www.zejournal.mobi
Lundi, 26 Juill. 2021

Les falsifications des relevés de température : un autre scandale mondial

Auteur : Jacques Henry | Editeur : Walt | Jeudi, 27 Mai 2021 - 15h56

Pour étayer la propagande mondialement organisée afin d’instituer des règlements internationaux devant conduire à une diminution des émissions de carbone les manipulations graphiques grossières opérées par les organismes onusiens ne cessent d’être dénoncées par tous ceux qui s’en émeuvent. Mais l’opinion publique et les gouvernements sont maintenant intimement persuadés que le réchauffement du climat pour des raisons d’origine humaine ne pourra être contrecarré que si le monde entier devient frugal en énergie et se contente de quelques heures par jour d’une production électrique entièrement « verte ». Ces énergies vertes sont en effet par nature intermittentes et la puissance disponible n’atteindra jamais celle fournie par les usines consommant du pétrole, du gaz naturel, du charbon ou de l’uranium. Les pays occidentaux seront les plus affectés par cette nouvelle religion que les élèves des écoles apprennent soigneusement dès l’âge de dix ans et que les politiciens mettent déjà en place à grands renforts de taxes et d’investissement pharaoniques inutiles.

Les relevés de la station météorologique de Reykjavik sont un exemple caricatural de ces manipulations. Leur but est de faire croire que, oui, il a bien un « échauffement » du climat depuis 120 ans. De plus il faut triturer les données brutes des relevés de température afin d’obtenir une évolution qui suit de près l’augmentation de la teneur atmosphérique en CO2, sinon il n’y aurait rien de convaincant. L’IPCC, organisme onusien en charge de répandre cette propagande, est en cela aidé par la NASA, la NOAA et d’autres organisations connexes voire des universitaires complaisants en mal de crédits de recherche prêts à vendre leur âme à ces fonctionnaires internationaux grassement payés avec nos impôts. Et choisir la station météo de Reykjavik est d’autant plus caricatural que l’électricité produite en Islande est d’origine exclusivement géothermique. Bref, le Goddard Institute for Space Studies, émanation de la NASA, ajuste les relevés de température bruts, les « nettoie » (on ne sait pas ce que cela signifie) et les homogénéise (on ne sait pas non plus ce que cela signifie) pour d’une part faire disparaître l’optimum climatique des années 1920-1970 et d’autre part amplifier le réchauffement qui se serait accéléré depuis les années 1980. Un prouesse graphique !

Tony Heller est un remarquable « limier » pour débusquer les malhonnêtetés de l’IPCC et dans le cas précis de la station météo de Reykjavik les malhonnêtetés de la NOAA et de la NASA. Chaque jour ou presque il débusque une de ces manipulations scandaleuses et il les relate sur son site realclimatescience.com. Il faut croire Heller dont le curriculum est long comme le bras (realclimatescience.com/who-is-tony-heller).

Voici donc l’une de ses dernières découvertes, d’abord les relevés de température à Reykjavik moyennées chaque année depuis 1900 :

Et voici les données ajustées, nettoyées et homogénéisées :

Cherchez l’erreur !

***

Des scientifiques norvégiens affirment que le climat de l’Antarctique est très stable et n’est pas détruit par les pets de vache

Greta Thunberg s’est ridiculisée récemment en interprétant un phénomène naturel à la lumière du réchauffement climatique.

Nous sommes à la fin d’une période glaciaire, il est donc possible que le globe se réchauffe de lui-même.

Cependant, les preuves de ce phénomène sont rares.

Via Sputnik News :

Mettant en garde contre les “prophéties d’apocalypse” non fondées et la “propagande alarmiste”, des chercheurs norvégiens ont déclaré que la limite de la glace dans les parties les plus importantes de l’Antarctique, surnommé “le congélateur du monde”, non seulement ne s’est pas amincie, mais a même augmenté, contrairement à certaines attentes.

Après avoir mesuré à la fois les températures, les courants océaniques et la salinité dans la mer et sous la glace en Antarctique depuis la fin des années 60, des chercheurs norvégiens sont arrivés à des résultats plutôt surprenants.

Contrairement aux prédictions alarmistes et aux tendances observées ailleurs, le climat au pôle Sud est stable depuis 40 ans, a déclaré à TV2 Svein Osterhus, océanographe et chercheur principal au Centre de recherche norvégien (NORCE).

“Jusqu’à présent, nous n’avons pas constaté de changements significatifs. La lisière de glace que nous étudions ne s’est pas amincie, au contraire”, a déclaré M. Osterhus après son 15e voyage en Antarctique.

Selon les mots du journaliste de TV2, Osterhus “s’est élevé contre les prophéties apocalyptiques” en affirmant que les zones les plus importantes du “congélateur du monde” sont actuellement “très stables”.

“Il est vrai que dans certaines zones, il y a une fonte de la glace. Dans le nord, la glace de mer est en train de fondre. Elle fond aussi au Groenland et dans certaines parties de l’Antarctique, mais ce qui compte vraiment en matière d’élévation du niveau des mers, oui, heureusement, il ne se passe pas grand-chose ici”, a souligné M. Osterhus.

Le chercheur a souligné l’importance de faire attention à la “propagande alarmiste” sur le climat.

“En tant que chercheur, je fais attention à ne pas faire d’affirmations sans avoir de réels arguments à l’appui. Je pense que cela peut nous toucher durement si nous présentons les choses comme s’il y avait des changements majeurs et dramatiques”, a souligné M. Osterhus.

Tout cela n’est que de la propagande alarmiste, et ce serait ridicule même si tout était vrai.

Greta Thunberg est littéralement à l’ouest, et elle est constamment en état de crise, pensant que le monde va brûler.

Cependant, au lieu d’essayer de la consoler, de lui dire de se détendre et de faire ce que font les cinglés, les non-cinglés alimentent sa crise.

Source: Aube Digitale


- Source : Jacqueshenry

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé