www.zejournal.mobi
Lundi, 17 Juin 2024

L’agenda caché derrière le discours sur le changement climatique : Une réinitialisation économique mondiale

Auteur : Brandon Smith | Editeur : Walt | Mercredi, 19 Juill. 2023 - 23h01

À la fin du mois de juin, des dirigeants politiques et des experts issus de groupes de réflexion du monde entier se sont réunis à Paris lors d’un sommet intitulé « Nouveau Pacte de Financement Mondial ». Parmi les participants figuraient le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, la Secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, la Directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, et le Président de la Banque mondiale, Ajay Banga.

Article écrit par Brandon Smith,

Le sommet avait pour objectif présumé de trouver des solutions financières pour lutter contre la pauvreté tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique. Comme pour tous les événements liés au changement climatique, les discussions à Paris ont naturellement porté sur la centralisation du pouvoir à l’échelle internationale et la création d’un consortium mondial afin de résoudre des problèmes qui, selon eux, dépassent les capacités ou la volonté des nations souveraines.

Cependant, ce que je vois de plus en plus au cours des deux dernières années, c’est une convergence de récits – les banques centrales et les banques internationales sont soudainement plus préoccupées par la taxation du carbone et le réchauffement climatique qu’elles ne semblent l’être par la stagflation (situation dans laquelle l’économie souffre simultanément d’une forte inflation et d’une croissance faible, voire nulle) et l’effondrement économique. Il est probable que cela ait été l’objectif initial dès le départ, et que l’effondrement économique fasse partie intégrante du plan.

Les mondialistes combinent désormais la question du changement climatique avec la finance internationale et l’autorité monétaire. En d’autres termes, ils ne cachent plus le fait que l’agenda du changement climatique fait désormais partie de l’agenda de la « Grande réinitialisation ». Ils suggèrent même que la menace du changement climatique soit utilisée comme un tremplin pour donner plus de pouvoir aux banques mondiales pour dicter la circulation des richesses et pour déconstruire le système existant afin de le remplacer par autre chose.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré aux représentants des gouvernements et des groupes de réflexion du monde entier au sommet de Paris que « le monde a besoin d’un choc des finances publiques » pour lutter contre le réchauffement climatique tout en créant « l’équité » pour les pays les moins riches. Il a également fait valoir que le système actuel n’était pas bien adapté pour relever les défis mondiaux.

Les intervenants à l’événement ont noté que le cadre économique international avait été confronté par un certain nombre de crises, y compris la pandémie et la guerre en Ukraine, mais se sont concentrés sur « la spirale du coût des catastrophes météorologiques intensifiées par le réchauffement climatique » comme raison de la déstabilisation en cours des systèmes financiers.

C’est évidemment un non-sens, mais cela correspond à la programmation narrative que les mondialistes tentent de concevoir en liant le déclin économique au changement climatique. En réalité, il n’existe AUCUNE preuve indiquant que les événements météorologiques mondiaux sont plus graves aujourd’hui qu’il y a plus d’un siècle, avant que les industries productrices de carbone ne se généralisent. Il n’y a pas de lien prouvé entre les émissions de carbone et un phénomène météorologique. Cette affirmation est une fraude. Il n’y a pas de crise climatique provoquée par l’homme, comme je l’ai souligné et mis en évidence dans des articles précédents.

Mais combien de personnes seront dupées en pensant qu’il y a une crise climatique, et à quoi cette peur hystérique peut-elle être exploitée ?

La Première ministre de la Barbade, Mia Mottley (comme de nombreux mondialistes), a plaidé pour une réinvention du rôle de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, en particulier dans un contexte de menaces climatiques croissantes. Elle argumente :

« Ce qui nous est demandé maintenant, c’est une transformation absolue et non une réforme de nos institutions… »

Le chef de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que le système financier mondial, qui a été conçu à la fin de la Seconde Guerre mondiale dans le cadre de l’accord de Bretton Woods, ne parvenait pas à relever les défis modernes et qu’il contribue même à « perpétuer et à aggraver les inégalités« . En d’autres termes, il soutient la nécessité d’une refonte du système financier mondial similaire à celle qui a été entreprise avec l’accord de Bretton Woods.

« Nous avons la capacité de prendre des mesures immédiates et de faire un bond en avant vers une justice mondiale ».

Il a également proposé un plan de relance de 500 milliards de dollars par an pour les investissements dans le développement durable et les actions en faveur du climat. De plus, un plan a été présenté pour utiliser le panier des droits de tirage spéciaux du FMI comme mécanisme visant à accroître la liquidité mondiale.

Gardez à l’esprit que les mesures de relance fiduciaires des banques centrales et les politiques de taux d’intérêt des banquiers mondiaux sont à l’origine de la crise économique actuelle. Ce n’était pas le covid, ce n’était pas la guerre en Ukraine et ce n’était certainement pas le changement climatique. Ce sont les banques et leur utilisation de la manipulation monétaire qui ont déclenché une inflation élevée pendant 40 ans, ce qui a conduit les banques centrales à relever les taux d’intérêt jusqu’à la faiblesse économique. Cette stratégie a constamment provoqué l’implosion de la dette et des catastrophes boursières dans le passé. Les banquiers et les mondialistes sont la source du problème, ils ne devraient pas être chargés de le régler.

Pourtant, les voici, pour prendre le contrôle et mettre en place un plan de réinitialisation à grande échelle en réponse à la crise qu’ils ont eux-mêmes créée. Mais où cela nous mène-t-il ?

L’année dernière, l’ONU a suggéré que les économies développées et émergentes comme les États-Unis et la Chine devraient payer une sorte de taxe sur la richesse/les émissions d’au moins 2,4 billions de dollars par an dans un fonds pour le développement du changement climatique, et cette richesse serait redistribuée aux pays les plus pauvres. Redistribué par qui ? Eh bien, les mondialistes, bien sûr.

D’autres idées sur la table incluent la taxation des bénéfices des combustibles fossiles et les transactions financières pour lever des fonds pour le climat. Cela signifie qu’ils prévoient de taxer le pétrole et le gaz jusqu’à ce que les prix deviennent si élevés que le grand public ne pourra plus se les payer.

Plus précisément, Emmanuel Macron a exprimé son soutien à l’idée d’une taxe internationale sur les émissions de carbone dans le transport maritime. Cette proposition vise apparemment à augmenter les coûts du transport maritime à l’étranger afin de réduire la demande manufacturière. Il s’agit d’une extension des règles strictes déjà mises en place concernant les émissions de carbone dans le secteur agricole en Europe.

Tout cela ressemble à des plans décousus pour simplement gonfler les prix par différentes formes de taxation et forcer le public à consommer moins, mais il y a un plan beaucoup plus vaste en jeu ici. Il est important de comprendre que le changement climatique n’est rien de plus qu’un moyen de mettre en place un système économique mondial entièrement centralisé, probablement sous le contrôle du FMI, de la BRI, de la Banque mondiale et de l’ONU.

Les versements annuels des nations les plus riches aux institutions mondiales sont perçus comme un acte d’hommage et une démonstration de fidélité envers ces institutions. C’est aussi un moyen pour des groupes comme le FMI de créer un système de plus grande interdépendance. Si d’énormes sommes d’argent circulent à travers les institutions mondialistes et qu’elles deviennent les arbitres de la manière dont cette richesse est redistribuée, elles peuvent également construire un système de récompenses et de punitions. Ils peuvent punir les pays qui ne suivent pas leurs diktats et ils peuvent donner des avantages aux pays qui suivent la ligne.

En termes de nouveau Bretton Woods, je soupçonne que tout cela aboutira à une crise monétaire que les globalistes utiliseront comme une opportunité pour enfin introduire leur modèle CBDC (Central Bank Digital Currency – monnaie numérique). Et une fois que les CBDC seront mises en place, leur capacité à dominer la population sera complète. Un système sans numéraire sans confidentialité dans les transactions et la possibilité de bloquer à volonté le pouvoir d’achat des individus et des groupes ? C’est le scénario rêvé d’un totalitaire.

Ce n’est pas une erreur que le public soit constamment bombardé de propagande sur le réchauffement climatique ces jours-ci – Les pouvoirs en place ont besoin d’une crise existentielle comme générateur de peur. Lorsque les gens ont peur, ils ne pensent pas rationnellement et se tournent souvent vers les pires dirigeants possibles pour obtenir de l’aide. Et une menace mondiale nécessite une réponse mondiale, n’est-ce pas ?

Les récits des catastrophes liées au changement climatique (si le public accepte la propagande) permettront un large éventail de changements systémiques qui n’ont rien à voir avec l’environnement et tout à voir avec la domination financière.

Imposition et redistribution de la richesse nationale. L’imposition du FMI et de la Banque mondiale comme médiateur pour les fonds mondiaux. L’utilisation du panier de DTS du FMI comme parapluie monétaire mondial de facto. L’injection de la monnaie numérique et une société sans numéraire. Aucune de ces choses n’aurait d’incidence sur le changement climatique, même s’il s’agissait d’une menace légitime.

Mais qu’en est-il du modèle de la terre brûlée ?

Si l’intention ultime est de détruire l’économie au point que la plupart des industries meurent, que le commerce se rétracte et que la population s’effondre parce que la survie devient intenable, alors on pourrait dire que les mondialistes « sauvent la planète » en se débarrassant des gens. Je suppose que si vous pensez que maintenir la population dans un statut perpétuel de tiers-monde nous sauvera du réchauffement climatique, alors vous pourriez soutenir un tel programme.

Que l’objectif soit simplement la micro-gestion économique ou la liquidation forcée de la production, le résultat serait plus de pouvoir pour les internationalistes et moins de liberté et de prospérité pour tous les autres.

Ils ont la capacité de le manipuler à leur guise, mais lorsque les élites appellent à un « choc financier ». En réalité, cela revient à chercher à asphyxier dramatiquement le système de sorte qu’il ne puisse plus subvenir aux besoins de la population actuelle. Lorsqu’ils prônent une taxation mondiale et un tribut au nom de l’égalité, ils ne garantissent pas la prospérité équitable pour tous, mais plutôt d’assurer que tout le monde soit également dans la pauvreté.

Et quand ils appellent à une surveillance centralisée des nations pour sauver la planète, ce qu’ils veulent vraiment, c’est une gouvernance mondiale.

Traduit par Le Média en 4-4-2.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...