www.zejournal.mobi
Mercredi, 24 Juill. 2024

Plus de 1 600 scientifiques, dont deux lauréats du prix Nobel, signent la déclaration « Pas d’urgence climatique »

Auteur : Naveen Athrappully | Editeur : Walt | Samedi, 02 Sept. 2023 - 14h45

Le Global Climate Intelligence Group (CLINTEL) remet en question l’urgence climatique, soulignant que le réchauffement actuel fait partie d’un cycle naturel et se produit plus lentement que prévu par le GIEC.

« Il n’y a pas d’urgence climatique », a déclaré le Global Climate Intelligence Group (CLINTEL) dans sa Déclaration mondiale sur le climat (pdf), rendue publique en août. « La science du climat devrait être moins politique, tandis que les politiques climatiques devraient être plus scientifiques ». En d’autres termes, la science du climat devrait être moins influencée par la politique, tandis que les politiques climatiques devraient être davantage fondées sur des données scientifiques solides.

Au total, 1 609 scientifiques et professionnels du monde entier ont signé la déclaration, dont 102 en France.

Selon la coalition, le climat de la Terre a varié depuis son existence, la planète ayant connu plusieurs phases froides et chaudes. Ils soulignent que le Petit Âge Glaciaire, une période de refroidissement climatique qui a duré du 16ème au 19ème siècle, n’a pris fin qu’en 1850. Cela signifie que les variations du climat sont un phénomène naturel et que le réchauffement actuel peut être considéré comme une partie de ce cycle naturel.

« Il n’est donc pas surprenant que nous connaissions actuellement une période de réchauffement « , indique la déclaration.

Ils affirment que le réchauffement se produit “beaucoup plus lentement” que ne le prédit le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

La coalition a également critiqué les modèles climatiques, affirmant qu’ils présentent de nombreuses lacunes et ne sont pas plausibles en tant qu’outils politiques. Selon eux, ces modèles exagèrent l’effet des gaz à effet de serre et ignorent le fait que l’enrichissement de l’atmosphère en CO2 est bénéfique. Par exemple, même si les alarmistes du climat qualifient le CO2 de nocif pour l’environnement, la coalition souligne que ce gaz n’est pas un polluant.

Le dioxyde de carbone est « essentiel » à toute vie sur terre et est « favorable » à la nature. L’excès de CO2 entraîne la croissance de la biomasse végétale mondiale tout en augmentant les rendements des cultures dans le monde entier.

CLINTEL a également rejeté l’idée selon laquelle le réchauffement climatique serait lié à une augmentation des catastrophes naturelles comme les ouragans, les inondations et les sécheresses, soulignant qu’il n’existe « aucune preuve statistique » pour étayer ces affirmations.

« Il n’y a pas d’urgence climatique. Il n’y a donc aucune raison de paniquer ni de s’alarmer. Nous nous opposons fermement à la politique néfaste et irréaliste de zéro CO2 net proposée pour 2050. Optez pour l’adaptation plutôt que l’atténuation ; l’adaptation fonctionne quelles qu’en soient les causes , a-t-il déclaré. Croire au résultat d’un modèle climatique, c’est croire ce que les créateurs du modèle ont mis dedans. C’est précisément le problème du débat actuel sur le climat, dans lequel les modèles climatiques sont au cœur. La science du climat a dégénéré en un débat fondé sur des croyances et non sur une science solide et autocritique. Ne devrions-nous pas nous libérer de la croyance naïve dans des modèles climatiques immatures ? »

Modèles climatiques et réflexion de la lumière solaire

Parmi les signataires de CLINTEL figurent deux lauréats du prix Nobel : les physiciens John Francis Clauser des États-Unis et Ivan Giaever, un Norvégien-Américain.

"John Clauser, lauréat du prix Nobel de physique, a développé un modèle climatique qui ajoute un nouveau processus dominant significatif aux modèles existants. Ce processus implique la lumière visible réfléchie par les nuages cumulus qui couvrent, en moyenne, la moitié de la Terre. Selon le physicien John Francis Clauser, les modèles existants sous-estiment grandement cette rétroaction des nuages, qui fournit un contrôle thermostatic très puissant et dominant de la température de la Terre".

Lire : Le Dr John Clauser, prix Nobel de physique 2022 : « Il n’y a pas de crise climatique, c’est une pseudoscience ! » 

En mai, John Clauser a été élu au conseil d’administration de la CO2 Coalition, un groupe qui se concentre sur les contributions bénéfiques du dioxyde de carbone à l’environnement.

« Le discours populaire sur le changement climatique reflète une dangereuse corruption de la science qui menace l’économie mondiale et le bien-être de milliards de personnes », a déclaré M. Clauser dans un communiqué du 5 mai.

« Une science du climat malavisée s’est métastasée en une pseudoscience journalistique de choc massive. À son tour, la pseudoscience est devenue le bouc émissaire d’une grande variété d’autres maux sans rapport ».

« Il a été promu et étendu par des agents de marketing commercial, des politiciens, des journalistes, des agences gouvernementales et des environnementalistes tout aussi malavisés. À mon avis, il n’y a pas de véritable crise climatique ».

Les fausses prédictions apocalyptiques, une question présidentielle

La déclaration de CLINTEL contre le récit du changement climatique contrecarre la propagande diffusée par les alarmistes du climat qui prédisent depuis longtemps des scénarios catastrophiques déclenchés par le réchauffement climatique – dont aucun ne s’est jamais réalisé.

En 1970, certains climatologues prédisaient que la Terre entrerait dans une nouvelle ère glaciaire d’ici le 21e siècle. L’expert en pollution James Lodge a prédit que « la pollution de l’air pourrait oblitérer le soleil et provoquer une nouvelle ère glaciaire dans le premier tiers du nouveau siècle », selon le Boston Globe.

En mai 1982, Mostafa Tolba, alors directeur exécutif du programme environnemental des Nations Unies, a déclaré que si le monde ne changeait pas de cap, il serait confronté à une « catastrophe environnementale qui connaîtrait une dévastation aussi complète et irréversible que n’importe quel holocauste nucléaire » d’ici 2000.

En juin 2008, James Hansen, directeur de l’Institut Goddard des sciences spatiales de la NASA, a déclaré que d’ici cinq à dix ans, l’Arctique n’aurait plus de glace en été.

Alors que les alarmistes climatiques continuent de diffuser leur propagande sur le réchauffement climatique, le sujet est devenu un enjeu lors de la course à la présidentielle de 2024, plusieurs candidats l’ayant ouvertement rejeté.

Dans un article du 13 juillet sur X, le candidat démocrate à la présidentielle, Robert F. Kennedy Jr., a déclaré que le changement climatique « est utilisé pour nous contrôler par la peur ».

« La liberté et le libre marché constituent un bien meilleur moyen de mettre fin à la pollution. Les pollueurs s’enrichissent en faisant payer au public les dégâts qu’ils causent », a-t-il déclaré.

Lors du premier débat présidentiel du GOP (Grand Old Party, le parti républicain aux États-Unis) de 2024 , le candidat Vivek Ramaswamy a qualifié le changement climatique de « canular ».

« La réalité est que le programme anti-carbone est le voile qui pèse sur notre économie. La réalité est donc que davantage de personnes meurent à cause de mauvaises politiques en matière de changement climatique qu’à cause du changement climatique réel », a-t-il déclaré.

Températures élevées, répression des appareils électroménagers par Biden

Les militants pour le climat ont souligné que le réchauffement climatique était responsable de la hausse des températures aux États-Unis, affirmant même que les températures atteignaient des niveaux records.

Dans une récente interview avec Epoch Times, John Christy, climatologue et professeur de sciences atmosphériques à l’Université d’Alabama à Huntsville, a rejeté l’histoire de températures record.

« Au niveau régional, l’Ouest des États-Unis a connu son plus grand nombre de records de chaleur en été au cours des 100 dernières années, tandis que la vallée de l’Ohio et le Haut-Midwest en ont connu le moins. Pour l’ensemble des États-Unis limitrophes, les dix dernières années n’ont produit qu’un nombre moyen de records. Les années 30 restent les années les plus chaudes en termes de records de chaleur ».

Les politiques sur le changement climatique ont été utilisées pour justifier des changements radicaux de style de vie à travers les États-Unis. Le ministère de l’Énergie a mis en place des restrictions sur les appareils électroménagers, et dans certains cas, leur interdiction pure et simple.

En juin, le ministère de l’Énergie des États-Unis a proposé de nouvelles règles visant à rendre les ventilateurs de plafond plus économes en énergie. Ces règles pourraient obliger les fabricants à débourser 86,6 millions de dollars par an en augmentation des coûts d’équipement pour se conformer aux nouvelles normes d’efficacité énergétique.

En février, le DOE a proposé des règles d’efficacité énergétique ciblant les cuisinières à gaz qui affecteraient la moitié de tous les nouveaux modèles de cuisinières de ce type vendus aux États-Unis, tout en rendant non conformes la plupart des modèles existants.

En février, le ministère de l’Énergie des États-Unis (DOE) a proposé de nouvelles règles d’efficacité énergétique ciblant les cuisinières à gaz. Ces règles affecteraient la moitié de tous les nouveaux modèles de cuisinières à gaz vendus aux États-Unis et rendraient non conformes la plupart des modèles existants.

L’administration Biden a déjà mis en œuvre une interdiction sur les ampoules à incandescence, entrée en vigueur le 1er août 2023.

Traduit par Le Média en 4-4-2.

Voici la liste des 102 signataires scientifiques et professionnels de France :

  1. Benoît Rittaud, Professeur adjoint de mathématiques à l’Université de Paris-Nord, Président de l’Association des climato-réalistes français ; Ambassadeur du WCD.
  2. Jean-Charles Abbé, Ancien directeur de recherche au CNRS, Directeur de laboratoires (Strasbourg, Nantes) en radiochimie, Expert auprès de l’OTAN et de l’AIEA.
  3. Pascal Acot, Centre National de la Recherche Scientifique, Paris.
  4. Bertrand Alliot, Environnementaliste.
  5. Frédéric Antoine, Diplômé de Sciences Politiques en France.
  6. Charles Aubourg, Professeur titulaire à l’Université de Pau, Géophysicien.
  7. Hervé Azoulay, Ingénieur (CNAM), Spécialiste des réseaux et de la systémique, PDG et Président de plusieurs associations.
  8. Guy Barbey, Ancien élève de Harvard Business School, Banquier d’investissement à la retraite, Fondateur et Président de ‘Climate et Vérité’.
  9. Jean-Pierre Bardinet, Ingénieur ENSEM, Publiciste sur les questions climatiques.
  10. Yorik Baunay, Géographe (Master 2) spécialisé dans les risques naturels et la gestion des crises, PDG de Ubyrisk Consultants (entreprise spécialisée dans la réduction des risques naturels).
  11. Bernard Beauzamy, Professeur d’université (à la retraite), Président-directeur général de la Société de Calcul Mathématique SA (Paris).
  12. Serge Bellotto, Docteur en géologie.
  13. Guy Bensimon, Professeur d’économie à la retraite à l’Institut d’études politiques de Grenoble (SciencesPo Grenoble).
  14. Jean-Claude Bernier, Professeur émérite (Université de Strasbourg), Ancien directeur de l’Institut de chimie du CNRS.
  15. Pierre Beslu, Ancien chercheur et chef de département à la Commission française de l’énergie nucléaire (CEA).
  16. Michel Bouillet, Docteur en géographie humaine, Professeur émérite, Ancien chercheur associé à la MMSH (Aix-en-Provence).
  17. Christian Buson, Docteur en agronomie, Directeur de recherche dans une entreprise (études d’impact sur les questions environnementales, traitement des eaux usées).
  18. Jean-Louis Butré, Responsable de laboratoire au Centre de recherche nucléaire de Grenoble, Directeur général de la Pharmacie Centrale de France, Président de Procatalyse, Président de la Fédération Environnement Durable et de la Plateforme Européenne Contre les Éoliennes, Chevalier de l’Ordre national du Mérite.
  19. Emmanuel Camhi, Master en physique, expérience à vie dans la modélisation des systèmes complexes et l’analyse de données dans l’industrie aérospatiale.
  20. Bernard Capai, Ingénieur chimiste à la retraite, Spécialiste des processus industriels évitant l’utilisation de solvants cancérigènes.
  21. Patrick de Casanove, Docteur en médecine, Président du Cercle Frédéric Bastiat.
  22. Philippe Catier, Docteur en médecine.
  23. Vincent Chaplot, Docteur en science du sol, Chercheur principal.
  24. Bruno Chaumontet, Ingénieur ENSEA, spécialisé en systèmes de rétroaction.
  25. Pascal Chondroyannis, Ingénieur forestier, Directeur de la Conservatoire alpin botanique national (2008-2013).
  26. Jean Michel Colin, Docteur en chimie, Ingénieur chimiste à la retraite, Expert pour l’Agence d’évaluation de l’enseignement supérieur (AERES).
  27. Philippe Colomban, Professeur émérite de recherche CNRS, Ancien directeur de laboratoire à l’Université Pierre-et-Marie Curie, Expert en stockage de l’énergie à base d’hydrogène.
  28. Jacques Colombani, Ancien directeur de recherche ORSTOM-IRD, nombreuses études en hydrologie et en climatologie, spécialiste en mécanique des fluides, Membre du conseil d’administration de l’ORSTOM pendant vingt ans.
  29. Christian Coppe, Docteur en chimie organique et analytique.
  30. Philippe Costa, Ingénieur en énergie à l’ENSEM Nancy, spécialiste des processus industriels et de l’économie d’énergie.
  31. Vincent Courtillot, Géophysicien, Membre de l’Académie des sciences française, Ancien directeur de l’Institut de Physique du Globe de Paris.
  32. Pierre Darriulat, Professeur de physique, Membre de l’Académie des sciences française.
  33. Jean Davy, Ingénieur (ENSAM), Développeur de logiciels de modélisation numérique.
  34. Dr. Stephen John Dearden, Chercheur en chimie à la retraite, expérience à vie en recherche et développement dans les industries chimique, pharmaceutique et photographique.
  35. Pierre Delarboulas, PDG d’une entreprise de robotique, Ancien directeur de la R&D chez Partnering Robotics, Médaille d’argent au concours Lépine 2016 du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international.
  36. Jean-Pierre Desmoulins, Professeur émérite en génie thermique et énergétique à l’Institut Universitaire de Technologie, Université Grenoble-Alpes.
  37. Gérard Douhet, Docteur en physique nucléaire, Ingénieur à la retraite au CERN, Responsable technique de la transmission numérique et de la compression vidéo.
  38. Hubert Dulieu, Professeur émérite en écologie appliquée, Ancien chercheur principal au CNRS, Président du Comité national de la recherche scientifique, Section Biologie végétale (XXVII).
  39. Docteur Denis Dupuy, Urologue, réaliste climatique.
  40. Bruno Durieux, Économiste, Ancien Ministre de la Santé et du Commerce extérieur, Ancien administrateur de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE).
  41. Ralph Ellis, B.Sc. en aviation, ATPL.
  42. Max Falque, Consultant international en politique environnementale.
  43. Serge Ferry, Docteur en géographie à la retraite, Professeur associé à l’Université de Lyon.
  44. Patrick Fischer, Professeur agrégé en mathématiques appliquées, Université de Bordeaux.
  45. Michel Frenkiel, Ingénieur (Arts et Métiers), Ancien chercheur au NCAR à Boulder.
  46. Francis le Gaillard, Docteur en sciences naturelles et en sciences pharmaceutiques, Professeur émérite de biochimie à la Faculté des sciences pharmaceutiques de Toulouse.
  47. François Gauchenot, Spécialiste de la gouvernance, Fondateur de l’Institut Saint George.
  48. Jean Gergelé, Ingénieur diplômé de l’École Centrale de Lyon, Directeur de la R&D, Consultant indépendant, principalement dans le développement de batteries Li-ion.
  49. Christian Gérondeau, Ancien conseiller de plusieurs Premiers ministres français, Anciennement responsable de la politique de sécurité routière pour la France et l’Union européenne.
  50. Francois Gervais, Professeur émérite de physique et de sciences des matériaux, Université de Tours.
  51. Philippe Giraudin, École Polytechnique Paris, Sciences géographiques.
  52. Bernard Grandchamp, Ingénieur agronome et expert en environnement et en défense des plantes, Directeur général de Famoux Chateaux Viticoles à Bordeaux.
  53. Gilles Granereau, Ancien météorologiste, actuellement Chef de projet Environnement et Tourisme dans une institution publique, a travaillé sur les risques côtiers, l’érosion marine, la fixation des dunes de sable, l’hydraulique et la gestion forestière.
  54. Maximilian Hasler, Professeur associé en mathématiques, Université des Antilles françaises.
  55. Charles Hazan, Ingénieur chimiste à la retraite (ENSCP) et ingénieur chimiste (UMIST), Ancien directeur technique de Nosolor.
  56. Manfred Horst, MD, PhD, MBA, carrière à vie dans le domaine de la santé et de l’industrie pharmaceutique.
  57. Yvon Jarny, Professeur émérite en sciences thermiques et énergétiques, Université de Nantes.
  58. Claude Jobin, Ingénieur A&M spécialisé en communication par micro-ondes.
  59. Vladimir Klein, carrière à vie dans les projets d’énergie renouvelable, titulaire de brevets dans la compostage aérobie des déchets organiques.
  60. Alexandre Krivitzky, Psychanalyste, Membre de l’Association internationale de psychanalyse.
  61. Roger Lainé, Ingénieur géologue à la retraite.
  62. Philippe de Larminat, Professeur à l’École Centrale de Nantes, spécialiste de la modélisation des processus métier.
  63. Jacques Laurentie, Ingénieur aéronautique et PDG d’une société d’édition de logiciels.
  64. René Laversanne, Chercheur au CNRS, 16 brevets.
  65. Christian Liegeois, Docteur en physique, titulaire de brevets en photonique.
  66. Jean-Marie Longin, Ingénieur (Saint-Cyr), Chef du Pôle Opérations de Gestion des Stocks.
  67. Guy Lucazeau, Professeur émérite (Institut Polytechnique de Grenobel) en sciences des matériaux et en spectroscopie.
  68. Philippe Malburet, Professeur associé émérite de mathématiques, Fondateur du Planétarium d’Aix-en-Provence, Membre de l’Académie d’Aix-en-Provence.
  69. Christian Marchal, Astronome et mathématicien, Ancien directeur de la recherche à l’Office national d’études et de recherches aérospatiales.
  70. Dr. Yves G. Maria-Sube, Docteur en géosciences de l’Université de Montpellier, carrière à vie dans l’industrie géo-énergétique.
  71. Paolo Martinengo, Physicien appliqué, Membre principal du Département de physique expérimentale, Groupe des technologies de détection, CERN.
  72. Patrick Mellett, Architecte et PDG.
  73. Marc le Menn, Docteur en métrologie et en chimie de l’océanographie, Brest.
  74. Henri Mertz, Ingénieur civil de l’École de la Métallurgie et des Mines de Nancy, Chef d’entreprise.
  75. Serge Monier, Ancien cadre de diverses entreprises multinationales, actuellement Co-fondateur et Trésorier de ‘Climat et Vérité’.
  76. Jean-Laurent Monnier, Directeur de recherche émérite du CNRS-Université de Rennes, Chercheur au CNRS de 1973 à 2013, spécialisé en géologie du Pléistocène en Europe occidentale.
  77. Jacques-Marie Moranne, Ingénieur aérospatial à la retraite (Ecole Centrale de Lille), Spécialiste de la purification de l’air et de l’eau, Génie chimique et nucléaire.
  78. Serge Morin, Professeur émérite en géographie à l’Université Michel de Montaigne de Bordeaux, Maire honoraire de Branne.
  79. Cédric Moro, Géographe spécialisé dans la gestion des risques naturels, Co-fondateur de Visov, une ONG de protection civile.
  80. Philippe Morvan, Ingénieur ENSTA et Génie Maritime, spécialisé dans le développement de logiciels.
  81. Charles Naville, Géophysicien en exploration R&D, IFP Energies Nouvelles.
  82. Michel le Normand, Professeur émérite de botanique et de pathologie des plantes, et Président du Département de production végétale de l’École Nationale Supérieure d’Agronomie de Rennes.
  83. Ludovic Penin, Ancien cadre supérieur – Directeur de l’information (IT) et ancien entrepreneur/investisseur, Co-fondateur et Vice-président de ‘Climat et Vérité’, membre de l’Association des climato-réalistes.
  84. Dr. Patrice Poyet, Diplômé de l’École des Mines de Paris en géochimie et D.Sc. (1986) à l’Université de Nice / INRIA, auteur du livre électronique « Le climat rationnel ».
  85. Rémy Prud’homme, Professeur émérite en économie à l’Université de Paris-Est, Ancien Directeur adjoint de la Direction de l’environnement de l’OCDE.
  86. Jean Marie Ravier, Ingénieur de l’École Centrale de Paris et diplômé de Sciences Politiques Paris, récemment retraité en tant que PDG d’une petite entreprise industrielle.
  87. Pierre Richard, Ingénieur ESPCI Paris, Ancien chercheur géochimiste à l’Institut de Physique du Globe de Paris (IPGP).
  88. Pierre Ripoche, Ingénieur en chimie INSA, Chef de projet à la retraite en R&D, Expert en plasma haute température pour le traitement de la fibre optique.
  89. Isabelle Rivals, Professeur associé en statistiques à l’ESPCI Paris.
  90. Betrand Rouffiange, Docteur en médecine, spécialisé en radiologie.
  91. Jean Rouquerol, Directeur de recherche émérite au CNRS à Marseille, Expert en adsorption gazeuse et calorimétrie.
  92. Georges de Sablet, Professeur associé à l’Université de Paris Descartes, Anciennement en charge des systèmes d’exploitation et des réseaux à l’IUT Paris.
  93. François Simonet, Docteur en biologie, Ancien directeur de la planification et de la prospective dans une agence gouvernementale de gestion de l’eau et des écosystèmes aquatiques.
  94. Luc C. Tartar, mathématicien, membre correspondant de l’Académie des sciences de Paris (depuis 1987), Professeur de mathématiques émérite à la CMU (Carnegie Mellon University, Pittsburgh, PA).
  95. Marcel Terrier, Ancien ingénieur dans l’industrie, Ancien enseignant à l’École des Mines de Douai.
  96. Michel Thizon, Ingénieur chimiste, membre de l’ACR (Association des Climato-Réalistes, France), ancien chercheur à l’École Polytechnique, consultant à la retraite.
  97. David Uzal, Docteur en philosophie des techniques et Docteur en philosophie pratique.
  98. Etienne Vernaz, Ancien Directeur de la recherche au CEA (Commissariat à l’énergie atomique) en France, Professeur à l’INSTN (Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires).
  99. Camille Veyres, Ingénieur à la retraite de l’École des Mines, spécialiste des télécommunications et des réseaux à large bande.
  100. Brigitte van Vliet-Lanoë, Géoscientifique, Directeur de recherche émérite (CNRS, Université de Bretagne Occidentale), Stratigraphie et paléo-environnements, Quaternaire et Holocène.
  101. Théa Vogt, Chercheuse à la retraite du CNRS, Géomorphologie, Paléo-environnements quaternaires, Télédétection des sols et de la désertification.
  102. Henry Voron, Ingénieur civil en chef à la retraite, spécialisé dans la gestion de l’eau.

***

Mais où est passé le changement du climat ? Réponse : Vers les mensonges

par Jacques Henry

La météorologie est une science d’observation qui s’aventure dans des prévisions sur le court terme. Pourtant il y a des signes évidents de la méconnaissance de l’évolution du climat que les propagandistes ont utilisé durant tout l’été (boréal) qui s’achemine vers l’automne en cette année 2023. Les arguments utilisés : sécheresse, orages violents, incendies de forêt, diminution de la banquise, trop de moustiques, trop d’épidémies … pour démontrer que le changement du climat est bien réel. Or tous ces arguments n’ont rien à voir avec le climat car il s’agit de constatations au jour le jour des conditions météorologiques qui, aussi loin que l’on puisse remonter dans la mémoire, ne sont pas prévisibles. Il est possible de constater que par exemple la zone de convergence intertropicale tend à descendre vers le sud : elle se trouvait proche de dix degrés nord le premier juillet alors qu’elle se trouve aujourd’hui presque au niveau de l’Équateur. Il s’agit tout de même d’un glissement de 1100 kilomètres. C’est un phénomène naturel qui est le reflet de l’alternance des saisons. J’ignore quand ce changement a lieu chaque année mais à l’évidence il est accompagné d’une sorte de désordre dans cette zone appelée en anglais ITCZ (Inter Tropical Convergence Zone). C’est un phénomène bien connu et il n’y a pas lieu de s’alarmer. La seule conséquence est l’apparition de typhons et d’ouragans favorisée par la poussée des alizées qui déplacent alors des masses d’air humide et chaud proches de l’équateur météorologique il y a encore quelques semaines. Il suffit d’observer les représentations satellitaires pour se rendre compte de cette instabilité : il y a à ce jour 30 août 2023 deux ouragans proches de la côte est de l’Amérique du Nord, un typhon vers Taïwan, une dépression tropicale au sud du Japon et cinq zone d’investigation, trois dans l’Océan Pacifique et deux dans l’Océan Atlantique. Tout cela relève de la météorologie et n’a strictement rien de «climatique».

Pour l’évolution du climat il est impossible de faire des prévisions car le système Terre-atmosphère est très complexe et tenter d’imaginer des modèles est nécessairement un échec compte tenu de cette complexité. Tout ce que l’on sait à l’heure actuelle est une évolution de l’activité solaire vers un affaissement de son intensité mesurée par le nombre de taches solaires et si cette activité magnétique du Soleil diminue elle aura un effet sur le climat en général. Il existe le précédent du «minimum de Maunder» pour relier le climat avec cette activité du Soleil. On est seulement certain que le climat, c’est-à-dire les températures, durant les 15 000 dernières années passées semble évoluer vers un nouvel âge glaciaire conformément à la théorie de Milankovitch qui a été vérifiée par plusieurs cycle glaciaires passés. Ce n’est qu’une tendance mais elle est indéniable (figure 1) :

 

Il existe une sorte de complot organisé par des puissances obscures pour mettre en avant ce soit-disant réchauffement du climat provoqué par l’activité humaine qui consomme de l’énergie fossile carbonée. On peut légitimement se poser la question de savoir jusqu’à quel point les données du laboratoire de la NOAA situé sur le Mona-Loa dans l’île de Hawaï sont honnêtes puisque cet organisme joue le jeu de ces puissances obscures. L’examen du graphique ci-dessus indique clairement que les optima consécutifs du climat depuis la fin du Dryas récent, le grand dégel qui a provoqué une remontée du niveau des océans de 130 mètres, ne sont pas du tout dépendants de la teneur en CO2 de l’atmosphère. La dépendance du climat à cette teneur en CO2 existerait-elle seulement maintenant mais était absente durant les périodes «chaudes» de l’optimum romain puis médiéval ? Il y a quelque chose d’illogique dans cet échafaudage de l’IPCC : c’est un MENSONGE ! Pour arriver à me convaincre qu’une différence de CO2 atmosphérique de 280 vers 450 ppm soit 170 ppm pourrait conduire à des températures pires que celles des îles posées sur l’Équateur me laisse dubitatif. À ce premier mensonge grossier s’ajoute l’habitude prise par ces climatologues politisés de s’arranger avec les températures calculées indirectement à partir de divers «proxys», les cernes des arbres, les teneurs en oxygène-18, le pollen et aujourd’hui les données fournies par les satellites. Ces climatologues s’arrangent avec les données pour publier de belles courbes de moyennes de températures, d’écarts de température par rapport à la moyenne judicieusement choisie pour illustrer ce que l’on doit prouver, une incroyable escroquerie scientifique, encore un MENSONGE ! En voici un exemple (figure 2) :

 

La référence permettant de mettre en évidence ces écarts de température, conformément à l’évolution du climat indiqué dans la première figure ci-dessus devrait être une droite de pente négative prenant en compte cette tendance au refroidissement. Or il n’en est rien et cette représentation (figure 2) est à nouveau MENSONGÈRE car elle a pour but d’amplifier l’optimum actuel du climat pour mieux terroriser les peuples. L’optimum médiéval du climat a duré un peu plus de quatre siècles et il a été suivi du «petit âge glaciaire» qui a duré près de quatre siècles comme l’indique la figure 3 suivante :

 

Il faut noter que cette alternance de périodes chaudes et froides n’était pas un «long fleuve tranquille» car au contraire il y avait de longues successions répétées de chaleur et de froidure, un peu comme ce que l’on observe aujourd’hui en confondant allègrement, et pour les besoins de la grande cause climatique, météorologie et climat. Ces alternances semblent cycliques avec une période d’environ 1000 ans que les astrophysiciens ont tenté de lier aux variations du barycentre du système solaire sous l’influence des grosses planètes gazeuses que sont Jupiter, Saturne et Neptune mais sans avoir atteint de conclusion convaincante. Néanmoins ces variations auraient un effet sur l’activité magnétique du Soleil en créant des effets de marée dans la structure profonde du Soleil, encore un paramètre soigneusement ignoré par les spécialistes auto-proclamés de l’IPCC de même que cet organisme a tout simplement effacé l’optimum médiéval du climat ainsi que le «petit âge glaciaire» comme l’indique, faut-il le rappeler, la fameuse courbe en crosse de hockey ci-dessous (figure 4) :

 

Encore un grossier MENSONGE ! (RWP = Roman Warm Period, MWP = Medieval Warm Period, CWP = Contemporary Warm Period). Il reste une inconnue de taille : les mesures de la teneur en CO2 à l’observatoire d’Hawaï sont-elles honnêtes et que représentent-elles réellement ? Le dernier optimum du climat contemporain qui culmina vers 1940, les millésimes de légende des vins de Bourgogne l’attestent, a provoqué un retrait spectaculaire des glaciers alpins avec une latence d’environ 30 ans qu’il est admis d’une manière MENSONGÈRE comme une conséquences des émissions de CO2 et la dernière question qu’il est légitime de se poser est quel est l’effet de cet optimum sur le dégazage des océans avec une libération massive de ce gaz supposé à effet de serre ? Alors que les océans sont le plus important réservoir de CO2 il est logique de penser que l’augmentation de la teneur en ce gaz de l’atmosphère s’explique plutôt par ce dégazage. La seule technique qui puisse conduire à l’évaluation de la contribution de ce dégazage des océans dans la teneur globale atmosphérique de ce gaz serait de mesurer le taux d’oxygène-18 de ce CO2. Je n’ai vu aucun article scientifique à ce sujet. Peut-être qu’il existe des résultats mais comme on peut s’y attendre personne n’ose aborder ce sujet car les résultats pourraient être dérangeants pour le nouvel ordre mondial qui s’installe progressivement, suivez mon regard. Finalement cette histoire de modification, de changement, de dégradation du climat d’origine humaine est une vaste escroquerie adossée à une fausse science répondant aux projets de mise en place d’un totalitarisme climatique par des puissances financières occidentales dont le projet à peine voilé est de dominer le monde. L’avenir de l’humanité est beau, encourageant et parsemé de MENSONGES …

Sources partielles et illustrations :

Science, climat et énergie et Patrice Gibertie

Note. Des articles parus sur les sites Geopolintel et Anthologialitt repris par Réseau International dissertent des MENSONGES en politique : et cet article paru ce jour sur le site Les Sept du Québec.

Avec le climat on tape dans le mille !

source : Jacques Henry


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...