www.zejournal.mobi
Lundi, 25 Oct. 2021

Fauci a financé la création de « coronavirus chimériques » à Wuhan – Révélations obtenues en vertu de la loi sur la liberté d’accès aux informations (FOIA)

Auteur : Tyler Durden | Editeur : Walt | Mercredi, 08 Sept. 2021 - 08h09

Lorsque le Dr Anthony Fauci s’est emporté contre le sénateur Rand Paul (R-KY) en juillet – le traitant de menteur pour l’avoir accusé de financer des recherches dites de « gain de fonction » (GdF) à Wuhan, en Chine, afin de rendre les coronavirus plus transmissibles à l’homme, l’argument s’est finalement évanoui en raison de l’affirmation non étayée de Fauci selon laquelle la recherche ne correspondait pas techniquement à la définition de GdF. 

Aujourd’hui, grâce aux documents (ici et ici) publiés dans le cadre d’une action en justice intentée par The Intercept en vertu de la loi sur la liberté d’accès aux informations contre les National Institutes of Health (qui n’ont pas été suffisamment expurgés pour que Fauci soit jeté sous un bus), nous savons maintenant que EcoHealth Alliance, une organisation à but non lucratif basée à New York et dirigée par Peter Daszak, financée par Fauci, était absolument engagée dans des recherches sur les gains de fonction pour fabriquer des coronavirus chimériques basés sur le SARS, dont il a été confirmé qu’ils pouvaient infecter des cellules humaines.

 

Peter Daszak (à gauche), Anthony Fauci

Bien que des preuves de ces recherches aient été signalées dans des études publiées, la communication au titre de la loi sur la liberté d’accès aux informations fournit une pièce essentielle du puzzle qui jette une nouvelle lumière sur ce qui se passait.

« Il s’agit d’une feuille de route pour les recherches à haut risque qui auraient pu aboutir à la pandémie actuelle », a déclaré Gary Ruskin, directeur exécutif de U.S. Right To Know, un groupe qui a enquêté sur les origines du Covid-19 (via The Intercept).

L’Institut de virologie de Wuhan, La « batwoman » Shi Zhengli, trinque avec le président d’EcoHealth Alliance, Peter Daszak, financé par Fauci (photo de groupe des virus émergents).

Et comme le note Richard H. Ebright, professeur de chimie au Conseil des gouverneurs de l’université Rutgers, « les documents montrent clairement que les affirmations du directeur des NIH, Francis Collins, et du directeur du NIAID, Anthony Fauci, selon lesquelles les NIH n’ont pas soutenu la recherche sur les gains de fonction ou l’amélioration d’agents pathogènes pandémiques potentiels à l’Institut de Virologie de Wuhan (IVW) sont mensongères ».

En bref, Fauci a menti au Congrès lorsqu'il a nié le financement de la recherche sur le gain de fonction (GdF). 

Ebright a résumé le reportage de The Intercept dans un fil Twitter lundi soir :

« Des documents publiés récemment fournissent des détails sur les recherches financées par les États-Unis sur les coronavirus à l’Institut de virologie de Wuhan. The Intercept a obtenu plus de 900 pages de documents détaillant les travaux d’EcoHealth Alliance au laboratoire chinois ».

La suite (c’est nous qui mettons en gras) :

« La masse de documents comprend deux propositions de subventions inédites qui ont été financées par le NIAID, ainsi que des mises à jour de projets relatifs aux recherches d’EcoHealth Alliance, qui ont été examinées à la loupe dans un contexte d’intérêt accru pour les origines de la pandémie ».

Les documents montrent que les subventions 2014 et 2019 des NIH à EcoHealth avec des sous-contrats à l’Institut de Virologie de Wuhan ont financé la recherche sur les gains de fonction, telle que définie dans les politiques fédérales en vigueur en 2014-2017, et l’amélioration potentiel d’agents pathogènes pandémiques, tel que défini dans les politiques fédérales en vigueur en 2017-présent.

(Cela avait été évident précédemment à partir des articles de recherche publiés qui créditaient la subvention de 2014 et du résumé publiquement disponible de la subvention de 2019. Mais cela peut maintenant être affirmé de manière définitive à partir des rapports d’avancement de la subvention de 2014 et de la proposition complète de la subvention de 2017).

Les documents confirment que les subventions ont soutenu la construction – à Wuhan – de nouveaux coronavirus chimériques liés au SARS qui combinaient un gène de spicule (spike) d’un coronavirus avec des informations génétiques d’un autre coronavirus, et ont confirmé que les virus résultants pouvaient infecter des cellules humaines.

(L’ADN recombinant comprend les molécules fabriquées en dehors des cellules vivantes en joignant des segments d’ADN naturels ou synthétiques à des molécules d’ADN qui peuvent se répliquer dans une cellule vivante, ou des molécules qui résultent de leur réplication. –Science Direct)

Les documents révèlent que les nouveaux coronavirus liés au SARS générés en laboratoire peuvent également infecter des souris modifiées pour présenter des récepteurs humains sur les cellules (« souris humanisées »).

Les documents révèlent également pour la première fois que l’un des nouveaux coronavirus liés au SARS produits en laboratoire – un virus qui n’avait pas encore été divulgué publiquement – était plus pathogène pour les souris humanisées que le virus de départ à partir duquel il avait été fabriqué…

…et donc, non seulement on pouvait raisonnablement s’attendre à ce qu’il présente une pathogénicité accrue, mais, en fait, il a été *démontré* qu’il présentait une pathogénicité accrue.

Les documents révèlent également que les subventions ont également soutenu la fabrication – à Wuhan – de nouveaux coronavirus chimériques liés au MERS qui combinaient des gènes de pointe d’un coronavirus lié au MERS avec des informations génétiques d’un autre coronavirus lié au MERS.

Les documents montrent clairement que les affirmations du directeur des NIH, Francis Collins, et du directeur du NIAID, Anthony Fauci, selon lesquelles les NIH n’ont pas soutenu la recherche sur les gains de fonction ou l’amélioration des pathogènes pandémiques potentiels à l’IVW sont fausses.

* * *

Lorsqu’on lui a demandé dans les réponses où trouver des preuves spécifiques sur la recherche sur les gains de fonction, l’utilisateur @SnupSnus a répondu :

Traduction : p495 dans le lecteur p170 dans le document actuel la numérotation des pages dans « comprendre le risque un » parle des expériences d’infection chez les souris humanisées avec un virus chimérique avec un Spike chimérique permuté, mais je viens de faire une recherche par mot-clé, @R_H_Ebright devra vous guider ici.

la même page est aussi numérotée page 11 – celui qui a fait toutes ces numérotations nous a mis dans une situation très confuse, « 3.3.c expériences sur des souris humanisées ».

Traduction : Il existe un indice facile à trouver : la section des remerciements de l’article joint aux courriels paniqués de Fauci obtenus via la FOIA. Il s’agit du travail « exprimant le pic du coronavirus SHC014 de la chauve-souris dans une structure de base du SARS-CoV adaptée à la souris ».

* * *

Alina Chan, biologiste moléculaire au Broad Institute, a déclaré que les documents montrent qu’EcoHealth Alliance a des raisons de prendre au sérieux la théorie de la fuite en laboratoire. « Dans cette proposition, ils soulignent en fait qu’ils savent à quel point ce travail est risqué. Ils ne cessent de parler de personnes susceptibles d’être mordues – et ils ont conservé des dossiers de toutes les personnes qui ont été mordues », a déclaré Chan. « Est-ce qu’EcoHealth a ces dossiers ? Et si non, comment peuvent-ils exclure un incident lié à la recherche ? » -The Intercept

En réponse aux demandes de The Intercept, le responsable de la communication d’EcoHealth, Robert Kessler, a répondu : « Nous avons demandé des subventions pour mener des recherches. Les agences concernées ont estimé qu’il s’agissait d’une recherche importante, et l’ont donc financée. Je ne sais donc pas s’il y a beaucoup de choses à dire ».

Restez à l’écoute, les choses devraient devenir très intéressantes pour Fauci et Daszak dans un avenir proche.

Traduction : Nous avons donc payé le PCC pour qu’il développe le virus qu’il a répandu sur le monde… Pas surprenant… Les médias vont probablement creuser cette affaire maintenant juste pour éviter le désastre de l’Afghanistan mais cela ne va pas disparaître de sitôt non plus….

* * *

Pour revoir l’histoire d’EcoHealth, de Fauci et de la recherche sur les gains de fonction que nous avons notée en mars (voir la version Française ici) :

En 2014, Peter Daszak, président de l’organisation à but non lucratif EcoHealth Alliance, basée à New York, a reçu une subvention des National Institutes of Health (NIH) du Dr Anthony Fauci pour travailler avec l’Institut de virologie de Wuhan (IVW) et d’autres organismes afin de rechercher comment les coronavirus des chauves-souris peuvent « évoluer et se propager dans la population humaine ».

Peter Daszak, président d’EcoHealth Alliance

Le financement initial de la subvention de 666 442 dollars a commencé en juin 2014 pour se terminer en mai 2019, et a versé annuellement 3,7 millions de dollars dans le cadre du projet « Comprendre le risque d’émergence de coronavirus de chauve-souris ». L’administration Obama a notamment réduit le financement de la recherche sur les gains de fonction en octobre 2014, quatre mois après le début du contrat de Daszak, tandis que l’Institut de virologie de Wuhan « a ouvertement participé à la recherche sur les gains de fonction en partenariat avec des universités et des institutions américaines » pendant des années sous la direction de la Dre Shi « Batwoman » Zhengli, selon Josh Rogin du Washington Post.

Après que Rogin a révélé en avril dernier des mémos diplomatiques exprimant de graves inquiétudes quant à la sécurité à l’IVW, il affirme (dans un nouveau livre) : « Nombre des scientifiques qui ont pris la parole pour défendre le laboratoire étaient des partenaires de recherche et des bailleurs de fonds de Shi, comme Peter Daszak, directeur de l’association de santé publique mondiale EcoHealth Alliance ; leurs recherches étaient liées aux siennes, et si le laboratoire de Wuhan était impliqué dans la pandémie, ils devraient répondre à de nombreuses questions difficiles ».

Shi Zhengli (au centre) et Peter Daszak (à l’extrême droite). (Photo du groupe « Virus émergents »)

En bref, Peter Daszak – qui a insisté sur le fait que la théorie de l’évasion du laboratoire est impossible et que l’origine naturelle aléatoire par le biais d’espèces animales intermédiaires est la seule solution – a un énorme conflit d’intérêts. 

En août dernier, les NIH auraient coupé le financement de Daszak dans le cadre de la pandémie de COVID-19, pour ensuite revenir sur sa décision de mettre fin à la subvention tout en suspendant le financement jusqu’à ce qu’EcoHealth réponde à plusieurs exigences – y compris une inspection en personne de l’Institut de virologie de Wuhan par une équipe externe.

(19 août) : Selon un rapport du Wall Street Journal et une déclaration d’EcoHealth Alliance, les NIH ont annulé la résiliation de la subvention mais ont suspendu le financement jusqu’à ce qu’EcoHealth réponde à de nouvelles exigences, y compris l’organisation d’une inspection de l’Institut de virologie de Wuhan par une équipe externe. « La lettre du NIH ne représente pas un effort de bonne foi pour comprendre la nature de nos recherches en cours », déclare EcoHealth dans sa déclaration, mais « nous impose une série d’exigences que le NIH est pleinement conscient que de nombreux gouvernements et l’Organisation mondiale de la santé ont été incapables de satisfaire avec succès. » –TheScientist

Il s’avère que Daszak (qui, une fois de plus, insiste sur le fait que le SARS-CoV-2 n’a pas pu provenir du laboratoire avec lequel il a travaillé) était le membre le plus en vue du blitz médiatique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une « inspection » super légitime de Wuhan et du désormais célèbre institut de virologie avec lequel il collaborait depuis des années. Un voyage qui, par coïncidence, a permis à Daszak de continuer à recevoir son financement des NIH.

Sans surprise, M. Daszak indique que l’équipe de l’OMS a appris au cours de son voyage à Wuhan que « de la viande provenant d’animaux connus pour être porteurs de coronavirus appartenant à la même famille que le virus pandémique était vendue sur le marché de Hunan », ajoutant que l’hypothèse principale est qu' »une chauve-souris ou une autre espèce sauvage porteuse d’un virus géniteur ou d’un virus étroitement apparenté a infecté un animal d’élevage ou une personne, qui l’a ensuite transmis au marché de Huanan », selon le Wall Street Journal.

La virologue néerlandaise Marion Koopmans s’est fait l’écho de la position de Daszak, en répétant que l’équipe considère qu’il est « extrêmement improbable » que le virus ait pu s’échapper d’un laboratoire – parce qu’ils n’ont pas de preuve qu’il l’ait fait (ce qui est en quelque sorte différent de l’absence de preuve d’origine naturelle).

« Il y avait un conduit de Wuhan vers les provinces du sud de la Chine, où les virus les plus proches du SRAS-CoV-2 se trouvent chez les chauves-souris », a affirmé Daszak, ajoutant : « Et c’est un indice vraiment essentiel ».

Alors maintenant – avec ce peu de contexte – vous pardonnerez les rires audibles après que Daszak a déclaré mercredi qu' »il pourrait se passer quelques années » avant que nous découvrions exactement d’où vient le COVID-19.

« Je suis convaincu que nous allons le découvrir assez rapidement », a-t-il déclaré lors d’un séminaire en ligne organisé par le groupe de réflexion londonien Chatham House : « D’ici quelques années », lorsque « nous disposerons de données réellement significatives sur l’origine de ce virus et la manière dont il a émergé » [Note : et qui, par une coïncidence inimaginable, a commencé sur le pas de la porte de l’IVW – où l’on cherchait à faire en sorte que des coronavirus des chauves-souris infectent plus facilement les humains].

M. Daszak a également fait remarquer qu’il n’a pas interrogé les chercheurs de l’IVW au sujet d’une base de données sur les virus de chauves-souris qui s’est mystérieusement volatilisée.

 

Traduction de Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé