www.zejournal.mobi
Lundi, 15 Août 2022

182 nouveaux rapports de décès après l’administration des vaccins contre la COVID, selon les données des CDC

Auteur : The Defender (Etats-Unis) | Editeur : Walt | Vendredi, 17 Juin 2022 - 16h34

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont publié aujourd’hui de nouvelles données montrant qu’un total de 1 295 329 rapports d’événements indésirables suite à l’administration des vaccins contre la COVID-19 ont été soumis entre le 14 décembre 2020 et le 3 juin 2022 au Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS). Cela représente une augmentation de 7 734 événements indésirables par rapport à la semaine précédente.

Le VAERS est le principal système financé par le gouvernement pour signaler les réactions indésirables aux vaccins aux États-Unis.

Les données comprennent un total de 28 714 rapports de décès – soit une augmentation de 182 par rapport à la semaine précédente – et 236 767 blessures graves, dont des décès, au cours de la même période – soit une augmentation de 1 726 par rapport à la semaine précédente.

Sur les 28 714 décès signalés, 18 638 cas sont attribués au vaccin contre la COVID-19 de Pfizer, 7 524 cas à Moderna et 2 483 cas à Johnson & Johnson (J&J).

Si l’on exclut les « déclarations étrangères » au VAERS, 829 329 événements indésirables, dont 13 225 décès et 83 801 blessures graves, ont été signalés aux États-Unis entre le 14 décembre 2020 et le 3 juin 2022.

Les rapports étrangers sont des rapports que les filiales étrangères envoient aux fabricants de vaccins américains. En vertu de la réglementation de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, si un fabricant est informé d’un rapport de cas étranger décrivant un effet à la fois grave et ne figurant pas sur l’étiquetage du produit, il est tenu de soumettre le rapport au VAERS.

Sur les 13 225 décès signalés aux États-Unis au 3 juin, 16 % sont survenus dans les 24 heures suivant la vaccination, 20 % dans les 48 heures suivant la vaccination et 59 % chez des personnes dont les symptômes sont apparus dans les 48 heures suivant la vaccination.

Aux États-Unis, 588 millions de doses de vaccin contre la COVID-19 avaient été administrées au 3 juin, dont 347 millions de doses de Pfizer, 222 millions de doses de Moderna et 19 millions de doses de Johnson & Johnson (J&J).

Chaque vendredi, le VAERS publie les rapports de blessures liées aux vaccins reçus à une date précise. Les rapports soumis à VAERS nécessitent une enquête plus approfondie avant qu’une relation de cause à effet puisse être confirmée.

Historiquement, il a été démontré que le VAERS ne rapporte que 1 % des effets indésirables réels des vaccins.

Les données VAERS américaines du 14 décembre 2020 au 3 juin 2022, pour les enfants âgés de 6 mois à 5 ans, montrent :

Les données VAERS américaines du 14 décembre 2020 au 3 juin 2022, pour les enfants de 5 à 11 ans, montrent :

Les données VAERS américaines du 14 décembre 2020 au 3 juin 2022, pour les jeunes de 12 à 17 ans, montrent :

  • 32 026 événements indésirables, dont 1 834 qualifiés de graves et 44 décès signalés.
  • 62 rapports d’anaphylaxie chez des jeunes de 12 à 17 ans, dans lesquels la réaction mettait en danger la vie du patient, nécessitait un traitement ou entraînait la mort – 97 % des cas étant attribués au vaccin de Pfizer.
  • 655 rapports de myocardite et de péricardite dont 643 cas attribués au vaccin de Pfizer.
  • 166 rapports de troubles de la coagulation sanguine, tous les cas étant attribués à Pfizer. Le VAERS a signalé la semaine dernière 167 cas de troubles de la coagulation sanguine dans le groupe d’âge des 12 à 17 ans.

Les données VAERS américaines du 14 décembre 2020 au 3 juin 2022, tous groupes d’âge confondus, le montrent :

Le gouvernement américain détourne 10 milliards de dollars pour financer davantage de vaccins contre la COVID

L’administration Biden a déclaré cette semaine qu’elle détournait plus de 10 milliards de dollars de fonds de test et d’aide pour la COVID-19 afin d’acheter davantage de vaccins et de traitements contre la COVID-19, a rapporté l’Associated Press (AP).

L’argent a été détourné des projets d’achat de tests COVID-19 et d’équipements de protection individuelle, a rapporté NBC, ainsi que du financement de la recherche et du développement de nouveaux vaccins contre la COVID-19, selon AP.

Les fonds réaffectés seront utilisés pour commencer à négocier des contrats avec les fabricants de vaccins afin de produire de nouvelles doses pour l’automne, y compris des vaccins de « nouvelle génération » que les sociétés pharmaceutiques développent pour cibler les nouvelles variantes de COVID-19.

Environ 5 milliards de dollars serviront à financer l’achat de nouvelles doses de vaccin contre la COVID-19 pour une campagne de vaccination à l’automne et 4,9 milliards de dollars seront utilisés pour acheter environ 10 millions de doses restantes de la pilule antivirale Paxlovid COVID-19 de Pfizer, selon un responsable de la Maison Blanche qui a demandé à ne pas être nommé a déclaré à Bloomberg.

La décision de l’administration de détourner les fonds pour acheter davantage de doses de vaccin contre la COVID-19 intervient quelques jours après que le Centre de contrôle des maladies (CDC) a partagé des données avec NBC Newsrévélant que les États-Unis ont gaspillé 82,1 millions de vaccins contre la COVID-19 de décembre 2020 à la mi-mai 2022.

Des études suggèrent un lien entre une maladie cérébrale mortelle et les vaccins contre la COVID

Un article français publié en mai sur la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) et la vaccination contre la COVID-19 a identifié une nouvelle forme de MCJ sporadique survenant dans les jours suivant l’administration d’une première ou d’une deuxième dose de vaccins contre la COVID-19 de Pfizer ou de Moderna.

La MCJ est une maladie dégénérative du cerveau qui entraîne la démence et, finalement, la mort.

Les chercheurs pensent que la région prion de la protéine de pointe de la variante originale Wuhan COVID-19 a été incorporée dans des vaccins à ARNm et des vaccins à vecteur adénovirus – administrés à des centaines de millions d’humains – et qu’elle peut provoquer un nouveau type de MCJ sporadique à progression rapide.

Les chercheurs ont analysé 26 cas de MCJ et ont constaté que les premiers symptômes sont apparus en moyenne 11,38 jours après l’injection d’un vaccin contre la COVID-19.

Sur les 26 cas, 20 étaient décédés au moment de la publication de l’étude et six étaient encore en vie. « Les 20 décès sont survenus seulement 4,76 mois après l’injection. Parmi eux, 8 ont conduit à une mort subite (2,5 mois) », ont écrit les chercheurs.

L’administration Biden obtient 10 millions de doses du vaccin contre la COVID pour les enfants de moins de 5 ans

L’administration Biden a déclaré jeudi qu’elle avait mis à la disposition des États et des professionnels de la santé 10 millions de doses de vaccins contre la COVID-19 pour les enfants de moins de 5 ans et que des « millions d’autres doses seraient disponibles dans les semaines à venir ».

La Maison Blanche a dévoilé son « plan opérationnel » pour la vaccination des plus jeunes – une semaine avant que les conseillers de la Food and Drug Administration (FDA) américaine ne soient prévus de se rencontrer pour décider de l’octroi d’une autorisation d’utilisation d’urgence pour les vaccins pédiatriques Pfizer-BioNTech et Moderna destinés aux bébés âgés de six mois seulement.

Les enfants de moins de 5 ans pourraient commencer à recevoir les vaccins dès « la semaine du 20 juin – le programme s’intensifiant au fur et à mesure que les doses sont livrées et que les rendez-vous sont disponibles », a déclaré la Maison Blanche.

Le président et conseiller juridique en chef de la Children’s Health Defense(CHD), Robert F. Kennedy, Jr., a appelé les parents et les médecins, « maintenant plus que jamais », à « s’engager dans la brèche pour protéger nos bébés de notre gouvernement ».

M. Kennedy a déclaré que les contre-mesures de la COVID-19, y compris les vaccins, n’ont « jamais porté sur la science ou la santé publique », ajoutant : « Maintenant, ils se sont éloignés du bon sens pour tomber dans la cruauté et la barbarie nues. »

La COVID-19 sévère est « rare » chez les personnes qui n’ont pas été vaccinées

Une enquête menée auprès de 300 000 personnes qui n’ont pas été vaccinées contre la COVID-19 a révélé que les non-vaccinés n’imposaient pas une charge disproportionnée aux systèmes de santé – en fait, ils présentaient des taux très faibles d’hospitalisation et de COVID-19 grave.

Le projet international Control Group – également connu sous le nom de Vax Control Group – a mené l’enquête.

Les données de l’enquête offrent des révélations importantes, notamment :

  • Les participants du « groupe témoin » non vacciné ont connu des taux d’hospitalisation et des taux de maladie grave de la COVID-19 très faibles.
  • Ils sont plus enclins à se soigner eux-mêmes, en utilisant des produits naturels tels que la vitamine D, la vitamine C, le zinc et la quercétine.
  • Beaucoup ont utilisé l’ivermectine et l’hydroxychloroquine.
  • Des femmes ont souffert d’anomalies menstruelles et hémorragiques alors qu’elles n’étaient pas vaccinées, peut-être en raison de l’exposition aux protéines de pointe et de leur excrétion.
  • Le fardeau de leur santé mentale a été considérable, peut-être aggravé par la stigmatisation de la société dominante « vaccinée ».
  • Ils ont fait l’objet d’une forte discrimination en raison de leur décision d’exercer leur droit au consentement éclairé et de refuser l’administration de « vaccins génétiques ».

Le gouvernement canadien approuve la demande d’indemnisation d’un homme blessé par un vaccin

Le mois dernier, un homme canadien a appris que le gouvernement avait approuvé sa demande d’indemnisation pour une blessure liée au vaccin contre la COVID-19.

Ross Wightman, un mari de 40 ans et père de deux enfants, a déclaré qu’il lui a fallu des années de paperasserie avant que le gouvernement n’approuve sa demande. M. Wightman a été diagnostiqué avec le syndrome de Guillain-Barré(SGB), une maladie rare affectant le système nerveux qui l’a laissé partiellement paralysé, peu après avoir reçu sa première et unique dose du vaccin contre la COVID-19 d’AstraZeneca en avril 2021.

Wightman n’a pas divulgué le montant exact du versement. Toutefois, il a déclaré qu’il n’était pas admissible au versement maximal de 284 000 $ prévu par le programme. Il a déclaré qu’il prévoyait de faire appel du montant versé auprès de la commission d’examen médical du programme, qui, selon lui, n’a pas tenu compte de tous ses symptômes.

Au Canada, 46 149 réactions indésirables aux vaccins contre la COVID-19 ont été officiellement enregistrées, mais seule une poignée de demandeurs ont reçu une indemnisation.

La CHD demande à toute personne ayant subi un effet indésirable, quel que soit le vaccin, de remplir un rapport en suivant ces trois étapes.

Mise à jour : Le titre de cet article a été mis à jour pour indiquer que 182 nouveaux décès après l’administration du vaccin contre la COVID-19 ont été signalés au VAERS, selon les données de cette semaine.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé