www.zejournal.mobi
Vendredi, 26 Févr. 2021

Un homme tabassé par trois policiers à Paris, qui ont de plus menti dans leur rapport (Vidéo)

Auteur : Sputnik (Russie) | Editeur : Walt | Vendredi, 27 Nov. 2020 - 06h53

Le média en ligne Loopsider a dévoilé une vidéo dans laquelle un homme est tabassé par trois policiers. Dans un premier temps, il a pourtant été placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour «violences sur personne dépositaire de l'autorité publique». Ce jeudi, Gérald Darmanin a demandé la suspension «à titre conservatoire» de ces agents.

Ce 26 novembre, le ministre de l'Intérieur a demandé au préfet de police de Paris la suspension «à titre conservatoire» de trois agents mis en cause par une vidéo révélée par le média en ligne Loopsider.

Sur cette séquence, les trois agents assènent des coups de manière violente à un homme - producteur de musique - samedi 21 novembre dans son studio de musique du XVIIe arrondissement de la capitale au seul motif qu'il ne portait pas son masque.

Placé en garde à vue dans un premier temps

Suite à son interpellation violente, l'homme a d’abord été placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête ouverte par le parquet de Paris pour «violences sur personne dépositaire de l'autorité publique» et «rébellion».

Mais le parquet de Paris a finalement classé cette enquête et ouvert mardi une nouvelle procédure pour «violences par personnes dépositaires de l'autorité publique» et «faux en écriture publique», confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

«Je demande au préfet de police de suspendre à titre conservatoire les policiers concernés. Je souhaite que la procédure disciplinaire puisse être conduite dans les plus brefs délais», a indiqué sur Twitter le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

«Afin d'établir précisément les circonstances de l'interpellation de (cet homme), le préfet de police a saisi l'IGPN sur le plan administratif et a demandé au Directeur général de la Police nationale de suspendre à titre conservatoire les policiers impliqués», a précisé dans la foulée la préfecture de police.

Par la suite, les trois policiers ont été suspendus, a appris l'AFP d'une source proche du dossier.

«Propos mensongers des services de police»

Jointe par l’AFP, son avocate, Me Hafida El Ali, a souligné que son client «a fait 48 heures de garde à vue de manière injustifiée sur des propos mensongers des services de police qui l'ont outrageusement violenté».

Mardi, le parquet de Paris avait déjà ouvert deux enquêtes relatives à des faits de «violences» dont sont soupçonnés des policiers sur un migrant et sur un journaliste lors de l'évacuation d'un campement de migrants dans la capitale lundi soir.


- Source : Sputnik (Russie)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé