www.zejournal.mobi
Dimanche, 25 Oct. 2020

Rapport : Le conseiller scientifique en chef du Royaume-Uni possède 600 000 £ d’actions dans un fabricant de vaccins contre le Covid

Auteur : Charles Hymas | Editeur : Walt | Samedi, 26 Sept. 2020 - 09h21

Le gouvernement affirme qu’il n’y a pas de conflit d’intérêts.

Le conseiller scientifique en chef du Royaume-Uni, Sir Patrick Vallance, possède des centaines de milliers de livres sterling d’actions dans une société qui a été engagée pour développer un vaccin contre le coronavirus pour le gouvernement, a révélé un rapport.

Le Telegraph note que Vallance possède 43 000 actions de GlaxoSmithKline (GSK) où il travaillait en tant que directeur de la recherche et du développement.

Vallance avait auparavant accumulé 404 201 actions GSK, ce qui équivaut à un énorme montant de 6,1 millions de livres sterling en six ans, entre 2012 et 2018, selon le rapport.

Lorsqu’il a été nommé par le gouvernement, Vallance a vendu la plupart des actions, encaissant ainsi 5 millions de livres sterling, mais en a conservé une partie importante, qui serait très rentable si le vaccin de GSK venait à dépasser celui des autres sociétés pharmaceutiques.

Le rapport du Telegraph note que GSK a déjà signé des contrats avec les gouvernements britannique et américain, qui pourraient voir jusqu’à 60 millions de doses du vaccin fournies au Royaume-Uni et 100 millions de doses aux États-Unis.

Le gouvernement américain a déjà avancé 1,65 million de livres sterling à GSK, en collaboration avec Sanofi, un autre fabricant de médicaments. Ces accords ont entraîné une augmentation de près de deux pour cent du cours de l’action de GSK.

Le ministre britannique de la santé Matt Hancock a nié que le fait que Vallance détienne des actions de GSK constituait un conflit d’intérêts, déclarant « qu’il existe des règles concernant ce genre de choses et je suis sûr que Sir Patrick en a été pleinement informé ».

« Si vous connaissez Sir Patrick Vallance comme moi, toute suggestion qu’il fasse autre chose que ce qu’il fait de mieux à son niveau pour essayer de s’attaquer à ce virus est fausse », a affirmé M. Hancock.

Un autre porte-parole anonyme du gouvernement britannique a également nié le conflit d’intérêt, en faisant remarquer que Vallance n’a pas son mot à dire dans les décisions du gouvernement concernant l’achat de vaccins, et que « des mesures appropriées ont été prises pour gérer les intérêts du conseiller scientifique en chef du gouvernement (GCSA) conformément aux conseils fournis à l’époque ».

Hancock a déjà déclaré qu’il espérait que « tout le monde aurait le vaccin », si et quand un vaccin contre les coronavirus serait mis en place, et a refusé d’exclure la possibilité de le rendre obligatoire pour chaque citoyen.

Au Royaume-Uni, les scientifiques ont précédemment exprimé des doutes sur l’efficacité d’un vaccin qui a été soumis à des essais rapides sur l’homme, après que tous les singes utilisés dans les premiers tests ont contracté le coronavirus par la suite.

Aujourd’hui, des rapports indiquent que le gouvernement britannique envisage sérieusement d’infecter délibérément des volontaires sains avec le coronavirus afin de tester d’autres vaccins éventuels.

Traduction Jade - Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...