www.zejournal.mobi
Mardi, 25 Juin 2024

Conflit en Ukraine : l'avancée de l'armée russe et le retour du mirage du processus de paix

Auteur : Karine Bechet-Golovko | Editeur : Walt | Jeudi, 16 Mai 2024 - 14h15

Alors que l'armée russe avance et a repris l'initiative sur l'ensemble du front, les médias anglo-saxons regorgent de déclarations concernant un possible processus de paix autour du conflit en Ukraine. Cela n'a rien d'étonnant, la stratégie est toujours la même : réussir par un combat politique, ce que les armes ont échoué à réaliser. Pendant ce temps, les pays de l'Axe se mobilisent pour renforcer leur aide militaire à l'Ukraine.

L'armée russe avance sur tous les fronts et cela inquiète sérieusement les commanditaires de ce conflit fratricide. Ils réalisent, un peu tard, qu'une guerre menée à distance est aussi inefficace que tout ce qui se fait à distance désormais. Il leur faut donc gagner du temps, pour s'adapter.

Rien de tel alors que de parler de paix. Qui peut être contre la paix ? 

Ainsi, le NYT lance le mouvement : la Russie serait prête à négocier un scénario à la coréenne, une partition de l'Ukraine. Et cela est repris dans les médias ukrainiens anglophones. Sur le fond, ils veulent nous faire croire que les pays occidentaux, qui n'ont pas permis le retour du Donbass dans l'Ukraine en sabotant les Accords de Minsk en 2015, car ils ne voulaient pas perdre la Crimée, vont accepter un partage du territoire ukrainien, sans chercher à relancer un peu plus tard une guerre encore plus violente ...

La structure de communication est intéressante : ce n'est pas l'Ukraine, au nom des Etats-Unis, qui veut négocier, mais la Russie qui cherche à négocier. Cela pose deux clans en situation différente : l'un se battrait pour "sa terre" - le clan atlantiste en Ukraine, quand l'autre chercherait à marchander des avantages, que l'autre pourrait lui abandonner. Alors que l'armée russe, qui elle est russe à la différence de l'armée ukrainienne qui n'est plus ukrainienne, se bat réellement pour sa terre. L'armée atlantico-ukrainienne ne se bat pas pour l'Ukraine, elle se bat en Ukraine, en utilisant les Ukrainiens, pour défendre l'intérêt dominant atlantiste.

Mais il est vrai que les déclarations récurrentes des dirigeants russes sur les négociations ouvrent la voie à ces manipulations de l'poinion publique. Hier encore, Vladimir Poutine déclarait devant le Conseil de sécurité :

"Plus l’armée sera efficace, plus vite le conflit en Ukraine pourra être résolu de manière pacifique"

Sur le fond, il est difficile de se faire des illusions, à moins de réellement vouloir s'aveugler. Comme l'expérience de ces dernières années l'a montré, l'Occident a décidé de se battre jusqu'à la disparition de l'entité politique nommée Russie. Elle doit être digérée ou disparaître et ainsi sera terminé le travail commencé avec la chute puis la dislocation de l'URSS. Les "négociations de paix" sont utilisées comme des armes dans ce conflit. Et toutes les armes sont bonnes, pas uniquement dans le sens direct. Pourquoi ne pas tenter de conduire à obtenir par une escroquerie politique ce que l'on ne peut obtenir par les armes ? Tout au moins, gagner du temps, pour reconstituer ses forces. Comme ce fut déjà le cas à Istanbul à peine un mois après l'entrée de la Russie dans le conflit armé.

L'on voit parallèlement à la réapparition du mirage des négociations de paix, la montée en puissance du conflit. L'aide apportée à l'Ukraine par l'Axe atlantiste est planifiée sur plusieurs années et elle implique des réformes structurelles dans les pays occidentaux - ce qui n'entre pas dans la logique de la préparation à abandonner la partie.

Les Ukrainiens demandent hypocritement l'autorisation d'utiliser les armes fournies en profondeur sur le terrain russe, alors que la pratique se développe déjà. Selon le ministère russe de la Défense, dans la nuit, ils ont intercepté ces missiles, qui attendent soi-disant toujours l'autorisation :

"La défense aérienne russe a détruit 10 missiles ATACMS au-dessus de la Crimée dans la nuit. En outre, deux missiles HARM, deux bombes aériennes Hammer, deux obus Vilkha MLRS et neuf drones ont été abattus au-dessus de la région de Belgorod. Huit drones ont été interceptés et abattus au-dessus des régions de Briansk et de Koursk ".

Si formellement, les Etats-Unis font semblant d'hésiter, la Grande-Bretagne a déjà donné son accord en ce qui concerne la Crimée, qu'elle considère toujours ukrainienne. En visite à Kiev, pour sa part, Blinken a annoncé envisager le déploiement d'un système Patriot à Kharkov. 

Il est manifeste que les conditions d'une paix durable ne sont pas réunies, puisque le conflit n'est pas militairement épuisé pour les parties en jeu. La Russie a repris l'initiative et, à moins de se discréditer, n'a aucun intérêt à s'arrêter ici, si elle veut réellement garantir sa sécurité et reprendre une place de choix sur la scène internationale. Quant aux pays de l'Axe atlantiste, ils jouent en Ukraine leur pouvoir, l'existence du système qui garantit leur gouvernance, ils ne peuvent pas sortir du jeu sans renverser la table.

Et l'Ukraine me direz-vous ? Elle a juridiquement et politiquement disparu en 2014, quand ses élites dirigeantes l'ont vendue à l'Occident. Maintenant, elle doit attendre de voir qui la remportera.


- Source : Russie politics

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...