www.zejournal.mobi
Lundi, 04 Déc. 2023

Des documents FOIA montrent que les fondateurs de BioNTech ont postdaté le début du projet C19 Vax

Auteur : Robert Kogon | Editeur : Walt | Lundi, 23 Janv. 2023 - 18h16

Comme indiqué dans mon dernier article sur l'évitement "effronté" de BioNTech des tests de sécurité de son vaccin Covid-19, affirment les fondateurs de BioNTech Ugur Sahin et Özlem Türeci dans leur livre Le vaccin que le projet de vaccin Covid-19 de l'entreprise a démarré le 27 janvier 2020. Mais des preuves documentaires publiées en réponse à une demande FOIA (et incluses dans les soi-disant «documents Pfizer») montrent que ce n'est pas vrai et que l'entreprise avait en fait déjà commencé les tests précliniques, c'est-à-dire sur les animaux, près de deux semaines plus tôt, le 14 janvier. 

Le RAPPORT D'ÉTUDE R&D BioNTech N° R-20-0072 est disponible ici. Le rapport est également référencé et discuté dans une soumission de la FDA sur le programme d'études précliniques qui est disponible ici. La capture d'écran ci-dessous montre les dates d'étude de p. 8 du rapport.

Dans le livre, Sahin affirme en outre qu'il ne s'est même intéressé à l'épidémie de Wuhan que le 24 janvier, après avoir lu un article de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel (p. 4) et/ou une soumission à The Lancet (page 6). Mais regardez à nouveau les dates d'étude ci-dessus. BioNTech avait déjà bouclé la veille la première étude préclinique de son vaccin Covid-19 !

Le 24 janvier 2020 était un vendredi. Sur le compte de Sahin, il a pris la décision de lancer son projet de vaccin Covid-19 au cours du week-end et a dévoilé ses plans à ses collaborateurs au siège de BioNTech à Mayence, en Allemagne, le lundi suivant : 27 janvier (ch. 2 au hasard et P. 42; voir la capture d'écran ci-dessous). 

Sahin affirme (p. 33) que c'est lors de cette réunion du 27 janvier qu'il a demandé à l'équipe d'expérimentation animale de BioNTech de préparer le programme préclinique qui était en fait déjà en cours !

Il convient de noter que le 14 janvier 2020, date de début de la première étude préclinique, était à peine deux semaines après le premier signalement de cas de Covid-19 à Wuhan et un jour seulement après la publication du génome complet du SRAS-CoV-2 (des brouillons avaient été publiés auparavant).

La première étude préclinique de BioNTech a évidemment été préparée avant la publication du génome et en anticipation de celui-ci. Comme expliqué dans le résumé de l'étude (p. 6), son but était de tester l'ARNm de BioNTech formulé dans des nanoparticules lipidiques produites par la firme canadienne Acuitas. Mais l'ARNm codait ici un antigène proxy (luciférase), et non la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 qui servirait plus tard d'antigène cible. 

L'étude a examiné à la fois la biodistribution et l'activation du système immunitaire. Comme la soumission de la FDA sur le programme préclinique, "les propriétés de la plateforme qui prennent en charge BNT162b2 ont été initialement démontrées avec des antigènes non-SARS-CoV-2" (2.4 APERÇU NONCLINIQUE, p. 7).

In Le vaccin, qui a été écrit avec le journaliste Joe Miller, Sahin et Türeci parlent de la nécessité d'obtenir les lipides d'Acuitas, qui, selon eux, étaient plus adaptés à l'injection intramusculaire que les propres lipides internes de BioNTech. Mais, encore une fois, ils postdatent l'affaire. Ainsi, à la p. 52, on lit : « La pièce manquante était encore Acuitas, qui n'avait pas encore consenti à l'utilisation de leurs lipides. Puis, le matin du lundi 3 février, [le PDG d'Acuitas] Tom Madden a proposé son aide. Mais BioNTech effectuait déjà des tests avec les lipides Acuitas trois semaines plus tôt ! 

De plus, BioNTech n'était pas en mesure de formuler son ARNm dans les lipides lui-même, mais dépendait de la société autrichienne Polymun pour le faire à sa place. Comme noté dans Le vaccin (p.51), les installations de Polymun sont à 8 heures de route du siège social de BioNTech à Mayence. Dans le livre, Sahin et Türeci décrivent le premier lot d'ARNm pour les tests de vaccin proprement dit emballé et conduit en voiture à Polymun à l'extérieur de Vienne : "Quelques jours plus tard, une petite boîte en polystyrène contenant des flacons congelés remplis de vaccin serait conduite de l'autre côté de la frontière vers BioNTech » (pp. 116-117).

Mais vraisemblablement, ce même va-et-vient a dû se produire avec l'ARNm codant pour la luciférase. Cela signifie qu'en pratique, le « Projet Lightspeed » doit avoir démarré encore plus tôt : au moins plusieurs jours avant la date de début de l'étude, le 14 janvier.

Pourquoi Sahin et Türeci ont-ils postdaté le lancement de leur projet de vaccin Covid-19 dans leur livre ? Eh bien, sans doute parce que la date de début réelle – et nous ne savons pas exactement quand était la date de début réelle – aurait semblé beaucoup trop tôt. Sur la base des considérations ci-dessus, cela devait être au plus tard quelques jours seulement après le premier rapport du 31 décembre 2019 sur les cas de Covid-19 à Wuhan.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...