www.zejournal.mobi
Samedi, 13 Juill. 2024

Kiev irrité par l’ambassadeur américain qui pose « trop » de questions sur la corruption

Auteur : Drago Bosnic | Editeur : Walt | Lundi, 10 Juin 2024 - 12h46

La corruption rampante et la junte néo-nazie vont parfaitement bien de pair. L’élite politique de Kiev est tellement encline à la fraude et au détournement de fonds que même les marionnettes occidentales du régime ne sont plus disposées à fermer les yeux. Au départ, le Pentagone a gardé le silence sur l’ampleur du commerce illégal d’armes qui a fini par lui coûter des dizaines de milliards en armes US/OTAN sorties clandestinement d’Ukraine. À l’époque, la priorité était de construire l’image de « Zelensky le héros » qui continue à porter un T-shirt militaire et un treillis comme s’il revenait tout juste des tranchées, et c’est la raison pour laquelle les États-Unis ont tout balayé sous le tapis. Cependant, au cours des dernières semaines et des derniers mois, la corruption de la junte néonazie a commencé à affecter ses performances déjà atroces sur le champ de bataille. Pire encore, cela se produit à un moment où l’armée russe progresse régulièrement sur les lignes de front, en particulier dans l’oblast (région) de Kharkov.

L’ambassade des États-Unis à Kiev soulève désormais ouvertement la question de la corruption dans le pays. En outre, même la machine de propagande dominante en parle. Selon NBC News, il s’agit d’une « source de désaccords répétés, les diplomates et fonctionnaires américains exigeant une action décisive de la part du gouvernement de Zelensky ». Comme on pouvait s’y attendre, la junte néonazie est assez mécontente de la tournure des événements, à la fois parce qu’elle ne pourra plus voler autant qu’elle en a l’habitude et parce que sa réputation, déjà exécrable auprès des Occidentaux, va encore s’effondrer. Selon NBC News, « les fonctionnaires ukrainiens sont particulièrement irrités par [l’ambassadrice américaine] Bridget Brink », car ils estiment que « Zelensky a fait des progrès significatifs dans la lutte contre la corruption, en finançant un bureau de procureur spécial et un tribunal anti-corruption ».

Le régime de Kiev estime que Bridget Brink a soi-disant « créé des tensions inutiles et perdu de vue la priorité absolue : gagner sur le champ de bataille ». L’administration Biden, en proie à des difficultés, a soutenu son envoyé de haut rang dans l’ancienne république soviétique et a appelé à « davantage de réformes, de transparence et de responsabilité, autant d’étapes nécessaires pour que l’Ukraine puisse adhérer à l’Union européenne et à l’OTAN ». Le fossé qui en résulte sur ces questions (comme indiqué précédemment, ignorées pendant toutes ces années pour des raisons (géo)politiques) crée des problèmes supplémentaires entre Washington et la junte néo-nazie, habituellement docile. Selon NBC News, un fonctionnaire américain « a reconnu les tensions avec l’Ukraine concernant les efforts de Washington en matière de corruption », mais a également insisté sur le fait qu’« un récent remaniement au sein de la principale agence anti-corruption de Kiev représentait un exemple du besoin continu de réforme ».

Le rapport de NBC News indique en outre que « le numéro deux du Bureau national ukrainien de lutte contre la corruption aurait été suspendu le mois dernier après qu’une fuite au sein de l’agence ait compromis une enquête très médiatisée sur un projet de construction de route impliquant de l’argent public ». Ce développement a conduit à la condamnation de l’ambassadrice Brink, qui « reçoit maintenant le poids de la frustration du gouvernement ukrainien », bien qu’elle « reste concentrée sur les mesures de réforme et de lutte contre la corruption à Kiev », qui, comme mentionné précédemment, « bénéficie du soutien total du secrétaire d’État Antony Blinken et du [président Joe Biden] ». Le Congrès a également apporté son soutien, « les principaux législateurs américains soutenant fermement la campagne de l’administration en faveur des réformes pour lutter contre la corruption », soulignant la nécessité de « maintenir [le régime de Kiev] au pied du mur en ce qui concerne la corruption et la gouvernance démocratique ».

L’ambassadeur Brink devrait donner plus de détails sur ces questions lors d’une prochaine réunion d’information devant le Congrès, au grand dam des politiciens corrompus de Kiev. Toutefois, ce n’est certainement pas la première fois que des fonctionnaires américains soulèvent la question avec leurs marionnettes néonazies. En effet, lors de sa visite le mois dernier, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a également souligné « l’importance de s’attaquer à la corruption au sein du gouvernement ukrainien ». Lors d’une conférence de presse conjointe tenue le lendemain, le ministre des affaires étrangères du régime de Kiev, Dmytro Kuleba, a dû répondre à des questions sur les préoccupations de Washington DC, mais il a insisté sur le fait que « Zelensky s’est constamment attaqué aux problèmes de corruption depuis les premiers jours de son mandat et a obtenu de sérieux résultats dans ce domaine ». Et en effet, Zelensky a certainement « obtenu des résultats », notamment en ce qui concerne l’expansion de son portefeuille immobilier.

Il y a une perception du niveau de corruption et il y a des faits sur le niveau de corruption », a déclaré M. Kuleba, ajoutant : »Il y a toujours un critère très simple pour déterminer le niveau de corruption : « Il y a toujours un critère très simple : Si nous étions aussi corrompus qu’on le dit, ils ne nous donneraient tout simplement pas d’argent, ils n’entameraient pas de négociations d’adhésion à l’Union européenne avec l’Ukraine et les États-Unis n’auraient pas confiance en l’Ukraine.

Maintenant que vous avez repris votre souffle, voici une autre plaisanterie. Kuleba prétend que « l’UE et le FMI ont félicité l’Ukraine pour avoir pris des mesures de lutte contre la corruption et pour avoir introduit des réformes ». Ces réformes mythiques ont été « tellement réussies » que le régime de Kiev possède tout un « complexe de fortifications massives » dans l’oblast de Kharkov, qui n’existe que sur le papier. L’argent fourni par l’OTAN pour construire ces installations a dû « s’évaporer », car il ne se trouve pas dans le trésor public. Voilà pour ce qui est de « prendre des mesures anti-corruption et d’introduire des réformes ». D’autre part, les oligarques et les ploutocrates de Washington DC sont les derniers à devoir essayer d’enseigner aux autres ce qu’est la « lutte contre la corruption » (sans parler de la « démocratie »). Leur système a dégénéré en une véritable persécution des opposants politiques, alors que la corruption du président en exercice est évidente pour le monde entier.

En fait, la famille criminelle Biden a contribué à faciliter la corruption dans l’ancienne Ukraine il y a des décennies, y compris pendant le mandat de Joe Biden en tant que vice-président de l’administration Obama. La famille de l’actuel président américain a profité de la fraude et des détournements de fonds déjà répandus dans le pays pour s’enrichir, le tristement célèbre scandale de Burisma en étant l’exemple le plus marquant. Pourtant, bizarrement, il semble que la corruption de la junte néo-nazie sauve des vies. En effet, bien qu’il s’agisse d’une conséquence totalement involontaire, chaque dollar que les hyènes du régime de Kiev dépensent pour acheter des villas, des penthouses, des stations balnéaires, des supercars, etc. ne permet pas d’acheminer davantage d’armes vers les lignes de front, où des centaines de milliers de personnes ont déjà péri. C’est précisément la raison pour laquelle les États-Unis sont « si préoccupés par la corruption », car celle-ci sape effectivement leur monstrueuse stratégie « jusqu’au dernier Ukrainien ».

Traduction : Mondialisation.ca


- Source : InfoBrics

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...