www.zejournal.mobi
Jeudi, 18 Août 2022

La Chambre des représentants du New Hampshire approuve la vente libre de l’Ivermectine

Auteur : Alice Giordano | Editeur : Walt | Samedi, 19 Mars 2022 - 11h43

Le 16 mars, le New Hampshire a fait un pas de géant pour devenir le premier État américain à proposer l’Ivermectine sans ordonnance.

Par 183 voix contre 159, la Chambre des représentants du New Hampshire, dominée par les républicains, a approuvé le projet de loi HB1022, qui permettrait aux pharmaciens de délivrer de l’Ivermectine dans le cadre d’une commande permanente, ce qui signifie que n’importe qui peut se rendre chez un pharmacien et obtenir le médicament de qualité humaine.

Leah Cushman, infirmière et marraine du projet de loi, a déclaré en janvier à The Epoch Times qu’elle « ne doutait absolument pas que des vies seraient sauvées si l’Ivermectine de qualité humaine était disponible pour les patients atteints de COVID ».

« Les républicains de la Chambre ont envoyé un message clair aujourd’hui : nous sommes favorables à l’élargissement des options pour le traitement du COVID », a déclaré Mme Cushman à The Epoch Times.

Selon elle, l’approbation de la Chambre signifie également que les gens n’auront pas à acheter de l’Ivermectine de qualité humaine dans un pays étranger pour exercer leur droit d’utiliser le médicament pour traiter leurs symptômes.

M. Cushman a ajouté que la disposition du projet de loi qui protège les médecins de toute mesure disciplinaire potentielle – ou d’une enquête par le conseil d’agrément de l’État – pour avoir prescrit de l’Ivermectin pour le COVID-19 leur enlève « une partie de la pression politique ».

Le projet de loi doit encore recevoir l’approbation finale du Sénat, mais celui-ci est également contrôlé par les Républicains et, jusqu’à présent, ses législateurs ont montré qu’ils croyaient en la devise « Vivre libre ou mourir » de l’État lorsqu’il s’agit de choisir un traitement contre le COVID-19.

Des projets de loi similaires sont en attente d’approbation législative en Oklahoma, au Missouri, en Indiana, en Arizona et en Alaska.

Dans le New Hampshire, le projet de loi sur l’Ivermectine est l’une des nombreuses propositions liées au COVID menées par les Républicains.

La commission de la santé, des services sociaux et des affaires des personnes âgées de la Chambre des représentants, qui a voté de justesse en faveur du projet de loi sur l’Ivermectine, a également approuvé une proposition d’interdiction de l’application de tout mandat fédéral en matière de vaccins et a rejeté un projet de loi qui aurait ajouté le vaccin COVID-19 aux exigences en matière de vaccination des élèves des écoles publiques.

Un fossé s’est creusé entre les républicains du New Hampshire et le gouverneur de l’État, Chris Sununu, lui-même républicain, au sujet du virus COVID-19. L’année dernière, 13 manifestants ont été arrêtés après s’être opposés à sa volonté de faire accepter à l’État un total de 27 millions de dollars de fonds fédéraux pour promouvoir le vaccin COVID-19.

Cependant, M. Sununu, qui a le dernier mot sur le projet de loi, est resté fermement opposé à l’obligation de se faire vacciner et a été le seul gouverneur du nord-est à se joindre à un procès intenté par un gouverneur contre l’administration Biden au sujet de sa directive fédérale sur l’obligation de se faire vacciner.

Cette directive prévoyait que toute personne travaillant dans une entreprise de 100 employés ou plus devait être vaccinée contre le virus.

La Cour suprême des États-Unis a bloqué la directive, mais a laissé en place l’obligation de vaccination imposée par M. Biden aux travailleurs de la santé. Elle a également refusé de se prononcer sur l’argument selon lequel les exemptions religieuses devraient constituer une garantie constitutionnelle pour le vaccin.

Les traitements alternatifs comme l’Ivermectine ont suscité leur part de controverse en Nouvelle-Angleterre.

Dans le Maine, un proche voisin du New Hampshire, l’État a suspendu la licence médicale de l’un des médecins les plus éminents de la région, voire du pays, pour avoir prescrit de l’ivermectine, de l’hydroxychloroquine et d’autres traitements alternatifs au vaccin.

Le Dr Meryl Nass, experte nationale en matière de maladies induites par les vaccins, avait également reçu l’ordre de suivre un traitement psychiatrique, mais le conseil de l’ordre des médecins de l’État a retiré cette demande.

À l’instar du projet de loi de l’État du New Jersey, d’autres projets de loi visant à mettre l’Ivermectin en vente libre prévoient l’interdiction de telles représailles de la part des commissions d’agrément des États à l’encontre des médecins ou des infirmières praticiennes qui prescrivent aux patients de l’Ivermectin et d’autres traitements alternatifs.

En plus de l’Ivermectine, le projet de loi 1525 du Sénat de l’Oklahoma propose également de rendre l’Hydroxychloroquine disponible en vente libre.

« Je trouve incroyable que l’administration actuelle et la ‘science’ du Capitole se concentrent uniquement sur un vaccin qui n’est pas aussi ‘sûr et efficace’ qu’ils le prétendent », a déclaré Nathan Dahm (R-Broken Arrow), principal parrain du projet de loi.

La Food and Drug Administration et de nombreux médecins restent opposés à l’utilisation de l’Ivermectine contre le COVID-19, arguant qu’il n’a pas encore été prouvé qu’il s’agit d’un traitement efficace contre le virus.

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé