www.zejournal.mobi
Vendredi, 12 Juill. 2024

L’OTAN, la plus grande menace pour l’humanité

Auteur : Vladimir Castillo Soto | Editeur : Walt | Jeudi, 20 Juin 2024 - 12h41

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) est une institution qui aurait dû disparaître après la fin de la guerre froide si elle avait été créée pour défendre l’Europe contre l’Union soviétique, mais son véritable objectif a toujours été d’être le gendarme du monde et d’imposer l’hégémonie occidentale sur la planète ou, en termes plus contemporains, d’imposer «l’ordre fondé sur des règles» du «monde libre» à la jungle, selon les termes de Borrel. Un gendarme cruel qui a assassiné plus de 4 millions d’êtres humains au cours des 30 dernières années.

L’OTAN est en réalité un monstre né des Anglo-Saxons et des sionistes pour asseoir leur croyance aberrante et maladive d’être le «peuple élu» et d’avoir une «destinée manifeste» imposée par leur Dieu, ce qui les oblige à lutter contre le reste du monde pour le soumettre, le faire obéir à leurs règles et imposer leurs idiosyncrasies et leurs institutions. Le comportement de leurs dirigeants et de l’organisation elle-même est un signe clair de l’intoxication croissante qui exacerbe leur maladie, les rendant plus violents et irrationnels.

Si la question n’était pas aussi grave, elle pourrait prêter à rire, mais le problème posé pourrait entraîner une catastrophe pour l’humanité et la vie sur la planète en général.

Au milieu de cette intoxication, plusieurs États membres de l’OTAN, ainsi que son secrétaire général, ont encouragé une escalade majeure de la guerre en Ukraine en permettant et en encourageant l’utilisation d’armes fournies pour attaquer le territoire russe. Le président français menace également d’envoyer des soldats et des formateurs français sur les lignes de front, ce qui en fera des cibles légitimes pour les forces russes. De même, la livraison d’armes de plus en plus sophistiquées et de plus en plus longues, telles que les missiles ATACMS, les chars Leopard et Abrams et maintenant les F16 et les Mirage 2000, aggrave, allonge et complique le conflit. Toutes ces actions repoussent des limites très délicates qui les rapprochent d’une confrontation directe avec la Russie, ce qui serait très dangereux pour tout le monde, car ils affrontent des adversaires dotés d’un armement nucléaire suffisant pour mettre fin à la vie telle que nous la connaissons.

Le monde sait que le conflit a commencé avec l’expansion continue et astucieuse de l’OTAN vers l’est, allant jusqu’à essayer d’intégrer l’Ukraine dans l’organisation.

Le monde sait également que cette guerre par procuration n’est pas terminée grâce à l’aide militaire et financière de l’Occident. Boris Johnson a déjà forcé l’Ukraine à rompre les accords de paix d’Istanbul de 2022 et lui a promis le soutien de l’Occident jusqu’au «dernier Ukrainien», puis Joe Biden et Ursula von der Leyen ont fait adopter des sanctions contre la Russie, qui ont détruit une grande partie de l’industrie allemande et ce qui restait de l’État-providence européen. Il ne fait aucun doute que les seuls bénéficiaires du conflit sont le complexe militaro-industriel américain et les sociétés exportatrices de gaz.

Il est regrettable que les dirigeants des pays européens membres de l’OTAN poursuivent des intérêts qui ne leur profitent pas, mais au contraire leur nuisent. Il suffit de demander aux citoyens européens si leur niveau de vie est meilleur aujourd’hui qu’il ne l’était il y a deux ans, ou aux hommes d’affaires allemands s’ils sont plus productifs et plus rentables aujourd’hui ou en 2018. Leur arrogance de colonisateurs les a rapidement transformés en «élites» les plus stupides de la planète, ils leur ont appliqué les techniques de la «guerre cognitive» et les ont avalées tout entières.

À la suite de la défaite du nazisme lors de la Seconde Guerre mondiale par l’Armée rouge de l’Union soviétique, qui a détruit au moins 86% de la Wehrmacht, le processus de décolonisation du Sud a été encouragé et accéléré, tandis que l’Europe était colonisée par les sionistes anglo-saxons, l’OTAN, la Banque mondiale et le FMI étant les principaux instruments de pression utilisés. Monarchies, dictatures (Portugal en 1949) et républiques ont volontairement abandonné leur souveraineté, jusqu’à devenir ce qu’elles sont aujourd’hui, des pions au service de psychopathes qui entendent contraindre l’humanité à rester sous le joug de leur unipolarité, amenant le monde au bord d’une confrontation générale, dont les Européens seront les premiers et les plus touchés.

Les États-Unis, avec l’OTAN en tête, cherchent à modifier les structures du droit et des relations internationales et à mettre en œuvre ce qu’ils appellent «le nouvel ordre mondial, fondé sur des règles» au détriment de la Charte des Nations unies, du statut de la Cour internationale de justice et des conventions qui en découlent. En fait, en 2022, une initiative américano-liechtensteinoise a été présentée pour modifier la procédure de veto au sein du Conseil de sécurité de l’ONU, afin d’étendre encore l’hégémonie des États-Unis dans l’organisation. Cet «ordre fondé sur des règles» est adapté à leur convenance chaque fois qu’ils sont confrontés à un problème, en utilisant en permanence deux poids, deux mesures, pour garantir leurs avantages, en recourant si nécessaire à la menace de la force, aux pressions financières et au chantage sous toutes ses formes. Une telle relation n’est dans l’intérêt de personne, ni de ses proches partenaires européens, ni de ses partenaires plus petits d’Amérique latine et des Caraïbes, d’Afrique et d’Asie, et encore moins de ceux qu’«ils» ont appelé l’«axe du mal», c’est-à-dire les pays qui s’opposent frontalement à ses prétentions et à ses impositions et les combattent fermement par des idées, des arguments et des actes.

En juillet 2024, la prochaine réunion de l’OTAN se tiendra à Washington et nous verrons malheureusement, une fois de plus, comment les Européens continueront à garder le nez sur le guidon, comme des bœufs apprivoisés, en déclarant que les ennemis à vaincre sont principalement la Chine et la Russie, sans vouloir se rendre compte que le monde est différent et qu’ils devraient se battre pour se libérer de cette relation malsaine et obtenir une place appropriée dans le nouveau monde multipolaire et pluricentrique.

Au sein de l’OTAN, les Anglo-Saxons ont le plus grand poids dans la définition des priorités et leurs intérêts prévalent, ceux de l’Europe continentale seront toujours subordonnés aux besoins des partenaires anglophones, qui ont également les yeux rivés sur la zone Pacifique, où ils ont conclu plusieurs accords militaires, AUKUS (Australie, Royaume-Uni et États-Unis), QUAD (États-Unis, Japon, Australie et Inde) et autres, dans le but principal de perturber la croissance de la Chine, ainsi que celle de l’Inde, du Pakistan, de l’Indonésie et d’autres économies émergentes dans cette région en plein essor. La vision géostratégique des États-Unis et du Royaume-Uni est souvent en contradiction avec celle du reste de l’Europe, dont la position sera toujours sacrifiée au profit des premiers. L’imposition de ces priorités a démantelé le système de sécurité européen et a plongé le monde dans une succession de conflits, au bord d’une conflagration mondiale.

Le soutien apporté à Israël dans le génocide du peuple palestinien est une nouvelle démonstration du niveau de décadence éthique et morale du monde occidental. Une grande partie de l’OTAN se réjouit des actions criminelles menées à Gaza et en Cisjordanie ; ce sont leurs armes et leur logistique qui permettent aux missionnaires nazis de perpétrer quotidiennement leurs massacres cruels et inhumains, qu’ils devront payer ensemble, tôt ou tard, à la justice terrestre. La stratégie occidentale de déstabilisation du Moyen-Orient est bien connue, en fait la création artificielle d’Israël en fait partie ainsi que le financement et la création de groupes islamiques radicaux tels que ISIS, Daesh et autres, en plus des guerres illégales contre l’Irak, la Libye et la Syrie et des interventions au Yémen et en Somalie.

Il ne fait aucun doute que l’Amérique latine et les Caraïbes, en tant que zone de paix, ainsi que les pays d’Afrique et d’Asie, ont eu la sagacité de rester neutres dans le conflit en Ukraine et de ne pas succomber aux pressions occidentales inappropriées qui cherchaient à obtenir de ces régions qu’elles fournissent du matériel de guerre et un soutien politique à l’Ukraine. De même, ils doivent limiter la capacité de l’Ukraine et de ses partenaires à aspirer du personnel ayant une expérience militaire pour servir de mercenaires et sacrifier leur vie pour rien ou presque dans un pays qu’ils considèrent comme inférieur. Cependant, l’adhésion de la Colombie à l’OTAN en tant que partenaire mondial et la demande d’adhésion de l’Argentine, ainsi que les dizaines de bases militaires des membres de l’OTAN en Amérique latine constituent un grand défi et méritent l’attention, mais surtout l’action des peuples pour exiger le démantèlement de ce réseau militariste néfaste qui sert des intérêts extérieurs à la région.

L’OTAN est un danger pour le monde, c’est pourquoi nous espérons que, dans un avenir immédiat, davantage de voix émergeront des peuples du monde pour empêcher les amateurs de guerre et les profiteurs de guerre déséquilibrés d’imposer leurs vues. Les peuples européens et nord-américains doivent sortir de leur longue léthargie, ils doivent se débarrasser de leur suprématisme stupide et nuisible et imposer des dirigeants et des gouvernements résolument antinazis, antifascistes, antisionistes et anti-oligarchiques, ayant la force de faire imploser l’OTAN et la sagesse de respecter et de soutenir le monde multipolaire qui est en train d’émerger de manière irrépressible, sans quoi l’histoire les condamnera.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...