www.zejournal.mobi
Mercredi, 10 Août 2022

Lance Armstrong avoue, quelles leçons à tirer ?

Auteur : Jean | Editeur : Admin | Samedi, 26 Janv. 2013 - 12h59

Voilà, il a avoué s’être dopé. Après des années de dénégations, alors que l’on savait dès 1999, année de son premier tour de France gagné, le coureur cycliste a avoué s’être dopé dans le show d’Oprah Winfrey, qui sera diffusé jeudi. Comment une telle supercherie a-t-elle pu durer, au vu et au su du monde entier, pendant 14 ans ? Tout simplement parce que les médias ont protégé le coureur, et n’ont pas fait leur travail d’enquête.

Voici ce qui est indiqué sur wikipedia sur la fiche de Lance Armstrong : “Lance Armstrong a été contrôlé positif aux corticoïdes le 4 juillet 1999, à l’issue de la première étape du Tour de France. Ce résultat est révélé par la presse lors de la journée de repos du Tour le 19 juillet. Le 22 juillet, l’Union cycliste internationale annonce qu’Armstrong bénéficie d’une ordonnance médicale pour l’utilisation de Cémalyt afin de soigner une allergie dermatologique (douleurs à la selle). Cela entre cependant en contradiction avec les propos de Lance Armstrong, affirmant précédemment qu’il n’avait pas utilisé de corticoïdes et qu’il ne disposait pas de certificat médical lui permettant d’en utiliser. De plus, le procès verbal du contrôle antidopage indique « néant » dans la colonne « Médicaments pris ». En outre, si Armstrong avait utilisé de la Cémalyt sur le Tour, son équipe aurait dû en faire une demande d’autorisation d’importation auprès de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments. Cela n’a pas été le cas d’après celle-ci. Ces éléments tendent à indiquer qu’un certificat médical antidaté a été fourni a posteriori. Cette version est confirmée par Emma O’Reilly, soigneuse d’Armstrong au sein de l’équipe US Postal. Armstrong lui a alors dit avoir « pris un corticoïde avant ou pendant la Route du Sud, le mois précédent ». L’encadrement de l’équipe, informé du contrôle positif, a fait appel au médecin de l’équipe Luis del Moral afin qu’il établisse une ordonnance. Parlant de cette affaire, Armstrong aurait confié à O’Reilly : « Maintenant Emma, tu en sais assez pour me faire tomber ». Selon Antoine Vayer, chroniqueur au Monde et ancien entraîneur de Festina, avant la prise d’EPO en 1999, Armstong se dopait aux corticoïdes mais aussi à l’hormone de croissance et à la testostérone. Selon Michel Rieu, conseiller scientifique de l’Agence française de lutte contre le dopage, un « protocole Armstrong » permettait d’éviter qu’un contrôle antidopage inopiné soit positif : faisant patienter le médecin contrôleur, il faisait remplacer son urine par de l’urine artificielle et diluer son sang par perfusion de sang physiologique.”

Hélas, ce dernier article de Laure Baulieu ayant interviewé Antoine Vayer et Michel Rieu dans le Monde date du…  24 août 2012. Classique, les médias fonctionnent comme des moutons, ils vont tous au même endroit au même moment, là où les risques sont inexistants (nous les avions filmés au moment du procès Zemmour par exemple), uniquement pour avoir une image ou un propos que tout le monde connaît déjà. Mais le véritable travail d’enquête, celui qui nécessite de prendre des risques, parfois personnels, pour la recherche de la vérité, plus personne n’est prêt à le faire. Et l’on voit ainsi des situations ubuesques, rocambolesques voire scandaleuses perdurer des années, parfois des dizaines d’années. Nous avions cité les affaires Herman Rosenblat et Misha Defonseca, deux affabulateurs de la Shoah, dont la supercherie a duré une dizaine d’années, mais n’a pas manqué de générer des millions de dollars. Saluons l’Équipe qui avait le premier jeté le pavé dans la mare en révélant le 23 août 2005 (voir couverture ci-contre) les résultats d’une enquête du journaliste Damien Ressiot, mettant en évidence l’utilisation d’EPO par Lance Armstrong lors du Tour de France 1999.

Il semble également qu’Armstrong ait créé sa fondation de lutte contre le cancer pour faire diversion, il savait qu’il serait beaucoup plus difficile pour les journalistes de s’attaquer à la lutte contre le cancer que contre un homme seul. Les nobles causes cachent souvent les pires mensonges et totalitarismes, comme le communisme l’a bien démontré au 20ème siècle. Mais qui peut encore en être dupe au 21ème ?

Un rapport avec l’affaire Wiesel ?

Concernant Elie Wiesel, affaire sur laquelle nous sommes en pointe comme vous le savez, il existe suffisamment d’éléments probants pour que n’importe quelle rédaction informée (et a priori c’est leur travail) lance une enquête. Seulement ils le refusent, d’après ce que nous constatons, et les retours directs et indirects que nous avons de journalistes. Ils deviennent donc complices du doute qui pèse sur l’authenticité du témoignage d’Elie Wiesel, et nourrissent l’antisémitisme et le négationnisme qui est ainsi généré depuis 3 ans et que seule la vérité peut combattre. Nous vous informerons des suites de cette affaire qui se tend de plus en plus, nous le savons, sans que rien ne fuite dans les médias pour l’instant.

En tout cas une chose est certaine, l’argument selon lequel il serait impossible qu’Elie Wiesel ne soit pas celui qu’il prétend être, parce que les médias ont toujours dit le contraire, ne tient plus suite à notre enquête auprès du Musée d’Auschwitz, et l’affaire Armstrong est là pour nous rappeler que tous les médias du monde entier peuvent diffuser et répéter la même chose sans vouloir connaître la vérité, par paresse et facilité. Et le journaliste ou le média qui fait des révélations peut avoir raison seul contre tous, oui seul contre tous. Par définition, une idée nouvelle est toujours minoritaire au départ. Nous aimerions pour notre part que tous les médias que nous avons contactés, et ceux qui se prétendent informés, contre-enquêtent avec leurs moyens qui sont infiniment supérieurs aux nôtres, pour valider ou invalider notre découverte, et pousser plus loin l’investigation le cas échéant. Nous continuerons notre travail pour notre part, avec nos moyens ridicules mais indépendants, et notre courage apparemment un peu plus important que le leur.

Conclusion

Ces aveux d’Armstrong, comme ceux d’Herman Rosenblat ou de Misha Defonseca avant lui, et bien d’autres encore, prouvent qu’un seul homme ou qu’une seule femme a pu tromper son monde pendant très longtemps, avant de passer aux aveux tant les preuves contre lui ou elle sont évidentes. Cela n’a rien à voir avec un prétendu complot comme celui du 11 septembre, qui aurait nécessité la complicité de milliers, voire dizaines de milliers de personnes, rendant l’opération invraisemblable. Par contre une poignée d’hommes peuvent générer le 11 septembre, et toutes ses conséquences. Un homme seul peut mentir, bénéficier de quelques complicités, et ce mensonge peut induire beaucoup de monde en erreur, sans qu’il s’agisse d’un complot.

Ces aveux d’Armstrong, c’est d’abord et avant tout la défaite des médias, qui n’informent plus mais qui sont du côté du big business et du conformisme, du pouvoir et de l’argent, de la facilité et des paillettes.

Ces aveux d’Armstrong, c’est un message adressé au monde entier : ce n’est pas parce que tout le monde dit et répète quelque chose que c’est vrai. Ne croyez pas tout ce que les grands médias vous racontent, exercez votre esprit critique, et écoutez aussi les petits médias indépendants comme le nôtre, il se pourrait que nous ayons parfois raison seuls contre tous, avant que tous ne nous rejoignent sur notre enquête. Il se pourrait que les affaires comme celle d’Armstrong soient le début du chant du cygne des grands médias, dont le grand public se détourne de plus en plus pour Internet et des sites comme Enquête & Débat.

Et de grâce, ne regardez plus le Tour de France, comme disait Coluche, comment qu’on fera s’ils ne sont plus dopés, pour arriver le 14 juillet ils seront obligés de partir à Noël. Et encore, les plus balèzes seront obligés de pousser les petits.

Voir la vidéo


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé