www.zejournal.mobi
Dimanche, 02 Oct. 2022

Casa Pound: Un livre de Adriano Scianca sur l'association révolutionnaire

Auteur : | Editeur : Admin | Dimanche, 03 Févr. 2013 - 17h07

Zentropa : Votre livre et l’expérience de Casa Pound en général suscitent un débat assez virulent en France. Que pensez-vous de cette agitation ?

Adriano Scianca : Cela me rend très heureux. Cela signifie qu’il y a beaucoup de jeunes gens en Europe qui s’intéressent à ce mouvement. Et il est bien sûr normal qu’il y ait aussi des critiques. Si celles-ci sont constructives et raisonnées, elles sont les bienvenues. Mais si elles sont au contraire basées sur l’envie, la médisance, l’incompréhension et la volonté de détruire, la question est évidemment bien plus triste …

Z. : Certains semblent voir d’un mauvais œil la sympathie croissante pour Casa Pound en imaginant qu’il s’agit là du fruit d’un « prosélytisme » hors de l’Italie…

A.S. : La vérité est que nous sommes ouvert à tous, mais ne voulons absolument pas « coloniser » l’espace politique français, espagnol ou allemand. Nous n’avons jamais eu l’intention d’ouvrir des Casa Pound France, Casa Pound Espana, Casa Pound Deutschland. Par ailleurs, à chaque fois que des camarades européens nous ont demandé des avis ou des conseils, nous les avons toujours mis en garde contre l’imitation facile et souvent boiteuse de modèles étrangers, y compris le nôtre, et que le seul secret du succès était de travailler dur au quotidien. Les prétendus « camarades » qui attaquent Casa Pound parce qu’ils craignent notre concurrence peuvent donc être rassurés : personne ne veut percer dans leur arrière-cour…

Z. : L’une des observations les plus fréquentes de ceux qui regardent Casa Pound de l’extérieur est la suivante : « En Italie, c’est plus facile. » Est-ce vraiment le cas ?

A.S. : Je ne vais pas entrer dans une fastidieuse comparaison des mérites et des difficultés rencontrées par les camarades européens dans leurs différents pays. Je dis juste que celui qui peint une Italie où les fascistes disposent d’un tapis rouge est simplement quelqu’un à la recherche d’une excuse pour justifier ses propres échecs. Casa Pound Italie a subi plus de cinquante agressions antifascistes. Il y a à peine quelques jours un cocktail Molotov a été lancé sur la porte de notre siège à Bologne. Nous avons eu jusqu’à cinq prisonniers politiques en même temps. Le Parti démocrate – héritier de l’ancien Parti communiste et maintenant probablement premier parti en Italie – est un ennemi déclaré de Casa Pound et a entrepris plusieurs fois des démarches au Parlement pour demander notre dissolution. À Cuneo, notre permanence a été attaquée et un militant a été transporté à l’hôpital, la tête ouverte par un jet de pierres. Il y a quelques années, le Cutty Sark, notre pub à Rome, a été complètement détruit par une bombe. Et il y aurait encore beaucoup d’exemples à citer…

Z. : Certaines personnes, en vous lisant, vous accuseront de jouer les victimes…

A.S. : Certainement pas. Nous avons choisi un certain chemin et nous en assumons les conséquences. Dans un sens, cela fait partie du « jeu ». Si je répète ces faits ici, c’est seulement parce que parfois, j’ai entendu dire que Casa Pound est simplement un mouvement de jeunes dont l’engagement se base uniquement sur les tatouages, la mode vestimentaire, et la sous-culture pop. Mais Casa Pound est basé sur la lutte quotidienne, sur la défense, même physique, de notre liberté, d’un bâtiment occupé pendant dix ans 24 heures sur 24, 365 jours par an par des volontaires. Qui fait de l’ironie sur nous (et fait à son tour de la victimisation en inventant une prétendue menace de notre part…), insulte sciemment tout ce travail, ces prisonniers, ces blessés, ces sacrifices, et faire preuve d’une immense insolence surtout lorsque l’on a soi-même rien réalisé …

Z. : Et quant à vos liens supposés avec le P.D.L. [Parti du Peuple de la Liberté, berlusconien - N.D.L.R.] et le maire de Rome Alemanno ?

A.S. : Ici aussi, ce point doit être clarifié. Un récent article paru sur un site N.-R. français prétend expliquer le succès de la C.P.I. par sa proximité avec les institutions au pouvoir. Il est regrettable que l’auteur démontre si peu de connaissance des faits réels. On parle notamment beaucoup d’Alemanno, l’actuel maire de Rome, par exemple, en oubliant que Casa Pound a été occupée alors que le maire était Veltroni, membre de l’ancien Parti communiste. Il est vrai que le fils du maire actuel milite dans les rangs du Blocco Studentesco, mais au moment de la prise de Casa Pound, il n’avait que huit ans et son père n’était même pas encore candidat à la mairie. Il est également dit que le parti La Destra faisait partie du gouvernement Berlusconi IV et que Gianluca Iannone, le président de Casa Pound, a été candidat de ce parti, donc tout se tient : Casa Pound est l’alliée de Berlusconi. Il s’agit là encore d’un mensonge : lors des élections qui ont conduit au quatrième gouvernement Berlusconi (2008), La Destra n’a pas obtenu de sièges au Parlement, et ne faisait donc pas partie du gouvernement. Par ailleurs les membres de Casa Pound n’ont plus aucun rapport avec La Destra depuis plusieurs années.

