www.zejournal.mobi
Vendredi, 19 Avr. 2024

Mesdames, Messieurs les censeurs, bonsoir

Auteur : Alexis Poulin | Editeur : Walt | Lundi, 23 Janv. 2023 - 18h25

La censure de RT France est un précédent qui devrait inquiéter tous les journalistes, car l’État, secondé par la commission européenne, se lance dorénavant dans une logique de labellisation des médias et de censure, qui n’a aucune limite. 

La chaîne d’information RT France n’est plus. Beaucoup s’en réjouissent. Comme s’il existait une bonne ou une mauvaise censure. Après des mois d’une lutte acharnée menée par la commission européenne pour censurer la chaîne, le trésor public français a finalement porté l’estocade, en obéissant servilement à une enième sanction européenne pour assurer la fin des opérations de RT en France.

Je suis fier d’avoir choisi d’y travailler pendant plusieurs années, même si cela hérisse le poil des chiens de garde de la bien-pensance. 

Les médias ayant pignon sur rue, légitimés par le camp autoproclamé du bien, ne font que relayer un discours fade, unique et stéréotypé. Le travail d’analyse, de confrontation des idées, de recul sur les évènements et de synthèse disparait dans l’indifférence généralisée. Il convient de rassurer, d’effrayer ou de relayer la propagande d’État en l’érigeant en ligne éditoriale car la liberté de la presse est une liberté conditionnelle.

Une grande partie du peuple ne s’y méprend pas, constatant bien que les théories dites complotistes deviennent révélations de vérité avec le temps. Mais là encore dans des niches trop peu visibles, trop peu suivies, trop peu lues, trop peu écoutées, trop peu relayées et bientôt traquées par un projet liberticide bien plus grand qu’une réforme des retraites ou la censure d’une chaîne de télé. 

J’ai pu m’exprimer sur RT comme je n’aurais jamais pu le faire ailleurs. Je n’ai jamais reçu d’ordre quelconque. L’argent du Kremlin n’a clairement pas fait de moi un millionnaire. Alors basta! Je n’ai à me défendre de rien. Ceux qui jugent, eux, le devraient. Se défendre de leur couardise, de leur suivisme, par peur, de ne plus être appelé, de ne plus être rémunéré, d’être définitivement ostracisé. Est-ce que la soupe était bonne à Boulogne ? Ni plus ni moins qu’ailleurs. Et aujourd’hui, ayant pris un risque que quasiment personne n’a accepté de prendre en France pour continuer à informer de manière impartiale, oui, je ne suis plus payé. Et pour autant, jamais ce choix, je ne regretterai. 

J’écris dans le train qui me ramène d’Auxerre, où j’ai joué hier mon spectacle documentaire « L’homme qui tua Mouammar Kadhafi », un spectacle évoquant déjà la corruption au coeur du pouvoir. J’ai pu y voir des gens curieux de la chose publique, informés, et conscients des limites de l’information, mais aussi deux jeunes libyens, qui nous ont parlé de leur pays après Kadhafi.

Depuis la fenêtre du TER, je vois défiler ces villages de la France périphérique, maisons individuelles en lotissements, cimetières, fermes biscornues, champs et jachères, hangars rouillés et vides. C’est ici que vivent les Français, loin des jeux de cour parisiens, où la danse de l’argent et du pouvoir rythme les jours et les nuits des ambitieux qui ne rêvent que de gloire et de puissance artificielle.

Hier, j’ai pu manifester contre la réforme des retraites dans les rues d’Auxerre, et il y avait du monde, tous âges confondus, pour se lever contre le projet de maltraitance institutionnelle porté par ce président si mal élu qu’est Emmanuel Macron.

Les Français ne sont pas dupes

Les Français ne sont pas dupes, ils sont conscients de la compromission de ce président de pacotille avec les lobbies de l’argent. L’affaire McKinsey n’est pas oubliée, malgré le travail acharné des médias aux ordres pour tout faire oublier par la distraction, là où les affaires consécutives auraient déjà dû faire tomber trois ou quatre gouvernements.

« Ça passe » comme le disait avec un étonnement touchant Edouard Philippe, autre grand maltraitant de la caste, mis en scène par les oligarques comme un probable successeur à l’enfant prodige de la commission Attali.

Les Français ne sont pas dupes, mais ils sont dépossédés. Ils sont conscients du simulacre démocratique, qui leur impose un lobbyiste pour un autre, tous les 5 ans. Ils sont conscients de leur perte de libertés et de choix, ils sont parfois résignés, empêtrés dans le combat quotidien pour eux et pour leurs proches, parfois en colère, mais sans solutions. Et parfois, un mot d’ordre permet de se retrouver, ensemble, pour montrer que la résignation n’est pas totale, que la dépolitisation des citoyens en marche, marque un arrêt, que la majorité silencieuse n’est pas celle qu’on croit.

Les médias sont redevenus un outil du pouvoir après une brève période de liberté d’expression et d’opinion. Les lois successives depuis Balladur ont permis aux oligarques de mettre la main sur la majeure partie du paysage médiatique national, dans une course à l’optimisation fiscale et à la fabrique du consentement inédite. 

Il y a toujours eu une presse de cour, mais jamais autant de courtisans. 

J’ai fait le choix d’être un journaliste indépendant il y a quelques années déjà et ce choix n’est pas anodin. Il suffit de voir comment l’élite autoproclamée, qui se réunit à Davos pour célébrer son génie, fuit les journalistes indépendants dans les rues du petit village suisse pour comprendre que ce qu’il reste du journalisme est là, dans ces quelques têtes brûlées qui ont choisi de poser les questions qui fâchent, de respecter la charte de Munich et de ne jamais prendre un communiqué de presse gouvernemental comme une information, mais bien comme un élément de propagande. 

Nous sommes trop peu nombreux à faire ce travail, pourtant simple et essentiel, de critique sociale. Chacun connaît les limites à ne pas franchir pour ne pas froisser sa rédaction, chacun connaît les sujets tabous qui disqualifient immédiatement le porteur d’une carte de presse en militant séditieux.

Ce choix de l’indépendance m’a amené à créer mon média, lemondemoderne.media, et à essayer de faire un travail d’éducation aux médias et de critique depuis 2017. Il m’a aussi amené sur de nombreux plateaux de télé et de radio, qui peu à peu m’ont fermé leurs portes pour excès de franchise. Ainsi, mon désir de continuer à parler avec sincérité m’a amené chez RT France, où j’ai pu, en toute indépendance éditoriale, faire mon travail de critique. 

J’ai pu alerter contre l’aberration du pass vaccinal, contre l’imposture Macron, président des ultra riches et manipulateur féroce, contre la violence institutionnelle et les mensonges du gouvernement. Dans un certain sentiment de solitude, j’ai pu donner à entendre une voix dissonante, une critique, un autre champ du débat.

Mais c’était sans compter sur l’acharnement élyséen contre RT France.

Dès son élection en 2017, à la suite des Macronleaks, qui révélaient déjà la proximité problématique d’Emmanuel Macron avec le cabinet de conseil américain McKinsey, le président de la République a décidé de faire la guerre à RT France, les accusant de propagande et leur refusant même l’accréditation aux rares conférences de presse du palais.

La guerre en Ukraine a été l’aubaine pour parachever la censure totale d’une voix dissidente et s’assurer, sous couvert de défense de la démocratie, un paysage médiatique obéissant et faible, tout entier concentré sur la survie mondaine et la critique de façade.

Cette censure est inacceptable. Plus encore, voir les propagandistes officiels appeler la censure de leurs voeux et se réjouir de la mise à mort d’une rédaction indépendante des flux d’argents français, est glaçant. C’est un précédent qui devrait inquiéter tous les journalistes, car l’État, secondé par la commission européenne, se lance dorénavant dans une logique de labellisation et de censure, qui n’a aucune limite. 

Une seule voix est désormais autorisée, balayant d’un revers de la main toute idée de démocratie, et bafouant par la même occasion la déclaration universelle des droits de l’homme et la soit-disant si précieuse charte des droits fondamentaux de l’UE dont voici l’article 11 :

Article 11 – Liberté d’expression et d’information 

  1. Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontières.
  2. La liberté des médias et leur pluralisme sont respectés.

De quelles valeurs européennes parlent donc Emmanuel Macron ou Ursula Von der Leyen, quand ils se réjouissent de censurer les médias? Quel fondement de droit les autorise à contraindre des millions de citoyens à des politiques de santé publique basées, non sur le fait scientifique, mais sur le seul lobbying intensif des grands laboratoires déjà multicondamnés? 

Je suis sidéré par le silence gêné des journalistes, plus encore que par la joie malsaine de certains va-t-en-guerre, trop heureux de voir leur propagande triompher pour emmener l’Europe au désastre.

Soyons clairs, cette guerre doit cesser immédiatement, avec des négociations autour d’une table et non pas un simulacre comme l’ont été les accords de Minsk.

Non, les armes n’apporteront pas la paix, comme le dit avec cynisme le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stolenberg, mais les armes apporteront bien plus de morts, de mutilés et d’orphelins, pour que finalement, quelques milliardaires se mettent d’accord autour d’une grande table, dans un salon doré. Toutes les guerres sont les mêmes: des machines à produire du cash et de la chair sanguinolente.

Cette condamnation ne m’a pas empêché de travailler au sein d’une rédaction pluraliste où toutes les opinions étaient représentées et dont le professionnalisme des journalistes qui la composaient n’est pas à prouver. 

Que les Savonarole de bas étage rangent leurs accusations de « complotiste », de « traître » ou autres débilités visant à masquer trop mal leur indigence intellectuelle. Ces censeurs aux petits pieds ne sont que la représentation médiatique de la médiocratie ambiante, où la bêtise triomphante tient lieu de phare de la pensée unique, et où l’esprit critique est vilipendé par des validateurs de vérité officielle qui n’ont pour métier que de défendre la propagande gouvernementale, dans un souci de paix sociale, par le contrôle social.

Oui, nous vivons des heures sombres, pour nos libertés, pour notre liberté de parole et pour notre liberté de penser.

Mais ce n’est pas une raison pour abdiquer, certainement pas une raison pour baisser la tête, et accepter la censure par les médiocres et les vendus, non, c’est le moment où jamais d’être féroce, absolument féroce, et de ne plus laisser une once de terrain aux menteurs compulsifs qui prétendent gouverner des peuples qu’ils maltraitent au nom de l’intérêt des possédants.

L’information a un prix, celui de la liberté.


- Source : Le Monde Moderne

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...