www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Juin 2024

Israël intensifie son implantation militaire, bouleversant la physionomie de Gaza

Auteur : Ruwaida Kamal Amer | Editeur : Walt | Mercredi, 22 Mai 2024 - 15h46

Alors qu’Israël élargit une zone tampon et érige des bases militaires dans la bande de Gaza, les Palestiniens craignent de perdre définitivement leurs maisons et leurs terres.

Plus de sept mois après le début de la guerre, les plans à long terme de l’armée israélienne pour la bande de Gaza se précisent. D’après les images satellites et les témoignages, il semble que l’armée soit en train de détruire des maisons, de raser le territoire et d’ériger des structures qui lui permettront d’opérer à l’intérieur de la bande de Gaza pendant des années.

Depuis le début de la guerre, l’armée a démoli des bâtiments le long de la bordure orientale de la bande de Gaza, dans le cadre de ce qui est largement considéré comme un plan visant à établir une “zone tampon” d’un kilomètre de large entre les zones peuplées de Gaza et Israël – l’équivalent de 16 % du territoire de Gaza – dans laquelle les Palestiniens n’auront pas le droit de pénétrer. Cette mesure entraînera le déplacement permanent de milliers de civils et aura de graves répercussions sur le secteur agricole déjà limité de la bande de Gaza.

Cette zone tampon n’est pas le seul moyen dont dispose l’armée israélienne pour transformer de façon permanente la topographie de la bande de Gaza. Depuis octobre, le point de contrôle abandonné de Netzarim – que l’armée israélienne exploitait avant son “désengagement” de Gaza en 2005 – a été élargi pour devenir une route de 6,5 kilomètres de long qui coupe la bande de Gaza en deux. Les images satellites montrent maintenant le “corridor de Netzarim” qui s’étend de la frontière orientale de Gaza avec Israël jusqu’à la Méditerranée, ainsi que la construction extensive d’unités d’habitation, de tours de communication et autres infrastructures. En construisant des avant-postes le long du corridor de Netzarim, l’armée sera en mesure de contrôler et de restreindre les déplacements dans la bande de Gaza tout en continuant à mener des opérations terrestres.

Cette destruction rampante de la propriété privée et l’occupation du territoire en dehors des frontières reconnues d’Israël constituent une violation flagrante du droit international, avec des conséquences immédiates pour la population civile de Gaza. Outre la perte de leurs terres et de leurs maisons, les Palestiniens qui ont été déplacés par la guerre vers le sud de la bande de Gaza sont désormais physiquement empêchés de retourner dans le nord.

Tasnim Ahal, une étudiante de 21 ans de la ville de Gaza, a été déplacée à Rafah à la fin du mois de mars. “Mon père a d’abord refusé de quitter la ville de Gaza pour aller dans le sud. Nous avons donc vécu pendant près de six mois en nous déplaçant d’un quartier à l’autre de la ville de Gaza”, a-t-elle déclaré. Elle et sa sœur ont finalement décidé de fuir vers Rafah, dans l’espoir de rester en vie pour terminer leurs études et envisager un avenir meilleur.

Elles ont essayé de partir à un moment propice.

La dernière fois que l’hôpital Al-Shifa a été pris d’assaut pendant le mois de Ramadan, j’ai donc dit au revoir à ma famille, et ma sœur Sama et moi sommes parties à pied vers le sud. Je leur ai dit que l’armée était occupée à prendre d’assaut l’hôpital Al-Shifa, et que nous ne rencontrerions donc pas de chars sur notre chemin. Mais nous nous sommes trompées”.

Des Palestiniens en route vers le nord de Gaza font demi-tour dans la rue Salah a-Din, au sud de la ville de Gaza, après s’être retrouvés face aux chars et aux tirs israéliens au début de la trêve. Les journalistes qui documentaient la scène ont également essuyé des tirs, le 24 novembre 2023. (Mohammed Zaanoun/Activestills)

Tasnim a rapidement rencontré ce qu’elle a décrit comme une “base militaire complète” à Netzarim, avec des chars israéliens parcourant la zone. “J’ai vu des soldats en civil se promener au bord de la mer. Il était clair qu’ils vivaient là et qu’ils avaient construit une base à leur intention”. Sama, la sœur de Tasnim, âgée de 19 ans, a remarqué “des dizaines de soldats dans la zone”, équipés de dispositifs de surveillance faciale, “comme si le secteur était entièrement occupé”.

Tasnim et Sama ont raconté avoir été suivies par un char jusqu’à ce qu’elles atteignent un groupe de soldats israéliens. “Les soldats nous ont laissé passer, mais ils ont lâché des chiens sur nous, et nous n’avons plus regardé en arrière. Nous avons vu la ville de Gaza pour la dernière fois comme un tas de cendres et nous avons fait nos adieux, dans l’espoir d’y revenir bientôt”.

“Nous ne rentrerons pas chez nous si l’armée met son plan à exécution”.

Dévastation d’une frappe aérienne israélienne dans le quartier d’El-Remal, dans la ville de Gaza, le 9 octobre 2023. (Naaman Omar, Palestine News & pour APAimages, Wikimedia Commons, CC BY-SA 3.0)

Alors que l’armée israélienne élargit la zone tampon qui sépare Gaza d’Israël, les Palestiniens assistent à la destruction de leurs maisons et de leurs villages. Khaled Taima est originaire de la ville de Khuza’a, située à l’est de Khan Younis et désormais dans la zone tampon élargie. Bien que Taima n’ait pas encore vu d’activité de construction, il a confié à +972 que “l’armée a fait exploser de nombreux bâtiments à Khuza’a et a également nivelé beaucoup de terrains”, rasant des quartiers résidentiels entiers. Taima a essayé à plusieurs reprises de retourner à Khuza’a, mais à chaque fois, “les chars nous ont tiré dessus et nous ont empêchés d’atteindre cette zone”.

Ces destructions concernent l’ensemble du périmètre oriental de la bande de Gaza. Rami Obaid, un habitant de la ville de Beit Hanoun, dans le coin nord-est de la bande, a déclaré à +972 qu’il était inquiet des “conséquences de la destruction au bulldozer” dans les zones proches de la barrière frontalière, en particulier pour ceux qui ont perdu leurs maisons et leurs terres en raison de l’élargissement de la zone tampon. “Nous ne retournerons pas dans nos maisons si l’armée met son plan à exécution”, a-t-il déploré.

Avant le 7 octobre, Israël maintenait depuis longtemps une zone tampon de 300 mètres délimitée sur le territoire de Gaza et tirait régulièrement sur les Palestiniens qui y pénétraient. Seul un petit nombre d’agriculteurs ayant reçu l’autorisation de l’armée pouvait accéder à ce périmètre.

C’est également là que s’est déroulée en 2018 la Grande Marche du retour, au cours de laquelle les Palestiniens se sont rassemblés tous les vendredis pendant plus d’un an pour demander la levée du blocus israélien sur Gaza et l’application de leur droit au retour. Les manifestants ont été confrontés à une violence extrême : en 18 mois, des snipers israéliens ont tué 223 Palestiniens et en ont blessé plus de 8 000 à balles réelles, y compris des médecins et des journalistes.

Des manifestants palestiniens protestent en brûlant des pneus près de la frontière avec Israël dans la bande de Gaza, vue du côté israélien de la frontière, lors de la Grande Marche du Retour, le 13 avril 2018. (Sliman Khader)

Aujourd’hui, les responsables israéliens affirment que l’extension massive de la zone tampon est nécessaire pour que les Israéliens puissent retourner dans les villes autour de la bande de Gaza, évacuées après les attaques menées par le Hamas le 7 octobre. Selon Reham Owda, analyste politique à Gaza, il s’agit également d’une mesure stratégique prise par Israël pour renforcer sa position dans les futures négociations. “Au lendemain de la guerre, la communauté internationale voudra revenir à la négociation d’une solution à deux États, et si l’Autorité palestinienne prend le contrôle de Gaza, elle devra négocier avec Israël l’évacuation de la zone tampon par ses militaires”, explique Mme Owda. “Ces zones connaîtront le même sort que celles prises par Israël en Cisjordanie : les Palestiniens devront négocier pour les récupérer”.

Mme Owda pense que la zone tampon israélienne pourrait s’étendre sur toute la longueur du territoire de Gaza, y compris dans la partie orientale de la ville de Rafah, où l’armée a lancé son offensive au début du mois de mai. Sami Zoroub, 32 ans, originaire du quartier Al-Shu’ara de Rafah, fait partie des centaines de milliers de Palestiniens déplacés lorsque les chars israéliens sont entrés dans la ville. Alors que l’armée israélienne a émis des avis d’évacuation pour les habitants d’Al-Shu’ara, Zoroub et sa famille sont d’abord restés chez eux, rassurés par “les déclarations des responsables américains qui disaient que l’opération était limitée à l’est de la ville”. Pourtant, les bombardements incessants dans l’est de Rafah les ont empêchés de dormir, et ils ont rapidement déménagé chez un parent dans le centre ville, avant d’être rattrapés par les chars qui s’approchaient. “Nous sommes maintenant passés à l’ouest de Rafah, dans la zone d’Al-Mawasi”, explique Zoroub. “Nous ne nous attendions pas à ce que l’armée pénètre dans la ville de Rafah par voie terrestre, malgré les avertissements des pays du monde entier”.

Dans toute la bande de Gaza, la destruction des habitations et la saisie des terres par l’armée israélienne sont un signe inquiétant pour l’avenir de l’enclave. La femme d’Obaid, réfugiée dans un camp à Deir Al-Balah, lui a raconté que “des tours de guet et des caméras ont été installées tout le long de la route [côtière], et […] des quadcopters et des avions de reconnaissance surveillent la zone et empêchent les citoyens de retourner dans le nord”.

Alors qu’Israël étend et consolide cette infrastructure militaire, Obaid a fait observer que “Gaza a l’air d’être entièrement sous leur contrôle”.

Photo d'illustration: Un char israélien près de la barrière frontalière de Gaza, le 26 mars 2024. [Chaim Goldberg]


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...