www.zejournal.mobi
Jeudi, 18 Avr. 2024

«Paris» et le «complotisme», la délation ? Jusqu’à quand l’Assemblée nationale couvrira-t-elle cette atteinte aux libertés publiques ?

Auteur : Danielle Bleitrach | Editeur : Walt | Jeudi, 15 Févr. 2024 - 14h39

Alors que la presse officielle, les médias, les plateformes en ligne, tous bien sûr indépendants d’une quelconque influence gouvernementale, et de l’OTAN, n’a toujours pas diffusé le discours de Poutine, la panique s’est emparée de ces gens-là et ils cherchent bien entendu non pas à remettre en cause leur censure, leur mode de financement mais de créer là aussi l’ennemi dont la malveillance et les liens avec «l’ennemi» expliqueraient tout, ce qui pose au moins une question : est-ce que la France est en guerre avec la Russie ?

Tout est en effet conçu comme si nous étions déjà dans un état de guerre dans lequel celui qui oserait faire connaitre les propositions de négociation, l’argumentaire de l’ennemi, pourrait à la rigueur être accusé de nuire à son pays en soutenant l’ennemi et nuire de ce fait à nos compatriotes déjà au combat ? Est-ce que nous ne sommes pas au contraire dans ce moment où le débat et l’intervention citoyenne exige d’avoir les moyens de nous faire une opinion, devons-nous être démis de ce droit fondamental de juger de la paix ou de la guerre ? Est-ce que le refus de faire connaitre au citoyen français les arguments contradictoires n’est pas lui censure et désinformation en vue d’entraîner vers la guerre et donc privation d’un des fondamentaux de la citoyenneté ce qui est là une forfaiture ?

Il y a quelque chose de stupéfiant voire de désespérant dans «la réponse» de la France à cet interview de Poutine, on passera sur les incroyables stupidités de certains sites qui prétendent qu’un ancien dirigeant mongol aurait démonté l’argumentation de Poutine en parlant de la domination tatare (1) pas de publication de l’intervention en entier, des morceaux hors contextes, encadrés de commentaires comme dans les procès inquisitoires. Mais le plus dramatique est quand Séjourné, le malheureux qui fait office de ministre des Affaires étrangères, pour y servir de clone à Macron, qui lui-même déplace le quai d’Orsay à Bruxelles, otanisé, tétanisé ose la même opération à l’Assemblée nationale… le tenant lieu de ministre affirme que la Russie va très mal alors que la France et l’Europe se portent comme un charme, l’Ukraine va sûrement gagner et donc il ne reste plus que la «désinformation» à Poutine pour tenter de nous faire croire le contraire. Le moins que l’on puisse dire est que ce discours devrait être nuancé pour tenir compte des FAITS. Il y a là une attitude qui passe de la propagande à la situation de guerre sans avoir demandé l’avis de personne, une véritable atteinte aux droits des citoyens français, une régression en matière de libertés publiques qui participe d’un contexte très inquiétant et face auquel la réaction des élus est pour le moins au-dessous de ce qu’exige la situation.

Et pour appuyer une telle «démonstration» que ce malheureux ose faire à l’Assemblée nationale qu’il déshonore par de tels propos, il est fait état de la découverte après enquête de plusieurs mois (sic) d’un certain nombre de sites qui diffuseraient des mensonges (dignes sans doute de l’ordinaire de LCI) sur intervention directe de la Russie. Là nous nous sentons réellement menacés.

J’ignore tout de ladite plateforme et nous n’avons jamais utilisé leur information en étant très attentive à la véracité de ce que notre site publie, refusant même les liens que certains lecteurs s’obstinent à faire avec des sites par exemple émanant directement du gouvernement iranien. De la même manière je censure toute source d’information étant de près ou de loin en relation avec l’extrême-droite y compris le sieur Philippot. Nous prenons garde dans notre chapeau de signaler qui sont les auteurs du texte, s’il s’agit du KPRF ou de sites «conservateurs». Nous multiplions grâce à Marianne et à d’autres correspondants d’un accès à la source directe. De surcroit, j’ai personnellement toujours refusé même la participation financière de lecteurs pour éviter toute ambiguïté, il serait difficile de chercher le moindre problème à ce site. Et pourtant je sais que les Ukrainiens qui sont eux prêts à toutes les délations nous ont mis dans leur liste d’agents du gouvernement russe. D’ailleurs il faudrait voir de près qui est ce site ukrainien qui ose faire une liste de citoyens français et se masque derrière un anonymat problématique.

C’est dire à quel point l’annonce quasi officielle du gouvernement français est inquiétante et l’absence de réaction de l’Assemblée nationale pose problème en matière de libertés publique, c’est tout un contexte.

Il est vrai qu’une bonne partie de la gauche a perdu pied depuis longtemps et donne dans la caricature de l’incompétence et de la méconnaissance des dossiers. Mais il y a pire. N’oubliez pas que Hollande non content d’avoir cautionné l’utilisation des accords de Minsk que met en cause Poutine dans son interview, a expressément reconnu dans le livre autobiographique intitulé «Ce qu’un président ne devrait pas dire» avoir pratiqué l’assassinat ciblé sans la moindre autorisation «républicaine». Jusqu’où ces gens-là iront-ils dans l’aveu et dans les manœuvres de diversion, jusqu’où seront-ils prêts à mettre en cause les droits élémentaires des citoyens ?

Je ne sais donc pas encore qui sont ces 193 sites mais si on tente d’y inclure histoire et société la seule solution comme cela a déjà été fait à propos des allégations mensongères d’une dame qui avaient déjà inventé la cinquième colonne de Poutine est d’ouvrir un procès.

Quand on sait la torture infligée à Assange à partir d’un procès monté de toute pièce et soutenu par le seul arbitraire et la complicité du monde de la presse, on se dit qu’il faut prendre ses précautions même si je pense que cette mise à jour «après quatre mois d’enquête» comme par hasard se découvre aujourd’hui pour détourner de l’évidence de n’avoir rien à répondre aux graves accusations de Poutine concernant le rôle de la France dans cette guerre qui doit s’arrêter et aboutir à des négociations.

La plainte non seulement devrait porter sur la diffamation mais sur les dangers d’une telle délation quand on connait les mœurs réelles de l’extrême-droite qui se déploie autour des «bandéristes» d’Ukraine. Cette politique de délation est une incitation au meurtre contre des sites et des personnes qui publient une information alternative soigneusement censurées pour favoriser l’hostilité face à un pays avec lequel la France n’est même pas en guerre.

Voici en effet ce qu’ose Viginium, est-ce que le gouvernement français protège cette «entreprise» ?

Au moins 193 sites internet constituent ce réseau, selon Viginum, l’organisme français de lutte contre les ingérences numériques étrangères, qui publie un rapport. Ils «ne produisent aucun contenu original mais relaient massivement des publications issues en majorité de comptes de réseaux sociaux d’acteurs russes ou pro-russes, des agences de presse russes et des sites officiels d’institutions ou d’acteurs locaux», expliquent les auteurs.

Baptisé «Portal Kombat», ce réseau de 193 sites a été mis au jour à l’issue de quatre mois de travail de Viginum. Entre septembre et décembre 2023, l’organisme a analysé l’activité de ce réseau de «portails d’informations» numériques «aux caractéristiques similaires, qui diffuse des contenus pro-russes à destination d’audience internationale». Plusieurs d’entre eux, appartenant à «l’écosytème pravda» – ou «vérité» en russe, le nom de l’ancien organe du Parti communiste soviétique -, ciblent directement les «pays occidentaux qui soutiennent l’Ukraine», selon un rapport de Viginum.

Il est évident que cette incroyable affaire ne prend sens que par rapport à la «thatcherisation « de ce gouvernement, le fond en est un petit groupe qui a décidé d’imposer au pas de charge tout ce que refuse le peuple français… La logique d’une telle politique sa soumission aux marchés financiers et aux trusts de l’armement en est la fuite en avant dans la guerre et la remise en cause des libertés. Il est évident que cette logique ne se contentera pas de cette «ukrainisation» de la désinformation doublée de délation alors que nous ne sommes même pas encore en guerre.

Affaire à suivre et dépôt de plainte indispensable, je me demande jusqu’à quand le monde politique français pour faire oublier sans doute la complicité qu’il a manifestée dans cette guerre et dans sa poursuite feint d’ignorer non seulement ce qui est révélé mais la dangereuse dérive de la pitoyable «réponse» du gouvernement français.

Il est clair que ces gens sont les otages de ceux qui les ont placé là mais il y a incontestablement un phénomène plus préoccupant encore, l’incroyable médiocrité de ce personnel politique ou alors le mépris dans lequel il nous tient pour prétendre nous duper avec un tel niveau, incontestablement il manque une opposition en particulier sur la compréhension du grand mouvement géopolitique qui est à l’œuvre, un manque de culture, le produit d’un long caprice d’une caste qui s’est cru tout permis et continue.

Note:

(1) au titre des “ridicules” notez effectivement cette “démonstration” du huffington post ! Les lecteurs de notre blog qui ont pris connaissance de l’ensemble de l’interview apprécieront jusqu’où certains sites osent aller…


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...