www.zejournal.mobi
Mardi, 25 Juin 2024

Comprendre le conflit Ukrainien – Le point de vue de Michael von der Schulenburg

Auteur : Michael von der Schulenburg | Editeur : Walt | Mercredi, 15 Mai 2024 - 11h35

Une discussion approfondie sur la diplomatie, les dynamiques de pouvoir et la quête de la paix en Europe de l’Est avec Swiss Weltwoche

Weltwoche : Quelle est votre évaluation de la guerre en Ukraine ?

Schulenburg : La situation doit être extrêmement difficile pour les Ukrainiens. Au cours de plus de deux années de guerre, l’Ukraine a payé un lourd tribut en sang des deux côtés de la ligne de front, de grandes parties du pays ayant été détruites. Le pays est profondément divisé politiquement, est devenu le pays le plus pauvre d’Europe, continue de souffrir d’une corruption généralisée et est en train de se dépeupler de plus en plus. La situation militaire semble également extrêmement défavorable. Les Ukrainiens sont aujourd’hui le peuple trompé de l’Europe, trompé également par nous. Leur pays est devenu un champ de bataille pour les intérêts géopolitiques, y compris les intérêts géopolitiques occidentaux. Il pourrait même désormais courir le risque de s’effondrer. Si nous voulons vraiment être amis avec l’Ukraine, comme nous aimons le prétendre, nous devons maintenant faire tout notre possible pour mettre fin à cette guerre par une paix négociée.

Weltwoche : Que veut le président russe Vladimir Poutine en Ukraine ?

Schulenburg : Ce qu’il veut est assez clair : Poutine ne veut pas de bases militaires étrangères ou de l’OTAN si proches de la Russie en Ukraine ; il veut garantir l’accès de la Russie à la mer Noire et protéger la sécurité de la population pro-russe en Ukraine. Nous pouvons supposer que ces objectifs sont partagés par la grande majorité des élites russes et de la population russe. Dès 1997, le président Eltsine avait déjà mis en garde le président américain Clinton contre toute tentative d’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN ; il a souligné qu’il existe une ligne rouge épaisse pour la Russie. La position de la Russie n’a pas changé depuis.

Weltwoche : Vous entendez constamment parler d’une « guerre d’agression en violation du droit international ». Cette interprétation est-elle aussi claire que le prétendent les médias ?

Schulenburg : Comme c’est souvent le cas dans les guerres, c’est aussi une demi-vérité. Lorsque nous parlons de guerre d’agression « illégale », nous entendons une violation de la Charte des Nations Unies. Et c’est vrai : dans la Charte des Nations Unies, tous les États se sont engagés à ne pas recourir à la force militaire pour poursuivre des objectifs politiques. Mais c’est exactement ce qu’a fait la Russie lorsqu’elle a envahi l’Ukraine. L’invasion était donc illégale selon la Charte des Nations Unies. Cependant, le raisonnement fondamental de la Charte des Nations Unies va bien plus loin : dans la Charte, tous les États se sont engagés à résoudre leurs conflits par la négociation et d’autres moyens pacifiques – précisément pour prévenir les guerres. Dans le cas du conflit ukrainien, l’Occident a refusé de le faire. Il a ignoré les appels répétés de la Russie à négocier ses préoccupations en matière de sécurité concernant l’expansion de l’OTAN en Ukraine – même si de nombreux avertissements ont été lancés selon lesquels cela pourrait signifier une guerre, y compris de la part de politiciens et de diplomates américains influents. Et il y a un aspect encore plus important : en cas d’éclatement d’une guerre, la Charte des Nations Unies oblige tous les États membres à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour trouver une fin pacifique par le biais de négociations, de médiations, etc. Eh bien, l’Ukraine et la Russie l’ont fait. C’est exactement ce qu’ils ont commencé à rechercher une solution négociée quelques jours seulement après l’invasion russe. Et étonnamment, ils ont trouvé une solution non seulement pour un cessez-le-feu, mais aussi pour un cadre de règlement de paix global en mars 2022, après seulement un mois de guerre.

Weltwoche : Vous voulez dire les négociations d’Istanbul en mars 2022 ?

Schulenburg : Oui, je parle du communiqué d’Istanbul du 30 mars 2022, que les deux parties ont accepté et paraphé. Il a été rédigé par les Ukrainiens et comprenait 10 propositions. Il s’agit d’un document étonnant, d’une brillante réalisation de la diplomatie ukrainienne. Dans ce document, l’Ukraine n’a officiellement renoncé à aucun mètre carré de terrain. Kiev a seulement accepté que le statut de la Crimée soit décidé pacifiquement dans 15 ans. Il n’y avait aucune mention du Donbass ; cela devait être négocié directement entre Zelensky et Poutine. À la base, la proposition de paix d’Istanbul était un accord entre l’Ukraine et la Russie dans lequel l’Ukraine s’engageait à rester neutre et à ne permettre à aucun autre État d’établir des bases militaires sur son territoire. En retour, la Russie garantirait l’intégrité territoriale de l’Ukraine et retirerait toutes les troupes d’invasion. Dans ce document, la Russie s’est même engagée à soutenir l’adhésion de l’Ukraine à l’UE. Mais l’Occident ne voulait pas du traité. Une semaine avant Istanbul, un sommet spécial de l’OTAN a eu lieu à Bruxelles, auquel Biden a également participé. Là-bas, il a été décidé de ne soutenir aucune négociation avec la Russie jusqu’à ce que la Russie se retire de l’ensemble de l’Ukraine. Cela ne signifiait rien d’autre que l’OTAN exigeant la défaite militaire de la Russie et, par conséquent, ouvrant la voie à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. Alors que Zelensky s’en tenait néanmoins aux négociations de paix avec la Russie, le Premier ministre britannique Johnson a effectué une visite inattendue à Kiev le 9 avril 2022, faisant clairement comprendre aux Ukrainiens qu’ils perdraient tout soutien de l’Occident s’ils signaient un traité de paix avec la Russie. Russie. Cela a mis fin à la possibilité d’une paix rapide.

Weltwoche : Quelle a été l’erreur décisive qui a conduit à la guerre ?

Schulenburg : L’administration Biden a ignoré tous les avertissements selon lesquels la Russie réagirait militairement pour empêcher l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, et l’Europe est restée embarrassée. Les États-Unis avaient probablement sous-estimé les Russes à l’époque et pensaient qu’ils n’oseraient pas. L’Occident n’a tout simplement pas compris à quel point les Russes – et pas seulement Poutine – considéraient l’OTAN directement à leurs frontières comme une menace existentielle pour la Russie, et c’est encore le cas aujourd’hui. Si les États-Unis continuent d’intensifier leurs efforts avec le soutien de l’OTAN et envoient désormais, comme annoncé, des armes avec lesquelles la Russie peut être frappée sur ses sites stratégiquement importants, la Russie, comme indiqué, n’hésitera pas à réagir de manière extrême. Le risque que ce conflit ne dégénère en guerre nucléaire est donc plus élevé aujourd’hui que jamais. L’OTAN ne devrait pas sous-estimer une nouvelle fois la détermination de la Russie.

Weltwoche : Quel est le rôle de l’UE dans cette guerre ?

Schulenburg : Nous, Européens, devrions éviter une telle escalade et soutenir pleinement les négociations. Mais nous ne le faisons pas. Parce que nous n’avons aucune position indépendante – du moins aucune position qui serait fondée, même de loin, sur nos propres intérêts de sécurité. Nous courons après les Américains, même si cela signifie notre chute économique ou, pire encore, si cela peut mettre en péril notre survie. L’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN n’est pas dans l’intérêt de l’Europe – du moins pas au risque d’une guerre nucléaire avec la Russie. L’UE ne pourra jamais être une grande puissance mondiale, ni politiquement ni militairement. C’est pourquoi nous ne devrions pas nous comporter comme tel. Pour garantir notre avenir, il n’existe qu’une seule option réaliste pour l’UE : une politique de paix cohérente, c’est-à-dire une politique qui vise à construire un système de paix et de sécurité paneuropéen basé sur la « Charte de Paris pour une nouvelle Europe » qui a été adoptée. a été signé en 1990 par tous les États européens ainsi que par les États-Unis et le Canada.

Weltwoche : Combien reste-t-il d’union de paix dans cette UE ?

Schulenburg : L’Europe est fondamentalement incapable d’agir selon ses propres intérêts. Je ne vois aucun homme politique européen capable de se résoudre à prendre une initiative de paix. J’espère que nous pourrons réaliser quelque chose au Parlement européen – l’espoir meurt en dernier.

Weltwoche : Quels conseils donneriez-vous à la dirigeante européenne Ursula von der Leyen ?

Schulenburg : Premièrement, se retirer. Ce serait un acte responsable envers l’idée européenne. Son bureau est fortement entaché par des accusations de conduite inappropriée dans les relations commerciales pendant la crise du coronavirus ; des accusations similaires ont été portées à l’époque où elle était ministre de la Défense en Allemagne. Cette situation devrait être complètement éclaircie, ne serait-ce que pour protéger la réputation de l’UE. De plus, von der Leyen représente une politique pro-américaine et pro-guerre exagérée, elle est responsable de la militarisation croissante de l’UE. Autant de voies qui conduisent l’UE à une impasse. La Communauté européenne gagnerait à avoir à la tête de la Commission une personnalité politique plus soucieuse des intérêts des Européens et susceptible de ramener l’UE vers un projet de paix.

Weltwoche : Comment évaluez-vous le président russe ?

Schulenburg : Je pense que nous devons et pouvons négocier avec Poutine.

Weltwoche : Mais Poutine est presque stylisé comme le diable.

Schulenburg : Une telle diabolisation de l’adversaire est courante parmi les parties belligérantes. L’autre partie est toujours l’incarnation du mal contre lequel nous, les gentils, devons lutter pour sauver le monde. Nous retrouverons certainement une diabolisation similaire de l’Occident en Russie. Ce qui est peut-être inhabituel ici, c’est que nous, au sein de l’UE, nous comportons comme une partie belligérante, même si nous prétendons toujours ne pas être partie prenante à cette guerre.

Weltwoche : Comment parleriez-vous à quelqu’un qui est responsable de pertes en vies humaines ?

Schulenburg : Cela ne devrait guère jouer de rôle dans les négociations ; les négociations de paix ont toujours lieu entre ennemis, même s’ils ont du sang sur les mains. Soit dit en passant, toutes les personnes impliquées dans une guerre auront probablement du sang sur les mains d’une manière ou d’une autre. Dans les négociations, il est beaucoup plus décisif de savoir si l’adversaire a réellement le pouvoir de décider quelque chose et ensuite de faire appliquer ces décisions. C’est pourquoi je pense que Poutine est tout à fait en mesure de négocier. Que cela nous plaise ou non, il semble toujours avoir la grande majorité des Russes derrière lui. Un président américain, quel qu’il soit, pourra également négocier. Et pour revenir à l’UE : je ne vois personne ici qui serait en mesure de le faire. L’UE serait bien trop fragmentée pour adopter une position de négociation claire et bien trop divisée pour pouvoir obtenir un résultat dans les négociations.

Weltwoche : Y a-t-il quelque chose de spécial dans les relations avec les Russes ?

Schulenburg : Peu importe à qui vous parlez, il est important que vous les traitiez avec respect. Que vous soyez clair : nous acceptons que vous ayez aussi des intérêts. Sinon, vous ne pouvez pas négocier. Nous avons ces insultes de « compréhenseurs de Poutine », de « compréhenseurs de la Russie ». C’est absurde. Comprendre signifie utiliser son esprit, et nous devrions très bien l’utiliser.

Weltwoche : Que s’est-il passé en Russie au cours des 20 dernières années pour que les fronts se durcissent à ce point ?

Schulenburg : Je vois les choses dans l’autre sens. Quelque chose a changé en Occident, qui a durci les fronts à tel point que la guerre a désormais éclaté. La revendication de puissance mondiale par l’Occident et l’expansion connexe de l’OTAN jusqu’à la frontière russe n’étaient pas prévues dans la Charte de Paris de 1990, et pourtant nous y sommes allés de l’avant. De nombreux accords prévoyaient que l’OTAN n’avancerait pas plus à l’est. Mais c’est ce qui s’est passé. Ce n’est pas seulement Poutine qui s’est senti trahi, mais aussi les Russes en général. En outre, accuser la Russie d’une invasion illégale doit également être considérée dans le contexte du fait que les États-Unis, l’OTAN et diverses combinaisons d’alliances militaires occidentales ont violé à plusieurs reprises l’interdiction du recours à la force contenue dans la Charte des Nations Unies. Pensez simplement au Kosovo, à l’Irak, à la Syrie et à la Libye. Selon une étude du Congressional Research Service des États-Unis, les États-Unis sont intervenus militairement dans d’autres pays à 251 reprises entre 1992 et 2022. Comment pouvons-nous aujourd’hui nous lever et accuser la Russie de ce que nous considérons comme tout à fait normal pour nous ? Le vrai problème est que toutes les grandes puissances, à la seule exception de la Chine, ne reconnaissent plus de facto la Charte des Nations Unies, de sorte qu’il n’y a plus de droit international fonctionnel.

Weltwoche : Savez-vous pourquoi les politiciens allemands en particulier adoptent un ton belliqueux ?

Schulenburg : Cela m’est incompréhensible. J’aurais pensé que nous, en Allemagne, serions un peu plus réservés en raison de notre passé. Après tout, nous avons tué environ 26 millions de Soviétiques, dont la grande majorité étaient des Russes, souvent de la manière la plus cruelle. Afin de prendre le contrôle de l’Ukraine, nous, Allemands, avons également mené des batailles extrêmement dures sur le territoire ukrainien au cours de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, y compris des combats de chars. Et tout comme aujourd’hui, nous avons abusé des différences ethniques entre la population ukrainienne occidentale et orientale au cours des deux guerres mondiales. Je trouve effrayant d’entendre aujourd’hui des réactions de la part de hauts diplomates allemands pleins de haine envers la Russie. De tels « diplomates » ne seraient jamais en mesure de mener des négociations de paix. Mais pourquoi les avons-nous alors ? Dans les guerres, il faut des diplomates qui ont la tête froide, des diplomates qui peuvent également comprendre leurs adversaires et rechercher ainsi des compromis réalisables pour mettre fin aux massacres dans les guerres. Ce faisant, ils ne doivent pas se laisser capturer par leur propre propagande de guerre ou par les médias pro-guerre. Le fait que nous, en Allemagne, ayons du mal à accepter un point de vue différent, même s’il prône la réduction au silence des armes et des négociations de paix, joue également un rôle. Ce n’est pas un hasard si je ne peux accorder cette interview qu’à un magazine suisse, qui la publie également.

Weltwoche : Que pensez-vous du sommet pour la paix qui aura lieu prochainement en Suisse ? Sans la Russie, mais quand même.

Schulenburg : Je ne prendrais pas ce « sommet » au sérieux. Il s’agit d’une tentative de faire adopter un agenda occidental et le programme en 10 points proposé par Zelensky, à ne pas confondre avec le Communiqué d’Istanbul. Mais il s’agit d’une approche totalement irréaliste et il est peu probable qu’elle rencontre l’approbation internationale en dehors des pays de l’OTAN. Le moment le plus proche d’une solution a été lorsque les Ukrainiens et les Russes se sont parlé directement, sans interférence occidentale. Je suis sûr qu’il y aura des pourparlers entre les militaires des deux côtés ; ils se connaissent tous parce que personne ne veut que tout leur peuple soit massacré. Mais nous ne connaîtrons les négociations que le moment venu. Cela pourrait alors arriver très rapidement. Je peux très bien imaginer que les Russes font des offres à l’armée ukrainienne qui sont meilleures que quelque chose qui pourrait être négocié ici en Suisse, surtout maintenant que la Suisse risque de perdre beaucoup de sympathie internationale en tant qu’État neutre en raison de sa position sur la guerre à Gaza.

L'auteur, Michael von der Schulenburg, ancien Secrétaire général adjoint de l’ONU, a fui l’Allemagne de l’Est en 1969, a étudié à Berlin, Londres et Paris et a travaillé pendant plus de 34 ans pour les Nations Unies, et bientôt pour l’OSCE, dans de nombreux pays en guerre ou en conflit armé interne impliquant souvent des gouvernements fragiles et des acteurs armés non étatiques. Il s’agissait notamment d’affectations à long terme en Haïti, au Pakistan, en Afghanistan, en Iran, en Irak et en Sierra Leone, ainsi que d’affectations plus courtes en Syrie, dans les Balkans, en Somalie, dans les Balkans, au Sahel et en Asie centrale. En 2017, il a publié le livre On Building Peace – rescuing the Nation-State and saving the United Nations, AUP.

Photo d'illustration: Banksy, Children of war, Kyiv, Independence Square, November 6, 2022, Ukraine

***

Ukraine : le plan de paix qui pouvait mettre fin au conflit en avril 2022 fuite dans la presse

Alors que le journal allemand Die Welt dévoile l’accord entre la Russie et l’Ukraine qui aurait pu mettre rapidement fin au conflit les opposant dès avril 2022, Éric Denécé, spécialiste du renseignement, revient sur les conditions ayant présidé à l’échec de ces négociations et les raisons de cette fuite dans les médias.

Au micro de Clémence Houdiakova, il revient plus généralement sur les dessous de la guerre de la communication durant ce conflit russo-otanien en Ukraine.

E&R


- Source : Meer

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...