www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Juin 2024

L’ONU recommande de dépénaliser les relations sexuelles avec des mineurs

Auteur : Pierre-Alain Depauw | Editeur : Walt | Jeudi, 20 Avr. 2023 - 18h30

Un récent document des Nations Unies appelle à la dépénalisation des relations sexuelles avec des mineurs ainsi que de la prostitution, de la consommation de drogue et de l’avortement.

« Le Comité international de juristes (CIJ) ainsi que l’ONUSIDA et le Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH) ont officiellement lancé un nouvel ensemble de principes juridiques d’experts juristes pour guider l’application du droit international des droits de l’homme au droit pénal », peut-on lire sur UNAIDS.org.

Le nouveau document sur les “principes juridiques” commence par une introduction d’Edwin Cameron, un juge sud-africain à la retraite, qui note comment son expérience en tant qu'”homosexuel” a contribué à éclairer son travail sur ce projet.

“De longues années dans la loi, et en tant qu’homme fièrement gay, je sais profondément comment le droit pénal signale quels groupes sont jugés dignes de protection – et lesquels sont condamnés et ostracisés”, a-t-il écrit. « De cette façon, le droit pénal remplit une fonction d’expression – et il a des conséquences dramatiques sur la vie des gens. Cela entraîne parfois un impact sévèrement discriminatoire sur les groupes identifiés au comportement désapprouvé ou stigmatisé.”

Bien que le document soit sorti le 8 mars, Journée internationale de la femme, ce n’est que récemment qu’il a commencé à attirer l’attention pour son plaidoyer contre la criminalisation des relations sexuelles avec des mineurs.

Le principe 16 stipule :

"Le comportement sexuel consensuel, quel que soit le type d’activité sexuelle, le sexe/genre, l’orientation sexuelle, l’identité de genre ou l’expression de genre des personnes impliquées ou leur état civil, ne peut en aucun cas être criminalisé.

Les relations sexuelles consensuelles entre personnes de même sexe, ainsi que les relations sexuelles hétérosexuelles consensuelles, ou les relations sexuelles consensuelles avec ou entre des personnes trans, non binaires et d’autres personnes de diverses identités de genre, ou hors mariage – qu’ils soient prénuptiales ou extraconjugales – doivent donc ne jamais être criminalisées. En ce qui concerne l’application du droit pénal, tout âge minimum prescrit pour le consentement à des relations sexuelles doit être appliqué de manière non discriminatoire. (…)

En outre, un comportement sexuel impliquant des personnes n’ayant pas atteint l’âge minimum de consentement aux relations sexuelles prescrit au niveau national peut être consensuel en fait, sinon en droit. Dans ce contexte, l’application du droit pénal devrait refléter les droits et la capacité des personnes de moins de 18 ans à prendre des décisions concernant l’engagement dans des relations sexuelles consensuelles et leur droit d’être entendues sur les questions les concernant".

Ces principes, explique UNAIDS, « ont été finalisés en 2022. Initialement, les principes se concentraient sur l’impact des lois pénales interdisant la santé et les droits sexuels et reproductifs, l’activité sexuelle consensuelle, l’identité de genre, l’expression de genre, la non-divulgation du VIH, l’exposition et la transmission, la consommation de drogue et la possession de drogues à usage personnel. Plus tard, sur la base des contributions de la société civile et d’autres parties prenantes, la criminalisation liée au sans-abrisme et à la pauvreté a également été incluse ».

Le rapport appelle également à la dépénalisation de la prostitution et de la consommation de drogue.

Le principe 17 stipule :

"L’échange de services sexuels entre adultes consentants contre de l’argent, des biens ou des services et la communication avec une autre personne, la publicité d’une offre ou le partage de locaux avec une autre personne dans le but d’échanger des services sexuels entre adultes consentants contre de l’argent, des biens ou des services, que ce soit dans un lieu public ou privé, ne peut être incriminé, en l’absence de coercition, de force, d’abus d’autorité ou de fraude".

Le principe 20 interdirait au droit pénal de punir « l’usage de drogues ou la possession, l’achat ou la culture de drogues à des fins personnelles, y compris par toute personne de moins de 18 ans ou pendant la grossesse ».

Les individus devraient également pouvoir prendre des médicaments et des chirurgies transgenres dangereux et avorter leurs bébés, selon le système juridique préféré du document.

Selon ce document de l’ONU, le droit pénal ne devrait pas rendre illégal pour un individu « de prendre et d’agir sur des décisions concernant son propre corps, sa sexualité et sa reproduction – comme la grossesse ; la contraception, y compris la contraception d’urgence ; soins d’avortement complets; prophylaxie des infections sexuellement transmissibles; soins/thérapie affirmant le genre ; et/ou », selon le Principe 14.

Le principe 15 affirme au nom de l’ONU que l’avortement pendant les neuf mois de grossesse ne devrait jamais être criminalisé. “L’avortement doit être entièrement exclu du champ d’application du droit pénal, y compris pour avoir, aidé, aidé ou fourni un avortement, ou des médicaments ou des services liés à l’avortement, ou fourni des informations factuelles sur l’avortement”.

Bref, l’ONU démontre une fois de plus les aspects pervers et mortifères du plan mondialiste.


- Source : MPI

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...