www.zejournal.mobi
Vendredi, 24 Mai 2024

Quand Macron met lentement à mort la démocratie sociale

Auteur : Éric Verhaeghe | Editeur : Walt | Vendredi, 12 Avr. 2024 - 14h30

La négociation sur l’emploi des seniors vient d’échouer. Les représentants des patrons et des salariés ne se sont pas mis d’accord sur le sort à réserver aux plus de 55 ans dans les entreprises après la réforme des retraites imposée au forceps par Emmanuel Macron. L’essentiel du blocage est venu du MEDEF, qui ne voulait prendre aucun engagement contraignant pour ses mandants… à la grande fureur de l’U2P, dont les adhérents n’emploient pas de seniors, ou presque, mais touchent un paquet d’argent non négligeable du “paritarisme”. Car dans ce monde-là, tout est affaire de calcul.

Dans la foulée de la réforme de sretraites imposée au forceps par Emmanuel Macron, l’an dernier, les partenaires sociaux devaient négocier un accord sur l’emploi des séniors, qui a finalement capoté sur la question d’un “compte-épargne-temps universel”, le CETU, voulu par la CFDT. Dans la pratique, il s’agissait de négocier des “droits nouveaux” pour les plus de 55 ans, condamnés à travailler deux ans de plus avant de partir à la retraite.

En dehors de l’U2P, le syndicat patronal des professions libérales et des artisans, dont les adhérents n’emploient pas de séniors, personne ne voulait de cet accord.

Voici ce qu’il faut retenir de cet échec :

  • une des raisons pour lesquelles cette négociation devait avoir lieu tient aux effets induits de la réforme des retraites : pour justifier un allongement des carrières, l’Etat doit prouver que les entreprises recrutent encore au-delà de 60 ans
  • l’enjeu consistait donc à rendre acceptable le traitement social réservé aux plus de 55 ans
  • la CFDT proposait la mise en place d’un compte épargne-temps universel, garantissant une reprise des comptes épargne-temps tout au long de la carrière
  • le seul syndicat patronal en accord avec ce projet de “mutualisation” était le syndicat le moins concerné : l’U2P, fusion de l’Union Professionnelle des Artisans et de l’Union Nationale des Professions Libérales (UNAPL). C’est le syndicat patronal dont les adhérents emploient le moins de salariés seniors
  • en cas d’échec de la négociation, le gouvernement avait annoncé qu’il rognerait sur les prérogatives de la démocratie sociale
  • le syndicat U2P est celui qui tire le plus de revenus, proportionnellement, des subventions de l’Etat au paritarisme
  • le syndicat U2P, lui-même présidé par Michel Picon, âgé de 68 ans, a annoncé qu’il s’insurgeait contre les positions patronales et qu’il mènerait une négociation solitaire sur la création d’un CETU
  • dans la pratique, les subventions que le “paritarisme” aussi appelé démocratie sociale accorde aux organisations syndicales, qu’elles soient salariales ou patronales, faussent le jeu et poussent à négocier des règles absurdes uniquement par appât du gain
  • au final, la démocratie sociale se meurt, et l’Etat devrait rapidement nationaliser le dialogue social en France
  • les corps intermédiaires sont en voie de disparition en France…

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...