www.zejournal.mobi
Samedi, 24 Févr. 2024

Mon voyage à la Coupe du Monde de Handball en Pologne : plus jamais de voiture électrique !

Auteur : Berliner Zeitung (Allemagne) | Editeur : Walt | Samedi, 28 Janv. 2023 - 14h08

À partir de 2035, seules les voitures électriques à zéro émission seront autorisées à être vendues dans l'UE. Mais d'ici là, de nombreux problèmes doivent évidemment encore être résolus pour que les voitures électriques ne soient pas seulement adaptées à la ville, mais aussi aux plus longues distances.

Anton V. (28 ans), lecteur du Berliner Zeitung, a récemment conduit contre son gré avec une telle voiture électrique Tesla de Hanovre à Kattowitz (Katowice) et Cracovie (Cracovie) pour soutenir l'équipe allemande au Championnat du monde de handball. La distance de Hanovre à Katowice : environ 800 kilomètres.

Il a apprécié les jeux en Pologne, mais conduire la Tesla est devenu un cauchemar pour lui et son copain.

Voici son histoire :

Mon pote et moi, tous deux passionnés de handball, sommes partis tôt le matin pour les championnats du monde de handball en Pologne. Nous avons d'abord dû prendre une voiture de location. Voyager avec la Deutsche Bahn n'était pas une option pour nous car nous voulions assister à plusieurs matches et devions faire la navette entre Katowice et Cracovie. Notre premier but jeudi était le match Qatar contre Pays-Bas à 15h30 à Katowice. Un retard ne faisait pas partie de nos plans.

Avec un moteur à combustion, vous n'avez pas à vous en soucier

Ma déception a été d'autant plus grande que la société de location de voitures n'a pas pu nous fournir le moteur à combustion VW que nous avions réservé à l'avance : la voiture n'avait pas un profil de pneus d'hiver raisonnable. En guise d'alternative, on nous a proposé une Tesla Model Y, ce qui m'a immédiatement donné un mauvais pressentiment. Avec une voiture électrique à près de 800 kilomètres aller et autant retour, est-ce une blague ? J'avais également entendu des rumeurs selon lesquelles les capacités de la batterie ne seraient pas aussi suffisantes en hiver qu'en été. Cependant, le responsable a assuré que tout se passerait bien et a souligné la recharge gratuite dans les bornes de recharge Tesla comme un avantage. Au final, nous n'avions pas d'autre choix, car nous voulions enfin partir.

Nous avons dû planifier notre itinéraire différemment maintenant, car avec une voiture électrique, vous n'avez logiquement que peu d'options de recharge. Avec un moteur à combustion, vous n'avez pas à vous en soucier : vous faites le plein à la prochaine station-service et vous continuez à rouler. Avec la Tesla, cependant, nous devions planifier à l'avance le temps de recharge et le répartir sur l'itinéraire. Au moins, la fonction d'itinéraire nous a aidés et a montré toutes les stations-service Tesla sur la carte.

Une Tesla Model Y à une borne de recharge. Antoine V

La Tesla a dû être rechargée après seulement 250 kilomètres

Le voyage a commencé. Au bout d'un moment, cependant, il s'est avéré que la voiture, qui selon le configurateur allemand gère près de 520 kilomètres avec une batterie complètement chargée, à notre vitesse comprise entre 120 et 130 km/h après 250 kilomètres de conduite n'était plus que de dix pour cent et devait être rechargé. Bien sûr, en hiver, vous avez besoin d'un peu de chauffage. La distance à la fin est toujours effrayante.

Pour la première fois, nous avons dû "faire le plein" dans une telle station Tesla sur l'A14 entre Magdebourg et Leipzig. Comme promis, c'était gratuit, mais cela a pris près de 50 minutes. Nous nous sommes assis dans la voiture chaude donc c'était bien. Lorsque nous avons dû faire le plein près de Dresde pour la deuxième fois, le long temps de charge était un peu ennuyeux. Parce que nous n'étions sur la route que pendant environ cinq heures et nous avons dû charger pendant une heure et demie. L'objectif d'atteindre le match à 15h30 devenait de plus en plus flou. Au final, nous étions sur la route pendant près de onze heures et avons passé près de deux heures et demie à recharger. Nous avons raté le match de 15h30. Avec le moteur thermique nous aurions fait le trajet en 8h30 avec une courte pause.

Désormais, nous ne pouvions plus recharger dans les stations Tesla

Mais ce n'était que le début de notre aventure Tesla. Après avoir facilement rechargé le véhicule la première fois en Pologne, un message d'erreur est apparu sur le tableau de bord, nous obligeant à stocker un mode de paiement dans l'application Tesla. Cependant, seul le propriétaire de la voiture peut utiliser l'application Tesla, nous avons donc essayé de contacter la société de location, le véritable propriétaire. Mais l'entreprise n'a pas pu nous aider. Pour nous, cela signifiait que nous ne pouvions plus nous rendre aux bornes de recharge Tesla, mais que nous devions nous rendre aux bornes générales, qui coûtaient de l'argent et, en raison d'une puissance moindre, plus de temps. Au lieu de 50 minutes, nous avons soudainement dû charger la batterie pendant plus d'une heure et demie. Cela m'a rendu encore plus conscient que ce véhicule n'est pas fait pour les longues distances. Tu perd juste trop de temps.

De plus, il y a des problèmes avec les systèmes d'assistance, qui sont si immatures que le véhicule se contente de freiner automatiquement sur l'autoroute, même si aucune autre voiture n'a pu être vue à l'avance. À une vitesse de 120 km/h, c'est extrêmement dangereux. Avec les autres marques allemandes et asiatiques proposant des voitures électriques que nous avons conduites, ces systèmes fonctionnent beaucoup mieux.

Le point culminant absolu : Le chauffage ne fonctionnait plus

Donc, sur le chemin du retour, nous avons dû faire trois gros arrêts pour recharger à une station non Tesla pendant une heure et demie à chaque fois. Le point culminant absolu était un autre message d'erreur sur le tableau de bord peu de temps après la dernière charge à Halle : "Air conditionné, veuillez patienter". Le chauffage a cessé de fonctionner immédiatement - pas une bonne expérience à -2 degrés. Nous avons dû mettre tous les vêtements chauds que nous avions.

L'écran affiche la capacité des piles.MiS/imago

Je me demande : comment est-ce possible avec une voiture qui n'a parcouru que 5000 kilomètres ? Avec un moteur à combustion, on aurait certainement pu continuer à chauffer. Lorsque nous avons confronté le fournisseur à toutes ces questions, il a repoussé tout blâme et nous a référés au fabricant.

Ma conclusion : une voiture électrique peut convenir aux personnes qui ne font que se déplacer en ville ou qui ont leur propre borne de recharge à la maison. Pour les longues distances, surtout en hiver, une voiture électrique est désormais pour moi absolument inadmissible. Un tel véhicule ne peut en aucun cas rivaliser avec les moteurs diesel, mais aussi avec les moteurs à essence normaux. En plus de la dépense de temps, la dépense financière est également ennuyeuse : nous avons dû dépenser près de 50 euros par session de recharge, ce qui à son tour n'a suffi que pour 250 kilomètres. Je peux aller deux fois plus loin avec le carburant. Ces conditions font qu'il n'est pas du tout judicieux pour moi, en tant que conducteur, de conduire un tel véhicule, mais je me fierai aux moteurs à combustion aussi longtemps que cela sera possible.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...