www.zejournal.mobi
Vendredi, 24 Mai 2024

Pfizergate : le Médiateur appelle à une action médiatique contre von der Leyen

Auteur : Tamás Orbán | Editeur : Walt | Samedi, 06 Avr. 2024 - 13h32

« La nature et l'ampleur de la mauvaise administration que j'ai constatée [au sein de l'UE] nécessitent un débat public plus large », a déclaré la médiatrice Emily O'Reilly.

La médiatrice européenne Emily O'Reilly a réprimandé les grands médias pour ne pas avoir demandé davantage de comptes à la Commission européenne alors que la présidente de la CE, Ursula von der Leyen, a refusé de transmettre des SMS au PDG de Pfizer, Albert Bourla, qu'elle a utilisés pour négocier le plus grand accord d'achat de vaccins de l'UE, d'une valeur de 1,8 milliard d'euros.

Cela fait plus de deux ans depuis le début du scandale, souvent appelé « Pfizergate ». Le problème tourne autour du fait que le chef de la Commission a non seulement commandé des quantités inutilement importantes de vaccins contre le COVID-19 à Pfizer avec l'argent des contribuables – forçant finalement les pays à se débarrasser de centaines de millions de doses périmées – mais il l'a fait en négociant le prix avec le PDG de l'entreprise. (et le partenaire commercial de son mari) via des SMS encore inédits, de la manière la moins transparente possible.

La Commission européenne affirme n’avoir « aucune trace » des textes, car ces messages sont souvent « de courte durée », ne sont pas soumis aux exigences de tenue de registres et ont été supprimés depuis.

L' affaire a été portée devant le Médiateur européen en septembre 2021 et a été clôturée en juillet de l'année dernière, l'organisme de surveillance juridique ayant officiellement déclaré une « mauvaise administration » de la part de la Commission et appelant à plusieurs reprises à une nouvelle recherche et à la publication des textes.

Mais la Commission s’en fiche. Comme l'a déclaré le bureau d'O'Reilly au Conservatoire européen , le Médiateur « n'a que des pouvoirs de recommandation », il ne dispose donc d'aucun moyen légal pour tenir von der Leyen responsable, hormis le fait de déclarer les faits et de demander un recours.

C'est pourquoi O'Reilly s'est tourné vers les médias lors d'un récent événement organisé par le cabinet de conseil stratégique SEC Newgate, basé à Bruxelles, se demandant pourquoi les journalistes semblent se retenir lorsqu'il s'agit de von der Leyen et peut-être du plus grand scandale de corruption de l'histoire de l'UE.

Tout en reconnaissant que la stratégie de la Commission consistant à « bloquer » les médias fait qu'il est difficile pour les journalistes de tenir von der Leyen responsable de quoi que ce soit, O'Reilly s'est déclarée « étonnée [de la façon dont] une personnalité aussi importante que von der Leyen n'est pas remise en question. plus dur avec ses textes Pfizer manquants.

Mercredi, O'Reilly a présenté son rapport spécial à la commission des libertés civiles (LIBE) du Parlement européen – le deuxième du genre au cours des dix dernières années – spécifiquement sur le manque scandaleux de transparence au sein des cercles décisionnels de l'UE.

Le rapport du médiateur révèle que la Commission européenne ne répond régulièrement pas à temps aux demandes d'accès à l'information. Par exemple, des « retards systémiques » étaient en cause dans 85 % de tous les cas et plus de 60 % d’entre eux ont nécessité plus de 60 jours ouvrables pour être traités, alors que le délai légal est de 15.

Lors de l'audition, O'Reilly a demandé aux députés de se joindre à sa lutte contre la corruption dans l'UE :

"Ce [rapport] est un dernier recours car la nature et l’ampleur de la mauvaise administration que j’ai constatée nécessitent un débat public plus large et un contrôle parlementaire attentif, car les échanges et le dialogue institutionnels normaux n’ont pas réussi à résoudre le problème.

Selon le règlement [UE], l’accès [aux documents] est la règle et non une option… La Commission, aux plus hauts niveaux, devrait démontrer dans ses déclarations publiques et dans la pratique que la transparence est la règle et une priorité pour l’institution".

L'auteur, Tamás Orbán, est journaliste politique pour Le Conservateur européen , basé à Bruxelles. Né en Transylvanie, il a étudié l'histoire et les relations internationales à Kolozsvár et a travaillé pour plusieurs instituts de recherche politique à Budapest. Ses intérêts incluent l'actualité, les mouvements sociaux, la géopolitique et la sécurité de l'Europe centrale.

 

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...