www.zejournal.mobi
Lundi, 15 Avr. 2024

Les décès au cours de la «première vague» de la pseudo-pandémie ont été causés par l’iatrocide

Auteur : Simon Lee | Editeur : Walt | Mercredi, 07 Févr. 2024 - 11h17

Iatrocide – L’acte de tuer un patient par un traitement médical ; iatro- +‎ -cide, du grec iatros (guérisseur) + latin -cide (tuer).

Il n’y a pas eu de pandémie

Incroyablement, malgré les preuves accablantes du contraire, de nombreuses personnes croient encore que le monde a récemment connu une pandémie mortelle de coronavirus qui a tué des millions de personnes. Il existe un nombre considérable de preuves selon lesquelles il ne s’agissait en réalité pas d’une véritable pandémie mais d’une opération psychologique pseudo-pandémique.

L’ensemble du récit de la pandémie de covid repose sur deux piliers principaux : qu’un nouveau virus pathogène a été réellement identifié et qu’un test de réaction en chaîne par polymérase (PCR) pourrait identifier avec précision le virus présumé. Si l’un ou l’autre de ces piliers n’est pas correct, tout le récit du Covid s’effondre. Aucun des deux n’est correct.

Aucun virus n’a jamais été correctement isolé, identifié et caractérisé selon la méthode scientifique et le test PCR s’est révélé de manière exhaustive comme un générateur inutile de résultats non spécifiques et faussement positifs, par un groupe de scientifiques indépendants, très peu de temps après les détails de les RAP ont été rendus publics en 2020.

Les données épidémiologiques nous indiquent également qu’il n’y a pas eu de pandémie

Le 11 mars 2020, la «pandémie» de coronavirus a été déclarée, ce qui a initialement provoqué des augmentations soudaines de la mortalité toutes causes confondues, mais uniquement dans des endroits spécifiques du monde occidental et elles étaient synchrones. Cette synchronicité est incompatible avec la notion de maladie respiratoire virale contagieuse qui se propage. Les grappes de mortalité synchronisées au printemps 2020 (comme à New York, Madrid, Londres, Stockholm et dans le nord de l’Italie) ne se sont pas propagées au-delà de ces points chauds.  

Immédiatement après que l’OMS a déclaré une pandémie et demandé aux hôpitaux d’être prêts, le taux de mortalité a considérablement augmenté dans divers pays européens, États-Unis et provinces canadiennes. Ces photos sont sans précédent par leur ampleur et par le fait qu’ils surviennent en dehors de la saison habituelle de la «grippe». Ils se produisent simultanément dans des zones géographiques séparées par des milliers de kilomètres, mais pas essentiellement dans des pays ou des provinces voisines.

Les comparaisons de la surmortalité entre les pays ont activement réfuté l’hypothèse virale. Le plus souvent, la surmortalité ne franchissait pas les frontières nationales ni les lignes interétatiques. Le «virus» invisible ne peut pas cibler spécifiquement les pauvres et les handicapés ni respecter les frontières. Elle ne peut pas non plus attendre que les gouvernements imposent des changements aux protocoles socio-économiques et de soins aux groupes vulnérables avant de tuer.

Comment un virus a-t-il pu se propager sans affecter significativement les taux de mortalité, puis se transformer en le virus le plus meurtrier depuis un siècle, sur ordre de l’OMS ? Le mouvement géographique et temporel des photos de mortalité n’est pas cohérent avec ce que l’on pourrait attendre d’une maladie contagieuse.

En réalité, la surmortalité de la «première vague» était due à la mise en œuvre de mesures mortelles de préparation à une pandémie dans tous les pays et régions du monde.

«Étant donné que les taux de mortalité sont très différents selon les pays européens, il est raisonnable de supposer qu’un traitement plus agressif pourrait en être responsable». (Claus Köhnlein)

L’iatrocide était la véritable cause de la surmortalité, et non d’une pandémie virale. De nouveaux protocoles inhumains ont tué des patients dans les régions qui appliquaient ces protocoles au cours des premiers mois de la pandémie déclarée.

S’en sont suivies des mesures sociétales coercitives imposées, qui ont porté atteinte à la santé des individus en propageant la peur, la panique, la paranoïa, le stress psychologique, l’isolement social, la perte d’emploi, la faillite d’entreprises, etc

Verrouillages mortels

«Le monde a combattu un virus venu de Chine avec une politique de santé publique chinoise qui transforme le monde en Chine». (Michale Senger)

Les conséquences des confinements ont été aussi dévastatrices que prévisibles. Le 23 janvier 2020, le PCC a ordonné le confinement de 58 millions de personnes dans la province du Hubei sur la base de seulement 18 décès. Wuhan, avec une population de 9 millions d’habitants, est connue sous le nom de «ville du smog» en Chine, mais la pollution de l’air n’a jamais été considérée comme un facteur dans ces décès.

