www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Juin 2024

Attali : l’utopie de l’escroquerie durable

Auteur : Modeste Schwartz | Editeur : Walt | Mardi, 30 Mai 2023 - 18h31

Chantre oligarchique d’un naturel optimiste, Jacques Attali en est convaincu : le retour au réel, sous l’effet de la douleur infligée par sa Caste, des sans-dents occidentaux est encore évitable.

Et Dieu sait que ce n’est pas un mince défi : « on ne pourra pas empêcher – soupire ce philanthrope – l’Inde, la Chine, l’Afrique, l’Amérique Latine, de vouloir avoir le même niveau de vie que les pays (…) du Nord ».

Zéro Carbone va donc finir dans les perspectives narratives dilatées d’un roman de Bruno Le Maire, et comme, d’ici à 2030, curieusement, les plages de l’Antarctique ne feront toujours pas concurrence à celles d’Ibiza – sans qu’on puisse décemment attribuer ce « résultat » au suicide économique de la minuscule Europe –, on va finir par se dire que Jacquouille et sa fine équipe expertologique nous ont un peu mené dans l’Arche de Noé Harari.

Montrant le cap aux écosocialistes NUPES, Attali insiste donc pour que, pendant les travaux de la décarbonisation, les opérations de soviétisation de l’Occident se poursuivent : moins d’héritage, plus de « participation » (aux pertes, probablement) ! Les familles (sauf la sienne) n’ont pas de raison d’être ! Après tout, même si l’utopie écosocialiste dont il parle tarde à se réaliser, celle qu’il a en tête (la dictature communiste), elle, pourrait bien advenir, et couvrir les arrières du Reset.

Guterres : plus d’humanisme pour moins d’humanité

Jacquouille n’est pas le seul suppôt de Schwab actuellement occupé à sonner ce tocsin de la frousse oligarchique. Depuis sa buanderie davosienne nommée ONU, le communiste Guterres appelle à « cesser la guerre ».

La guerre que ses collègues d’Europe orientale ont mise en scène en Ukraine orientale pour justifier le Green Deal ?

Non, bien sûr. Pour Guterres, il faut « cesser la guerre que nous livrons à la nature ». Comme « la nature » est à peu près aussi capable que l’Ukraine d’exprimer sa propre opinion, elle aussi parle par la bouche des valets de Davos – dont Guterres, qui remarque que « Les activités humaines ont eu un impact sur 75% de l’environnement terrestre ». Et ce – oublie-t-il d’ajouter – depuis le néolithique ! C’est trop.

Pour réduire l’impact, une seule solution : moins d’hommesplus de pauvres.

Et donc aussi, pour endormir ceux des futurs pauvres qu’il est possible de spolier pacifiquement : plus d’utopie ! Plus d’Attalis !


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...