www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Juin 2024

Nous sommes peut-être plus proches du «Vous ne posséderez rien» que nous ne le pensons

Auteur : Charles Hugh Smith | Editeur : Walt | Mercredi, 22 Mai 2024 - 14h47

Quand on voit que même les Windows 10 n’auront plus de mise à jour à partir d’octobre, la réflexion semble bonne.

Peut-être devrions-nous reformuler le slogan en «vous semblerez posséder des choses que vous ne contrôlez pas réellement et vous serez heureux».

Le slogan du Forum économique mondial «Vous ne posséderez rien et vous serez heureux» a été largement tourné en dérision, car il s’agissait d’une vision sourcilleuse d’un avenir d’«économie de partage» sans l’agence implicite que confère la pleine propriété. La location d’objets dont on n’a besoin qu’une seule fois est depuis longtemps un marché, et le covoiturage a du sens pour les citadins qui n’ont besoin d’un véhicule qu’occasionnellement.

Mais ne rien posséder implique toujours l’impuissance et la pauvreté, et non le bonheur, qui continue d’être associé à la possession de flux de revenus et de belles choses, c’est-à-dire à la richesse.

Compte tenu de notre dépendance à l’égard des logiciels et des droits numériques et de la richesse fictive des bulles de crédit, il est légitime de se demander «combien nous possédons réellement». Prenons l’exemple du récent article du New York Times intitulé «Why Tech Companies Are Not Your Friends : Lessons From Roku», qui a été repris dans d’autres publications sous le titre plus précis «Our Gadgets Are Not Ours» (Nos gadgets ne nous appartiennent pas).

L’essentiel de l’article est que, puisque nous n’avons pas le contrôle du logiciel, notre «propriété» de l’appareil est illusoire. En voici un extrait :

«Il y a plus de dix ans, lorsque nous achetions un téléviseur, il s’agissait simplement d’un grand écran sur lequel on pouvait brancher tout ce que l’on voulait. Aujourd’hui, la grande majorité des téléviseurs se connectent à l’internet et utilisent le système d’exploitation et les applications du fabricant. Même si vous avez acheté le téléviseur, le composant logiciel, qui constitue une part importante du fonctionnement du produit, reste contrôlé par l’entreprise».

Des modifications de l’interface logicielle du produit et des pratiques de collecte de données peuvent intervenir à tout moment. Dans des cas extrêmes, un appareil peut cesser de fonctionner. En 2020, par exemple, Amazon a désactivé l’Echo Look, une caméra qui aidait les gens à organiser leur garde-robe. L’entreprise a émis un crédit promotionnel pour permettre aux propriétaires d’acheter un autre gadget d’Amazon qui n’avait pas les mêmes caractéristiques.

La situation la moins extrême, mais la plus courante, est celle où les entreprises cessent de soutenir des produits plus anciens parce qu’elles ont besoin de vendre de nouveaux gadgets. L’Apple Watch originale d’Apple datant de 2015, par exemple, ne reçoit plus de mises à jour logicielles et fonctionne à peine.

Ce problème n’est pas nouveau, mais il s’est aggravé à mesure que nos appareils s’appuient sur des applications et des connexions internet, a déclaré Nathan Proctor, directeur du U.S. Public Interest Research Group, une organisation de défense des consommateurs. Dans le cas des ordinateurs, les consommateurs pouvaient modifier leur machine en installant un système d’exploitation différent. Mais avec de nombreux autres types d’appareils électroniques dotés de systèmes logiciels verrouillés, qu’il s’agisse d’appareils de diffusion en continu ou de lecteurs de livres électroniques, ces modifications ne sont généralement pas possibles.

«Quand on en arrive au cœur de l’appareil, est-ce qu’on le possède encore ?»

En effet. Pensez maintenant à la «propriété» des systèmes dépendant de logiciels, tels que les véhicules et les maisons intelligentes, et aux flux de revenus passant par des plateformes logicielles telles que Stripe. Les plateformes logicielles de paiement peuvent bloquer votre accès à votre argent et supprimer toute illusion de contrôle que vous auriez pu avoir en vous informant que vous avez violé leurs «conditions de service», qui sont illimitées et ne peuvent être remises en question.

La «propriété» de l’argent et des flux de revenus s’avère très contingente.

En ce qui concerne les véhicules, si le logiciel tombe en panne (ou est rendu inopérant), votre véhicule devient une brique coûteuse. Alors, que possédons-nous exactement si le véhicule est inopérant ?

Si l’on élargit le champ de notre enquête, on peut considérer que nous sommes propriétaires d’une maison hypothéquée. Si les petits caractères n’empêchent pas le prêteur d’appeler l’hypothèque, alors si le prêteur (ou le propriétaire actuel de l’hypothèque) appelle le prêt, le «propriétaire» doit payer la somme due ou la «propriété» revient au prêteur.

Étant donné la dépendance des évaluations à l’égard des bulles d’actifs fantômes, nous pourrions dire que la «propriété» d’une maison hypothéquée est davantage un pari sur l’évaluation future qu’une propriété réelle, car si la bulle «Tout» éclate et que la valeur de la maison tombe en dessous du montant de l’hypothèque, alors la «propriété» signifie la «possession» d’un actif à valeur négative, c’est-à-dire qu’il vaut moins que zéro, car le «propriétaire» doit plus au prêteur que la valeur de la propriété.

Si la maison se trouve dans un État ou un comté où l’impôt foncier est élevé, la «propriété» comprend un paiement annuel élevé qui peut ne pas être plafonné par la loi. Si le «propriétaire» doit 20 000 dollars de taxes foncières annuelles, la «propriété» est en fait un bail, car le non-paiement des taxes/du «bail» conduit finalement à la confiscation du bien pour recouvrer les arriérés d’impôts.

La même dynamique se produit dans le cas de la «propriété» d’un condominium, lorsque les charges des parties communes et les cotisations spéciales ne sont pas limitées par la loi et doivent être payées. Cet article sur les cotisations spéciales excessives imposées aux anciens immeubles en copropriété soulève la question suivante : qu’est-ce que le propriétaire possède exactement, et s’agit-il en fait d’un bail à durée indéterminée ?

Trois ans après l’effondrement de Surfside, une nouvelle loi de Floride perturbe le marché des copropriétés : «De plus en plus d’appartements sont mis sur le marché en raison d’évaluations spéciales à six chiffres liées à la réparation d’immeubles anciens.

Ivan Rodriguez a sauté sur l’occasion d’acheter une unité au Cricket Club, un condominium exclusif en bord de baie dans le nord de Miami. En 2019, il a liquidé son compte de retraite 401k pour acheter une unité de près de 1500 pieds carrés avec vue sur l’eau pour 190 000 dollars».

Mais en raison d’une récente loi de l’État qui exige que les bâtiments anciens répondent à certaines normes de sécurité structurelle, le conseil d’administration de la copropriété a récemment proposé une évaluation spéciale de près de 30 millions de dollars pour les réparations, y compris le remplacement du toit et l’imperméabilisation de la façade. Cette somme s’élèverait à plus de 134 000 dollars par propriétaire.

M. Rodriguez, 76 ans, n’avait pas l’argent nécessaire. C’est donc à contrecœur qu’il a mis en vente son appartement de deux chambres, rejoignant ainsi des dizaines d’autres habitants de l’immeuble qui font de même. Après avoir mis son appartement en vente au prix de 350 000 dollars, il a continué à le réduire jusqu’à ce qu’il soit finalement vendu 110 000 dollars le mois dernier, soit 42% de moins que ce qu’il avait payé.

Chaque fois qu’un acheteur potentiel apprenait l’existence de l’évaluation, dit-il, «il courait dans la direction opposée».

Peut-être devrions-nous reformuler le slogan en disant que vous aurez l’impression de posséder des choses que vous ne contrôlez pas réellement et que vous serez heureux. Est-ce que cela génère le sentiment de chaleur et de flou escompté ?

Traduction : Crashdebug


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...