www.zejournal.mobi
Dimanche, 02 Oct. 2022

Les CDC admettent avoir caché des données du COVID pour aider les démocrates

Auteur : ASR | Editeur : Walt | Vendredi, 25 Mars 2022 - 12h09

Les CDC ont admis qu’ils dissimulaient délibérément de grandes parties des données COVID afin d’avantager l’administration Biden et le parti démocrate.

Selon le New York Times, « deux années complètes après le début de la pandémie, l’agence qui dirige la réponse du pays à l’urgence de santé publique n’a publié qu’une infime partie des données qu’elle a recueillies, ont déclaré plusieurs personnes connaissant bien ces données ».

L’article révèle que lorsque les Centers for Disease Control « ont publié les premières données significatives sur l’efficacité des rappels chez les adultes de moins de 65 ans… ils ont omis les chiffres concernant une énorme partie de cette population : les 18-49 ans, le groupe le moins susceptible de bénéficier d’injections supplémentaires ».

« L’agence a été réticente à rendre ces chiffres publics », indique le rapport, « car ils pourraient être interprétés à tort comme une inefficacité des vaccins ».

Thefederalist.com rapporte : Après « plusieurs demandes de renseignements de la part du New York Times », les CDC ont décidé de manière inattendue de publier ses données sur les risques d’hospitalisation et de décès des Américains non vaccinés et vaccinés, avec ou sans dose de rappel. Mais il l’a fait d’une manière qui occulte les risques globaux de Covid des individus plus jeunes, qui sont très faibles, en essayant plutôt de forcer une comparaison entre les hospitalisations des individus vaccinés et non vaccinés. Les données exactes sur les risques de Covid en fonction de l’âge n’ont été publiées nulle part sous forme de graphique ou sous une forme facilement consultable.

Cette justification de la dissimulation délibérée des données d’efficacité recueillies par le gouvernement a même été confirmée par la porte-parole des CDC, Kristen Nordlund. Cette agence financée par les contribuables ne voulait pas leur donner une image complète de l’efficacité des vaccins – pour leur propre bien.

Elle se sent également suffisamment confiante pour l’admettre publiquement, mais seulement après que de nombreux Américains aient été licenciés et aient souffert d’événements indésirables graves et de décès après avoir été forcés de prendre des vaccins qu’ils ne voulaient pas, précisément sur la base de faux récits alimentés par la duplicité des CDC.

Ce raisonnement des CDC justifie à peine le fait que l’omission sélective d’informations de santé publique est plus qu’une faute professionnelle clinique ; c’est une fraude scientifique.

Les Américains bien pensants soupçonnent depuis environ deux ans maintenant que les CDC, et en particulier Anthony Fauci, n’ont pas été honnêtes avec le peuple américain au sujet du Covid. Les Américains n’ont pas besoin d’être des experts en épidémiologie des vaccins pour comprendre la dynamique de ce qui se passe en matière d’efficacité et de sécurité des vaccins, il leur suffit d’utiliser leurs propres yeux.

Chaque fois que ces employés fédéraux ont prononcé l’expression « suivre la science », ils voulaient en fait dire : « Faites ce que nous disons et ne le remettez pas en question, ou nous vous punirons ». Les vrais scientifiques ne publient pas de données partielles et ne cachent pas leurs données. Pourtant, après que de graves dommages aient été causés à la crédibilité du gouvernement et au tissu social du pays, maintenant même le New York Times ne peut nier que les CDC a caché la vérité sur l’efficacité des rappels aux Américains parce que cela contredirait les objectifs politiques de cette administration.

Il n’est pas du devoir des CDC ou de la Food and Drug Administration des États-Unis, prétendument « non partisans », de se faire l’écho des points de discussion de la Maison Blanche ou de protéger des politiques ratées et mal conçues. De nombreux Américains font confiance à ces agences pour donner objectivement aux Américains une information scientifique complète et présenter les faits bruts sur l’efficacité et la sécurité des vaccins. Toute autre attitude est méprisable sur le plan clinique, scientifique et éthique.

Le récit officiel a été présenté très clairement par le président Biden lorsqu’il a déclaré : « Si vous n’êtes pas vacciné, vous n’avez pas à mourir… faites-vous vacciner ». Cette déclaration a été suivie de mandats de vaccination de masse, de mandats de masques, de confinements continues et de projets de vaccination précipités pour des enfants âgés de cinq ans et même plus jeunes. Tout cela allait à l’encontre de la science qui montrait que les jeunes gens en bonne santé, et surtout les enfants, avaient très peu de chances de mourir du Covid, mais peu importe.

Mais ensuite la vérité est apparue. Les rappels se sont avérés si inefficaces qu’ils sont rarement mentionnés, même par les plus zélés des fidèles libéraux. La capacité du vaccin à limiter la transmission de la mutation Covid s’est rapidement effondrée au point d’être risible.

Cacher le fait que le fait de stimuler des jeunes gens en bonne santé déjà doublement vaccinés ne sert pratiquement à rien est déjà scandaleux en soi. Mais cela devient doublement flagrant si l’on considère les risques de sécurité liés à la répétition de l’injection.

Lorsque les cadavres de jeunes gens en bonne santé ne se sont pas accumulés dans les rues pendant la vague Omicron cet hiver, on aurait pu s’attendre à ce que les CDC fassent un tour de victoire immérité en affirmant que leur promotion incessante des rappels de vaccins était venue à la rescousse. Mais une drôle de chose s’est produite sur la route de l’autosatisfaction.

Malgré les problèmes de sécurité et le manque d’efficacité de l’Omicron, Albert Bourla, PDG de Pfizer, a commencé à promouvoir une quatrième dose de son vaccin, mais il n’a toujours pas présenté de données cliniques pour étayer cette affirmation, et il n’a rien à dire sur la sécurité ou l’immunité naturelle.

Les Américains n’ont également jamais entendu la Maison Blanche discuter objectivement de la sécurité des vaccins. Tout ce que nous avons entendu, c’est Biden et Fauci répéter la platitude vide que le vaccin est « sûr et efficace ». Mais on ne nous dit jamais à quel point il est sûr, car nous ne connaissons toujours pas les données sur lesquelles ils se basent pour faire ces déclarations.

Les scientifiques et cliniciens des CDC violent les codes et politiques éthiques, scientifiques et de santé publique de leur propre agence financée par les contribuables pour protéger le public américain. Quelles devraient être les conséquences ?

Je ne me plains pas du manque de transparence d’informations militaires top secrètes qui mettraient en danger notre sécurité nationale ; je parle d’informations de santé publique concernant la sécurité des médicaments et l’efficacité des vaccins. Cette omission sélective de données de santé publique est une fraude, et les hauts responsables de l’agence devraient être cités en exemple pour leur comportement contraire à l’éthique.

Une pensée encore plus effroyable est : Si ces fonctionnaires étaient assez méprisables pour omettre ces données, de quoi d’autre les Américains ne sont-ils toujours pas informés « pour leur propre bien » ?

Le jour du jugement pour avoir mis en danger la vie des Américains doit arriver, et le plus tôt sera le mieux.


- Source : ASR

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé