www.zejournal.mobi
Mardi, 05 Déc. 2023

Ukraine : Les médias commencent à reconnaître la réalité

Auteur : Moon of Alabama (Etats-Unis) | Editeur : Walt | Jeudi, 16 Mars 2023 - 21h39

La vérité sur l’état réel de l’armée ukrainienne commence enfin à apparaitre dans les grands médias. La situation est aussi grave que nous l’avons décrite à maintes reprises, même si elle n’a pas encore été entièrement révélée.

Comme l’indique le Washington Post : « L’Ukraine manque de troupes qualifiées et de munitions alors que les pertes et le pessimisme augmentent ».

Je laisserai de côté les éléments de propagande pour me concentrer sur les faits. Les citations sont longues mais nécessaires pour saisir la profondeur de l’horrible situation.

Le premier paragraphe :

« La qualité de la force militaire ukrainienne, autrefois considérée comme un avantage substantiel par rapport à la Russie, a été dégradée par une année de pertes qui a éloigné du champ de bataille bon nombre des combattants les plus expérimentés, ce qui a conduit certains responsables ukrainiens à s’interroger sur l’état de préparation de Kiev pour l’offensive de printemps tant attendue ».

Cette offensive de printemps a autant de chances de se produire que la campagne de secours annoncée pour débloquer Bakhmout. Cette dernière s’est enlisée dans la boue, ce qui ne fera qu’empirer au cours des prochaines semaines.

La campagne de printemps sera composée de jeunes recrues a qui on demandera d’utiliser un mélange sauvage d’armes qu’elles ne connaissent pas. À moins d’une surprise occidentale, je ne vois pas comment elle pourrait submerger des lignes de défense russes bien préparées.

Revenons à l’article :

« L’afflux de recrues inexpérimentées, amenées pour combler les pertes, a modifié le profil des forces ukrainiennes, qui souffrent également d’une pénurie de munitions, y compris d’obus d’artillerie et de bombes de mortier, selon le personnel militaire sur le terrain.

« La chose la plus précieuse en temps de guerre est l’expérience du combat », a déclaré un commandant de bataillon de la 46e brigade d’assaut aérien, qui n’est identifié que par son indicatif d’appel, Kupol, conformément au protocole militaire ukrainien. « Un soldat qui a survécu à six mois de combat et un soldat qui sort du champ de tir sont deux soldats différents. C’est le jour et la nuit ». « Et il n’y a que quelques soldats qui ont une expérience du combat », a ajouté Kupol. « Malheureusement, ils sont tous déjà morts ou blessés ».

Ces sombres évaluations ont répandu un pessimisme palpable, bien que le plus souvent inavoué, des lignes de front aux couloirs du pouvoir à Kiev, la capitale ».

Les pertes ukrainiennes, estimées plus proches des 200 000 que de 100 000 morts et encore plus de blessés, sont particulièrement ressenties au niveau du commandement inférieur. On ne peut pas kidnapper un vendeur ou un enseignant dans la rue et lui confier un poste de commandement subalterne.

« Kupol a déclaré qu’il s’exprimait dans l’espoir d’obtenir de Washington une meilleure formation pour les forces ukrainiennes et qu’il espérait que les troupes ukrainiennes retenues en vue d’une prochaine contre-offensive auraient plus de succès que les soldats inexpérimentés qui se trouvent actuellement sur le front sous son commandement.

« On croit toujours au miracle », a-t-il déclaré. « Soit ce sera un massacre et des cadavres, soit ce sera une contre-offensive professionnelle. Il y a deux options. Mais il y aura une contre-offensive dans les deux cas ». »

Il faudra en effet un miracle pour que la contre-offensive soit autre chose qu’un massacre.

« Un haut fonctionnaire ukrainien, qui s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat par souci de franchise, a qualifié de « symbolique » le nombre de chars promis par l’Occident. D’autres ont exprimé en privé leur pessimisme quant à la possibilité que les fournitures promises parviennent à temps sur le champ de bataille.

« Si vous avez plus de ressources, vous attaquez plus activement », a déclaré le haut fonctionnaire. « Si vous avez moins de ressources, vous vous défendez davantage. Nous allons nous défendre. C’est pourquoi, si vous me demandez mon avis personnel, je ne crois pas à une grande contre-offensive de notre part. J’aimerais bien y croire, mais je regarde les ressources et je me demande : « Avec quoi ? ». Peut-être aurons-nous des avancées localisées ». « Nous n’avons ni les hommes ni les armes », a ajouté le haut fonctionnaire. « Et vous connaissez le ratio : Lorsque vous êtes à l’offensive, vous perdez deux ou trois fois plus de personnes. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre autant de personnes ». »

Les États-Unis ne vont pas se demander si « l’Ukraine peut se permettre ces pertes ». Ils vont pousser à une attaque de grande envergure qui aura peu de chance d’aller au-delà de sa phase de préparation.

