www.zejournal.mobi
Vendredi, 30 Sept. 2022

La presse occidentale et son désir ardent de gay

Auteur : Egalité et Réconciliation | Editeur : Stanislas | Jeudi, 22 Août 2013 - 18h02

Comme certaines autres communautés, les homosexuels jouissent d’un traitement spécial de la part des médias. Évoqués systématiquement sous un jour favorable, il ne se passe pas un jour sans que l’on entende un conte où ceux-ci sont présentés comme des acteurs du progrès. Ainsi, l’homosexuel tendrait vers le divin, chose incompréhensible pour nous autres, êtres imparfaits et plaies de ce monde...

Les sportives russes Ksenia Ryzhova et Yuliya Gushchina, viennent de faire les frais de ce désir ardent de la presse occidentale de véroler la société russe par la promotion de l’homosexualisme militant.

Les deux athlètes, qui ont remporté l’or dans le relais 4x400 mètres aux championnats du monde d’athlétisme à Moscou, ont ainsi été soupçonnées par les médias occidentaux d’avoir par un baiser échangé lors de la cérémonie de remise de médailles le 17 août dernier, voulu protester contre « lois homophobes » en Russie et « défier » ainsi le président Poutine...

Très offensée qu’on puisse ainsi l’instrumentaliser, Ksenia Ryzhova a répondu aux divagations journalistiques :

« Hier, j’ai reçu 20 appels téléphoniques de différents organes de presse qui, plutôt que de me féliciter, ont préféré m’insulter avec ces questions. Yulia et moi sommes toutes les deux mariées et nous n’avons aucune autre relation. Nous nous entraînons ensemble depuis huit ans et nous sommes devenues de très bonnes amies. Vous ne pouvez pas imaginer ce que signifie pour nous la victoire au bout de huit ans ! C’était un déluge d’émotions. Et si à ce moment précis nos lèvres se sont touchées... Je ne sais pas comment certains en sont arrivés à imaginer ça, Cela n’insulte pas seulement nous, mais aussi nos entraîneurs. »

Yuliya Gushchina a ajouté :

« C’est une fantaisie malsaine du photographe qui nous a pris. Je ne comprends pas pourquoi notre équipe est la seule à être traitée de cette manière. Et si j’avais ainsi félicité la Britannique Christine Ohuruogu ? Aurait-on aussi dit que nous étions un couple ? Je ne comprends pas comment on peut y songer. J’ai été choquée après avoir reçu un texto de Ksenia à ce sujet. Cela nous a beaucoup offensées. »

Cette « affaire » fait suite aux propos tenus par la triple championne du monde, championne d’Europe et future maire du village olympique lors des jeux de Sotchi en 2014, la Russe Yelena Isinbayeva, qui avait affirmé, lors d’une conférence de presse le 13 août dernier, soutenir la nouvelle loi contre la propagande homosexuelle [1] :

« Tout le monde doit suivre cette loi. Les relations sont privées, ça ne doit pas être montré en public et ça ne peut pas être respectable en Russie. Tout le monde doit suivre cette loi… Nous sommes inquiets pour notre nation car nous nous considérons comme des gens normaux. Chez nous, une relation, c’est entre un homme et une femme... Nous n’avons jamais connu ces problèmes en Russie et nous ne voulons pas en avoir à l’avenir. »

Valentin Maslakov, l’entraîneur de l’équipe de Russie d’athlétisme a lui aussi réagi :

« C’est tout simplement une nouvelle tentative de déverser de la boue sur la Russie avant les jeux Olympiques de Sotchi. Les Européens et les Américains aiment ça. C’est comme s’ils nous voyaient encore nous promener dans les rues en peau de renne avec des ours en laisse. »

Décu que ce ne soit pas un « acte militant », la presse occidentale pourra toujours se rabattre sur ses autres baisers « à la russe » et s’inventer des histoires improbables de sodomie entre dignitaires du bloc socialiste, bien cachés derrière le rideau de fer...


Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé