www.zejournal.mobi
Jeudi, 26 Mai 2022

Ivermectine : Autoriser ce médicament aurait empêché les confinements et mis aux arrêts la recherche

Auteur : Tyler Durden | Editeur : Walt | Lundi, 24 Janv. 2022 - 11h58

Les agences sanitaires fédérales n’ont pas reconnu l’ivermectine comme un traitement efficace pour les patients atteints du COVID-19. Selon le docteur Leland Stillman, la raison est plus politique que scientifique, car sinon il n’y aurait aucune base pour les confinements ou les obligations de vaccination.

« Si l’ivermectine était reconnue par la santé publique et le milieu universitaire comme le médicament qu’elle est, qui traite les maladies virales aiguës, dont l’une est le COVID-19, toute la justification des confinements, des obligations, sans parler de la recherche et du développement de vaccins, s’évaporerait du jour au lendemain », a déclaré Stillman à The Epoch Times dans une interview récente.

Selon la section 564 de la loi sur les aliments, les médicaments et les cosmétiques (pdf), le secrétaire du département de la santé et des services sociaux (HHS) ne peut délivrer une autorisation d’utilisation d’urgence que si certains critères sont remplis, notamment « l’absence d’alternative adéquate, approuvée et disponible au produit ».

Ainsi, s’il existe une alternative approuvée, la Food and Drug Administration (FDA) – une agence du HHS – ne peut pas délivrer d’autorisation d’utilisation d’urgence pour les vaccins contre le COVID-19.

Selon M. Stillman, ce n’est pas une théorie de la conspiration ni même une opinion isolée que l’ivermectine fonctionne pour traiter le COVID-19, car des dizaines de milliers de médecins dans le monde entier ont reconnu son efficacité.

Photo d’archive : Un emballage de comprimés d’ivermectine. (Natasha Holt/The Epoch Times)

La Frontline COVID-19 Critical Care Alliance (FLCCC), une organisation à but non lucratif travaillant sur les protocoles de traitement des patients ayant contracté le COVID-19, considère l’ivermectine comme un médicament essentiel utilisé dans la prévention et le traitement du COVID-19. Son site Internet cite 142 études, dont 93 sont évaluées par des pairs, et 75 dont les résultats comparant les groupes de traitement et de contrôle montrent que l’ivermectine fonctionne.

Cependant, la FDA a déclaré à plusieurs reprises que « les données actuellement disponibles ne montrent pas que l’ivermectine est efficace contre le COVID-19 ».

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont demandé à The Epoch Times de contacter les Instituts nationaux de la santé (NIH) pour connaître les traitements contre le COVID-19. Les NIH ont renvoyé à leurs directives en ligne sur l’ivermectine : « Les preuves sont insuffisantes pour que le COVID-19 Treatment Guidelines Panel recommande ou non l’utilisation de l’ivermectine pour le traitement du COVID-19. Les résultats d’essais cliniques adéquatement alimentés, bien conçus et bien conduits sont nécessaires pour fournir des conseils plus spécifiques et fondés sur des preuves quant au rôle de l’ivermectine dans le traitement du COVID-19 ».

Stillman a expliqué pourquoi de nombreux médecins ne reconnaissent pas l’ivermectine comme un médicament efficace pour le COVID-19, une maladie causée par le virus du PCC (Parti communiste chinois).

« Et la réalité qu’il est vraiment important que les gens comprennent, c’est que les médecins peuvent perdre leur licence ou leur certification par le conseil d’administration, qui est très importante pour leur revenu en fonction des directives d’assurance, pour avoir parlé comme j’ai choisi de le faire », a déclaré Stillman.

Stillman dit qu’il peut s’exprimer parce qu’il est l’un des rares médecins du pays à accepter les paiements en espèces et à ne pas travailler avec les compagnies d’assurance.

Diplômé de la faculté de médecine de l’université de Virginie à Charlottesville, en Virginie, Stillman exerce aujourd’hui la médecine à Kissimmee, en Floride. Il s’efforce d’aider les gens à être en bonne santé grâce à la médecine intégrative, qui combine un certain nombre de modalités différentes, comme la médecine traditionnelle chinoise, les herbes, la nutrition, le régime alimentaire, l’exercice physique et les changements de mode de vie.

Deux éminents scientifiques, Martin Kulldorff, précédemment professeur à la Harvard Medical School, et Jay Bhattacharya, professeur de médecine à l’université de Stanford, ont également expliqué pourquoi de nombreux scientifiques restent silencieux sur cette question.

Dans un article publié dans The Epoch Times le mois dernier, les deux professeurs ont déclaré que le NIH et son Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), qui est dirigé par Anthony Fauci, contrôlent un budget de recherche scientifique de plusieurs milliards de dollars chaque année, et « canalisent les fonds de recherche vers presque tous les épidémiologistes, immunologistes et virologistes de renom spécialisés dans les maladies infectieuses aux États-Unis et au Royaume-Uni ». Il serait donc peu judicieux pour les scientifiques de contrarier ces agences sanitaires.

« Il y a beaucoup de politique dans ce domaine », a déclaré M. Stillman, en faisant référence à l’obligation de se faire vacciner contre le COVID-19.

« Et la façon dont cela a été politisé est vraiment honteuse et malheureuse. Au bout du compte, il s’agit de savoir comment ces sociétés tirent un profit énorme de la pandémie ».

Selon M. Stillman, la liberté est le moyen de sortir du problème actuel.

« La liberté est absolument la solution », a déclaré Stillman.

« Parce que si vous permettez vraiment aux médecins de traiter les patients selon leurs propres conditions, sans compagnies d’assurance, sans tout cela, cela peut être très abordable, et cela peut être très efficace.

« La réalité, c’est qu’une grande partie des soins dispensés actuellement le sont en fonction de l’idée qu’un bureaucrate se fait de la bonne médecine, et non en fonction de ce que les patients veulent vraiment et de ce qu’ils pensent valoir pour eux ».

Photo d'illustration: Le Dr Leland Stillman lors d’un entretien avec The Epoch Times en Arizona en décembre 2021. (The Epoch Times)

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé