www.zejournal.mobi
Dimanche, 02 Oct. 2022

Réflexions sur la reconduction de Macron : Partie 1 : France 2022 = (Grèce + Australie + Nouvelle-Zélande + Canada) puissance 1 000

Auteur : Sellami | Editeur : Walt | Vendredi, 29 Avr. 2022 - 13h33

Macron et l’oligarchie dont il est le laquais, avaient déjà l’impression de pouvoir faire ce qu’ils voulaient. Mais, maintenant que ce sinistre sbire a été reconduit à l’Elysée, ils iront au-delà de tout ce que peuvent imaginer les Français (1). Si quelqu’un le leur reproche, ils rétorqueront que les électeurs ont choisi et voulu le programme de Macron (2).

Covid-19 : une histoire sans fin

Pour ce qui est de la prétendue pandémie, il ne fait aucun doute que l’on aura droit au minimum à ceci :

retour du passe « sanitaire » et « vaccinal » ;

masque obligatoire y compris en extérieur;

injection obligatoire pour toute la population, quel que soit l’âge;

dans tous les secteurs (Education nationale, transports, commerce etc), éviction des professionnels qui refuseraient de se faire injecter, comme c’est déjà le cas pour les personnels soignants;

prestations sociales versées à condition que les bénéficiaires se fassent « vacciner » (cela concernera le RSA, les allocations familiales et de logement, les aides pour personnes âgées ou handicapées etc);

QR-Code étendu à toutes les activités;

installation de bornes numériques partout, d’où l’impossibilité d’entrer où que ce soit sans son passe électronique;

peut-être de nouveaux confinements, très longs, avec tout ce qui les accompagnera, notamment la fermeture des commerces.

Pauvreté et chantage à la charité

Côté social, le programme comprend notamment les réjouissances suivantes :

pensions de retraite fortement diminuées (peut-être 20% dans un premier temps);

âge théorique de départ à la retraite porté à 70 ans (avec éventuellement des étapes, d’abord 65 ans, puis 67);

RSA et allocations de chômage versés à condition que la personne accepte des petits boulots payés une misère;

suspension puis suppression des prestations de toutes sortes (chômage, allocations familiales etc) si le bénéficiaire viole un confinement ou un couvre-feu, ou s’il a été filmé sans muselière, ou s’il a posté sur internet des commentaires critiquant le pouvoir (liste non exhaustive, là encore);

blocage et vol des avoirs bancaires des résistants (rappelons que cela s’est déjà pratiqué au Canada); blocage aussi de leurs titres de transport, de leurs remboursements Sécu etc;

chypriotisation : on désigne par là le prélèvement d’un certain pourcentage sur les avoirs bancaires des citoyens, comme on l’a vu à Chypre. Par exemple, le régime pourrait décider que toute personne ayant plus de 6 000 euros sur son compte bancaire, sera soulagée de 20% sur cette somme (dans un premier temps, car ces larcins se répéteront);

expulsions massives, de nombreux locataires et propriétaires se retrouvant à la rue.

Sous prétexte de dette, la France va connaître ce qu’ont déjà subi notamment la Grèce, Chypre, l’Argentine, le Liban, les Etats-Unis, ou, plus loin dans le temps, l’Allemagne d’avant-guerre.

Pour savoir ce qui les attend, les Français n’ont donc qu’à regarder ce qui s’est passé et se passe dans ces contrées, et à l’imaginer à la puissance 1 000.

Racket sur certains secteurs

Le régime français va invoquer un prétendu rebond de la fausse pandémie, et l’explosion de la dette (qu’il a organisée), pour ponctionner certaines catégories. Le discours consistera à dire que ces catégories ont bénéficié de la soi-disant crise sanitaire, qu’elles ont gagné beaucoup d’argent à cette occasion, et qu’il est donc normal qu’elles soient mises à contribution.

Ce pourrait être le cas en particulier des boulangers et des pharmaciens, qui n’ont pas fermé pendant les confinements, et dont le chiffre d’affaires est parfois monté de façon importante dans cette période.

Quant aux grands banquiers, que l’on se rassure : Macron n’y touchera pas.

Démantèlement accéléré du pays

La France est déjà en bonne voie de désintégration.

Il y a fort à parier qu’elle n’existera tout simplement plus dans cinq ans.

On peut penser que plusieurs parties du territoire auront obtenu leur pseudo-indépendance : Nouvelle-Calédonie, Guadeloupe, Corse etc (3).

Nous voyons mal ce qui empêchera Macron de céder le siège de la France comme membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU.

Quant à la force de dissuasion nucléaire, elle sera offerte à l’Allemagne ou à tout autre bandit de grand chemin.

Guerre à outrance

Tout en s’effaçant en tant que puissance ou même en tant que pays, Etat, nation, la France est d’ores et déjà entrée en guerre contre la Russie : quand on envoie des dizaines d’officiers en Ukraine, quand on positionne ses troupes dans différentes zones proches de la Russie, quand on livre des armes au régime de Zelensky, quand on accueille des soldats ukrainiens pour les entraîner, on est bel et bien dans une situation d’affrontement armé.

C’est aussi cela que signifiait la fameuse phrase de Macron : « Nous sommes en guerre » .

C’est également cela que signifie le choix du Champ-de-Mars pour la rave party organisée après la reconduction de Macron (rappelons que Mars est le dieu de la guerre).

Ce conflit aggravera encore la paupérisation : quand Macron promet des tickets alimentaires (c’est-à-dire, en réalité, des tickets de rationnement), c’est bien une situation de guerre et de pénurie qu’il annonce.

Automatisation, robotisation, transhumanisme

Le puçage va certainement se généraliser, les citoyens étant d’ailleurs soumis à un chantage du genre : si vous n’êtes pas pucés, vous n’aurez plus aucun droit.

Ce ne sera que l’une des nombreuses manifestations d’une course sans frein vers cet asservissement que l’on appelle transhumanisme.

Ce transhumanisme se concrétisera aussi par la suppression de l’intervention humaine dans quantités de secteurs (et nous serions prêt à parier que la France va devenir championne dans ce domaine).

Certaines professions sont vouées à disparaître, et plus vite qu’elles ne le croient, car les individus seront remplacés par des ordinateurs, des logiciels, des machines, des robots.

Il faut d’ailleurs savoir que, dans certains métiers, le rôle de l’être humain est déjà fortement réduit; c’est le cas par exemple quand l’essentiel du travail est effectué par un logiciel et que la personne n’est plus qu’un intermédiaire de moins en moins indispensable, une mouche de coche en somme. On remarquera aussi que les confinements ont été un formidable levier pour habituer les familles et les élèves à ce que ces derniers suivent leur scolarité de chez eux, avec leur ordinateur.

A notre avis, les secteurs qui ont le plus à craindre dans l’immédiat sont l’enseignement, la formation professionnelle, la comptabilité, les métiers du droit, ou même le journalisme (4).

Inutile de préciser que tout cela s’accompagnera d’une hausse exponentielle du nombre de chômeurs.

Cette liste des coups qui vont pleuvoir, n’est pas exhaustive, hélas !

En un mot comme en cent, ce qui guette la France au coin du bois présidentiel, c’est la misère de la Grèce, avec, en prime, la dictature à la canadienne, à l’australienne, à la néo-zélandaise, tout cela à la puissance 1 000.

A notre avis, cet enfer va se mettre en place très rapidement. Le pouvoir n’attendra ni l’automne, ni même l’été. Il n’est pas impossible que l’épée de Damoclès frappe d’ici quelques jours, avant même les législatives, ou aussitôt après.

(1) Il semble d’ailleurs que la tragédie ait déjà commencé de se précipiter, puisque deux personnes auraient été tuées par les forces de l’ordre à Paris le soir du 24 avril, tandis que les CRS et la police auraient chargé dans plusieurs villes.

(2) Nous reviendrons ailleurs sur certains aspects de cette présidentielle. Répétons juste ce que nous avions écrit, il y a déjà longtemps : il ne peut pas y avoir de véritable élection puisque nous sommes sous un régime de coup d’Etat, depuis au moins deux ans, si l’on prend comme date pertinente celle à laquelle Macron a annoncé un confinement, en mars 2020.

La Constitution est outrageusement violée. Par exemple, l’état d’urgence prétendument sanitaire est totalement inconstitutionnel, quoi qu’en dise le Conseil constitutionnel.

Dans ces conditions, les législatives ne vaudront pas mieux que la présidentielle.

(3) Participe du démantèlement et du pillage du pays, le bradage du patrimoine public : bois et forêts, monuments historiques, œuvres d’art … Ce bradage a d’ailleurs commencé il y a des années. A cet égard, nous avons toujours pensé que la France ne récupèrera jamais les œuvres confiées au Louvre Abu Dhabi; d’ailleurs, on ne sait toujours pas quel est le véritable contenu de l’accord conclu à ce sujet entre la France et les Emirats Arabes Unis. De toute manière, si ces derniers désirent garder le butin, ils n’auront qu’à clamer que la France est lourdement endettée à leur égard et qu’elle est incapable de rembourser.

(4) Il existe déjà des logiciels fournissant aux avocats des modèles d’argumentaires. Rappelons aussi que l’on se dirige de plus en plus vers une sanction automatisée des infractions, tout se faisant informatiquement, sans intervention d’un agent dressant PV, sans décision d’un juge, sans procès.

Quant au « journalisme » , il est évident que les entreprises n’accepteront plus longtemps de payer des employés dont le boulot se résume à reprendre des dépêches rédigées par des logiciels.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé