www.zejournal.mobi
Vendredi, 26 Févr. 2021

Montpellier : ces soignants refusent de se faire vacciner contre le coronavirus, ils expliquent pourquoi

Auteur : Valérie Marco | Editeur : Walt | Lundi, 25 Janv. 2021 - 07h31

Le vaccin soulève une crise de défiance sans précédent liée aux potentiels effets indésirables. Les soignants eux-mêmes n’y échappent pas. Témoignages au CHU de Montpellier.

La planète se cherche des raisons d’espérer, eux n’en trouvent aucune d’y croire. Le vaccin a soulevé une grave crise de défiance liée aux effets indésirables qui pourraient suivre l’injection. Les soignants eux-mêmes y perdent leur sang-froid et n’en attendent rien.

« Sorti du chapeau et en moins d’un an ! »

Délai record d’élaboration, adjuvants préjudiciables, absence de recul, précurseur de maladies graves… On l’accuse de tous les maux, surtout le vaccin à ARN messager, soupçonné de venir « jouer les perturbateurs dans le génome », comme le craint Karine, cadre de santé au CHU qui ne serait pas totalement contre « un vaccin atténué comme celui que prépare Sanofi ».

La soignante ne se défait pas de ces mauvais souvenirs liés pêle-mêle au H1N1, à la sclérose en plaques, au Sida ou à un certain ESB, syndrome « de la vache folle ». « S’il peut éventuellement protéger des formes graves de la Covid-19, il n’est pas stérilisant, il n’empêchera pas la contagiosité et donc la menace épidémique de persister », estime-t-elle, sûre qu’il n’y a aucun rôle pôle pour elle dans une possible immunité collective, « à supposer qu’on y arrive un jour. Je ne prends pas de risques, je sors très peu ».

Elle sait pourtant que lorsqu’un nombre suffisant de personnes sont vaccinées contre une maladie infectieuse, sa propagation est amoindrie, à l’instar de la rougeole. Sandrine est aide-soignante au CHU. Elle aussi se protège « plus que de raison. Dans les services je porte une surblouse en permanence ! », se marre-t-elle. Si elle est à jour de toutes ses vaccinations « à l’ancienne, hors de question de se faire inoculer un vaccin sorti du chapeau. Je me méfie de tout ce qui est nouveau », et « pas français”. Refroidie par le vaccin de la grippe qui l’avait clouée au lit « avec une fièvre de cheval », elle ne se sent pas prête, préférant « attendre de voir ce que cela produit chez les autres ».

« La peur est plus virale que le Covid lui-même »

Claudia, quinquagénaire diabétique « insulinée », est assistante aux urgences obstétriques du CHU. Elle s’est inscrite sur les listes d’attente du CHU créées pour ne pas gaspiller les fioles qui n’ont pas été utilisées en totalité, la fameuse « sixième dose », les injections devant avoir lieu dans les six heures après ouverture. « Les gens ont oublié les morts, les jeunes désespérés, les suicides. La peur est plus virale que le Covid lui-même. Je suis pour le bien de l’humanité », clame-t-elle. Marie, soignante, 50 ans est surtout pour « qu’on nous fiche la paix. Il faut arrêter de faire psychoter les gens ! Ceux qui sont décédés, ce sont les plus âgés, et les plus malades. Ils sont partis un peu plus tôt. Travailler au CHU, ça vous fait relativiser ».

Le passeport vaccinal n’est pour elle que cette carotte pour inciter à se faire piquer. « Je voyagerai dans les pays qui ne l’exigent pas mais que l’on ne me dise pas qu’en moins d’un an, on a pu trouver la solution miracle ! ».

Lire aussi :

De nombreux travailleurs de la santé refusent de prendre le vaccin contre le coronavirus

Un patron en Allemagne licencie des employés après un refus de se faire vacciner contre le Covid-19


- Source : Midi libre

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé