www.zejournal.mobi
Lundi, 20 Mai 2024

Un Empire paniqué tente de faire à la Russie une «offre qu’elle ne peut pas refuser»

Auteur : Pepe Escobar | Editeur : Walt | Vendredi, 03 Févr. 2023 - 21h38

Conscients que la guerre entre l’OTAN et la Russie risque de se terminer de manière défavorable, les États-Unis testent une offre de sortie. Mais pourquoi Moscou devrait-il prendre au sérieux les propositions indirectes, surtout à la veille de sa nouvelle avancée militaire et alors qu’il est dans le siège des vainqueurs ?

Ceux qui sont derrière le Trône ne sont jamais aussi dangereux que lorsqu’ils ont le dos au mur.

Leur pouvoir s’éloigne, rapidement : Militairement, via l’humiliation progressive de l’OTAN en Ukraine ; financièrement, tôt ou tard, la plupart des pays du Sud mondial ne voudront plus avoir affaire à la monnaie d’un géant voyou en faillite ; politiquement, la majorité mondiale prend des mesures décisives pour cesser d’obéir à une minorité de facto rapace et discréditée.

Et maintenant, ceux qui sont derrière le Trône complotent pour essayer au moins de retarder le désastre à venir sur le front militaire.

Comme le confirme une source de haut niveau de l’establishment américain, une nouvelle directive sur l’OTAN contre la Russie en Ukraine a été transmise au secrétaire d’État américain Antony Blinken. Blinken, en termes de pouvoir réel, n’est rien d’autre qu’un messager pour les néocons et les néolibéraux straussiens qui dirigent en fait la politique étrangère américaine.

Le secrétaire d’État a reçu pour instruction de transmettre la nouvelle directive – une sorte de message au Kremlin – par l’intermédiaire de la presse écrite grand public, qui a été promptement publiée par le Washington Post.

Dans la division du travail de l’élite des grands médias américains, le New York Times est très proche du Département d’État et le Washington Post de la CIA. Dans ce cas, cependant, la directive était trop importante et devait être relayée par le journal officiel de la capitale impériale. Elle a été publiée sous la forme d’une Op-Ed (payant).

La nouveauté est que, pour la première fois depuis le début de l’opération militaire spéciale (OMS) menée par la Russie en Ukraine en février 2022, les Américains proposent une variante de l’offre classique « que vous ne pouvez pas refuser », comprenant certaines concessions qui pourraient satisfaire les impératifs de sécurité de la Russie.

L’offre américaine contourne totalement Kiev, certifiant une fois de plus qu’il s’agit d’une guerre contre la Russie menée par l’Empire et ses sous-fifres de l’OTAN, les Ukrainiens n’étant que de simples proxies extensibles.

« Ne passez pas à l’offensive »

Le correspondant moscovite du Washington Post, John Helmer, a rendu un service important en proposant le texte intégral de l’offre de Blinken, bien entendu largement édité pour inclure des notions fantaisistes telles que « les armes américaines aident à pulvériser la force d’invasion de Poutine » et une explication dérisoire : « En d’autres termes, la Russie ne devrait pas être prête à se reposer, à se regrouper et à attaquer ».

Le message de Washington peut, à première vue, donner l’impression que les États-Unis admettraient le contrôle russe sur la Crimée, le Donbass, Zaporijia et Kherson – « le pont terrestre qui relie la Crimée et la Russie » – comme un fait accompli.

L’Ukraine aurait un statut démilitarisé, et le déploiement de missiles HIMARS et de chars Leopard et Abrams serait limité à l’ouest de l’Ukraine, gardé comme « dissuasion contre de nouvelles attaques russes ».

Ce qui a pu être offert, en des termes assez flous, est en fait une partition de l’Ukraine, zone démilitarisée incluse, en échange de l’annulation par l’état-major russe de son offensive encore inconnue de 2023, qui pourrait être aussi dévastatrice que de couper l’accès de Kiev à la mer Noire et/ou de couper l’approvisionnement en armes de l’OTAN à travers la frontière polonaise.

L’offre américaine se définit comme la voie vers une « paix juste et durable qui respecte l’intégrité territoriale de l’Ukraine ». Eh bien, pas vraiment. Il ne s’agira pas d’une Ukraine croupion, et Kiev pourrait même conserver ces terres occidentales que la Pologne meurt d’envie de s’approprier.

La possibilité d’un accord direct Washington-Moscou sur « un éventuel équilibre militaire d’après-guerre » est également évoquée, avec notamment la non-adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. Quant à l’Ukraine elle-même, les Américains semblent croire qu’elle sera une « économie forte, non corrompue, avec une adhésion à l’Union européenne ».

Tout ce qui restait de valeur en Ukraine a déjà été avalé non seulement par son oligarchie monumentalement corrompue, mais surtout par les investisseurs et les spéculateurs de la variété BlackRock. Les vautours corporatistes ne peuvent tout simplement pas se permettre de perdre les ports d’exportation de céréales de l’Ukraine, ainsi que les conditions des accords commerciaux conclus avec l’UE avant la guerre. Et ils sont terrifiés à l’idée que l’offensive russe puisse s’emparer d’Odessa, le principal port maritime et centre de transport de la mer Noire, ce qui laisserait l’Ukraine sans accès à la mer.

Rien ne prouve que le président russe Vladimir Poutine et l’ensemble du Conseil de sécurité russe – dont son secrétaire Nikolaï Patrouchev et son vice-président Dmitri Medvedev – aient des raisons de croire ce qui vient de l’establishment américain, surtout par l’intermédiaire de simples sous-fifres comme Blinken et le Washington Post. Après tout, la stavka – surnom donné au haut commandement des forces armées russes – considère les Américains comme « incapables de conclure un accord », même lorsqu’une offre est présentée par écrit.

Tout cela ressemble à une manœuvre désespérée des États-Unis pour gagner du temps et présenter quelques carottes à Moscou dans l’espoir de retarder, voire d’annuler, l’offensive prévue dans les prochains mois.

Même les agents dissidents de la vieille école de Washington – qui ne sont pas redevables à la galaxie néoconservatrice straussienne – parient que la manœuvre ne donnera rien : dans le mode classique de « l’ambiguïté stratégique », les Russes poursuivront leur campagne déclarée de démilitarisation, de dénazification et de désélectrification, et « s’arrêteront » quand et où ils le voudront à l’est du Dniepr. Ou au-delà.

Ce que l’État profond veut vraiment

Les ambitions de Washington dans cette guerre OTAN contre Russie vont bien au-delà de l’Ukraine. Et nous ne parlons même pas d’empêcher une union eurasienne Russie-Chine-Allemagne ou un cauchemar de concurrents pairs ; restons-en aux questions prosaïques sur le champ de bataille ukrainien.

Les principales « recommandations » – militaires, économiques, politiques, diplomatiques – ont été détaillées dans un document stratégique du Conseil de l’Atlantique à la fin de l’année dernière.

Et dans un autre, sous la rubrique « Scénario de guerre 1 : la guerre se poursuit à son rythme actuel », nous trouvons la politique néoconservatrice de Strauss entièrement détaillée.

Tout y est : de « la mobilisation d’un soutien et de transferts d’assistance militaire à Kiev suffisants pour lui permettre de gagner » à « l’augmentation de la létalité de l’assistance militaire transférée pour inclure des avions de combat qui permettraient à l’Ukraine de contrôler son espace aérien et d’y attaquer les forces russes ; et la technologie des missiles avec une portée suffisante pour atteindre le territoire russe ».

De la formation de l’armée ukrainienne « à l’utilisation d’armes occidentales, à la guerre électronique et aux capacités cybernétiques offensives et défensives, et à l’intégration transparente des nouvelles recrues dans le service » au renforcement des « défenses sur les lignes de front, près de la région du Donbass », et notamment « une formation au combat axée sur la guerre irrégulière ».

En plus d’« imposer des sanctions secondaires à toutes les entités qui font des affaires avec le Kremlin », nous arrivons bien sûr à la mère de tous les pillages : « Confisquer les 300 milliards de dollars que l’État russe détient sur des comptes à l’étranger aux États-Unis et dans l’UE et utiliser les sommes saisies pour financer la reconstruction ».

La réorganisation de l’opération militaire spéciale, avec Poutine, le chef d’état-major général Valery Gerasimov et le général Armageddon dans leurs nouveaux rôles renforcés, fait dérailler tous ces plans élaborés.

Les Straussiens sont maintenant en pleine panique. Même le numéro deux de Blinken, la belliciste russophobe Victoria « F**k the EU » Nuland, a admis devant le Sénat américain qu’il n’y aura pas de chars Abrams sur le champ de bataille avant le printemps (de façon réaliste, seulement en 2024). Elle a également promis d’« alléger les sanctions » si Moscou « reprend les négociations ». Ces négociations ont été sabordées par les Américains eux-mêmes à Istanbul au printemps 2022.

Nuland a également appelé les Russes à « retirer leurs troupes ». Eh bien, cela offre au moins un certain soulagement comique par rapport à la panique qui suinte de « l’offre que vous ne pouvez pas refuser » de Blinken. Restez à l’écoute pour la réponse de non-réponse de la Russie.

Traduction Réseau International


- Source : The Cradle (Liban)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...