www.zejournal.mobi
Samedi, 17 Avr. 2021

Élection américaine : le Time Magazine avoue tout ! Partie 1

Auteur : Molly Ball | Editeur : Walt | Samedi, 20 Févr. 2021 - 07h39

C’est un article à la fois insolite et inédit qui est sorti des presses du fameux Time Magazine américain. Il explique par le détail les moyens par lesquels les démocrates et leurs médias ont réussi, avec une puissance désinformatrice jamais vue et une série d’ingénieries sociales, à tordre une élection présidentielle et, comme dommage collatéral, à détruire la démocratie américaine pour installer le candidat du Système à la place de Donald Trump.

L’article est long, mais édifiant. Il confirme que pour contourner les lois de la démocratie, le contrôle de l’opinion est nécessaire. L’impunité dont jouissent les forces gauchistes dans les médias qui leur sont acquis explique cet aveu presque innocent qui émane du camp du Bien : pour abattre le candidat du peuple (Trump), tous les moyens, même les plus vils, étaient bons. Et quand on tient la justice et les médias, tout devient possible...

La collusion entre le gauchisme et le grand capital est mis au jour, et même revendiquée par les parties prenantes. L’article du Times s’étonne voire s’excuse de ce mariage contre-nature, mais c’est parce que les journalistes pèchent par inculture politique (réelle ou feinte). De tout temps, les gauchistes et les puissances d’argent – ces deux ennemis éternels du peuple – se sont alliés, les premiers étant souvent les idiots utiles des secondes.

C’est l’histoire d’un complot au grand jour, un complot contre le peuple américain, un complot authentique à ciel ouvert qui dénonce, pour se rendre légitime, un complot imaginaire. Les forces du Système se sont liguées pour battre le peuple. Combien de temps le mensonge tiendra-t-il ?

La traduction qui suit est une traduction maison (probablement perfectible, mais parfaitement lisible) de la rédaction E&R. Document majeur à lire, absolument ! – La Rédaction d’E&R –

L’histoire secrète de la campagne de l’ombre qui a sauvé les élections de 2020

Une chose étrange s’est produite juste après l’élection du 3 novembre : rien.

La nation était prête pour le chaos. Des groupes de gauche avaient juré de descendre dans la rue, planifiant des centaines de manifestations dans tout le pays. Les milices de droite se préparaient à la bataille. Dans un sondage effectué avant le jour des élections, 75 % des Américains ont exprimé leur inquiétude face à la violence.

Au lieu de cela, un calme inquiétant s’est installé. Le président Trump ayant refusé de céder, la réponse n’a pas été une action de masse, mais des protestations. Le 7 novembre, lorsque les médias ont annoncé la course à Joe Biden, la liesse a éclaté. Les gens ont envahi les villes américaines pour célébrer le processus démocratique qui a abouti à l’éviction de Trump.

Une deuxième chose étrange s’est produite au milieu des tentatives de Trump d’inverser le résultat : les entreprises américaines se sont retournées contre lui. Des centaines de grands chefs d’entreprise, dont beaucoup avaient soutenu la candidature de Trump et appuyé sa politique, l’ont appelé à céder. Pour le Président, quelque chose n’allait pas. « Tout cela était très, très étrange », a déclaré M. Trump le 2 décembre, « quelques jours après l’élection, nous avons assisté à un effort orchestré pour sacrer le vainqueur, alors même que de nombreux États clés étaient encore en train d’être comptés ».

D’une certaine manière, Trump avait raison.

Un complot se déroulait dans les coulisses, une conspiration qui a à la fois réduit les protestations et coordonné la résistance des chefs d’entreprise. Ces deux surprises étaient le résultat d’une alliance informelle entre des militants de gauche et des titans du monde des affaires. Le pacte a été officialisé dans une déclaration conjointe, laconique et peu remarquée de la Chambre de commerce américaine et de l’AFL-CIO [Fédération américaine du travail-Congrès des organisations industrielles – NDT], publiée le jour des élections. Les deux parties en sont venues à le considérer comme une sorte de marché implicite – inspiré par les protestations massives, parfois destructrices, de l’été en matière de justice raciale – dans lequel les forces du travail se sont unies aux forces du capital pour maintenir la paix et s’opposer à l’attaque de Trump contre la démocratie.

La poignée de main entre les entreprises et les travailleurs n’était qu’un élément d’une vaste campagne multipartite visant à protéger l’élection – un extraordinaire effort dans l’ombre consacré non pas à gagner le vote, mais à s’assurer qu’il soit libre et équitable, crédible et non corrompu. Pendant plus d’un an, une coalition d’agents peu structurée s’est efforcée de consolider les institutions américaines alors qu’elles subissaient les attaques simultanées d’une pandémie sans remords et d’un Président à tendance autocratique. Bien qu’une grande partie de cette activité se soit déroulée à gauche, elle était distincte de la campagne de Biden et a franchi les lignes idéologiques, avec des contributions cruciales d’acteurs non partisans et conservateurs. Le scénario que les militants de l’ombre voulaient désespérément arrêter n’était pas une victoire de Trump. Il s’agissait d’une élection si calamiteuse qu’aucun résultat n’a pu être discerné, un échec de l’acte central d’autogouvernance démocratique qui est la marque de fabrique de l’Amérique depuis sa fondation.

Leur travail a touché tous les aspects de l’élection. Ils ont amené les États à modifier les systèmes et les lois électorales et ont contribué à obtenir des centaines de millions de dollars de financement public et privé. Ils ont repoussé des actions en justice destinés à éliminer des électeurs, recruté des armées de travailleurs électoraux et obtenu que des millions de personnes votent par correspondance pour la première fois. Ils ont réussi à faire pression sur les sociétés de médias sociaux pour qu’elles adoptent une ligne plus dure contre la désinformation et ont utilisé des stratégies basées sur les données pour lutter contre la propagation des calomnies. Ils ont mené des campagnes nationales de sensibilisation du public qui ont aidé les Américains à comprendre comment le décompte des votes se déroulerait sur plusieurs jours ou semaines, empêchant ainsi les théories du complot de Trump et les fausses déclarations de victoire de prendre de l’ampleur. Après le jour de l’élection, ils ont surveillé chaque point de pression pour s’assurer que Trump ne puisse pas renverser le résultat. « L’histoire non racontée de l’élection est celle des milliers de personnes des deux partis qui ont accompli le triomphe de la démocratie américaine à sa base même », déclare Norm Eisen, un éminent avocat et ancien fonctionnaire de l’administration Obama qui a recruté des républicains et des démocrates au conseil d’administration du programme de protection des électeurs.

Car Trump et ses alliés menaient leur propre campagne pour gâcher l’élection. Le président a passé des mois à insister sur le fait que les bulletins de vote par correspondance étaient un complot démocrate et que l’élection serait « truquée ». Ses hommes de main au niveau de l’État ont cherché à bloquer leur utilisation, tandis que ses avocats ont intenté des dizaines de procès fallacieux pour rendre le vote plus difficile – une intensification de l’héritage du GOP [Parti républicain – NDT] en matière de tactiques de répression. Avant l’élection, M. Trump a comploté pour bloquer un décompte légitime des votes. Et il a passé les mois qui ont suivi le 3 novembre à essayer de voler l’élection qu’il avait perdue – avec des procès et des théories du complot, des pressions sur les fonctionnaires de l’État et des collectivités locales, et finalement en convoquant son armée de partisans au rassemblement du 6 janvier qui s’est terminé en violence mortelle au Capitole.

