunitaire”.

Cela signifie que les scientifiques devront “modifier les dosages ou les ingrédients” avant que le vaccin ne soit prêt, écrit-elle.

Cependant, elle affirme que ce vaccin est important car il pourrait combler des lacunes évidentes sur le marché des contraceptifs.

“Près de la moitié des grossesses dans le monde ne sont pas planifiées” et l’accès aux moyens de contraception existants est “incohérent, inéquitable et toujours entravé par la stigmatisation et la désinformation”, a-t-elle déclaré.

S’appuyant sur un entretien avec Debanjana Choudhuri, directeur des programmes et des partenariats à la Fondation indienne pour les services de santé reproductive, Mme Wu a ajouté :

“Une contraception temporaire, présentée sous la forme d’un vaccin très sûr, pourrait être pratique et respectueuse de la vie privée, et pourrait intéresser les jeunes citadins, qui ont déjà été enthousiasmés par les contraceptifs injectables et ne voient pas d’inconvénient à recevoir des injections de rappel.

Le plus important est que l’ajout d’un vaccin au répertoire donne aux gens un “autre choix”.

La grossesse n’est pas une maladie

Le véritable défi que pose le lancement d’un vaccin contraceptif, a écrit Mme Wu, est que certains pourraient le stigmatiser en raison de l’histoire de la contraception imposée aux femmes, en particulier aux pauvres, aux malades mentaux et aux personnes de couleur, sans leur consentement ou à leur détriment.

Sanghamitra Singh, Ph.D. , responsable des politiques et des programmes à la Fondation indienne pour la population, a déclaré à Mme Wu que “la grossesse n’est pas une maladie”.

Wu a admis que la vaccination contre la grossesse pourrait “involontairement” impliquer que la grossesse est un problème à éradiquer, ce qui pourrait stigmatiser la vaccination.

Mme Singleton a déclaré qu’elle s’inquiétait également des risques d’abus.

Elle a ajouté :

“Partout dans le monde, des personnes au pouvoir continuent de restreindre les droits reproductifs des femmes par la contraception à long terme et la stérilisation, forcées et contraintes.

Alors que l’antinatalisme et les préoccupations liées à la surpopulation augmentent au sein des classes dirigeantes, cette technologie sera-t-elle ajoutée aux calendriers de vaccination imposés par l’État aux adolescentes, aux femmes immigrées, aux femmes pauvres ou à d’autres groupes qualifiés de “à haut risque” de grossesse non désirée ?

Mme Wu a également admis que l’administration du vaccin pourrait “soulever le spectre de l’éradication de la fertilité dans les sous-sections les plus vulnérables de la société”, car, d’après Lisa Campo-Engelstein, Ph.D.un bioéthicien spécialiste de la reproduction à l’Université du Texas Medical Branch, la facilité d’administration du vaccin pourrait signifier qu’il est plus susceptible d’être administré sans qu’il y ait un plein . consentement éclairé..

Cela pourrait être un problème, a souligné Mme Wu, dans le climat actuel où de nombreuses personnes sont déjà “réticentes à l’égard des vaccins”, notamment en raison des “fausses accusations selon lesquelles d’autres vaccins compromettent la fertilité”.

Mais des données récentes de Pfizer, obtenues grâce à des demandes en vertu de la loi sur la liberté de l’information, montrent un lien entre le vaccin COVID-19 et les fausses couches et les malformations congénitales.

Les études menées par Pfizer sur les animaux pour le vaccin ont montré des signes d’alerte majeurs concernant les pertes de grossesse et les anomalies fœtales.

Les documents révèlent également que le fabricant a choisi de ne pas suivre la grande majorité des grossesses dans les essais humains initiaux, malgré les taux élevés de fausses couches dans la minorité qu’il a suivie.

Selon Mme Singleton, la question de la sécurité des vaccins est déjà difficile à aborder et le fait de l’associer à une discussion sur la contraception pourrait soulever encore plus de difficultés.

Elle a dit :

“Comme on a pu le constater au cours des dernières années, la société dominante n’autorise aucun dialogue ni aucune critique sur la question de la sécurité des vaccins. Il est déjà difficile pour les militants de la santé des femmes d’aborder le sujet de la sécurité et des effets à long terme de la contraception hormonale.

“Combiner les vaches sacrées médicales que sont le contrôle des naissances et la contraception semble être une recette pour une intervention médicale que personne ne sera autorisé à remettre en question.

L’article de Mme Wu attribue le fait que le vaccin de Talwar ait peu progressé depuis le début des années 90 à un “mauvais timing”. Ce n’est que récemment qu’il a obtenu l’autorisation d’effectuer des essais sur sa nouvelle “recette vaccinale”. Toutefois, elle a indiqué que la recherche progressait et qu’elle pourrait également être orientée vers l’immunothérapie de certains cancers.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...