www.zejournal.mobi
Samedi, 02 Mars 2024

Les liens entre la FDA et la Fondation Gates

Auteur : Maryanne Demasi | Editeur : Walt | Mardi, 24 Oct. 2023 - 18h44

En 2017, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a conclu un protocole d’accord avec la Fondation Bill & Melinda Gates.

En vertu de ce protocole, les deux entités ont accepté de partager des informations pour « faciliter le développement de produits innovants, y compris des contre-mesures médicales », telles que des diagnostics, des vaccins et des thérapies pour lutter contre la transmission des maladies pendant une pandémie.

La FDA a conclu des protocoles d’accord avec de nombreuses organisations universitaires et à but non lucratif, mais peu d’entre elles ont autant à gagner que Bill Gates, qui a investi des milliards dans les contre-mesures en cas de pandémie.

Les experts craignent que la Fondation Gates n’exerce une influence indue sur les décisions réglementaires de la FDA concernant ces contre-mesures.

David Gortler, ancien conseiller principal du commissaire de la FDA entre 2019 et 2021, se dit « méfiant » à l’égard du protocole d’accord.

« Si la Fondation Gates établit un protocole d’accord avec un organisme de réglementation sur un produit qu’elle souhaite développer, il semble qu’il s’agisse d’un conflit d’intérêts. Et si tous les autres laboratoires pharmaceutiques faisaient exactement la même chose que la Fondation Gates ? »

Gortler, aujourd’hui chercheur au Ethics and Public Policy Center de Washington, explique que les réunions entre les développeurs et les régulateurs sont normalement censées faire partie du dossier public et être soumises aux demandes de la loi sur la liberté d’accès à l’information (Freedom of Information Act).

« Toutefois, un tel protocole d’accord permet de contourner les exigences habituelles en matière de transparence des communications officielles », explique Gortler.

« De cette manière, leurs communications peuvent rester secrètes ».

David Bell, ancien médecin de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui travaille aujourd’hui comme médecin de santé publique et consultant en biotechnologie, reconnaît que le protocole d’accord peut corrompre le processus réglementaire.

« L’idée est que les fondations philanthropiques ne peuvent être que bonnes, parce qu’elles fabriquent des vaccins et sauvent des milliers de vies, et qu’il faut donc réduire les formalités administratives et aider la FDA à agir rapidement, faute de quoi des enfants mourront », explique Bell. « Mais en réalité, cela risque de corrompre l’ensemble du système ».

Bell ajoute : « D’une manière générale, les relations étroites entre les régulateurs et les développeurs soulèvent le risque inévitable que les raccourcis et les faveurs nuisent à la rigueur de l’examen des produits, mettant ainsi le public en danger ».

La porte tournante

La FDA a été sévèrement critiquée pour sa « porte tournante ». Dix des onze derniers commissaires de la FDA ont quitté l’agence pour occuper des postes au sein de sociétés pharmaceutiques qu’ils réglementaient auparavant.

De même, la Fondation Gates a embauché des membres haut placés de la FDA, qui apportent avec eux une connaissance intime du processus réglementaire.

Par exemple, Murray Lumpkin a fait une carrière de 24 ans à la FDA, en tant que conseiller principal du commissaire de la FDA et représentant pour les questions mondiales. Il est aujourd’hui directeur adjoint des affaires réglementaires à la Fondation Gates et signataire du protocole d’accord.

Margaret Hamburg, qui a été commissaire de la FDA entre 2009 et 2015, fait désormais partie du conseil scientifique de la Fondation Gates.

Bell n’a aucun doute sur le fait que ces nominations étaient stratégiques pour « jouer le système » : « Si je travaillais à la Fondation Gates, j’embaucherais certainement quelqu’un comme Murray Lumpkin ».

Le seul moyen de résoudre le problème des portes tournantes est d’inclure une clause de non-concurrence dans les contrats.

« Elle pourrait stipuler que les employés de la FDA ne peuvent pas travailler pour les personnes qu’ils ont réglementées pendant au moins dix ans. Il y a des endroits où ces règles existent – les entreprises privées ont des accords selon lesquels vous ne pouvez pas travailler pour un rival », a déclaré Bell.

La FDA a rejeté les questions concernant les risques de conflits d’intérêts ou le manque de transparence de ses communications avec la Fondation Gates. Dans un communiqué, la FDA a déclaré : « La prise de décision réglementaire de la FDA est fondée sur la science :

"Les décisions réglementaires de la FDA sont fondées sur la science. Les anciens fonctionnaires de la FDA n’ont aucun impact sur les décisions réglementaires. La FDA ne collabore avec la Fondation Bill et Melinda Gates que dans le cadre du protocole d’accord tel que décrit".

Gates a des milliards en jeu

Bill Gates s’est vanté d’avoir obtenu un rendement de 20 pour 1 sur son investissement de 10 milliards de dollars dans le « financement et la fourniture » de médicaments et de vaccins.

« C’est le meilleur investissement que j’aie jamais fait », a-t-il écrit dans le Wall Street Journal.

« Il y a plusieurs dizaines d’années, ces investissements n’étaient pas des paris sûrs, mais aujourd’hui, ils sont presque toujours très rentables ».

En septembre 2019, juste avant la pandémie, les documents déposés auprès de la SEC montrent que la fondation a acheté plus d’un million d’actions de BioNTech (partenaire de Pfizer) pour 18,10 dollars par action. En novembre 2021, la fondation s’est débarrassée de la plupart des actions pour une moyenne de 300 dollars par action.

Selon le journaliste d’investigation Jordan Schachtel, la fondation a empoché environ 260 millions de dollars de bénéfices, soit plus de 15 fois son investissement initial, dont la majeure partie n’a pas été imposée car elle a été investie par l’intermédiaire de la fondation.

Dans son récent ouvrage intitulé « How to Prevent the Next Pandemic » (Comment prévenir la prochaine pandémie), Gates prévient que les futures pandémies constituent la plus grande menace pour l’humanité et que la survie dépend de stratégies mondiales de préparation aux pandémies, se positionnant ainsi fermement au centre de l’élaboration de l’ordre du jour.

En octobre 2019, la Fondation Gates et le Forum économique mondial ont organisé Event 201, qui a rassemblé des agences gouvernementales, des entreprises de médias sociaux et des organisations de sécurité nationale pour jouer à la guerre contre une pandémie mondiale « fictive ».

Oct 2019, Gates et le FEM financent Event 201 pour simuler une réponse à une pandémie mondiale.

Les principales recommandations de l’événement étaient qu’une telle crise nécessiterait le déploiement de nouveaux vaccins, la surveillance et le contrôle de l’information et des comportements humains, en orchestrant la coopération et la coordination des industries clés, des gouvernements nationaux et des institutions internationales.

Quelques semaines plus tard, lorsque la pandémie de covid-19 est apparue, de nombreux aspects de ce « scénario hypothétique » sont devenus une réalité effrayante.

La Fondation Gates, qui détient des parts dans une série de sociétés pharmaceutiques, dont Merck, Pfizer et Johnson & Johnson, est aujourd’hui considérée comme exerçant une influence significative sur l’orientation de la réponse mondiale à la pandémie, affirmant que son objectif est de « vacciner le monde entier » avec un vaccin contre le covid-19.

Une domination mondiale

La Fondation Gates a consacré des millions au financement d’ONG, de médias et d’agences internationales, ce qui lui a permis d’exercer une influence politique considérable.

Les contributions financières aux médias ont permis à Gates de bénéficier d’une couverture médiatique favorable, se vantant sur le site web de la fondation d’avoir engagé près de 3,5 millions de dollars pour le Guardian en 2020-2023.

L’autorité britannique de réglementation des médicaments, la MHRA, a révélé qu’elle avait reçu environ 3 millions de dollars de la Fondation Gates en 2022, sur plusieurs exercices financiers.

Le candidat à la présidence Robert F. Kennedy Jr a qualifié Gates d' »homme le plus puissant de la santé publique » parce qu’il a réussi à orienter la stratégie de l’OMS en matière de pandémie pour qu’elle se concentre principalement sur la vaccination.

Kennedy a déclaré dans une interview que l’OMS « supplie et se laisse rouler » pour obtenir le financement de Gates, qui représente aujourd’hui plus de 88 % du montant total des dons de l’OMS provenant de fondations philanthropiques.

« Je pense que [Gates] croit qu’il est en quelque sorte divinement ordonné pour apporter le salut au monde par la technologie », a déclaré Kenney.

« Il pense que le seul chemin vers la santé se trouve à l’intérieur d’une seringue ».

Le directeur général de la Fondation Gates, Mark Suzman, a répondu aux inquiétudes concernant l’influence disproportionnée de la fondation dans la définition des programmes nationaux et mondiaux, sans aucune responsabilité formelle devant les électeurs ou les organismes internationaux.

« Il est vrai qu’avec nos dollars, notre voix et notre pouvoir de mobilisation, nous avons un accès et une influence que beaucoup d’autres n’ont pas », a admis Suzman dans sa lettre annuelle de 2023.

« Mais ne vous y trompez pas : lorsqu’il existe une solution susceptible d’améliorer les moyens de subsistance et de sauver des vies, nous la défendrons sans relâche. Nous ne cesserons pas d’user de notre influence, ainsi que de nos engagements financiers, pour trouver des solutions », écrit-il.

Republié à partir du Substack de l’auteur

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...