www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Juin 2024

Le Parlement européen ouvre les portes à la commercialisation des embryons et des fœtus humains

Auteur : Francesca de Villasmundo | Editeur : Walt | Mardi, 19 Sept. 2023 - 22h28

Le Parlement européen a approuvé une proposition de règlement assimilant les embryons humains aux cellules et aux tissus, les définissant comme des « substances d’origine humaine ». Cela ouvre les portes à l’eugénisme et aux usages industriels.

Un libre marché des embryons, des fœtus et des gamètes humains se profile

Mardi 12 septembre, le Parlement européen a approuvé en première instance de nouvelles mesures par lesquelles il souhaite mieux protéger les citoyens qui donnent du sang, des tissus ou des cellules ou qui sont traités avec ces substances humaines. Mais en réalité, ignorant les alarmes de diverses organisations d’experts et les préoccupations des évêques européens, le projet de règlement approuvé par une large majorité composée de socialistes, de verts et de libéraux, autorise le libre marché des embryons, des fœtus et des gamètes humains et les expériences et sélections eugéniques qui en résultent.

La proposition de règlement sur les Normes de qualité et de sécurité pour les substances d’origine humaine destinées à être appliquées chez l’homme (ou règlement SoHO), qui vise à partager les cellules, le sang et les tissus humains au sein des États membres de manière harmonisée et standardisée, a été adoptée le 12 septembre, avec 483 voix pour, 89 abstentions et 52 voix contre. De nombreux députés ont insisté sur le fait que les dons de ces «substances» doivent toujours être volontaires et non rémunérés et que les donateurs ne peuvent recevoir qu’une compensation ou un remboursement pour les pertes ou les dépenses encourues.

Nous sommes confrontés à l’hypocrisie la plus flagrante qu’on puisse imaginer, car elle ouvre en fait à la marchandisation de l’humanité. En effet, pour garantir que l’Union européenne dispose de son propre approvisionnement indépendant en ces substances, comme cela est également précisé dans la fiche de mesure approuvée :

« les députés demandent une stratégie européenne coordonnée par la Commission pour garantir leur disponibilité, une liste européenne de substances destinées à l’usage humain ou d’origine humaine (SoHO) déficientes ainsi que l’établissement de plans nationaux d’urgence et de continuité d’approvisionnement ».

Les embryons et les fœtus sont inclus dans les catégories de tissus et de cellules, cela ouvre la voie à la légalisation du marché des vies humaines en Europe

Les mesures s’appliquent aux substances – telles que le sang et ses composants (globules rouges et blancs, plasma), les tissus et les cellules – utilisées pour les transfusions, les thérapies, les greffes ou la procréation médicalement assistée, c’est-à-dire l’insémination artificielle. Sous prétexte de créer un environnement efficace et sûr pour les transfusions sanguines et les transplantations d’organes dans toute l’Union, le rapporteur du PPE (Parti populaire européen), Nathalie Colin-Oesterlé, a rappelé que son parti « reconnaît et soutient l’existence d’un marché européen de la fertilité pour justifier les échanges transfrontaliers de gamètes, d’embryons et de fœtus en cas de pénurie dans un État membre ».

Pire encore, l’amendement du PPE n°241 sur l’indemnisation des donneurs de tels gamètes, embryons ou fœtus a été largement adopté, créant ainsi un dangereux précédent en matière de vente de parties du corps. Les amendements n°242 et n°243 (des groupes Identité et Démocratie et Conservateurs et Réformistes européens), qui visaient plutôt à rappeler le cadre législatif et éthique dans lequel l’UE devrait fonctionner, ont été rejetés de manière sensationnelle.

Le texte approuvé représente un grand pas vers la reconnaissance d’un marché de la fertilité, comme le souhaitaient les socialistes, les gauchistes, les Verts et les libéraux, ainsi que la majorité du PPE et de multiples lobbies. Étant donné que les embryons et les fœtus sont inclus dans les catégories de tissus et de cellules, cela ouvrira la voie à la légalisation du marché des vies humaines en Europe.

« Les embryons et les fœtus, rappelle un quotidien italien la Nouva Bussola Quotidiana sont en fait la vie humaine : les inclure dans la liste générique et large des «substances d’origine humaine» (SoHO, dans l’acronyme anglais) et comme « progéniture à naître », non seulement les réduit à des cellules communes, mais ouvre également des pistes dangereuses conduisent à leur utilisation à des fins eugéniques, de recherche ou industrielles, contraires au respect de la vie ».

Les embryons et les fœtus voyageant à travers l’Union européenne pourront être « donnés avec compensation », c’est-à-dire vendus au plus offrant

S’ouvre ainsi également le marché dans lequel les embryons et les fœtus voyagent à travers l’Union européenne pour être «donnés avec compensation», effectivement vendus au plus offrant. Certes, les États membres restent responsables des décisions sur les questions éthiques, comme la fécondation in vitro, mais en même temps, en confiant à la Commission la responsabilité de la mise en œuvre du règlement, il existe un réel danger que Bruxelles contourne les interdictions des législations de chaque pays.

Le texte final de ce projet doit encore être défini, espérons-le après les prochaines élections avec un nouveau Parlement et une nouvelle Commission. Il devra encore être réapprouvé par le Parlement sans aucun changement pour entrer en vigueur. On peut donc espérer que plusieurs pays, dont, l’Italie, la Hongrie et la Pologne, avec cette dernière, qui présidera le Conseil respectivement au second semestre 2024 et au premier semestre 2025, contribueront à rejeter les très graves changements adoptés mardi par le Parlement.

Le président de la Fédération des associations familiales catholiques d’Europe (FAFCE), Vincenzo Bassi, préoccupé par les implications eugéniques de la mesure approuvée, espère qu’il y aura un acte de sagesse dans le respect de la «valeur intrinsèque» et de la «dignité de la vie humaine» et la procréation humaine. Bassi promet un engagement à tous les niveaux pour remédier aux dérives du règlement proposé, tout comme le groupe de réflexion d’experts européens NBIC Ethics de Laetitia Pouliquen.

Entre l’invasion migratoire promue par la technocrate bruxelloise Ursula von der Leyen, et ce projet contraire à la vie approuvé par le parlement européen, on note, une énième fois, combien l’actuelle Union européenne travaille contre les peuples du vieux continent, contre leur survie…

Crédit photo : Capture d’écran montrant un fœtus avec une coupe de la longueur du corps (LCC) et une visualisation de la clarté nucale.


- Source : MPI

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...