Les militants pour la démocratie ont observé avec inquiétude. « Chaque semaine, nous avons eu l’impression de nous battre pour tenter de remporter cette élection sans que le pays ne connaisse un véritable moment dangereux », explique Zach Wamp, ancien représentant du GOP, un partisan de Trump qui a aidé à coordonner un conseil bipartite de protection des élections. « Nous pouvons regarder en arrière et dire que tout s’est plutôt bien passé, mais il n’était pas du tout évident en septembre et octobre que ce serait le cas. »

Voici l’histoire du complot pour sauver les élections de 2020, basée sur l’accès aux rouages internes du groupe, à des documents inédits et à des interviews de dizaines de personnes impliquées de tous les horizons politiques. C’est l’histoire d’une campagne sans précédent, créative et déterminée, dont le succès révèle également à quel point la nation a frôlé le désastre. « Toute tentative d’interférer avec le bon déroulement de l’élection a été défaite », déclare Ian Bassin, cofondateur de Protect Democracy, un groupe non partisan de défense de l’État de droit. « Mais il est extrêmement important que le pays comprenne que cela ne s’est pas produit accidentellement. Le système n’a pas fonctionné comme par magie. La démocratie n’est pas automatique. »

C’est pourquoi les participants veulent que l’histoire secrète de l’élection de 2020 soit racontée, même si cela ressemble à un rêve paranoïaque – une cabale bien financée de personnes puissantes, dans tous les secteurs et toutes les idéologies, travaillant ensemble en coulisses pour influencer les perceptions, changer les règles et les lois, orienter la couverture médiatique et contrôler le flux d’informations. Ils ne truquaient pas l’élection, ils la fortifiaient. Et ils estiment que le public doit comprendre la fragilité du système pour assurer la pérennité de la démocratie en Amérique.

L’ARCHITECTE

À l’automne 2019, Mike Podhorzer a acquis la conviction que l’élection allait être désastreuse et a décidé de la protéger.

Ce n’était pas son domaine habituel. Depuis près d’un quart de siècle, Podhorzer, conseiller principal du président de l’AFL-CIO, la plus grande fédération syndicale du pays, a rassemblé les dernières tactiques et données pour aider ses candidats favoris à remporter les élections. Sans prétention et professoral, il n’est pas le genre de « stratège politique » gominé qui apparaît aux informations du câble. Parmi les initiés du Parti démocrate, il est connu comme le magicien à l’origine de certaines des plus grandes avancées en matière de technologie politique ces dernières décennies. Un groupe de stratèges de gauche qu’il a rassemblé au début des années 2000 a conduit à la création de l’Institut des analystes, une entreprise secrète qui applique des méthodes scientifiques aux campagnes politiques. Il a également participé à la fondation de Catalist, la société phare de données progressistes.

Selon M. Podhorzer, les discussions interminables à Washington sur la « stratégie politique » n’ont pas grand-chose à voir avec la façon dont le changement s’opère réellement. « Mon point de vue de base sur la politique est que tout est assez évident si vous ne la suranalysez pas trop ou si vous ne prenez pas tout pour argent comptant des modèles dominants », a-t-il écrit un jour. « Après cela, il suffit d’identifier sans relâche vos hypothèses et de les remettre en question ». Podhorzer applique cette approche à tout : lorsqu’il a entraîné l’équipe de petite ligue de son fils, aujourd’hui adulte, dans la banlieue de Washington, il a appris aux garçons à ne pas faire de swing sur la plupart des lancers – une tactique qui a rendu furieux leurs parents et ceux de leurs adversaires, mais qui a permis à l’équipe de remporter une série de championnats.

L’élection de Trump en 2016 – en partie grâce à sa force inhabituelle parmi les ouvriers blancs qui constituait majoritairement autrefois l’AFL-CIO – a incité Podhorzer à remettre en question ses hypothèses sur le comportement des électeurs. Il a commencé à faire circuler des notes de service hebdomadaires sur les chiffres à un petit cercle d’alliés et à organiser des séances de stratégie à Washington. Ce n’est qu’après des mois de recherche qu’il a présenté ses préoccupations dans son bulletin d’information en octobre 2019. Les outils habituels de données, d’analyse et de sondage ne seraient pas suffisants dans une situation où le Président lui-même tente de perturber l’élection, écrit-il. « La grande partie de notre planning nous guide jusqu’au jour du scrutin », a-t-il noté. « Mais nous ne sommes pas préparés aux deux résultats les plus probables » – Trump perd et refuse de concéder, et Trump gagne le Collège électoral (malgré la perte du vote populaire) en corrompant le processus de vote dans les États clés. Nous avons désespérément besoin de créer une red team [simulation de l’équipe ennemie pour élaborer une stratégie – NDT] pour cette élection afin de pouvoir anticiper et planifier le pire qui, nous le savons, nous attend.

Il s’est avéré que Podhorzer n’était pas le seul à penser en ces termes. Il a commencé à entendre d’autres personnes désireuses d’unir leurs forces. La Fight Back Table, une coalition d’organisations de « résistance », avait commencé à élaborer des scénarios en fonction de la possibilité d’une élection contestée, rassemblant des militants de gauche aux niveaux local et national dans ce qu’ils ont appelé la Coalition pour la défense de la démocratie. Les organisations de défense du droit de vote et des droits civils ont tiré la sonnette d’alarme. Un groupe d’anciens élus se penchait sur les pouvoirs d’urgence, craignant que Trump ne puisse les exploiter. Protect Democracy mettait sur pied un groupe de travail bipartite sur la crise électorale. « Il s’est avéré qu’une fois que vous l’avez dit tout haut, les gens étaient d’accord », dit Podhorzer, « et cela a commencé à prendre de l’ampleur ».

Il a passé des mois à réfléchir à des scénarios et à discuter avec des experts. Il n’a pas été difficile de trouver des personnes de gauche qui considéraient Trump comme un dangereux dictateur, mais Podhorzer a pris soin d’éviter l’hystérie. Ce qu’il voulait savoir, ce n’était pas comment la démocratie américaine était en train de mourir, mais comment elle pourrait être maintenue en vie. La principale différence entre les États-Unis et les pays qui ont perdu leur emprise sur la démocratie, a-t-il conclu, est que le système électoral décentralisé des États-Unis ne peut pas être truqué d’un seul coup. C’était l’occasion de le consolider.

L’ALLIANCE

Le 3 mars, Podhorzer a rédigé un mémo confidentiel de trois pages intitulé « Menaces sur l’élection de 2020 ». Trump a clairement indiqué que cette élection ne serait pas équitable et qu’il rejetterait tout sauf sa propre réélection comme étant « fausse et truquée », a-t-il écrit. « Le 3 novembre, si les médias rapportent le contraire, il utilisera le système d’information de droite pour établir son récit et inciter ses partisans à protester ». Le mémo a défini quatre catégories de défis : les attaques contre les électeurs, les attaques contre l’administration électorale, les attaques contre les opposants politiques de Trump et les « efforts pour renverser les résultats de l’élection ».

Puis le Covid-19 a éclaté au plus fort de la saison des élections primaires. Les méthodes de vote habituelles n’étaient plus sûres pour les électeurs ou les bénévoles, pour la plupart âgés, qui s’occupent normalement des bureaux de vote. Mais les désaccords politiques, intensifiés par la croisade de Trump contre le vote par correspondance, ont empêché certains États de faciliter le vote des absents et les juridictions de compter ces votes en temps voulu. Le chaos s’en est suivi. L’Ohio a mis fin au vote « en personne » pour sa primaire, ce qui a entraîné une participation minuscule. Une pénurie de personnel électoral à Milwaukee – où se concentre la population noire fortement démocrate du Wisconsin – a fait que seuls cinq bureaux de vote sont restés ouverts, contre 182 auparavant. À New York, le dépouillement des votes a pris plus d’un mois.

Soudain, la possibilité d’un effondrement en novembre était évidente. Dans son appartement de la banlieue de Washington, Podhorzer s’est mis à travailler depuis son ordinateur portable sur la table de sa cuisine, tenant des réunions Zoom l’une à la suite de l’autre pendant des heures par jour avec son réseau de contacts dans tout l’univers progressiste : le mouvement ouvrier, la gauche institutionnelle, comme Planned Parenthood et Greenpeace, les groupes de résistance comme Indivisible et MoveOn, les geeks et stratèges progressistes, les représentants des donateurs et des fondations, les organisateurs de base au niveau de l’État, les militants pour la justice raciale et d’autres.

En avril, Podhorzer a commencé à organiser un Zoom hebdomadaire de 2 heures et demi. Il était structuré autour d’une série de présentations rapides de cinq minutes sur tout ce qui touche à la publicité, aux messages et à la stratégie juridique. Les rassemblements sur invitation seulement ont rapidement attiré des centaines de personnes, créant ainsi une base de connaissances partagée rare pour un mouvement progressiste indiscipliné. « Au risque de dire du mal de la gauche, il n’y a pas beaucoup de bons échanges d’informations », explique Anat Shenker-Osorio, un ami proche de Podhorzer dont les conseils en matière de messages, testés par sondage, ont façonné l’approche du groupe. « Il y a beaucoup de syndrome du "pas été inventé ici", où les gens ne considéreront pas bonne une idée s’ils ne l’ont pas trouvée ».

Les réunions sont devenues le centre galactique d’une constellation d’agents de gauche qui partageaient des objectifs communs mais ne travaillaient généralement pas de concert. Le groupe n’avait pas de nom, pas de dirigeants et pas de hiérarchie, mais il maintenait les acteurs disparates en synchronisation. « Pod a joué un rôle essentiel en coulisses pour maintenir les différentes pièces de l’infrastructure du mouvement en communication et en alignement », explique Maurice Mitchell, directeur national du Working Families Party. « Vous avez l’espace pour les litiges, l’espace pour l’organisation, les militants se concentrent sur le travail, et leurs stratégies ne sont pas toujours alignées. Il a permis à cet écosystème de travailler ensemble. »

La protection de l’élection nécessiterait un effort d’une ampleur sans précédent. Au fur et à mesure que l’année 2020 avançait, il s’étendait au Congrès, à la Silicon Valley et aux Capitoles du pays. Il a été alimenté par les manifestations contre la justice raciale de l’été, dont beaucoup de dirigeants étaient des éléments clés de l’alliance de gauche. Et finalement, ils ont dépassé leurs clivages, dans le monde des républicains sceptiques de Trump et consternés par ses attaques contre la démocratie.

ASSURER LE VOTE

La première tâche consistait à remanier l’infrastructure électorale américaine, qui était peu solide, en plein milieu d’une pandémie. Pour les milliers de fonctionnaires locaux, pour la plupart non partisans, qui administrent les élections, le besoin le plus urgent était l’argent. Ils avaient besoin d’équipements de protection comme des masques, des gants et du désinfectant pour les mains. Ils devaient payer les plis postaux permettant aux gens de savoir qu’ils pouvaient voter par correspondance ou, dans certains États, envoyer des bulletins de vote à chaque électeur. Ils avaient besoin de personnel supplémentaire et de scanners pour traiter les bulletins de vote.

En mars, les militants ont demandé au Congrès d’orienter les fonds de secours de Covid vers l’administration électorale. Sous l’égide de la Leadership Conference on Civil and Human Rights, plus de 150 organisations ont signé une lettre adressée à chaque membre du Congrès pour demander 2 milliards de dollars de financement pour les élections. Ce fut un certain succès : la loi CARES, adoptée plus tard dans le mois, prévoyait 400 millions de dollars de subventions aux administrateurs électoraux des États. Mais la tranche suivante de financement de secours n’a pas permis d’atteindre ce chiffre. Elle n’allait pas être suffisante.

La philanthropie privée est entrée en action. Un assortiment de fondations a apporté des dizaines de millions de dollars de financement à l’administration des élections. L’Initiative Chan Zuckerberg a apporté 300 millions de dollars. « C’est un échec au niveau fédéral que 2500 fonctionnaires électoraux locaux aient été obligés de demander des subventions philanthropiques pour répondre à leurs besoins », explique Amber McReynolds, ancienne fonctionnaire électorale de Denver qui dirige le National Vote at Home Institute, un organisme non partisan.

L’organisation de McReynolds, créée il y a deux ans, est devenue un centre d’échange pour une nation qui lutte pour s’adapter. L’institut a donné aux secrétaires d’État des deux partis des conseils techniques sur tout, des fournisseurs à choisir jusqu’à la localisation des boîtes de dépôt. Les fonctionnaires locaux sont les sources les plus fiables d’information sur les élections, mais peu d’entre eux ont les moyens de s’offrir un attaché de presse, c’est pourquoi l’institut a distribué des kits de communication. Lors d’une présentation au groupe de Podhorzer, M. McReynolds a détaillé l’importance des bulletins de vote par correspondance pour raccourcir les files d’attente dans les bureaux de vote et prévenir une crise électorale.

Le travail de l’institut a aidé 37 États et Washington à renforcer le vote par correspondance. Mais cela ne vaudrait pas grand-chose si les gens n’en profitaient pas. Une partie du défi était d’ordre logistique : chaque État a des règles différentes pour savoir quand et comment les bulletins de vote doivent être demandés et retournés. Le Centre de participation des électeurs, qui, en temps normal, aurait soutenu des groupes locaux déployant des démarcheurs en porte-à-porte pour inciter à aller voter, a plutôt organisé des groupes de discussion en avril et en mai pour savoir ce qui inciterait les gens à voter par correspondance. En août et septembre, il a envoyé des demandes de vote à 15 millions de personnes dans les États clés, dont 4,6 millions les ont retournées. Dans des mailings et des annonces numériques, le groupe a exhorté les gens à ne pas attendre le jour du scrutin. « Tout le travail que nous avons accompli pendant 17 ans a été construit pour ce moment de mise en place de la démocratie à la porte des gens », déclare Tom Lopach, le PDG du centre.

Il a fallu surmonter le scepticisme accru de certaines communautés. De nombreux électeurs noirs ont préféré exercer leur droit de vote en personne ou n’ont pas fait confiance au courrier. Les groupes nationaux de défense des droits civiques ont travaillé avec des organisations locales pour faire savoir que c’était la meilleure façon de s’assurer que son vote était comptabilisé. À Philadelphie, par exemple, les défenseurs des droits civiques ont distribué des « kits de sécurité pour le vote » contenant des masques, du désinfectant pour les mains et des brochures d’information. « Nous devions faire passer le message que c’est sûr, fiable et que vous pouvez vous y fier », déclare Hannah Fried de All Voting Is Local.

Dans le même temps, les avocats démocrates ont dû faire face à un raz-de-marée historique de litiges préélectoraux. La pandémie a intensifié l’enchevêtrement habituel des parties devant les tribunaux. Mais les avocats ont également remarqué autre chose. « Le litige intenté par la campagne Trump, une partie de la large campagne visant à semer le doute sur le vote par correspondance, présentait des revendications inédites et utilisait des théories qu’aucun tribunal n’a jamais acceptées », explique Wendy Weiser, experte en droits électoraux au Brennan Center for Justice de l’Université de New York. « Elles se lisent davantage comme des procès destinés à envoyer un message plutôt qu’à obtenir un résultat juridique. »

Au final, près de la moitié de l’électorat a voté par correspondance en 2020, ce qui constitue pratiquement une révolution dans la manière dont les gens votent. Environ un quart des électeurs ont voté en avance en personne. Seul un quart des électeurs ont voté de la manière traditionnelle : en personne le jour du scrutin.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé