www.zejournal.mobi
Mercredi, 24 Juill. 2024

Ruffin, général Alcazar d’une gauche cocufiée par Macron qui se recompose en panique

Auteur : E&R | Editeur : Walt | Mardi, 11 Juin 2024 - 16h23

La gauche, depuis la fin du mitterrandisme, qui l’a désactivée, est un carnaval. On y trouve presque autant de généraux que de soldats, ce qui ne fait pas une armée.

Fracturée et désinnervée par l’injonction israéliste, elle n’a plus les moyens de gouverner, même quand la crise sociale atteint le niveau de gravité actuel. Avant, c’étaient les crises sociales qui portaient la gauche au pouvoir ; aujourd’hui, c’est l’extrême droite qui a pris la main, parce que c’est elle qui incarne le social. D’où le score du RN aux européennes 2024.

La gauche pourrait gagner, mais en cas de crise sociétale majeure, et on dit ça presque sans rire : quand on s’occupe du climat et des trans, quand on valide la GPA et l’euthanasie, sans oublier l’immigration massive, on oublie le pouvoir d’achat des Français qui bossent.

Ruffin a donc déposé l’expression « Front populaire 2024 », afin de devenir le chef d’un puissant mouvement populaire antifasciste, comme en 1936.

Malheureusement, le RN de 2024 est aussi éloigné du fascisme que le PS de Glucksmann l’est du socialisme des années 30. Fallait voir Glux, coursé dans la rue par des gauchos en colère, tout un programme pour celui qui voulait aller chez les ouvriers... Des ouvriers qui ont trouvé refuge dans la maison nationale, désormais.

Et c’est pas avec un programme libéral, climatique et guerre-mondialiste qu’il va aller les chercher ! On ne comparera donc pas Ruffin et Glucksmann, puisque le second est une tentative d’OPA du Système sur une gauche en perdition. Mais on a bien compris le sens de son score à deux chiffres, pas crédible pour deux sous : il s’agit pour l’oligarchie de neutraliser la trop palestinienne LFI et de positionner Glux pour 2027 ou plus tard, en faisant à chaque fois monter son score via les algorithmes. Imaginez, Glucksmann président, Salamé Première dame, la liesse populaire...

En plein marasme dans la maison gauchiste, Ruffin lance donc sa propre OPA sur la gauche en poussant Mélenchon au dilemme : se soumettre ou passer pour un social-traître, presque un facho. C’est pas la première fois qu’un des lieutenants du leader maximo tente le coup de poignard, on avait déjà eu la Clémentine, qui a depuis disparu, remplacée par du plus sérieux (enfin, pas toujours).

Pour son putsch, Ruffin a réuni des poids lourds de la gauche, avec quelques repentis LFI, dont voici la liste, fournie par Libé, l’organe de la résistance au fascisme : Sébastien Jumel (PCF), Marie-Charlotte Garin (Les Écologistes), Sophie Taillé-Polian, Sébastien Peytavie (Génération-s), et Damien Maudet (LFI).

Inutile de dire que l’extrême droite, avec ses 40 %, peut trembler : le Front populaire du général Ruffin a déjà recueilli 100 000 signataires (en 13 heures), ce qui équivaut à 0,2 % des électeurs inscrits...
Le mot d’ordre lancé par le général aux autres généraux Faure, Roussel, Tondelier, Bompard est simple : « Unis, pour éviter le pire, pour gagner. » Trois vœux pieux d’une gauche qui trahit les Français depuis 40 ans... Certes, Ruffin n’y est pour rien, lui qui a fait du bon boulot dans sa Picardie natale, par exemple pour la psychiatrie publique. Mais pour ressusciter la gauche, il faut d’autres arguments, s’opposer vraiment au pouvoir, celui de la Banque, dont découlent tous les autres, et pas appeler à voter Macron, l’employé de la Banque, comme il le fait depuis 2017. En 2024, il peut le taxer de « taré », le mal est fait.

Le programme du Front populaire (mais pas celui de Michel Onfray, désormais classé dans la droite sioniste) reprendra les 600 mesures du programme de la NUPES, qu’aucun Français saint d’esprit n’a jamais lu jusqu’au bout. Pourquoi pas 6 000 mesures, ou 6 millions ? Ruffin, dans son ascension vers l’Élysée en 2027, devra éliminer non seulement son père, Mélenchon, mais aussi son frère, Glucksmann, fort de ses 14 % bidonnés, qui se pose en nouveau leader de la gauche pro-Système. Glux a posé ses conditions pour une union de la gauche, accrochez-vous bien :

« Un soutien indéfectible à la construction européenne, à la résistance ukrainienne, un rejet de la réforme des retraites, de l’assurance chômage et de la loi immigration, une accélération de la transition écologique, et un rejet de la brutalisation de la vie politique. »

Tiens, quasiment le programme de Macron.

Selon la calculette, 30 députés NUPES devraient disparaître de l’hémicycle d’ici le 7 juillet, au soir du second tour. Les rieurs apprendront que la première réunion entre écolos, cocos et socialos (avec quelques LFI) a accouché d’une mesure exceptionnelle : « l’augmentation du pouvoir d’achat ».

Pour mémoire : Ruffin vote Macron au 2e tour de 2017 pour faire barrage au RN (à 6’46)


- Source : E&R

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...