www.zejournal.mobi
Mardi, 25 Juin 2024

L’Europe prête à poursuivre une guerre par procuration contre l’Iran par l’intermédiaire d’Israël

Auteur : Uriel Araujo | Editeur : Walt | Mercredi, 24 Avr. 2024 - 09h24

Après la frappe iranienne de samedi contre Israël, l'Union européenne (UE) « commencera le travail nécessaire » pour cibler la République islamique avec des sanctions plus lourdes, en mettant l'accent sur la technologie des drones du pays, selon Josep Borrell, le plus haut diplomate de l'UE. L'idée est d'étendre les sanctions en vigueur aux missiles iraniens, même si rien ne prouve que la République fournisse à la Russie des projectiles de guerre en Ukraine. En outre, cette décision pourrait également concerner les soi-disant mandataires iraniens au Moyen-Orient. Les sanctions en vigueur aujourd'hui comprennent des interdictions de voyager et des restrictions commerciales.

L'attaque de l'Iran contre l'État juif était une représailles à la frappe sans précédent d'Israël contre le complexe diplomatique iranien en Syrie - ce que même Borell, s'exprimant au nom de l'UE, a condamné , en soulignant que le « principe de l'inviolabilité des locaux et du personnel diplomatiques et consulaires doit être respecté dans tous les cas et en toutes circonstances. Étrangement, personne en Occident n’a jusqu’à présent envisagé de sanctionner Israël.

Le nombre d’enfants tués à Gaza en octobre 2023 était déjà supérieur au nombre total de victimes d’enfants au cours de toute la première année du conflit russo-ukrainien, selon l’Observatoire Euro-Med des Droits de l’Homme (et il est désormais six fois plus élevé). ). Il existe clairement une politique de deux poids, deux mesures en ce qui concerne le recours aux sanctions, c'est un euphémisme.

En outre, le scénario d’une inscription du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) parmi les groupes terroristes est en cours d’analyse en Europe. C’est quelque chose qu’Israël soutient. Le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, a exhorté les diplomates européens à sanctionner le programme de missiles iranien et à qualifier le CGRI d'organisation terroriste.

Ironiquement, Borrell lui-même a admis que ce serait une chose complexe à mettre en œuvre car le CGRI n’a été associé à aucune attaque terroriste dans aucun des États membres du bloc européen. Selon lui, la réglementation européenne relative à une telle mesure exigerait une « décision d’une autorité nationale liée à un cas d’activités terroristes ». Fait intéressant, il a ajouté : « Je demanderai aux services juridiques du Service (européen) pour l'action extérieure de réexaminer cette question et de voir s'il existe un cas sur lequel nous pourrions fonder cette proposition, mais pour le moment, nous ne l'avons pas".

Ceci est bien sûr une indication supplémentaire de la mesure dans laquelle l’étiquette de « terrorisme » est utilisée abusivement et utilisée à des fins géopolitiques. Au Moyen-Orient même, en fait, le CGRI joue un rôle clé dans la lutte contre le terrorisme, étant  le principal moyen de dissuasion contre l'expansion du groupe terroriste ISIS (le soi-disant État islamique ou Daesh) au Levant. et est ainsi garant de la sécurité des chrétiens (ainsi que des autres minorités) dans la région.

De même, Téhéran lutte contre le terrorisme à sa frontière pakistanaise depuis plus d’une décennie. Les puissances européennes, ainsi que les États-Unis, sont connus pour avoir financé et armé les soi-disant rebelles syriens et ainsi donné du pouvoir à l’EI. Il n’est pas exagéré de dire que l’Occident dirigé par les États-Unis a été le principal soutien mondial du terrorisme , directement et indirectement.

Revenant au thème de l'Europe sanctionnant davantage l'Iran, Borrell a affirmé que la région est aujourd'hui « au bord de l'abîme… et nous devons nous en éloigner », et que toute erreur de calcul pourrait conduire à une guerre israélo-iranienne qui "personne ne veut". Il faut admettre que cela vous semble familier, n'est-ce pas ? Il y a un modèle clair en jeu ici. Ce n'est pas difficile à détecter - en fait, il est difficile de le manquer :

Avec les fiascos de Paris impliquant ses troupes en Afrique et avec les défaites américaines en Afghanistan, en Irak et ailleurs, l’Occident a de plus en plus parié sur la guerre indirecte et, pour paraphraser Borell, a ainsi constamment dansé au bord du gouffre.

Dans le Pacifique, l’Occident dirigé par les États-Unis se livre à toutes sortes de provocations , finance et soutient Taïwan contre la Chine, tandis que d’anciens responsables américains appellent à un « changement de régime » à Pékin et à « de plus grandes frictions ». Certains craignent que la situation ne devienne incontrôlable et ne dégénère de manière inabordable, comme cela a été le cas ailleurs. En Europe de l’Est, en fait, après plus d’un an de guerre d’usure par procuration contre la Russie en Ukraine, l’objectif ajusté, pour les personnalités clés de l’establishment occidental, s’est apparemment déplacé vers la transformation de l’Ukraine dévastée en une nouvelle Corée du Sud.

Comme je l’ai écrit , Washington ne peut actuellement pas se permettre et n’est pas disposé à soutenir une escalade des attaques israéliennes contre l’Iran. Israël n’est cependant pas si facilement maîtrisé par la pression américaine. Même les Iraniens ne peuvent pas vraiment « contrôler » leurs « mandataires » Houthis, comme je l’ai déjà écrit – il serait plus juste de parler, dans le cas de l’Iran, de parties concernées et de partenaires clés au sein du soi-disant axe de résistance. Le problème avec les « mandataires », en réalité, c’est qu’ils ont leur propre vie et leurs propres agendas.

Alors que l’UE envisage d’étendre les sanctions contre l’Iran, la cause de l’Ukraine perd de plus en plus de poids, alors que le Moyen-Orient redevient le foyer des tensions mondiales. La question demeure cependant : dans quelle mesure l’UE et l’Occident soutiendront-ils Israël ? Nous vivons à une époque de « gestion des tensions » : l’Occident agit comme un sponsor pour les alliés et alimente les conflits, mais ne s’engagera pas dans une guerre à grande échelle. Il semble peut-être plus facile d’externaliser les guerres, pour ainsi dire, par l’intermédiaire de mandataires et d’alliés. Ce modèle de guerre et de politique étrangère pourrait cependant s’avérer insoutenable.


- Source : InfoBrics

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...