De fausses vidéos ont fait surface, montrant des habitants de Wuhan tombant morts dans les rues, ce qui a eu pour effet de terrifier le monde. En conséquence, le gouvernement italien (ayant des liens étroits avec le PCC) a placé près de 60 millions de ses propres citoyens en confinement, le plus grand confinement de l’histoire. Ce n’est qu’après le confinement que la surmortalité est apparue. Les décès excédentaires en Italie étaient extrêmement déséquilibrés vers le nord pollué du pays et étaient probablement de nature essentiellement iatrogène.

Il est clair que les confinements n’avaient aucune justification scientifique et ont été imposés véritablement par des personnes parfaitement conscientes des conséquences dévastatrices inévitables. Les confinements étaient assurés de tuer des millions de personnes et ceux qui les poussaient le savaient déjà.

Les confinements ont toujours précédé la surmortalité. L’Italie a été confinée plus tôt que les autres pays, et sa surmortalité est également proportionnellement plus tôt. À l’autre extrémité de l’échelle, le Royaume-Uni a instauré le confinement en dernier lieu et a été le dernier à connaître un pic de mortalité. La situation est similaire aux États-Unis, où aucun excès de décès n’était apparent avant le confinement, mais où une augmentation soudaine survient immédiatement après.

Le Japon a imposé des contrôles aux frontières mais n’a pas imposé de confinement interne. Le pays n’a connu aucune surmortalité en 2020, malgré l’augmentation du nombre de «cas « générés par la PCR. Un excès de décès n’est devenu apparent qu’en 2022 après qu’une forte proportion de la population japonaise ait été «vaccinée».

C’est difficile à expliquer pour les partisans du confinement et les partisans de la théorie virale en général.

L’établissement médical a automatiquement retiré les soins normaux à tous et a attaqué les médecins qui refusaient d’obtempérer. Dans pratiquement tout le monde occidental, les prescriptions d’antibiotiques ont chuté d’environ 50% par rapport aux taux d’avant Covid. Environ la moitié de tous les certificats de décès «covid» citent la pneumonie bactérienne comme «comorbidité».

Les pays connaissant à cette époque une surmortalité isolaient tous activement leur population âgée et leur refusaient des soins médicaux. Les soldats espagnols qui se sont rendus dans les maisons de retraite ont trouvé des résidents abandonnés morts dans leur lit. Il a été rapporté que dans les maisons de retraite françaises, «des corps étaient laissés en décomposition dans les chambres».

La folie des masques

Les masques ont causé des dommages incommensurables à la santé physique et mentale des individus, provoqués des conflits et des divisions au sein de la société et, honteusement, ont porté un préjudice disproportionné aux jeunes enfants en particulier.

Un groupe de parents inquiets en Floride a envoyé six masques à l’Université de Floride pour analyse. L’analyse a révélé que cinq masques étaient contaminés par des bactéries, des parasites et des champignons, dont trois par des bactéries pathogènes provoquant la pneumonie. L’inhalation de bactéries, ainsi que les conditions de faible teneur en oxygène et de CO2 élevées provoquées par le port du masque, ont sans aucun doute provoqué de nombreux cas de pneumonie bactérienne.

«Il n’est pas déraisonnable de se demander si la logique n’a pas été inversée : l’attribution du COVID-19 est-elle une attribution incorrecte de la cause de ce qui est en fait une pneumonie bactérienne ?» (Dr Denis Rancourt)

Les taux de mortalité dans les comtés du Kansas avec et sans mandat de masque ont été étudiés par le Dr Zacharias Fögen qui a conclu que :

«Les résultats de cette étude suggèrent fortement que les mandats de port du masque ont en fait provoqué environ 1,5 fois plus de décès… par rapport à l’obligation de porter un masque».

Meurtres au midazolam

Le puissant sédatif Midazolam a été utilisé pour mettre fin prématurément à la vie de dizaines de milliers de personnes (peut-être davantage), et leur décès a été attribué au «covid». Les personnes âgées et vulnérables en Grande-Bretagne ont reçu un «cocktail de médicaments pour l’euthanasie» à forte dose de Midazolam et de Morphine.

Il a été faussement affirmé que les hôpitaux avaient été débordés lors de la «première vague» de la prétendue pandémie. En avril 2020, la fréquentation des urgences a diminué de 57% et le taux d’occupation des lits de 30% par rapport à l’année précédente au Royaume-Uni.

Il y a eu 41 627 décès de plus que la moyenne quinquennale jusqu’au 1er mai 2020, et la plupart d’entre eux sont survenus en avril. 33 408 de ces décès excédentaires mentionnaient «covid» sur le certificat de décès, et la plupart de ces personnes avaient plus de 85 ans.

Les données de l’Office for National Statistics (ONS) montrent qu’en avril 2020, 26 541 décès sont survenus dans des maisons de retraite, soit une augmentation de 17 850 par rapport à la moyenne quinquennale. Cela représente la moitié du nombre de décès présumés «covid» au cours de la même période.

Le 19 mars, une directive a été envoyée au NHS qui leur demandait de renvoyer tous les patients qui, selon eux, n’avaient pas besoin d’un lit d’hôpital. Les fiducies du NHS ont été informées qu’«elles devaient adhérer» rapidement à la nouvelle directive (dans les deux heures suivant la prise de la décision).

Cette directive signifiait que des milliers de personnes nécessitant des soins médicaux et des soins à l’hôpital étaient renvoyées dans des maisons de retraite. Beaucoup d’entre eux ne survivraient pas.

Le midazolam est une benzodiazépine utilisée pour l’anesthésie, la sédation procédurale et pour traiter l’agitation sévère. C’est un médicament utilisé en soins palliatifs pour les patients mourants. Aux États-Unis, il est utilisé comme sédatif lors des exécutions par injection létale.

Le midazolam est utilisé avant les procédures médicales et chirurgicales pour provoquer la somnolence, soulager l’anxiété et effacer tout souvenir de l’événement. Cela peut provoquer des problèmes respiratoires graves, voire mortels, pouvant entraîner des lésions cérébrales permanentes, voire la mort. Par conséquent, il ne doit être administré que dans un hôpital ou un cabinet médical disposant de l’équipement nécessaire pour surveiller le cœur et les poumons et pour fournir rapidement un traitement médical vital en cas de diminution ou d’arrêt de la respiration.

Le midazolam doit être utilisé avec une extrême prudence chez les patients souffrant d’insuffisance rénale chronique et d’insuffisance hépatique ou cardiaque. Il doit également être utilisé avec une extrême prudence chez les patients obèses et âgés.

Le NHS a stocké du Midazolam pour deux ans en mars 2020 et souhaitait en acheter beaucoup plus. Certains approvisionnements ont même été détournés de France. Le NHS doit expliquer au public qui le finance pourquoi il a acheté un approvisionnement de deux ans d’un médicament associé à la suppression et à l’arrêt respiratoire, pour traiter une maladie qui provoquait prétendument une suppression et un arrêt respiratoire.

Son utilisation pour soigner des personnes souffrant de pneumonie et d’insuffisance respiratoire prétendument due au «covid» pourrait être mortelle. Le NHS a déclaré que le midazolam devrait être utilisé pour le confort lors des soins de fin de vie en raison du «covid» afin de soulager la peur, l’anxiété et l’agitation.

Un document du NHS indique que le midazolam doit être utilisé pour la sédation avant que le patient ne nécessite une ventilation mécanique et indique que la dose doit être manipulée au minimum et doit être conforme aux directives du fabricant.

Mais une politique créée pour traiter les patients souffrant prétendument d’anxiété due au «covid» donne des instructions pour traiter ces patients avec des doses supérieures au maximum recommandées pour les personnes âgées ou malades dans les directives de sédation. 

Matt Hancock a ordonné deux fois plus de prescriptions extrahospitalières de Midazolam en avril 2020 par rapport à 2019. En avril 2019, jusqu’à 21 977 ordonnances de Midazolam ont été délivrées. Cependant, en avril 2020, 45 033 ordonnances de Midazolam ont été délivrées, soit une augmentation de 104,91%. Ces ordonnances n’étaient pas délivrées dans les hôpitaux, elles étaient délivrées par des cabinets de médecins généralistes, ce qui ne peut signifier qu’elles étaient délivrées pour des «soins» de fin de vie.

Cette énorme augmentation des prescriptions de Midazolam en dehors de l’hôpital était concomitante à une énorme augmentation des décès présumés «covid». Une tendance identique peut être enregistrée pour janvier 2021. Les décès excessifs au Royaume-Uni (au cours des prétendues vagues de pandémie de covid au début de 2020 et au début de 2021) sont presque parfaitement corrélés aux photos d’utilisation du Midazolam 10 mg /2 ml. Il s’agit de la forme d’euthanasie injectable et non de la forme orale anti-anxiété du médicament.

Les décès dans les maisons de retraite ont augmenté de 205% en avril 2020 par rapport à avril 2019. La grande majorité des décès présumés «covid» concernaient des personnes de plus de 85 ans. Il existe une forte corrélation entre la surprescription de Midazolam et la fin prématurée de la vie, les décès étant enregistrés comme «covid».

60% des décès présumés «covid» sont survenus chez des personnes souffrant de difficultés d’apprentissage et de handicaps. Les personnes ayant des difficultés d’apprentissage et placées sous «soins» étaient beaucoup plus susceptibles de se voir imposer une ordonnance de non-réanimation (Ne pas réanimer) sans que la victime ou sa famille en soit informée. Les soignants et le personnel du NHS ont ensuite utilisé cela comme justification pour placer la victime sous soins de fin de vie, ce qui implique l’utilisation de Midazolam.

Selon une déclaration de la Commission de la Qualité des Soins (CQC) d’août 2020 :

«Les prestataires doivent toujours s’efforcer de prévenir les préjudices ou les décès évitables pour tous ceux dont ils s’occupent. Les protocoles, les lignes directrices et les systèmes de triage doivent être fondés sur l’égalité d’accès aux soins et au traitement. S’ils reposent sur l’hypothèse selon laquelle certains groupes ont moins droit aux soins et au traitement que d’autres, cela serait discriminatoire. Cela constituerait également une violation potentielle des droits humains, notamment du droit à la vie, même si l’on craignait que la capacité des hôpitaux ou des soins intensifie ne soit atteinte».

L’approvisionnement de deux ans en Midazolam était épuisé en octobre 2020, selon les documents du NHS. Une fois ceux-ci reconstitués, les stocks étaient à nouveau épuisés début 2021.

Avec plus de 80% de tous les décès «covid» en 2020 survenus dans des établissements de soins de longue durée, sans ces décès, il n’y aurait pas eu de «pandémie», pas de peur ou de panique, et peut- être pas de déploiement de «vaccin» contre la COVID-19.

Le député britannique Andrew Bridgen a écrit : «J’ai reçu de nombreuses preuves de la part de personnes qui pensent que leurs proches sont décédés à cause des interventions médicales influencées à la suite de la pandémie de COVID-19».

L’ancien scientifique de Pfizer, le Dr Mike Yeadon PhD, estime que plus de 100 000 personnes ont été tuées par les protocoles gouvernementaux utilisant le Midazolam et la Morphine.

Les preuves qu’en réalité nous a ordonné de rester chez nous, non pas pour protéger le NHS, mais pour permettre de mettre fin prématurément à la vie des personnes âgées et vulnérables, ce qui a été faussement attribué au «covid».

Ventilateurs mortels

Au début de la «pandémie», on parlait beaucoup des respirateurs. Y en avait-il assez ? Pouvons-nous en obtenir davantage ? Devrions-nous imprimer le nôtre en 3D ? Les entreprises devraient-elles rééquiper leurs usines pour produire davantage ? Ce récit médiatique n’était pas cohérent avec la véritable science de la situation.

La ventilation n’est PAS un traitement contre les prétendus virus respiratoires. La ventilation mécanique n’est pas, et n’a jamais été, un traitement recommandé pour toute infection respiratoire. Selon le Dr Matt Strauss :

«Les respirateurs ne guérissent aucune maladie. Ils peuvent remplir vos poumons d’air lorsque vous ne parvenez pas à le faire vous-même. Dans la conscience du public, ils sont associés aux maladies pulmonaires, mais ce n’est pas en fait leur application la plus courante ni la plus appropriée».

Le Dr Strauss a poursuivi en résultant que :

«Il n’y a jamais eu d’essai contrôlé randomisé avec placebo visant à mettre les gens sous respirateur plutôt que de les laisser lutter. Nous ne savons donc pas, à proprement parler, si ceux qui ont survécu à leur période sous respirateur ont pu survivre de toute façon, ou si certains survivants potentiels sont morts parce qu’ils ont été placés sous respirateur».

Le Dr Thomas Voshaar, pneumologue et président de l’Association des cliniques pneumatologiques, était également préoccupé :

«Lorsque nous avons lu les premières études et rapports en provenance de Chine et d’Italie, nous nous sommes immédiatement demandé pourquoi l’intubation y était si courante. Cela contredit notre expérience clinique avec la pneumonie virale».

Le patient doit être mis sous sédatif pendant la ventilation, donc en plus de ne pas respirer tout seul, il ne peut pas non plus manger ni boire. Trop d’oxygène, administré à une pression trop élevée, peut provoquer une insuffisance pulmonaire terminale, comme le souligne le Dr Voshaar :

«La ventilation invasive est fondamentalement mauvaise pour les patients. Même si le ventilateur est réglé de manière optimale et que les soins sont parfaits, le traitement entraîne de nombreuses complications. Les poumons sont sensibles à deux choses : une pression excessive et une concentration excessive d’oxygène dans l’air fourni».

L’OMS, le CDC et le NHS ont tous recommandé que les patients «covid» soient ventilés au lieu d’utiliser des méthodes non invasives. Il ne s’agissait pas d’une politique médicale conçue pour traiter au mieux les patients, mais plutôt pour réduire l’hypothétique propagation du «covid» en correspondant aux patients d’expirer des gouttelettes d’aérosol et en assimilant le personnel de les inhalateur
.
Mettre sous respirateur une personne souffrant de «grippe», de pneumonie, de maladie pulmonaire obstructive chronique ou de toute autre affection qui restreint la respiration ou affecte les poumons ne soulagera aucun de ces symptômes. En fait, cela aggravera presque certainement la situation et en tuera beaucoup.

Plutôt que de traiter les infections respiratoires, les ventilateurs les provoquent. Le réflexe de toux est supprimé afin d’insérer le tube du ventilateur dans la trachée, afin que les patients sous sédation ne puissent pas dégager leurs voies respiratoires. L’accumulation de liquide et la croissance bactérienne qui en résultent peuvent éventuellement provoquer une infection bactérienne grave. Cette maladie est appelée «pneumonie sous ventilation assistée» (PAV) qui, selon des études, affecte jusqu’à 28% de toutes les personnes mises sous ventilateur et tue 20 à 55% des personnes touchées. 

La ventilation mécanique endommage également la structure physique des poumons, provoquant des «lésions pulmonaires induites par la ventilation», qui sont souvent graves et peuvent même entraîner la mort. Forcer l’air à entrer et à sortir des poumons peut endommager physiquement les poumons de manière irréparable. Même si cela ne tue pas les patients, cela peut causer des dommages à long terme et une qualité de vie considérablement réduite. Une étude a révélé que, même après leur guérison, 58% des patients ventilés décédaient au cours de l’année suivante.

On estime que 40 à 50% des patients ventilés décèdent, quelle que soit leur maladie. Dans le monde, entre 66 et 86% de tous les patients «covid» mis sous respirateur sont décédés. Selon le Dr Paul Mayo :

«Mettre une personne sous respirateur crée une maladie connue sous le nom d’être sous respirateur».

Cette politique était au mieux une négligence, et au pire un meurtre potentiellement délibéré. La mauvaise utilisation des ventilateurs pourrait être approfondie en partie l’augmentation de la mortalité en 2020/21. Le NHS du Royaume-Uni, avec son protocole du 19 mars 2020, a en fait qualifié la ventilation mécanique d’option «préférée» par rapport à la ventilation non invasive ou à d’autres oxygénothérapies.

Une étude portant sur des patients «covid» hospitalisés entre le 1er mars 2020 et le 4 avril 2020 a été déterminée par le plus grand système de santé de l’État de New York. Parmi les 2 634 patients dont l’issue était connue, le taux de mortalité global était de 21%, mais il s’élevait à 88% pour ceux qui avaient reçu une ventilation mécanique. En d’autres termes, la plupart des patients sont décédés après avoir été placés sous respirateur mécanique.

Malgré ces faits, le Dr Anthony Fauci faisait pression pour que les patients «covid» soient traités avec des respirateurs et réclamait 30 000 respirateurs supplémentaires pour les New-Yorkais souffrant de «covid».

Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a également réitéré la nécessité de milliers de respirateurs, affirmant que «nous suivons les données et la science». En réalité, les données et la science ont montré que la plupart des personnes placées sous respirateur sont décédées.

Empoisonnement au remdesivir

Le remdesivir a été développé comme médicament antiviral par Gilead Sciences et a été testé pour la première fois lors de l’épidémie d’«Ebola» en 2014. Le médicament s’est avéré avoir un taux de mortalité très élevé (plus de 50%) et n’a donc pas été étudié plus avant à cette époque. Cependant, dans les premiers mois de 2020, le médicament a été utilisé dans des essais «covid» et a donné des résultats tout aussi mauvais. Non seulement le médicament était inefficace, mais il entraînait également des effets secondaires graves, voire mortels, notamment une insuffisance rénale et des lésions hépatiques.

Le 2 mai 2020, le Remdesivir a été approuvé pour une utilisation d’urgence pour traiter le «covid» après que le Dr Anthony Fauci a affirmé qu’une étude avait montré qu’il pouvait réduire le temps de récupération et la mortalité.

Selon un article de l’Alliance pour la recherche et la protection humaines (AHRP) :

«Fauci a un intérêt direct dans le Remdesivir. Il a parrainé l’essai clinique dont les résultats détaillés n’ont pas été évalués par des paires. En outre, il a déclaré que les résultats fragiles étaient «hautement significatifs» et a déclaré que le Remdesivir était la nouvelle «norme de soins». Fauci a fait cette déclaration promotionnelle alors qu’il était assis sur un canapé à la Maison Blanche, sans fournir de communiqué de presse détaillé ; sans briefing lors d’une réunion médicale ou dans une revue scientifique – comme c’est la norme et la pratique, pour permettre aux scientifiques et aux chercheurs d’examiner les données».

Une étude chinoise sur le Remdesivir, publiée dans The Lancet (29 avril 2020), a été arrêtée en raison d’événements indésirables graves chez 16 (12%) des patients, contre quatre (5%) des patients du groupe placebo.

Fauci a rejeté cette étude comme étant «inadéquate». L’étude chinoise, dénigrée par Fauci, était une étude randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo, multicentrique, réalisée par des paires, publiée dans une revue «réputée», avec toutes les données disponibles. En revanche, les résultats de l’étude NIAIDGilead, sur lesquels reposait l’approbation du Remdesivir, n’avaient pas été publiés dans la littérature effectivement par des paires et les détails des résultats n’avaient pas été partagés.

Les principaux résultats de l’étude qui ont conduit à l’approbation d’utilisation d’urgence du Remdesivir ont été modifiés le 16 avril 2020 et ces modifications ont été publiées sur Clinicaltrials.gov.

Auparavant, il existait une échelle de 8 points, qui incluait également les patients décédés, mais celle-ci a été remplacée par une échelle de 3 points, laissant les patients décédés hors de l’évaluation et qui mesurait également uniquement le temps jusqu’à la guérison ou la sortie de l’hôpital. Selon l’AHRP :

«Modifier les résultats principaux après le début d’une étude est considéré comme douteux et suspect».

Le changement dans les mesures des résultats primaires a suscité de sérieuses inquiétudes chez de nombreux scientifiques, mais cela a été largement ignoré par les grands médias qui ont plutôt repris le scénario promotionnel de Fauci.

L’Agence européenne des médicaments (EMA), l’organisme de réglementation des médicaments dans l’Union européenne, a procédé à un examen de la sécurité du Remdesivir en raison du fait que certains patients ont développé de graves problèmes rénaux après avoir reçu ce médicament.

L’OMS a rapporté que dans son propre essai appelé «Solidarité», le Remdesivir non seulement n’a produit aucun bénéfice mesurable en termes de réduction de la mortalité, mais qu’il n’a pas non plus réduit le besoin de respirateurs ni la durée des séjours à l’hôpital.

Fauci a également soigneusement ignoré cette étude. Gilead a commenté qu’«il n’est pas clair si des conclusions concluantes peuvent être tirées des résultats de l’étude [Solidarité]», car l’essai n’a pas été évalué par des pairs ni publié dans une revue scientifique. C’est fallacieux car il s’agissait d’un essai multicentrique mondial impliquant plus de 11 300 adultes atteints de «covid» dans 405 hôpitaux de 30 pays.

D’après l’OMS :

«Plusieurs petits essais utilisant des méthodologies différentes pourraient ne pas nous fournir les preuves claires et solides dont nous avons besoin sur les traitements qui contribuent à sauver des vies. Cette vaste étude internationale est conçue pour générer les données robustes dont nous avons besoin, pour montrer quels traitements sont les plus efficaces».

L’étude financée par le NIAID de Fauci a finalement été publiée dans le New England Journal of Medicine. Le seul bénéfice présumé signalé était un temps de récupération plus court pour les patients recevant du Remdesivir par rapport à ceux du groupe placebo et cela reposait sur des données sous-jacentes sérieusement erronées.

Le groupe placebo de l’étude Remdesivir n’a pas reçu de véritable placebo. Au lieu de cela, la plupart des patients ont reçu un «placebo» contenant les mêmes ingrédients que le Remdesivir (sauf l’agent soi-disant antiviral), par exemple le sulfobutyléther-bêta-cyclodextrine, qui peut lui-même causer de graves problèmes.

John Beaudoin a demandé une enquête criminelle sur ce médicament, citant des données du Massachusetts. Il estime que le Remdesivir aurait pu tuer 100 000 personnes rien qu’aux États-Unis. Il a tweeté : «Ils savent, ou ils refusent de savoir. Quoi qu’il en soit, c’est un homicide».

Beaudoin a constaté 1 840 décès supplémentaires dus à une insuffisance rénale aiguë entre le 1er janvier 2021 et le 30 novembre 2022 rien que dans le Massachusetts et il pense que le Remdesivir en est la cause. Il a tweeté : «Des milliers de morts dans le Massachusetts ARF (insuffisance rénale aiguë), probablement à cause du Remdesivir. Cela nécessite une enquête CRIMINELLE».

Le 20 novembre 2020, l’OMS a émis une recommandation contre l’utilisation du Remdesivir chez les patients hospitalisés, quelle que soit la gravité de la maladie, car il n’y avait aucune preuve que le Remdesivir améliorait la survie ou d’autres résultats.

Le 22 avril 2022, l’OMS a modifié sa recommandation suite à la publication des données d’un seul essai clinique. La recommandation mise à jour de l’OMS est que le Remdesivir peut être utilisé chez les patients «covid» légers ou modérés qui présentent un risque d’hospitalisation élevé.

Le Dr Paul Marik, spécialiste des soins pulmonaires et intensifs et membre fondateur de Front Line COVID-19 Critical Care Alliance, a expliqué que pendant la «pandémie», le seul médicament qu’il était autorisé à prescrire était le Remdesivir. Lorsqu’il a refusé de suivre le protocole Remdesivir, il a été soumis à un «examen simulé», un processus non officiel mais largement reconnu dans lequel un médecin «gênant» est accusé d’actes répréhensibles et contraint de cesser d’exercer. Il a finalement été limogé et signalé à la Banque nationale de données des praticiens et au Conseil de médecine.

P Il existe des incitations financières aux États-Unis pour signaler les médecins comme le Dr Marik, puisque le gouvernement américain paie aux hôpitaux un supplément de 20% sur la totalité de la facture hospitalière si le Remdesivir est utilisé. Selon le Dr Marik :

«Nous savons que, selon l’OMS, le Remdesivir multiplie par 20 le risque d’insuffisance rénale. Cela augmente votre risque de mourir d’environ 4%. Cela n’a pas sa place en médecine. Pourtant, le gouvernement fédéral accordera aux hôpitaux un bonus de 20% sur la totalité de la facture hospitalière si vous prescrivez ce médicament toxique [et inefficace]. Ainsi, vous pouvez voir à quel point les hôpitaux et les systèmes de santé sont désormais soumis à l’industrie au lieu de faire ce qu’il y a de mieux pour leurs patients».

En avril 2022, la FDA a même approuvé, de manière choquante, le Remdesivir comme seul traitement «covid» pour les enfants de moins de 12 ans, y compris les bébés âgés d’à peine 28 jours. Pour aggraver les choses, le Remdesivir a également été approuvé pour une utilisation ambulatoire chez les enfants, ce qui était sans précédent.

Les poursuites s’accumulent alléguant que le Remdesivir a tué des patients «covid». Deux femmes ont suivi le Kaiser Permanente et le Redlands Community Hospital en Californie pour avoir administré du Remdesivir à leur mari sans leur consentement. Les deux hommes sont morts d’une insuffisance rénale et organique après avoir reçu ce médicament.

Toujours en Californie, des poursuites ont été intentées au nom d’au moins 14 familles contre des prestataires médicaux pour avoir prescrit du Remdesivir sans fournir les informations nécessaires à ce sujet, entraînant la mort des patients. 

Une autre poursuite pour mort injustifiée a été déposée au Nevada, après qu’un patient est décédé d’une insuffisance rénale et d’une insuffisance respiratoire une semaine après avoir reçu du Remdesivir.

Selon le Dr Bryan Ardis qui a pris la parole lors de la Health Freedom Conference :

«Les gens ne sont pas morts du Covid-19, ils sont morts du Remdesivir. Il a été prouvé que le remdesivir provoque une insuffisance rénale entraînant un œdème pulmonaire. Les autorités appellent cela une pneumonie secondaire due au Covid, non, ce n’était pas le cas, ils fermentent les reins de tout le monde avec du Remdesivir, provoquant le remplissage de leurs poumons de liquide, et ils les noient à mort».

Le Dr Ardis a poursuivi :

«Ils utilisent le Remdesivir de la même manière qu’ils ont utilisé des chambres à gaz pour détruire des personnes en Allemagne. C’est ainsi qu’ils procèdent et perpétuent ces décès, en utilisant un médicament dans les hôpitaux».

Le Remdesivir n’est pas un problème exclusivement américain, puisqu’il a également été utilisé au Royaume-Uni, quoique dans une moindre mesure. Le site Web du NHS affirme : «il est utilisé pour traiter une infection précoce au COVID-19 et aider à prévenir les symptômes plus graves». Selon le NHS, les personnes appartenant au «groupe à risque le plus élevé» sont éligibles au Remdesivir :

«Si vous faites partie du groupe à risque le plus élevé, vous recevrez peut-être une lettre et un test de flux latéral que vous pourrez effectuer à la maison, si vous développez des symptômes du COVID-19. Vous devez signaler le résultat de votre test de flux latéral COVID-19 sur GOV.UK».

Ceux qui rapportent un résultat positif au test de flux latéral totalement inutile présentent alors un SMS, un e-mail ou un appel téléphonique du NHS. Mais s’ils ne le font pas, la situation peut devenir «urgente» :

«Si vous n’avez pas été contacté dans les 24 heures suivant votre test positif, mais pensez que vous êtes éligible aux traitements contre le COVID-19, appelez votre médecin généraliste, votre spécialiste ou le 111. Ils peuvent vous orienter d’urgence si nécessaire».

Ils finissent : «Vous serez ensuite évalué (par téléphone) pour voir si le Remdesivir vous convient. Si cela vous convient, ils vous indiqueront où recevoir votre traitement, comment vous y rendre et comment rentrer chez vous en toute sécurité. Cela se fera généralement par SMS, e-mail ou téléphone».

Il est difficile de comprendre dans quelles circonstances un médicament inefficace, toxique et mortel serait «approprié» pour quiconque. Mais le NHS insiste sur le fait qu’«il est important que vous suiviez le cours», évitant que «les effets secondaires courants du Remdesivir incluent des maux de tête et des nausées». Ils ont oublié de marquer l’insuffisance rénale, l’œdème pulmonaire et la mort.

Il est scandaleux que le Remdesivir reste un traitement principal contre le «covid», malgré les recherches montrant qu’il n’est pas efficace et peut entraîner des taux élevés de défaillance d’organes et de décès. Ce médicament n’aurait jamais dû être approuvé pour une utilisation en premier lieu et doit être immédiatement retiré de son utilisation.

Conclusions

Les actions des gouvernements du monde entier ont été malveillantes et nuisibles, entraînant la fin prématurée de nombreuses vies. Il n’y a pas eu de pandémie. Ce sont les mesures imposées par le gouvernement qui ont provoqué la surmortalité au cours de la prétendue «première vague» et au-delà.

S’il n’y avait pas eu de propagande ou de coercition pandémique, et si les gouvernements et l’établissement médical avaient simplement continué à faire comme d’habitude, il n’y aurait pas eu de mortalité excessive.

Les confinements, les masques, le Midazolam, les respirateurs invasifs et le Remdesivir sont tous manifestement nocifs et souvent mortels. Ces mesures ont été ostensiblement introduites pour se protéger contre un virus dont l’existence n’a jamais été correctement isolée ni prouvée. Les numéros de «cas» ont été générés par un test PCR qui a été complètement discrédité par des scientifiques indépendants en 2020 afin de générer une pseudo-pandémie.

La division et la méchanceté se sont répandues dans nos sociétés. L’autosatisfaction morale s’est installée et des récriminations haineuses ont été lancées contre quiconque n’était pas d’accord avec «la science». Nous avons assisté à une montée du type de pensée superstitieuse que beaucoup d’entre nous pensaient avoir été abandonnée au Moyen-Âge.

L’opération psychologique et la réponse au Covid ont été une attaque étatique et iatrogène à multiples facettes à grande échelle contre les populations et contre les structures de soutien sociétales, qui ont provoqué toute la surmortalité, dans toutes les juridictions.

Nous avons besoin de véritables enquêtes indépendantes et lourdes de conséquences pour déterminer exactement qui est responsable de ces décès et pour empêcher les protocoles de tuer un patient dans le mais d’en sauver d’autres à l’avenir. Les accusations de meurtre semblent tout à fait raisonnables et appropriées dans les circonstances.

Le NHS a commis l’un des plus grands crimes contre l’humanité de mémoire d’homme, en utilisant cyniquement la peur, la conformité, l’ignorance et la confiance. De nombreuses personnes ont applaudi pendant que le personnel du NHS pratiquait ses routines de danse.

«Midazolam Matt» Hancock, l’ancien secrétaire britannique à la Santé qui a supervisé la réponse à la «pandémie» au Royaume-Uni, devrait être tenu responsable, tout comme tous les autres complices de ces crimes contre l’humanité.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...