« Kupol, qui a accepté d’être pris en photo et a déclaré qu’il comprenait qu’il pourrait subir des représailles personnelles s’il donnait une évaluation franche, a décrit ce que c’était que d’aller au combat avec des soldats nouvellement recrutés qui n’avaient jamais lancé de grenade, qui abandonnaient facilement leurs positions sous le feu et qui manquaient d’assurance dans le maniement des armes à feu.

Son unité s’est retirée de Soledar, dans l’est de l’Ukraine, au cours de l’hiver, après avoir été encerclée par les forces russes qui se sont ensuite emparées de la ville. Kupol se souvient que des centaines de soldats ukrainiens des unités combattant aux côtés de son bataillon ont simplement abandonné leurs positions, alors même que les combattants du groupe mercenaire russe Wagner continuaient à avancer.

Après un an de guerre, le lieutenant-colonel Kupol a déclaré que son bataillon était méconnaissable. Sur environ 500 soldats, une centaine ont été tués au combat et 400 autres blessés, ce qui a entraîné un renouvellement complet des effectifs. Le lieutenant-colonel Kupol a indiqué qu’il était le seul professionnel militaire du bataillon et il a décrit la difficulté de diriger une unité composée uniquement de soldats inexpérimentés.

« Je reçois 100 nouveaux soldats », explique-t-il. « Ils ne me laissent pas le temps de les préparer. Ils me disent : « Emmenez-les au combat ». Ils laissent tout tomber et courent. C’est tout. Vous comprenez pourquoi ? Parce que le soldat ne tire pas. Je lui demande pourquoi et il me répond : « J’ai peur du bruit du coup de feu ». Et pour une raison ou une autre, il n’a jamais lancé de grenade. … Nous avons besoin d’instructeurs de l’OTAN dans tous nos centres de formation, et nos instructeurs doivent être envoyés là-bas, dans les tranchées. Parce qu’ils ont échoué dans leur tâche ».

Il a décrit de graves pénuries de munitions, y compris un manque de bombes de mortier simples et de grenades pour les MK 19 fabriquées aux États-Unis. (…)

« Vous êtes sur la ligne de front » dit Kupol. « Ils viennent vers vous et il n’y a rien pour tirer. »

Kupol a déclaré que Kiev devait se concentrer sur une meilleure préparation systématique des nouvelles troupes. « C’est comme si tout ce que nous faisions était de donner des interviews et de dire aux gens que nous avons déjà gagné, qu’il suffit de se retirer un peu plus, dans deux semaines, et que nous gagnerons », a-t-il déclaré ».

Oui, Kiev, aidé par les médias « occidentaux », parle d’une victoire qui n’arrivera probablement jamais. Sur le terrain, le point de vue est tout autre :

« Dmytro, un soldat ukrainien que The Post n’identifie que par son prénom pour des raisons de sécurité, a décrit bon nombre des mêmes conditions. Certains des soldats les moins expérimentés qui servent à son poste au sein de la 36e brigade de marine dans la région de Donetsk « ont peur de quitter les tranchées », a-t-il déclaré. Les bombardements sont parfois si intenses qu’un soldat est pris d’une crise de panique, puis « d’autres l’attrapent ».

La première fois qu’il a vu ses compagnons d’armes très secoués, Dmytro a essayé de leur faire comprendre la réalité des risques. La fois suivante, dit-il, ils « ont simplement quitté la position en courant ». « Je ne les blâme pas », dit-il. « Ils étaient tellement désorientés ». »

Oui, le choc de l’obus est réel. Être sous le feu de l’artillerie est terrifiant. Surtout quand on est un novice, assis dans un fossé sans armure et sans aucun moyen d’y répondre.

La suprématie de l’artillerie russe explique pourquoi les pertes ukrainiennes sont un multiple de celles du côté russe. Mais même si des fantassins sont disponibles et bien entraînés, rien ne peut compenser la perte de la colonne vertébrale d’une armée :

« L’Ukraine a perdu un grand nombre de ses officiers subalternes qui avaient reçu une formation américaine au cours des neuf dernières années, érodant ainsi un corps de dirigeants qui a contribué à distinguer les Ukrainiens de leurs ennemis russes au début de l’invasion, a déclaré le responsable ukrainien. Aujourd’hui, ces forces doivent être remplacées. « Beaucoup d’entre eux ont été tués », a déclaré le fonctionnaire ».

Remplacées par quoi ? Il faut des années pour former un sergent-chef ou un capitaine. Ces postes requièrent une expérience sur le terrain. Aucune formation civile ne peut remplacer cette expérience. Des cours de trois semaines, dispensés par des officiers « occidentaux » sans expérience réelle de la guerre, ne pourront pas compenser cela :

« Même avec de nouveaux équipements et une nouvelle formation, les responsables militaires américains considèrent que les forces ukrainiennes sont insuffisantes pour attaquer tout le long du front géant, où la Russie a érigé d’importantes défenses, de sorte que les troupes sont entraînées à rechercher les points faibles qui leur permettront de percer avec des chars et des véhicules blindés ».

Il n’y aura pas de points faibles. Ou peut-être y en aura-t-il, laissés intentionnellement ouverts par les Russes, pour attirer la « contre-attaque » ukrainienne et la prendre au piège dans un grand chaudron.

C’est fini pour l’Ukraine. Les forces russes enveloppent les unités ukrainiennes dans plusieurs petits chaudrons. Bakhmout n’est que l’un d’entre eux. Au sud de celle-ci se trouve l’agglomération de New York qui en deviendra un autre. Avdiivka, plus au sud, est également en grande difficulté et pourrait même être la première des trois villes à tomber.

 

Même le New York Times commence à s’en rendre compte :

« De Kupiansk au nord à Avdiivka au sud, en passant par Bakhmout, Lyman et des dizaines de villes entre les deux, les forces russes attaquent sur un arc de 160 miles dans l’est de l’Ukraine, dans une lutte de plus en plus intense pour obtenir un avantage tactique avant les éventuelles offensives de printemps. De violents combats ont été signalés lundi dans et autour d’Avdiivka, une ville qui a été sur les lignes de front pendant la majeure partie de l’année dernière et qui, ces derniers jours, est redevenue un point focal des combats. (…)

À Bakhmout, où la société militaire privée Wagner a pris le contrôle de la partie orientale de la ville, des combats brutaux se déroulent dans les rues, sur les vestiges détruits des bâtiments et dans les profondeurs des mines, selon des blogueurs militaires russes. (…)

À Kupiansk et dans les villages environnants, la Russie a intensifié les bombardements et les assauts au sol, et l’Ukraine a ordonné aux civils de quitter les lieux. Les bombardements russes se sont également intensifiés à Lyman et dans d’autres villes. Selon l’armée ukrainienne, les forces russes tentent plus de 100 fois par jour de percer leurs lignes.

Avec peu de personnes et de bâtiments intacts, les endroits les plus disputés n’ont plus grand-chose à offrir, si ce n’est le contrôle des routes et des voies ferrées que le Kremlin considère comme important pour son objectif de s’emparer de l’ensemble de la région orientale connue sous le nom de « Donbass ». Les assauts peuvent également permettre de mieux se positionner pour l’attaque suivante, d’obtenir des renseignements sur les positions de l’autre camp et d’avoir une valeur de propagande ».

Le NYT ne le mentionne pas, mais le plus important est que les forces russes, dans toutes ces attaques, sont en train de détruire l’armée ukrainienne.

Dans quelques semaines, après l’effondrement de ces trois chaudrons, l’armée ukrainienne sera en fuite. Ce sera alors l’été et la boue aura séché. Les forces russes deviendront alors plus mobiles, ce qui pourrait même leur permettre d’effectuer des mouvements plus importants.

Le seul moyen pour l’armée ukrainienne de contrer ces mouvements sera d’utiliser les forces qu’elle prépare actuellement pour une « contre-offensive » comme formations de défense. Mais même cela ne lui donnera qu’environ trois mois de plus avant l’inévitable effondrement.

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour Le Saker Francophone

***

Zelensky veut la tête de cette journaliste de guerre

Avec Christelle Néant

Christelle Néant est journaliste et fondatrice de Donbass Insider.

Diabolisée par les médias occidentaux car elle ne suit pas la propagande officielle, cette journaliste présente sur le terrain vous explique tout sur la situation du front russe ainsi que de la réalité du conflit russo-ukrainien.

 

Christelle Néant

source : Géopolitique Profonde


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...