Se répète enfin, avec une absolue mauvaise foi, le mensonge que la ville de Rome aurait acheté notre immeuble, et je cite, « l’aurait laissé à la disposition des amis de Gianluca Iannone ». De toute évidence, l’extrême droite est la même dans tous les pays et n’hésite pas, pour attaquer ses ennemis de la mouvance, à reprendre et utiliser les mensonges et diffamations propagés par la gauche. Maintenant, les documents de la Ville de Rome sont disponibles en ligne, n’importe qui, même de France, peut y avoir accès. Tout y est clair et toute personne honnête peut donc vérifier la réalité de la situation. Si l’auteur de l’article en question peut étayer son propos d’un document officiel dans lequel il est dit que le bâtiment Via Napoleone III est « à la disposition de Casa Pound » cela est fort bien, sinon il faut en conclure qu’il est un menteur.

Z. : L’immeuble a été attribué ?

A.S. : Non, le bâtiment est occupé et le restera. La Ville a proposé à l’État d’acquérir cet immeuble, parmi d’autres édifices, mais cela n’a rien à voir avec Casa Pound, puisque pour un occupant « illégal » comme nous le sommes, peu importe qui est le propriétaire « officiel » du bâtiment. En outre, la proposition n’a jamais été discuté, pourquoi continuer à en parler sinon pour diffamer ?

Z. : Certains croient que Casa Pound est trop « mou » sur la question de l’immigration et vis à vis de la communauté juive : qu’en pensez-vous ?

A.S. : Casa Pound a inscrit en toutes lettres dans son programme l’exigence de la fermeture des frontières et de la lutte contre l’immigration. Que dire de plus ?

Quant aux Juifs, il est simplement honnête de dire, comme je l’ai fait, que pendant le Risorgimento et sous le fascisme, au moins jusqu’en 1938, la communauté juive était fondamentalement patriote. Je comprends que ces faits historiques puissent contrarier ceux qui ne se préoccupent que de poursuivre leurs fantômes personnels, mais les obsessions ne peuvent pas changer l’histoire. L’équité voudrait, cependant, quand il s’agit d’évoquer ce sujet, qu’on rappelle aussi les pages de mon livre où sont critiquées les politiques de l’État d’Israël, celles où je cite les observations de Norman Finkelstein sur l’exploitation politique de la douleur juive ou celles où je dénonce les dérives pro-sionistes de certains mouvements de droite. Et peut-être, dans un souci d’exhaustivité, faudrait-il aussi se souvenir que chef de la communauté juive de Rome, Ricardo Pacifici a menacé à plusieurs reprises publiquement notre président Gianluca Iannone.

Z. : Sur l’islam également, certains trouvent Casa Pound trop « tiède »…

A.S. : C’est le Manifeste de Vérone de la République sociale italienne et non Bart Simpson qui a recommandé le « respect absolu » pour les peuples musulmans. Cela ne fait pas de nous, bien entendu, les partisans de l’invasion et de l’immigration de masse et si demain quelqu’un veut m’imposer la charia, je me battrais évidemment de toutes mes forces contre lui. Cependant, ce que certains ne comprennent pas, c’est que Casa Pound n’a à l’esprit que les intérêts du peuple italien dans son ensemble et celui-ci ne veut pas être embarqué dans un fumeux et mortifère « choc des civilisations » voulu et instrumentalisé par les néo-cons américains. Tout le reste est subordonné à cette bataille pour notre peuple avant tout. La référence au fascisme nous donne une vue d’ensemble qui ne laisse pas de place à des visions simplistes et unilatérales. Pour le reste, ce sont ceux qui sont violemment contre l’islam et approuvent la thèse de Huntington et Fallaci tout en se prétendant en même temps « anti-sionistes » qui devraient fournir une explication, pas nous.

Z. : En France, est vivement ressentie la division entre catholiques et païens. C.P.I. semble être plus proche de la deuxième catégorie, qu’en est-il au juste ?

A.S. : Casa Pound Italia est un mouvement non-confessionnel, il y a parmi nous des catholiques comme des païens, et tous sont traités sans différenciation aussi longtemps que personne ne vient mélanger sa foi avec l’activisme politique. Ainsi en a voulu le fascisme, pourquoi devrions-nous faire autrement? Par ailleurs le dernier article français ouvertement hostile à Casa Pound provient d’un site de tendance néo-païenne…

Z. : Certains lecteurs de votre livre ont évoqué une approche un peu naïve, presque libérale des questions philosophiques. Que voulez-vous répondre ?

A.S. : Mes professeurs sont, entre autres, Pound, Gentile, Heidegger, Nietzsche. Je ne pense pas que ces écrivains sont si superficiels ou même « libéraux ». Cependant, il était très drôle de voir un article m’accusant d’être un libéral cosmopolite en citant des propose qui, en fait, n’étaient pas les miens, mais de ceux de Giovanni Gentile, philosophe officiel du fascisme, assassiné par les partisans en 1944. Mais peut-être que même le fait de mourir pour ses idées ne suffit pas pour trouver grâce aux yeux des gardiens de l’orthodoxie intransigeante qui combattent le sionisme sur Facebook.

• D’abord mis en ligne sur Zentropa, le 10 décembre 2012.


Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé