www.zejournal.mobi
Mercredi, 24 Juill. 2024

« Le plus grand crime contre l’humanité »: Résumé des 11 SECRETS DÉVOILÉS lors des essais de Pfizer

Auteur : Naomi Wolf | Editeur : Walt | Lundi, 01 Mai 2023 - 18h40

Un juge de district américain a ordonné à la Food and Drug Administration (FDA) de publier plus de 320 000 documents liés au vaccin COVID-19 de Pfizer à un rythme de 55 000 pages par mois. Initialement, la FDA avait demandé un rythme de 500 pages par mois, soit 75 ans, pour publier les documents, invoquant des obstacles logistiques et de personnel « trop lourds ».

« Personne ne devrait jamais être contraint de se livrer à une procédure médicale non désirée », a-t-il poursuivi. « Et bien qu’il soit déjà assez grave que le gouvernement ait violé ce droit fondamental à la liberté en imposant le vaccin COVID-19, le gouvernement a également voulu cacher les données en attendant de produire pleinement ce sur quoi il comptait pour autoriser ce produit jusqu’à ce que presque tous les Américains vivants aujourd’hui soient mort. Cette forme de gouvernance est destructrice pour la liberté et contraire à l’ouverture requise dans une société démocratique ».

L’ordonnance du tribunal de district a reconnu que les Américains ont un droit immédiat à la transparence des détails concernant le vaccin et son développement. « Il n’y a peut-être pas un problème plus important à la Food and Drug Administration … que la pandémie, le vaccin Pfizer, faire vacciner tous les Américains, [et] s’assurer que le public américain est assuré que ce n’était pas précipité au nom des États-Unis », a écrit le juge Mark T. Pittman, qui a été nommé par le président Donald Trump, dans son ordonnance du tribunal de district américain du district nord du Texas. « En conséquence, la Cour conclut que cette demande FOIA est d’une importance publique primordiale ».

Les plaignants dans l’affaire, Public Health and Medical Professionals for Transparency (PHMPT), ont incité la divulgation des documents par une demande de Freedom of Information Act (FOIA) à la FDA. PHMPT déclare qu’il a été créé « uniquement pour obtenir et diffuser les données sur lesquelles la FDA s’appuie pour autoriser les vaccins COVID-19 » et ne prend aucune position préconçue sur les données.

Ces 3500 experts recrutés ont été répartis en six groupes de travail avec des comités à leur tête pour analyser les documents et créer des rapports accessibles et compréhensibles au grand public. (1)

Les 11 secrets dévoilés

#1 : Pfizer savait que ses injections basées sur les gènes avaient une efficacité négative dès novembre 2020

Au moins dès mai 2021, cinq mois après le déploiement des injections basées sur les gènes de Pfizer, des rapports ont commencé à émerger de nombreux « cas révolutionnaires » où des célébrités entièrement piquées, puis le grand public, ont été infligés avec des cas de COVID-19. En octobre, des études ont commencé à confirmer l’inefficacité des injections, puis plus tard, en janvier 2022, que ceux qui ont été piquées contre COVID-19 étaient plus susceptibles de l’attraper.

#2 : Peu de temps après la mise sur le marché des injections de COVID, Pfizer a décidé d’embaucher 2400 employés à temps plein pour traiter les documents des blessés

Dans un livre blanc de janvier 2021 analysant les nouveaux « vaccins » COVID, les médecins de première ligne américains ont observé comment et pourquoi la sécurité d’une telle intervention devait être assurée avant son utilisation, en particulier sur une population mondiale.

« Contrairement à la prise d’un médicament pour une maladie réelle », ont-ils expliqué, « la personne qui prend un vaccin est généralement en parfaite santé et continuerait d’être en bonne santé sans le vaccin. Comme la première règle du serment d’Hippocrate est : ne pas nuire, la sécurité des vaccins doit être garantie. Cela ne s’est pas encore produit », ont-ils observé à l’époque.

Lors de l’examen par son groupe des documents de Pfizer, Wolf a déclaré que ce qui était « étonnant », c’est qu’à peu près à la même époque, « en un mois ou deux [du déploiement du vaccin], Pfizer recevait tant de rapports d’événements indésirables [EI] – ce qui signifie les mauvaises choses qui arrivaient aux personnes qui avaient été injectées – qu’ils ont compris qu’ils avaient besoin d’embaucher 2400 employés à temps plein pour simplement traiter la paperasse » de ces blessures. Ils savaient également que cela était nécessaire « pour se préparer au flot d’événements indésirables qu’ils savaient qu’ils subiraient dans un avenir proche ».

Bien sûr, plusieurs mois plus tard, les preuves révèlent des corrélations entre les mandats de vaccination avec une augmentation énorme des décès excessifs chez les jeunes et des travailleurs handicapés, ce qui, aux États-Unis, équivaut à ceux de moins de 50 ans qui ont pris les coups ayant un taux de mortalité de 49% plus élevé, y compris tous catégories de piqûres souffrant d’une augmentation de 26%. Tout cela se traduit par environ 600 000 décès supplémentaires par an et une baisse historique de l’espérance de vie.

#3 : Pfizer et la FDA ont caché des informations selon lesquelles les injections causent des lésions cardiaques chez les jeunes pendant quatre mois, tandis qu’une campagne de propagande agressive a poussé des milliers de personnes à se faire injecter

« Pfizer savait en mai 2021 que les vaccins avaient causé des lésions cardiaques à 35 mineurs dans la semaine suivant l’injection », a expliqué Wolf. Cette information était également connue de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, car les documents étaient en leur possession.

« Mais le gouvernement des États-Unis – et je suis gêné de dire que j’ai voté pour ces personnes – n’a dit aux parents qu’en août 2021 qu’il y avait un risque élevé de lésions cardiaques chez les jeunes adultes en bonne santé. Quatre mois plus tard ! » s’exclama-t-elle.

« Et pendant ces quatre mois, qu’est-ce que les jeunes adultes d’Amérique ont reçu ? Une raclée constante de propagande sur les réseaux sociaux, à la télévision, dans les organes de presse rachetés par l’argent de la loi CARES, ainsi que par la Fondation Bill et Melinda Gates », a expliqué Wolf. « Ils n’ont dit aux jeunes adultes, aux jeunes adultes en bonne santé des États-Unis, votre génération, que cela augmentait le risque de lésions cardiaques jusqu’à quatre mois plus tard ».

#4 : Plutôt que de rester au site d’injection, Pfizer savait que les nanoparticules lipidiques dangereuses du vaccin se distribuaient rapidement dans tout le corps. Et il n’y a aucune preuve qu’ils partent jamais

« Vous vous souviendrez peut-être que le CDC a déclaré que le matériel d’injection reste dans le site d’injection », a déclaré le journaliste. « Et les matériaux sont des nanoparticules lipidiques, ce sont des ARNm », ce qui signifie qu’ils sont « de la graisse industrielle recouverte de polyéthylène glycol, qui est un sous-produit du pétrole… et de la protéine de pointe ».

Pourtant, alors qu’il était largement répandu que ces substances dangereuses restaient au site d’injection, « ce n’est pas ce qui arrive à ces matériaux ! Et Pfizer le savait ! Ces matériaux se « biodistribuent » – c’est le langage de Pfizer – dans tout votre corps en 48 heures ! » s’exclama Loup.

Décrivant d’abord comment « les nanoparticules lipidiques [NNP] sont conçues pour traverser toutes les membranes du corps humain », ce qui est connu depuis au moins une décennie, Wolf a demandé : « Où vont ces ingrédients ? »

« Ils vont au cerveau (certains d’entre vous ont remarqué des changements dans la personnalité de leurs proches qui ont pris ces injections). Ils se biodistribuent au foie, aux surrénales, à la rate. Et si vous êtes une femme, ils s’accumulent dans vos ovaires », a-t-elle déploré.

« Maintenant, ce sont des graisses industrielles recouvertes de polyéthylène glycol dans vos ovaires », a averti Wolf. « Et ce qui est incroyablement effrayant pour une femme, c’est qu’il n’y a aucun mécanisme que nous ayons trouvé par lequel le corps se débarrasse des nanoparticules lipidiques dans les ovaires… Et Pfizer le savait ».

#5 : « Je ne le dis pas à la légère, mais c’est un meurtre de masse » : les effets secondaires dans les documents de Pfizer sont bien plus graves que ce que le CDC et les médecins ont dit aux patients

Les documents de Pfizer reconnaissent plus de 42 000 événements indésirables, dont 1200 décès, au cours des trois premiers mois seulement en raison de ce que Wolf décrit comme des « catégories catastrophiques » d’effets secondaires qui vont bien au-delà des avertissements typiques donnés par les autorités de santé publique.

« Ce ne sont pas les mêmes effets secondaires dont le CDC vous parle ou dont votre médecin vous parle », a rappelé Wolf. Alors que le CDC a souvent dit que les receveurs auront de la fatigue, des frissons et peut-être un gonflement au site d’injection, « ce n’est pas ce qui est dans les documents de Pfizer ».

Au lieu de cela, « il y a des accidents vasculaires cérébraux à l’échelle industrielle, des hémorragies, des caillots sanguins, des caillots pulmonaires, des caillots dans les jambes, des troubles neurologiques, des troubles de type démence. Guillain-Barré, la paralysie de Bell » [et plus].

« L’effet secondaire numéro un est la douleur articulaire », a-t-elle déclaré. « Le CDC vous a-t-il parlé de douleurs articulaires ? » Et un autre « effet secondaire surprenant est la myalgie, les douleurs musculaires », dont Wolf a dit qu’elle avait des amis qui endurent maintenant, malgré leur excellente santé antérieure. Et cet effet secondaire est indiqué « à l’échelle industrielle dans les documents Pfizer ».

« Je ne le dis pas à la légère, mais c’est un meurtre de masse », s’est-elle affligée. « Il y a 61 décès par AVC, par exemple. La moitié des événements indésirables d’AVC sont survenus dans les 48 heures suivant l’injection. Il s’agit de cinq décès dus à des lésions hépatiques et la moitié des événements indésirables liés aux lésions hépatiques ont eu lieu dans les 48 heures suivant l’injection ».

#6 : Avant que ce ne soit légal, plus de 1000 enfants ont été injectés et les documents de Pfizer indiquent un taux élevé de blessures graves

Au début de 2021, avant toute autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) pour les enfants, Wolf a rapporté que Pfizer avait injecté « 62 enfants, certains d’entre eux aussi jeunes que deux mois », avec leur produit à base de gènes, dont 28 qui n’avaient aucun dossier de résultats disponibles. « Nous ne savons pas s’ils ont survécu », a-t-elle déclaré.

« Parmi les 34 dont les dossiers sont encore dans les documents de Pfizer, il y a une fillette britannique de sept ans qui a subi un accident vasculaire cérébral, et il y a un bébé de deux mois avec des lésions hépatiques », a-t-elle déploré.

« Et donc c’est un rapport tellement effrayant parce qu’il est clair – et nous avons fait une enquête supplémentaire à ce sujet – qu’il y avait un millier d’enfants aux États-Unis dans différents hôpitaux universitaires, y compris le Rochester Medical Center, qui ont été expérimentés avant qu’il ne soit légal d’injecter ce matériel aux enfants », a déploré l’auteur.

« Et je peux vous promettre que ce sont ce que la société appelle des « enfants jetables ». Ce ne sont pas des enfants dont les parents ont des avocats. Ce ne sont pas des enfants dont les parents ont une voix. Nous allons découvrir que ce sont des enfants qui sont institutionnalisés, qui sont orphelins ou abandonnés d’une manière ou d’une autre », a-t-elle déploré.

#7 : Les documents de Pfizer révèlent une « expérience de type Mengele… sur la façon de perturber et d’altérer la reproduction humaine ». Les dossiers disponibles des participants à l’étude qui ont conçu des enfants montrent que 80% ont perdu leur bébé

Soulignant ce qu’elle appelle « la pièce maîtresse de ce que nous avons trouvé dans les documents de Pfizer », Wolf a expliqué qu’elle ne fait pas référence à la légère à l’expérimentation médicale nazie, mais que les documents contiennent « littéralement [une] expérience de type Mengele à un grand échelle sur la reproduction humaine, [une] expérience à 360 degrés sur la façon de perturber et d’altérer la reproduction humaine ».

« Ainsi, par exemple, dans les documents de Pfizer, on disait aux femmes participantes à l’étude de ne pas tomber enceintes, ce qui est intéressant », a-t-elle observé. « C’est une maladie respiratoire. Pourquoi diriez-vous aux femmes de ne pas tomber enceintes ? »

Néanmoins, 270 femmes ont conçu des enfants dont Pfizer aurait « perdu les dossiers » de 234, ce qui, selon Wolf, est une violation de la loi.

« Sur les 36 femmes [restantes] dont la grossesse est arrivée à terme, plus de 80% d’entre elles ont perdu leur bébé [par] avortement spontané ou fausse couche », a-t-elle rapporté.

#8 : Pfizer savait qu’il y avait un danger pour la fertilité. Les nanoparticules lipidiques endommagent le placenta pendant la grossesse, provoquant des accouchements précoces. Beaucoup d’anomalies chromosomiques aussi

De plus, les documents de Pfizer indiquent que « l’excrétion est réelle », a rapporté Wolf. « Pfizer définit l’exposition au vaccin comme un contact cutané, une inhalation et des rapports sexuels, en particulier [au moment de] la conception ».

Puisque Pfizer a également mis en garde les participants masculins à l’essai contre les rapports sexuels avec des femmes en âge de procréer et contre l’utilisation de deux formes de contraception s’ils le faisaient, « il y avait clairement quelque chose à propos de concevoir avec un homme vacciné contre lequel Pfizer se protégeait », a-t-elle déclaré.

« Donc, nous savons maintenant que cette injection cause d’horribles dommages à la conception », notamment les nanoparticules lipidiques traversant le placenta et provoquant la naissance prématurée d’enfants, a déclaré Wolf.

Elle a également signalé que le spécialiste de la médecine foeto-maternelle, le Dr Jim Thorpe, « observe, à grande échelle, des anomalies chromosomiques chez les nouveau-nés de mères vaccinées ».

Ces résultats étaient prévus par certains, y compris l’ancien vice-président de Pfizer et scientifique en chef pour les allergies et les voies respiratoires, le Dr Michael Yeadon, qui, le 1er décembre 2020, a demandé à l’Agence européenne des médicaments d’arrêter toutes les études en raison de problèmes de sécurité, y compris d’éventuels dommages à placentas pendant la grossesse. Ses avertissements sont restés lettre morte. Et bien qu’ayant été vilipendé, il a maintenant été, malheureusement pour tous, justifié.

#9 : Les documents de Pfizer montrent que les nanoparticules lipidiques pénètrent également dans le lait maternel, rabougrissant, blessant et parfois tuant les bébés

Étant donné que ces dangereux LNP circulent dans tout le corps, en particulier dans le sang du receveur, Wolf a expliqué qu’ils se retrouvent dans le lait maternel.

« Et les bébés allaités, dans les documents de Pfizer [trial], ont subi des convulsions et un bébé est mort aux urgences après avoir été allaité d’une mère vaccinée, d’une défaillance du système multi-organes », a-t-elle déclaré. « Quatre des mamans, qui allaitaient… avaient du lait maternel qui est devenu bleu-vert ».

Après la diffusion de ces injections dans la population générale, les incidents de ces événements indésirables ont commencé à émerger publiquement.

Un rapport du VAERS de février 2021 décrit le décès d’un nourrisson de cinq mois allaité dont la mère a reçu une deuxième dose de piqûre de Pfizer. Le lendemain, le bébé a refusé de téter, a développé de la fièvre et a ensuite été hospitalisé pour un trouble sanguin rare dans lequel des caillots sanguins se forment dans de petits vaisseaux sanguins dans tout le corps avant de mourir.

Et en juin 2021, un bébé allaité de six semaines est tombé malade de manière inexplicable avec une forte fièvre après que sa mère a reçu un vaccin COVID-19 et il est décédé des semaines plus tard avec des caillots sanguins dans ses « artères gravement enflammées ».

Wolf a poursuivi en expliquant que même les National Institutes of Health (NIH) ont mené une étude distincte qui a révélé que « les bébés allaités par des mères vaccinées avaient un retard de croissance et ne prenaient pas de poids. Ils étaient agités, agités et sans sommeil ».

Elle pense que ces dynamiques ont fourni une indication sur la raison pour laquelle « les mères allaitantes sont passées, au cours des deux dernières années, de 34% de toutes les mères à 16% des mères », ce qui indique « quelque chose ne va pas ».

« Non seulement les bébés de la prochaine génération n’obtiennent pas cette expérience primordiale d’amour total, d’éducation totale, de sécurité totale, ce qui est si important, mais il y a quelque chose qui empêche les mères d’allaiter ces bébés. Et je pense que nous avons un indice ici dans la contamination du lait maternel des mères vaccinées », a déclaré Wolf.

« Je tiens également à noter que Bill Gates a déployé du lait maternel cultivé en laboratoire au moment même où les femmes subissaient ces dommages à leur propre capacité à subvenir aux besoins de leurs enfants », a déclaré l’auteur féministe (plus ici).

#10 : « Médecine nazie », une guerre contre la fertilité des femmes : les documents de Pfizer montrent que 3 contre 1 des EI sont subis par des femmes, 16% de « troubles de la reproduction ». « Quel genre de monstres regarde 16% de troubles de la reproduction et continue ? » Résultats : ‘Baisse de 13% à 20% des naissances vivantes’

En examinant l’orientation des documents de Pfizer, le Dr Wolf a conclu qu’un motif général derrière cette énorme entreprise comprend « une guerre contre la capacité des femmes à se reproduire ».

Son équipe « a découvert que parmi les événements indésirables, 72% d’entre eux étaient subis par des femmes. Et c’est constant partout. C’est un [ratio] constant de 3 pour 1 », a-t-elle déclaré tout en reconnaissant les torts réels causés aux hommes (Rapport 38).

« Et sur les 72% d’événements indésirables » chez les femmes, Pfizer définit 16% d’entre eux comme, « [dans] leurs mots, des « troubles de la reproduction » », tandis que les hommes souffrent également d’un taux terrible mais beaucoup moins à 0,49%.

« Quel genre de monstres examinent 16% des troubles de la reproduction [dans leurs essais] et continuent ? » charge la féministe de longue date.

Elle poursuit en qualifiant les dossiers de Pfizer de « médecine nazie » en raison de la précision de leurs dossiers concernant les centaines de milliers d’attaques néfastes contre les organes reproducteurs des femmes. Par exemple, les dossiers reflètent « 20 noms scientifiques différents pour ruiner les cycles menstruels des femmes », a-t-elle déclaré.

« Sans surprise, en 2022, dans le monde entier, neuf mois après le déploiement dans la majeure partie de l’Europe occidentale, il y a une baisse de 13 à 20% des naissances vivantes dans toute l’Europe occidentale, en Amérique du Nord, à Singapour et en Australie », elle a expliqué.

Cela comprend « le double du nombre de mortinaissances en Écosse, un pays hautement vacciné, [et] 89 mortinaissances au Canada dans une province alors qu’habituellement ils en ont deux ou trois », a déploré Wolf.

Appelant ce phénomène une « mortalité absolue des bébés », le journaliste a poursuivi en citant l’expérience du Dr James Thorp en disant qu’il subissait maintenant « cinq ou six fausses couches par semaine alors qu’avant ils en auraient deux par mois ».

Ce phénomène n’est « pas universel », a partagé Wolf. « Cette chute, ce meurtre de la prochaine génération, n’est pas mondial. Il est [concentré] en Europe occidentale et en Amérique du Nord ».

#11 : Les LNP ont dégradé les usines de base de la masculinité dans les testicules des garçons in utero lorsque leur mère avait reçu une injection. « Donc, ce sont des monstres, et il n’y a aucun moyen d’éviter de conclure qu’ils se concentrent sur la perturbation de la reproduction humaine »

De plus, le rapport 37 révèle les dommages causés aux capacités de reproduction des bébés garçons dans le ventre de leurs mères vaccinées.

Wolf a expliqué comment les documents de Pfizer révèlent que les LNP « dégradent les bébés garçons in utero » en traversant « les testicules des bébés fœtaux » et en endommageant « les cellules de Sertoli et les cellules de Leydig, qui sont essentiellement les usines de la masculinité ».

Ces cellules « sont responsables de l’équilibre hormonal masculin qui crée des choses comme des voix profondes, des poils sur le corps, des épaules larges, toutes ces choses que nous associons à la masculinité normale. Et cela se dégrade ».

« Donc, nous ne savons pas si ces petits garçons de mères vaccinées vont pouvoir grandir pour devenir des hommes adultes sexuellement fonctionnels », a-t-elle averti.

Près de 70 rapports accessibles ci-dessous :

• https://dailyclout.io
• p1-Post-Marketing-Vasculitic-micro-report.pdf
• p2-Post-Marketing-Team-Vasculitic-micro-report.pdf
• p1-Post-Marketing-Autoimmune-micro-report.pdf
• p2-Post-Marketing-Autoimmune-micro-report.pdf
• Pfizer-Financial-Performance-microreport-1.pdf
• Post-Marketing-Renal-AESI-micro-report.pdf

• https://dailyclout.io/war-room-dailyclout-pfizer-documents-analysis-volunteers-reports

Note:

1- Pour aller plus loin : Michel Chossudovsky, « Le vaccin Pfizer : Un bilan de deux rapports. « Profit vs. Mortalité » », le 27 février 2023

Traduction: LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...